Le Fil d'Aqui

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.


- Multivote -


- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'épi sur la tempe et les algues, en manière de pâté de sable, étaient juste de trop...

L'épi de maïs sur la tempe et les algues vertes en guise de pâté de sable c'était beaucoup, beaucoup trop pour la profession agricole. L'agriculture, le plus souvent aux abois, et dont nombre de filières vivent sur le fil du rasoir, avait imaginé une autre forme de teasing pour promouvoir le grand rendez vous annuel du Salon de la Porte de Versailles qui s'ouvre ce matin.

Le métro, du côté de Montparnasse, tenait lieu de média pour France Nature Environnement, lancée dans une campagne d'affichage en manière de sommet de la provocation. Passons sur les péripéties judiciaires, la plainte du président du conseil régional de Bretagne Yves Le Drian, les interdits de la RATP, la main sur le cœur des écolos qui jurent, quasiment, qu'ils n'ont pas voulu de mal aux agriculteurs... juste répéter «ce qu'ils disent depuis quarante ans », à savoir qu'il « faut changer de modèle agricole ». Et disons, sans détour, que ce n'est pas comme ça qu'on y arrivera. Mais plutôt comme cela se passe déjà dans les instances telles « Ecophyto 2018 », où se côtoient organisations agricoles et écologistes, qui se fixe pour objectif de parvenir à réduire, de moitié, à cet horizon, l'usage des pesticides. Et y parvient, ici et là, de façon expérimentale.

Alors pourquoi pareille provocation ? Cherchons du côté de la politique, de feu le « Grenelle de l'environnement », cher à l'ex-ministre Jean-Louis Borloo ; les propos intempestifs de l'homme de l'Elysée - " toutes ces questions d'environnement, là aussi, ça commence à bien faire" - destinés à se rabibocher avec les agriculteurs n'avaient rien arrangé.
La vérité, aujourd'hui, c'est que l'agriculture française est engagée dans un grand chantier où l'impératif environnemental n'a jamais été aussi fort. Toute occupée à produire et à vendre, souvent au moindre prix, dans un contexte de folle flambée des matières premières (1), l'agriculture française agit pour être de plus en plus propre mais ne le fait pas savoir. Pas un seul discours, cependant, de responsable professionnel ou de syndicaliste qui omette de rappeler les « attentes sociétales », pas une journée sans que l'on apprenne de nouvelles conversions au bio, pas un salon où on ne découvre de nouveaux produits de qualité dont le cahier des charges répond à des obligations précises.
Ce n'est certes pas le meilleur des mondes surtout quand on est, trop encore, tributaire de produits importés de pays qui se foutent de l'environnement et arrosent leurs sols de pesticides. On pense à l'élevage. Mais les progrès sont considérables et doivent être encouragés. Et si nous parions que France Nature Environnement, sans aller à Canossa, participera activement à la probable campagne de... Nicolas Hulot ?

Joël Aubert

1. On aprend que des récoltes de céréales de 2012 (!) se vendent avant le moindre semis en Europe.

PS. Tandis que les flashes crépitent et les perches se bousculent sur les pas de DSK venu de Washington au rendez vous du G 20, Nicolas Sarkozy travaille ses « dossiers agricoles ». Signe des temps : d'un côté les feux de la rampe et un rendez vous avec les lecteurs du Parisien, de l'autre une réunion de travail bien roborative avec ces agriculteurs qu'il faut reconquérir. Les chemins qui mènent à l'Elysée 2012 n'ont pas la même saveur...

Partager sur Facebook
Vu par vous
245
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Stéphane Thépot | 20/02/2011

Est-ce FNE qui en fait "trop" avec cette inhabituelle campagne à la Greenpeace, ou l'agriculture française qui n'en fait pas assez ?
S'il est vrai que la tendance à produire "plus propre" fait son chemin dans nos campagnes, présenter la France comme "tributaire de produits importés de pays qui se foutent de l'environnement" est un peu rapide. A votre avis, qui achète des terres à l'Est, au Sud et ailleurs, pour exporter notre glorieux modèle ? Dans quelle région un député a-t-il réussi à faire avaler qu'il ne fallait plus faire les enquêtes publiques prévues par le Grenelle pour ne plus "accabler" les producteurs de porcs injustement comparés à des industriels pollueurs alors qu'ils ne sont plus que les sous-traitants de Cochonou and Co ?
Lisez donc la pièce de théâtre écrite en 1987 par collègue aveyronais, Yves Garric. Elle s'appelle "une ferme en T.R.O.P". Accessible ici : http://www.theatrotheque.com/web/lire.php?fiche=211

tomas moya | 21/02/2011

je pense que les méthodes de cette ecologie ressemblent à une dictature du geste et de l'esprit.FNE ne doit pas ignorer que 400 cultivateurs se sont suicidés en 2010, connait-elle une profession qui livre sa marchandise à une coopérative ou à la grande distribution sans en connaitre le prix qui lui sera payé. Mesdames messieurs de la FNE un plus de modération dans vos propos, SVP et vérifier ce que vous mangez, un agriculteur aura mis tout son savoir pour que ces produits soient de qualité.

jeremy | 21/02/2011

La récolte 2013 (!!) se vend également très bien....

Thierry Merger | 27/02/2011

On peut discuter du moyen le plus efficace de faire changer la mentalité agricole moyenne (celle portée par la FNSEA, pour simplifier), mais il n'y a pas de preuve évidente qu'elle change.
L'élevage intensif, dans des conditions effroyables, des porcs, des poules, l'utilisation forcenée des ressources en eau, l'excès de pesticides avec, il y a de bonnes raisons de le craindre, des conséquences terribles pour la santé humaine, la réduction à zéro de la biodiversité comme dans nos nouveaux champs landais...
Que faut-il faire pour que ça change ? A mon avis, chacun doit déjà modifier sa consommation personnelle.
Mais l'expression d'un ras-le-bol public est aussi salutaire. Donc je comprends que la FNE tape du poing sur la table.
Et les agriculteurs (enfin, ceux qui sont pris dans le système industriel) sont souvent insultants aussi, envers les écolos...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires