Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'Aquitaine seule... sans le Limousin

Ce sera donc l'Aquitaine seule, l'Aquitaine sans le Limousin qui est englobé dans une région aux contours surréalistes, avec le Centre et Poitou-Charentes, des confins de l'île de France jusqu'à Royan (!). Mais une région politiquement correcte qui ne fera de peine ni à Michel Sapin, ni à Ségolène Royal... Notons au passage que François Hollande n'a pas voulu fâcher son fidèle Yves Le Drian qui ne voulait pas que l'on touche au Pays de Loire et surtout que Nantes rejoigne la Bretagne. Une vraie synthèse donc, dans la meilleure tradition des arbitrages de la rue de Solférino.

L'Aquitaine seule. Faudrait-il le déplorer ? Dès lors qu'il s'agissait de réduire le nombre de régions - elles seront finalement quatorze - en les agrandissant, on pourra regretter que la Charente dont l'économie et la proximité que la LGV va renforcer dès 2016, de façon spectaculaire, ne puisse rejoindre l'Aquitaine et que la Charente-Maritime, qui a tant de liens avec la Gironde et Bordeaux, doive s'en éloigner administrativement. Mais, une fois mises de coté ces considérations, sans doute trop rationnelles pour le pouvoir central, il convient surtout de regarder vers Toulouse et la Méditerranée, car le mariage de Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon est de nature à donner des atouts nouveaux à la région toulousaine, alors même que la coopération entre les deux régions, Aquitaine et Midi-Pyrénées avait pris un élan certain.

La vérité dépendra beaucoup des moyens - fiscaux - que l'Etat va consentir à donner aux Régions qui jusqu'ici en avaient très peu ; le discours présidentiel, laudateur par principe, ne donne à ce sujet aucune information précise. Autant dire que ces collectivités territoriales qui vont « hériter » de compétences nouvelles et transférées des départements ont intérêt à se mobiliser pour mettre le gouvernement en face de ses responsabilités. Un sacré challenge en ces temps de restrictions budgétaires, d'autant qu'il va falloir faire vite, très vite pour des raisons où les enjeux politiques ne manquent pas. Un an et un été pour caler le nouveau dispositif en promettant un débat parlementaire qui s'annonce riche en éclats de voix. C'est en effet à l'automne 2015 que nous voterons pour les élections régionales… et cantonales. Oui ! Les cantonales... car le département n'est pas mort. Il s'agit de le faire mourir à petit feu, à l'horizon 2020, en tentant de trouver une majorité politique pour y parvenir ; François Hollande le laisse entendre : il faut rendre tout cela constitutionnel et il aimerait bien imposer son jeu à l'opposition. Ce ne sera pas chose facile et comme on imagine mal qu'il se risque à passer par la voie du référendum...

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4460
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
puydebat | 03/06/2014

bravo pour votre édito courageux. et tout cela à cause de l'écoute de tous ces éléphants socialistes au mépris de l'économie et de l'histoire

Eldoor | 05/06/2014

J'en ai un peu marre de voir certains dire que non seulement le Limousin n'a jamais fait partie de l'Aquitaine ou encore que le Limousin n'a pas de lien avec le sud-ouest. Ici, dans ce pauvre Limousin que tous le monde vois comme le trou... on fait partie de l’Occitanie, que cela vous plaise ou non. Le jour où vous aurez les pieds dans l'eau à cause du réchauffement vous vous mordrez peut-être les doigts...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires