Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'Europe a quand même son "joli mois" de mai.

« Le Joli mois de l'Europe. » L'Aquitaine qui a eu la belle idée, dès 2010, d'accoler l'Europe à ce mois où la nature se libère du carcans de l'hiver, a frappé ce week-end les trois coups bordelais de cette fête qui, aujourd'hui, bat son plein dans dix huit régions françaises. Animations en tous genres, débats, expositions ; lycéens, étudiants, entreprises, collectivités qui entrent dans la danse : l'Europe peut encore faire recette, y compris en temps de crise. Réjouissons-nous donc car ce n'est pas en accusant l'Union, son fonctionnement, ses insuffisances démocratiques, son côté exagérément normatif, qu'on la fera progresser.

Que dire et que faire, justement, pour tenir le cap en ces heures où notre pays, désenchanté par l'action du politique, est tenté de céder aux sirènes du populisme qu'il émane de l'extrême gauche façon Mélenchon ou de l'extrême droite version Marine Le Pen ? Accuser la « bureaucratie » Bruxelloise qui s'imposerait aux Etats et contrôlerait le cadre économique et juridique de leur action ? Ce serait oublier, et c'est pratiquement toujours le cas, que ces mêmes Etats sont les vrais décideurs à travers le Conseil des ministres et que le Parlement européen qui peut certes s'opposer à des orientations et décisions avec lesquelles il est en désaccord a rarement, sinon jamais, le dernier mot.

Au fait sait-on qu'actuellement celui-ci refuse obstinément la copie des Etats sur le projet de budget pour les sept ans à venir de 2014 à 2020. Un vrai bras de fer a commencé qui peut durer des mois. Le président aquitain de la commission des budgets, l'eurodéputé Alain Lamassoure, très remonté, pointe du doigt les factures impayées par ces mêmes Etats en 2012 et 2013 et la Commission s'est attelée à proposer un budget rectificatif en baisse... Le conflit peut très bien s'éterniser jusque l'an prochain et le rendez vous...des élections européennes. Car, nous ne voterons pas seulement pour les élections municipales en 2014 ; pour les européennes aussi. Et, là, ne doutons pas que la désillusion des citoyens en période de crise peut entraîner des réactions très négatives. Entre abstention massive ou/et vote en faveur des extrêmes qui, tout en vilipendant, l'Europe voudront montrer leurs muscles.
Voici quelques bonnes raisons, non seulement de ne pas baisser les bras mais, plus encore, de débattre, de rechercher le débat. De rappeler les nombreux acquis d'une Union qui hélas n'a pas su traduire sur le plan politique, celui des Institutions, ce qu'elle a mis en place sur le plan économique et financier. Et ainsi lui faire contrepoids.
Parmi les rappels, et à titre d'exemple, le Fonds Européen de Développement régional a décidé d'attribuer une enveloppe de 392 millions d'euros à l'Aquitaine, pour la période 2008-2013, le Fonds Social Européen - le FSE - 188 millions, le Fonds de Développement rural 177 millions d'euros...Des contributions d'autant plus précieuses que, sans l'intervention de l'Europe, les Etats, trop souvent, auraient été absents au rendez vous de la solidarité... Encore n'y a-t-il pas que le volet sonnant et trébuchant qui plaide en faveur de l'Union; il existe à travers les échanges culturels, un programme comme Erasmus qui a permis le développement d'un réseau de haut niveau en faveur de l'enseignement supérieur, la matrice d'une culture européenne qui doit être sans cesse encouragée. Il suffirait d'interroger un étudiant français ou britannique sur l'opportunité d'aller plus loin dans cette voie pour clouer le bec aux eurosceptiques. Et à ce cher Mr Cameron...

Prenons donc la parole, défendons l'Europe comme nous défendons notre propre patrimoine culturel sans céder à la béatitude mais sans jeter aux orties cette « maison commune » dont le destin est inséparable de celui de nos enfants.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
598
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires