Le Fil d'Aqui

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.


- Multivote -


- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'été est là et l'Aquitaine s'offre à nous

L'été est là et bien là... Il s'installe, prend ses aises, pousse au jardin où vient le temps des tomates potagères, s'épanouit au verger où les prunes mûrissent et les pêches élaborent leur sucre au soleil ; Rien ne presse : surveillons-les pour les attendre et les déguster à maturité. Un privilège assurément en ces temps où elles arrivent dans les rayons de la GMS calibrées et le plus souvent dures comme la pierre. Il est vrai qu'ici, en Aquitaine, nous avons le choix de retrouver le bonheur des Marchés de Producteurs de pays...Il n'y a pas si longtemps, au salon régional de l'agriculture, nous faisions la queue pour acheter quelques barquettes de maras ou autres charlottes arrivées en droite ligne de La Réole où les Maubourguet cultivent la saveur des fraises comme d'autres écrivent des poèmes, avec ce sens du don qui n'a pas de prix, à moins que justement il ne le fasse oublier...

Oui l'été est là et, avec lui, vient le temps des matins délicieux où les sandales s'enfoncent, à loisir, dans les hautes herbes qu'un grain de la nuit a couchées. C'est, aussi, le temps des soirs où l'on guette les ciels d'orage et le cours des nuages. Sont-ils attirés par l'estuaire ? Alors il est permis de croire que le risque de grêle sera plus faible....le viticulteur peut être solidaire mais il pense d'abord à sa vigne qui, cette année, nous rappelle avec une vigueur explosive qu'elle est une liane et qu'il faut donner le meilleur de soi-même pour la dompter, tout en l'écoutant... En face de chez moi, vers l'Ouest et l'Océan, il va y avoir un mois, les viticulteurs médocains du coté de Prignac, Blaignan, Ordonnac et Saint-Yzans ont payé un lourd tribut à la grêle dévastatrice. Et, si nous nous inquiétions de leur sort, alors que la sortie de la fleur nous laisse entrevoir, chez nous, une récolte abondante...

Oui, l'été est bien là. Pas de doute ; il suffit d'entendre les cris de joie des petits voisins. Ils ont tourné la page de l'école, bien indifférents au dernier débat que leur ministre a lancé sur la place de la note dans l'évaluation de leur scolarité ; ils sautent dans la piscine gonflable qui est devenue, dans notre société hédoniste, la baignoire en plein air sans laquelle il n' y aurait pas de vacances réussies...

Le temps de l'été, ici en Aquitaine, celle d'aujourd'hui, - mais nous sommes prêts à annexer les Charentes et leurs îles, Aix, Oléron, Ré - comment ne pas le vivre comme un privilège renouvelé ?...Le choix est si large et le pays est si beau. Sachons laisser place à l'imprévu de Capbreton à Duras, des Aldudes à Pauillac, de Blaye à Biron...

Ferais-je cet été le tour du Pic Midi d'Ossau que j'ai escamoté l'été passé ?... Sans doute, ne serait-ce que pour faire partager, depuis le col de Peyreget, où j'ai croisé pour la première fois le lagopède, le souvenir merveilleux de cette traversée « Petit Pic-Grand Pic » qui vous fait épouser, à jamais, la passion des Pyrénées et oublier les Alpes... Sur la route du retour je ferai un crochet saluer l'ami Bernard à Bernède, humble seigneur des côteaux gersois, parole de la terre et nous referons, probablement, l'histoire du XV de France en commençant par les envolées des Prat et autres Boniface à une époque où le rugby se conjuguait entre Lourdes et Mont-de-Marsan...

Promis, cet été je m'arrêterai à Saint-Justin, dans les Landes en Bas-Armagnac, saluer à l'Hôtel de France Michel Carrère et son épouse qui illustrent si bien le meilleur de l'esprit de cette région, la simplicité, l'authenticité et la chaleur de l'accueil.

Viendra le moment de retrouver les amis à Montignac, les concerts en bord de Vézère et le jeune violoncelliste Edgar Moreau qui nous fît si grande impression, l'an passé.

Aurais-je, pour autant, omis de convier mes proches à dîner à "la Concha" à la Barre de l'Adour pour apprécier, une fois encore, son extraordinaire dorade à l'espagnole ? Certes pas, parce qu'il nous faut continuer à cultiver cette harmonie singulière qui peut exister entre un lieu et un mets,

Et puis, le temps de ces « Estivales » avec lesquelles j'ai plaisir à renouer, j'aurai enfin réussi à plonger dans le récit que l'on me dit extraordinaire de cet été 1914, de cette « marche à la guerre » que nous a livré, depuis Cambridge, Christopher Clark avec « Les Somnambules ». Sa lecture m'autorisera à délaisser les stériles joutes franco-françaises, les supputations sur le possible retour de l'ancien président qui n'aime pas les juges, l'improbable carte des régions. Et le retour sur terre des « Bleus » accueillis au Bourget comme des vainqueurs, ce qui au passage doit nous convaincre pour une équipe, certes en progrès, mais qui n'a pas dépassé le cap des quarts de finale, que le pays peut se contenter de peu pour garder le moral...

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
7720
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
DESVERGNE | 07/07/2014

C'est ainsi qu'on aime l'Aquitaine et un de ses écrivains...

Bernard Jouannaud | 12/07/2014

Quel texte ! Un "Aubert" grandiose comme nous les aimons. Cette plume nous fait rêver, respirer et même nous détend ! Bonne nouvelle, Joël va se reposer.....

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




10/09/2017 | Avant ce mardi... les non-dit et les oublis d'une réforme

C'est entendu: mardi sera un autre jour... Depuis que la CGT a pris la tête du mouvement de contestation à la réforme du Code du Travail par ordonnances, le rendez vous du 12 septembre est inscrit sur l'agenda politique. Ainsi va ce pays, qui d'un gouvernement à l'autre, semble devoir évaluer ces possibilités de mouvement à ce match de fond de court entre le pouvoir et les syndicats. Souvenons-nous: c'était quasiment hier et la loi El Khomri, dont le contenu était quand même plus "soft" que celle de Muriel Pénicaud, avait précipité la déconfiture du parti socialiste. Cette fois la CGT, flanquée de "Solidaires", porte plus que jamais les couleurs d'une opposition frontale. L'une des inconnues, et peut être pas des moindres d'ailleurs, sera de regarder si du côté de Force ouvrière, et de la CFDT surtout, certaines sections rejoindront le mouvement en désaccord avec les centrales; avec un Etienne Mailly content d'avoir été consulté et re-consulté et d'un Laurent Berger que cette réforme n'enchante pas, notamment parce qu'elle ne veut pas, au fond, faciliter une renaissance syndicale réformiste, mais qui veut croire encore que la thérapie Macron va réveiller l'économie française. Et pour tout dire enclencher une relance forte de l'investissement et le développement de ces petites et moyennes entreprises dont le pouvoir attend qu'elles créent des emplois et contribuent à arracher le pays au chômage de masse.

Lire la suite


13/08/2017 | Humeurs d'été: ces temps de coupes sombres

En chemin vers le rendez vous chaque été renouvelé du festival du Périgord Noir, empruntant les routes délicieuses et ombragées qui longent la rive droite de l'Isle, je goûte à l'émotion de ces villages traversés qui s'accrochent non sans mal à la vie. A ces images d'élevage de coteaux qui, hélas, se font de plus en plus rares tant il faut de courage à ces exploitants en difficulté pour maintenir une agriculture affrontée à la vive concurrence d'une autre agriculture à grande échelle. Une manière d'agro-industrie où les fonds de pension font souvent une entrée fracassante et n'ont pas de problèmes, eux, pour acquérir des terres sans espoir de succession. Et ne soucient guère de cette belle mission, non écrite mais si précieuse de gardienne des paysages, celle que notre agriculture de proximité assume encore, là où elle tient le coup économiquement. Et je pense à ces jeunes, rencontrés ces derniers mois et semaines, qui souvent venus d'ailleurs, font le choix audacieux mais résolu d'embrasser l'agriculture et, se faisant, de faire plus que produire, d'aller à la rencontre de la société, de ses attentes d'authenticité, de partage, et donc de multiples saveurs. Ils ne craignent pas de vous dire: " Je ne vais pas pouvoir me sortir un salaire avant deux ans mais je sais que j'y arriverai." Je pense à eux, à Laura et Clément par exemple et j'ai envie de pousser un grand coup de gueule.

Lire la suite