Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'Europe impuissante face au drame des migrants

Sous ce titre « Morts en Méditerranée : le déshonneur du Conseil européen » une quarantaine d'associations, présentes dans plusieurs pays de l'Union, ont publié un communiqué depuis Bruxelles, le 24 avril, pour manifester leur réprobation face à la modestie des mesures arrêtées. Nous avons choisi de le publier, en complément à cet éditorial, parce qu'à nos yeux il témoigne de l'immense décalage existant entre la perception des drames récents par une opinion bouleversée et l'impuissance des politiques à apporter des réponses qui soient à la mesure du défi auquel l'Europe doit faire face.

Celles-ci, ont été envisagées, essentiellement, sous la forme d'opérations de commandos, destinées à frapper les trafiquants et les passeurs, à la source, c'est à dire en détruisant les embarcations de fortune, s'est voulue sur le mode manière forte. Un signal envoyé du même coup aux populations tentées par l'exil. Les experts doutent de sa vraisemblance, dès lors que des actions terrestres, en Libye par exemple, semblent rejetées et, de toute façon, rien ne dissuadera des milliers de gens de tenter leur chance, au péril de leur vie. Quelques 500.000 migrants selon l'Organisation maritime internationale pourraient vouloir rejoindre l'Europe cette année.

Alors que faire ? Accueillir toute la misère du monde... La phrase de Michel Rocard, voilà vingt cinq ans, a été beaucoup rappelée ces jours-ci et l'auteur s'est plu à la rappeler dans son entier, invitant à aider à l'accélération du décollage économique de l'Afrique. Certes, mais les flux migratoires, aggravés par la déstabilisation du Proche orient, de la Corne de l'Afrique et des pays du Sahel emportent les discours comme de misérables digues face au drame de notre commune humanité. L'Union européenne s'est donnée une agence, Frontex, pour tenter d'apporter une réponse coordonnée aux frontières de l'Union et soutenir les missions de surveillance en Méditerranée ; son efficacité est plus que jamais en question.

En réalité, les pays de l'Union, au-delà des déclarations de principe faites sous le sceau de l'émotion maximale, ne semblent absolument pas prêts - le chômage de masse est là - à reconsidérer leurs politiques migratoires. Et à oser affronter un débat pourtant nécessaire avec les peuples; c'est ainsi que l'on va continuer à faciliter, objectivement, la pire des immigrations : la clandestine

"Morts en Méditerranée : le déshonneur du Conseil européen"« En ce mauvais jour du 23 avril 2015, le Conseil européen qui devait enfin « agir » sur une situation « dramatique » en Méditerranée, s’est contenté de tenter de mettre l’Union européenne et ses États membres à l’abri des migrants en renforçant la protection de ses frontières.

À ces milliers d’êtres humains, femmes, hommes et enfants qui risquent la mort, et souvent la trouvent, en tentant de rejoindre des lieux pour se reconstruire et vivre, les chefs de gouvernement européens, réunis à grand bruit, n’ont eu qu’un seul message à leur envoyer : « Sécurité ! ». Ils n’ont pas cherché à sortir d’une concurrence entre les États membres, essayant chacun de prendre le moins possible des migrants après avoir rejeté tous les autres. Quant au mot « accueil », il ne fait pas partie du vocabulaire des chefs de gouvernement.

Lutte contre l’émigration avec l’appui des pays tiers, reconduite à la frontière, refoulement, rétention dans les centres spécialisés, pénalisation de l’entrée... Voilà ce que vont connaître les survivants quand elles et ils auront fini de compter leurs morts. Le Conseil européen en prenant ces mesures honteuses considère que sa responsabilité n’est pas engagée. Il ajoute ainsi aux morts son propre déshonneur. Les associations et organisations qui à travers l’Europe défendent les droits de toute personne à vivre quelque part en sûreté, ne peuvent l’accepter et décideront dans les semaines à venir des moyens pour s’opposer à cette politique mortifère. »

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
9242
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Michel LACANETTE | 27/04/2015

Ceci expliquant peut être le manque de réactivité de l' UE fasse aux flux migratoires de plus en plus importants.

A ce sujet lire : Géopolitique des frontières, la privatisation par Fanny MIALLET, Léo PHILIPPE, le 19 mars 2014 sur Diploweb.com.



rodel | 27/04/2015

merci de rappeler ce texte important qui dénonce notre déshonneur. Demain,mardi, à 18h30, place Pey-Berland, aura lieu un Cercle de Silence pour manifester notre rejet des politiques menées, ici et en Europe, à l'égard des migrants, des demandeurs d'asile

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires