Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".




- Publicité -
  • 07/04/20 | En Dordogne, les collectes de sang sont suspendues

    Lire

    Les donneurs qui avaient pris rendez-vous ont déjà été prévenus. L'Etablissement français du sang de Nouvelle-Aquitaine suspend ses collectes dans le département de la Dordogne pour les deux prochaines semaines. Les collectes mobiles et à la maison du don du 14 rue-Victoria à Périgueux, devraient reprendre le lundi 20 avril. L'établissement utilisera ses réserves, et la collecte continue ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. C'est le manque de personnel qui oblige l'EFS à prendre cette décision.

  • 07/04/20 | Des soignants de la Clinique des Cèdres de Brive en renfort à Paris

    Lire

    Le lundi 6 avril, ce ne sont pas moins de 10 soignants volontaires de la clinique privée les Cèdres à Brive, qui sont allés prêter main-forte à leurs collègues de région parisienne à l’hôpital Henri-Mondor. Isabelle Bielle-Nadeau, la directrice de l'établissement explique que « les équipes des Cèdres vont renforcer les services de réanimation de l’hôpital Henri-Mondor, où les soignants sont épuisés ou malades. Ils ont besoin d’être relevés ». La clinique des Cèdres de Brive dispose elle aussi d’un service Covid-19 qui oscille entre 75 et 100 % de taux d’occupation.

  • 07/04/20 | En Dordogne, une aide pour les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre

    Lire

    Certaines activités ont été contraintes de stopper leur activité avec le confinement, d’autres, considérées prioritaires doivent recruter pour faire face à une augmentation de production. Pour ce faire, Périgord développement met à la disposition des entrepreneurs périgourdins Resonne, sa bourse d’emploi inter-entreprises au sein de laquelle sont affichés les besoins identifiés de personnels avec les compétences recherchées. Contact au 05.53.35.80.24 ou au 05.53.35.80.87 et par mail: contact@perigorddeveloppement.com.

  • 07/04/20 | Réunis en visio, les élus régionaux attribuent plus de 350 000 000 € d'aides

    Lire

    A situation exceptionnelle, commission permanente exceptionnelle. En raison de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, c'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ce lundi 6 avril à l'Hôtel de Région à Bordeaux. 233 délibérations, 2 932 dossiers d'aides et 40 opérations de travaux ont ainsi été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset, masqué. Au total ce sont 358 558 032,09 euros de subventions qui ont ainsi pu être attribués.

  • 07/04/20 | Annulation des droits de place pour l’année 2020 à Perigueux

    Lire

    La Ville de Périgueux a décidé d’annuler les droits de place et d’occupation du domaine public pour 2020. Cette décision, qui aura un impact financier sur la collectivité à hauteur de 240 000 €, marque un soutien important de la collectivité envers le tissu économique local. Sont concernés les restaurants, bars, commerçants non sédentaires présents aux marchés alimentaires et non-alimentaires ainsi que les taxis. Les sommes déjà encaissées pour l’année 2020 feront l’objet d’un avoir pour l’année 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'assemblée nationale, l'effet glyphosate et la démocratie

Le constat n'est pas nouveau mais il prend une singulière résonance compte tenu du rapport des forces, au sein de l'Assemblée nationale. Et il a atteint, ces dernières semaines, une manière de paroxysme lors des débats sur la loi « Agriculture et alimentation ». C'est ce que nous appellerons l'effet glyphosate. Seuls 85 députés sur 577 étaient présents lors de l'examen et du vote de l'amendement du député LREM Matthieu Orphelin qui voulait, simplement, que soit tenue la promesse du candidat Macron, l'interdiction de l'herbicide de Monsanto, d'ici 2021. Depuis il ne fait pas trop bon, quand on est député, croiser un électeur que l'épisode fâche d'autant plus que la société française – et nous ne cessons de le constater ici en Nouvelle Aquitaine – est particulièrement sensibilisée par l'usage des produits phytosanitaires en agriculture. Et les doutes grandissants qu'il suscite.

Mais, au-delà de ce moment qui restera dans les annales, c'est tout le travail parlementaire, du moins côté Assemblée nationale qui est, hélas, une fois encore montré du doigt. Non pas que nos députés ne s'emploient pas, pour le plus grand nombre, à faire le job mais ils sont embarqués dans une aventure qui a souvent des allures de mission impossible. Un calendrier législatif, certes voulu pour cause de réformes à marche forcée mais qui, par la multiplication des séances de nuit, favorise à priori les groupes les plus nombreux. En clair, il ne fait pas bon être de l'opposition et même parfois de la majorité, comme Matthieu Orphelin en a fait la rude expérience. Bien sûr, il y eût des précédents dans l'histoire de la V° République, souvenons-nous du débat marathon de 2013 sur la loi créant le mariage homosexuel, mais ce qu'il se passe maintenant dans un contexte politique où le paysage est atomisé et où l'on sent très bien que le Parlement a plus que jamais vocation à n'être qu'une chambre d'enregistrement, est plus que préoccupant, dangereux.

Aurait-on oublié le niveau de l'abstention aux élections législatives, voilà tout juste un an ? 51,29 % au premier tour et 57,36% au second...Il faut croire que dans les cercles du pouvoir on l'oublie beaucoup, en effet, au moment où on concocte une réforme institutionnelle destinée à réduire le nombre de députés et de sénateurs. Une nouvelle donne que l'Elysée souhaite, d'autant plus, qu'elle serait assurée du soutien de l'opinion. Voudrait-on rajouter une couche à cet insupportable sentiment diffus d'anti-parlementarisme que l'on ne s'y prendrait pas autrement...Et, croit-on que l'on va intéresser une génération qui s'éloigne chaque jour davantage de la politique, en caricaturant le travail de l'élu dont on se préoccupe bien peu là-haut, de sa nécessaire présence sur le terrain et de son écoute, au plus près des gens d'ici, d'en bas. Alors, on peut toujours après cela s'abriter derrière une consultation citoyenne d'origine ministérielle, comme celle qui a lieu actuellement sur le thème « Villes et les territoires de demain ». C'est mieux que rien. Mais au moment où partout la démocratie donne des signes de faiblesse, où les peuples sont souvent rudement confrontés au réel que les tenants du pouvoir central ne croisent que le temps d'un séminaire gouvernemental de terrain, il va devenir urgent de redonner des couleurs, et un peu de pouvoir, à une assemblée qui, sous cette V° République présidentielle, a été voulue voilà soixante ans, comme le bras séculier du monarque, dans une période de crise politique exceptionnelle où De Gaulle fût appelé comme le sauveur. Et, à cet égard, François Bayrou a raison, ce n'est pas un zeste de scrutin à la proportionnelle qui y suffira.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3847
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
morlot | 11/06/2018

Merci Joël pour ton éditorial toujours plein de sagesse et de bon sens, de finesse et d'intelligence.Je suis ébahie de voir l'apathie d'un grand nombre et la connivence de certains journalistes vis à vis du pouvoir! bien sûr que l'affaire du glyphosate est inadmissible! merci de l'avoir "dit". Bonne journée à Toutes et Tous. Nathalie Morlot.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires