Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'A 65, cette autoroute Langon-Pau qui ne décolle pas...

Dans ce pays où il est de bon ton d'attendre qu'une mauvaise nouvelle chasse l'autre l'une des dernières en date concernerait notre région, l'Aquitaine... Elle a trait à l'inquiétude que suscitent les pertes d'exploitation du concessionnaire de l'autoroute A 65 : 35 millions d'euros en 2012. Cette Langon-Pau - pour ne pas dire Bordeaux-Pau - inaugurée en décembre 2010 avec les discours d'usage, le soulagement de la Région et de son président qui, comme d'autres avant lui, ne pouvait se faire à l'idée que la seconde grande agglomération de l'Aquitaine, le chef lieu des Pyrénées-Atlantiques, ne soient pas reliés décemment à la capitale régionale.

Pour en arriver là le débat avait été long. On avait même bien cru qu'il serait sans fin, la mise à deux fois deux voies de la Nationale 134 de sinistre mémoire où tant de drames s'étaient produits ayant, un temps, la préférence, avant qu'il devienne évident que pareil chantier ne pourrait bénéficier de crédits publics suffisants. La solution de la concession s'imposa alors, non sans réserve.

Aujourd'hui, la société A'liénor et ses actionnaires, Eiffage et la Société des autoroutes du nord et de l'est de la France, à l'occasion de la publication de son second exercice depuis l'entrée en service de l'A 65, doivent faire un rude et double constat. D'une part, leurs pertes sont très importantes, atteignant quasiment le niveau de son chiffre d'affaires mais, surtout, le trafic de l'autoroute ne progresse que faiblement. En tout cas, de façon très inférieure aux prévisions initiales. Le Trafic Journalier Moyen Annuel, de 5562 véhicules/jour en 2012, est à peine supérieur à celui de 2011 qui était de 5332. Une fréquentation inférieure de quelques 40% aux prévisions qui figuraient dans le contrat de concession, signé en 2006. Les associations qui sous l'égide de la SEPANSO n'ont jamais caché leur hostilité à l'autoroute avaient d'ailleurs, en juin dernier, organisé, sur 24 heures, un comptage dans les Landes, la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques qui corroborait les chiffres officiels. (1)

Cette situation conduit à s'interroger sur les conséquences financières éventuelles pour les collectivités, la Région, les départements de Gironde, des Landes des Pyrénées Atlantiques qui ont garanti les emprunts du groupement d'actionnaires, à hauteur de 400 millions d'euros. Le scénario catastrophe est brandi par ceux qui envisagent le cas de figure où celui ci ne ferait pas face à ses pertes, plaçant les collectivités dans l'obligation de rembourser leur part du financement. Rien de tel ne se profile pourtant à court terme; l'hypothèse d'une intervention de l'Etat, amené à prononcer la déchéance du contrat de concession, est improbable, d'autant que le coup de ce renoncement serait exorbitant pour le concessionnaire qui dispose de fonds de réserve jusqu'en 2017 et a la faculté de renégocier sa dette.

Certes, la situation économique des ces dernières années n'a pas facilité le démarrage de l'exploitation de l'A 65 mais le niveau de son péage non plus, fortement dissuasif (21,6 euros aujourd'hui de Langon à Pau) sauf à devoir l'emprunter pour raisons professionnelles impérieuses. Ou, ce qui est quand même souvent le cas, par crainte de circuler sur une nationale hyper dangereuse. La politique commerciale initiale d'A'liénor, d'abord en manière de clin d'oeil, celui adressé par exemple, aux skieurs girondins et charentais qui, dès l'ouverture de l'autoroute pour le prix de quatre forfaits bénéficiaient en 2010 d'un péage gratuit, n'a pas été reconduite malgré des résultats prometteurs. Les stations pyrénéennes étaient pourtant satisfaites de ce démarrage et évoquaient, sur le mode mi-sérieux mi-plaisant, leur « sponsorisation d'A'liénor. L'initiative avait séduit ; l'exploitant devrait s'en souvenir et proposer des offres incitatives dans la durée.

Quant à la nature même du trafic il ne peut laisser les pouvoirs publics indifférents : les poids lourds, notamment, sont vraiment trop peu nombreux à emprunter l'A 65 alors que l'A63 est saturée. Il est vrai que le trafic camions en provenance de l'Espagne, de l'Aragon en particulier, via Pau, est nécessairement limité et que personne n'imagine qu'il pourra aller au-delà de ce qu'il est déjà en provenance du tunnel du Somport, en vallée d'Aspe. Reste qu'au moment où on attend, cette semaine, les derniers arbitrages concernant la Ligne à Grande Vitesse avec la confirmation qui s'annonce de Bordeaux-Toulouse et l'inscription probable de Bordeaux-Dax dans la procédure d'enquête publique, le débat sur les implications financières des grandes infrastructures pour les collectivités risque de rebondir.

 

1. comptage effectué du 12 juin 20h au 13 juin 20h , 5436 véhicules dont 493 poids lourds

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
1641
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
SEb | 21/10/2013

comme d'habitude. Si ca marche, les profits vont au privé, si ca rate, ce sont les contribuables qui paient.

Jef Runel Belliard | 21/10/2013

Comment en serait il autrement? Des tarifs excessifs et la non obligation des PL à prendre les autoroutes, résultat il n'y a que les gabelous derrière leur radars à pister d'hypothétiques clients. Vraiment les concessionnaires se moquent de nous!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires