Le Fil d'Aqui

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.


- Multivote -


- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'Europe française désavoue le PS et se met au vert

La déroute électorale du parti socialiste à laquelle répond, en quelque sorte, la percée exceptionnelle d'Europe Ecologie; l'échec de la stratégie de François Bayrou; le succès attendu de l'UMP: le sondage grandeur nature que représente cette élection est riche d'enseignements.

Le plus lourd de sens reste quand même cette abstention record, au cœur d’un pays fondateur de la construction européenne. Si ça ne s’appelle pas une crise de confiance alors on ne sait comment qualifier pareil désintérêt. Il faut l’admettre : l’Union Européenne, aux yeux des Français, ne semble pas, ou plus, digne d’engagement. Du moins, l’Union telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, dont le rôle protecteur, tant vanté par le parti au pouvoir est tout sauf évident. Le divorce est profond, et il remonte, pour l’essentiel, à ce référendum de 2005 rejeté massivement par le peuple. La crise financière actuelle, ses conséquences souvent dramatiques pour l’emploi, ajoutent à ce désaveu. La préférence communautaire n’est plus de mise et l’élargissement de l'Union, mal maîtrisé, à 27 pays donne de l’Union l’image d’un conglomérat où les différences abyssales des niveaux de vie, de protection sociale sont elles-même source d’incompréhension. On est bien loin de l’utopie fédéraliste chère au mouvement européen de l’après guerre ! Faut-il pour autant jeter l’Union aux orties, considérer comme cela a été dit pendant la campagne électorale que le chantier devrait être repris à la base avec une Constitution soumise aux citoyens européens le même jour? Cette hypothèse est d’autant plus improbable que les pays fondateurs ne sont absolument pas disposés à rouvrir ce chantier. Ils vont attendre l’automne et le nouveau vote des Irlandais, en croisant les doigts pour que le traité de Lisbonne puisse entrer en vigueur. L’Union est donc provisoirement condamnée à vivre sa vie sous la houlette d’une Commission dont le président Barroso passe pour être un « affreux libéral », un Parlement dontla majorité ne changera pas, sera même plus à droite, et un Conseil européen où la France et L’Allemagne devront composer avec les présidences tournantes.
Reste l’inconnue de la tonalité écologiste d’un Parlement où l’impact du vote français va quand même se faire sentir.
Cette percée des Verts résonne comme l’expression d’une attente des citoyens que la crise, autant que le Grenelle de l’Environnement, font réfléchir. Sur l’essentiel et l’accessoire. Sur nos modes de vie. Ce succès souligne, cruellement, par contrecoup la vacuité du parti socialiste dans ce débat, non point qu’ici et là au sein des collectivités il en soit absent. Au contraire. Mais son fonctionnement d’un autre âge, sa démocratie d’appareil, sont inadaptées aux attentes de la société. Le désaveu que l’électorat populaire, son électorat naturel, vient de lui infliger est cinglant. Divisé, y compris sur l’Europe, incapable de propositions réalistes, le PS ne joue plus le rôle d’opposant dont la démocratie française aurait pourtant un immense besoin.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
238
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Michel du Médoc | 08/06/2009

"Une élection riche d'enseignement" ? En effet, mais peut-être avec d'autres points de vue que ceux développés par une presse toujours frileuse à pousser les raisonnements. Hormis "aqui.fr", et merci !


"Abstention record" ? Oui, à croire que les puissants médias TV ont tout fait pour ne pas inviter ce week-end les Français à voter ; entre la finale du championnat de France de rugby et les deux finales de Roland Garros, le tout sur service public, à aucun moment les animateurs sportifs n'ont rappelé aux plus fortes audiences du week-end, leur devoir de citoyen. Et ce n'est qu'un tout petit aperçu de l'omerta des médias de masse. En Belgique, le vote est obligatoire...


"On est bien loin de l?utopie fédéraliste chère au mouvement européen de l?après guerre ! Faut-il pour autant jeter l?Union aux orties" ? Oui il le faudrait, tout au moins dans le sens où elle continue à se construire, façon Barosso : libre-échange à tout va, business libéré, circulation de l'argent sans régulation, montants compensatoires disparus, compétition et déflation sociales à tous les niveaux. Pour réussir ensemble, l'Europe doit être capable de faire collaborer ses citoyens et non les mettre en concurrence permanente : le TCE, décliné façon Lisbonne, contient en soi tous les ferments de cette compétition au profit du capital et non du citoyen. La question de l'Europe n'est plus de ce jour : la très grande majorité des citoyens sont pour l'Europe. Seule la façon de la faire diffère, longtemps mollement, aujourd'hui fortement.


"Barroso ne passe pas pour un affreux libéral" : il le prouve tous les jours. Même avec l'appui du PSE et donc du PS français, contrairement à ce qu'il écrit dans son programme officiel reçu dans nos boîtes aux lettres la veille de ces élections. Mme Aubry s'étonne de prendre un belle raclée à ces élections ? Il faut être sourd ou inintelligent pour ne point comprendre cette mécanique. Ou prendre les citoyens votant l'alternative de gauche au PS, pour des idiots.


Dans le même registre, Mme Dati exprimait ce matin sur France Inter, que les électeurs d'Europe-Ecologie "ne sont pas tous de gauche". Je m'étonne de cette affirmation de la Ministre de la Justice qui n'a pas pu manquer la présence de sa confrère Eva Joly dans la liste de Bové/Cohn-Bendit/Joly ; une magistrate qui oeuvre depuis tant d'années pour une justice chère à la vision de Marx et se bât depuis autant de temps contre les paradis fiscaux et la déliquance financière internationale, apanage de ceux que laisse faire un Barroso dans sa vision dérégulatrice tous azimuts. Bové dans sa vision alternative, proche d'Attac, Cohn-Bendit parfois le cul entre deux chaises mais à qui on ne peut reprocher un vision réellement sociale de l'Europe, et Joly qui tire à tout va contre les affres du capitalisme financier : Rachida a trop de rimel au coin de yeux...


Au delà de la vacuité du programme du PS actuel, il me semble que c'est avant tout le fait que le PS ne réponde plus à une demande de "société sociale" du gros des électeurs dont les revenus ne permettent pas de profiter du bouclier fiscal. Tout prouve depuis 25 ans que le PS est à côté de ses pompes autant pour ses valeurs que dans ses actes. Ses langues de bois, débités par des bobos estampillés par l'ENA, n'ont plus cours auprès des gens simples, éduqués et demandeurs de plus d'équité et de justice sociale. Quant à l'espace occupé par l'extrême gauche, elle n'est que trop à l'image d'un syndicalisme clodiquant, laissant les travailleurs se battre seul contre les effets de la crise : loin d'une utopie révolutionaire, elle se perd en conjecture. Porteur d'un mandat de cogestion à l'échelle européenne, ce syndicalisme est trop souvent un onguent au service des grands changements voulus par une oligarchie ultra-libérale et ô combien convaincante... médiatiquement. L'échine trop courbée d'un syndicalisme mou, même au plus fort d'une crise qui prouve la limite d'un système sans cesse renouvelé depuis la première grande crise de 1873...


Bref, à qui se fier ? Naturellement à son propre environnement, immédiat, et que tout un chacun souhaite sain, respectueux et non pollué. Tout ce que n'incarne plus un bi-partisme de rente, porté par l'UMP et son PPE européen, et le PS et son PSE européen. Alors, quand le mouvement Europe Ecologie sort grand gagnant de cette élection sur notre territoire, les raisons de ce choix ne sont qu'analysées d'une façon simpliste par les commentateurs patentés. Cela évite de renvoyer nos politiques à un débat de fond pour lequel on est en droit d'attendre du quatrième pouvoir, un rôle un peu plus engagé. Et cela renvoie sur la pratique du sondage, qui préforme un pays à coup de questions dignes d'un test pour chimpanzés.


Aux rames, citoyens !

François Mauriac | 09/06/2009

Merci Michel pour cette analyse que je partage en grande partie.
Un lecteur de l'entre deux mers.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires