Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.

11/10/18 : Venue de Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, le 12 octobre à Bordeaux, à l’invitation d’Alain Juppé, pour participer notamment à une consultation citoyenne sur les attentes des jeunes vis-à-vis de l’UE organisée par Kedge BS

11/10/18 : A Bordeaux, rassemblement pour le climat le 13 oct. à 14 h, place Pey-Berland. Débutant par une prise de parole, la mobilisation se poursuivra par la remise officielle du rapport du GIEC au Maire de Bordeaux et psdt de BM pour cheminer jusqu'à Darwin

11/10/18 : Du 19 au 29 octobre : prévention contre les AVC dans la Métropole bordelaise soit 1 000 prises de tension, 10 000 tensiomètres offerts, 8 conférences, sensibilisation sur les marchés, places publiques, galeries marchandes et dans le tram AVC.

11/10/18 : La Maison de l’Europe de Bordeaux organise une grande consultation citoyenne sur « Quel projet européen pour quelle unité européenne ? » le lundi 15 octobre à 19 h à la ME 1 place Jean Jaurès, à Bordeaux. Entrée gratuite.

11/10/18 : Tour de France : la fédération est venue visiter la Charente-Maritime il y a peu, annonce aujourd'hui le président du Département Dominique Bussereau. La Charente-Maritime saura si elle fait partie des étapes du tour 2019 mi-octobre...

11/10/18 : Dans les Landes, samedi 13 Octobre, un rassemblement, statique, est prévu à Dax dans le cadre de la Marche pour le climat de 10h30 à 13h, place Roger Ducos, devant la Cathédrale

10/10/18 : La Rochelle : Pierre Larrouturou donnera une conférence publique sur le Pacte Finance-climat 2020, mardi 16 octobre à 18h30 au Musée maritime.Inscriptions : climat.ocean@ville-larochelle.fr ou 05 46 28 03 00

09/10/18 : Le pont d'Aquitaine sera fermé dans les 2 sens de circulation pour des travaux de maintenance entre les échangeurs 2 et 4a de 21h à 6h les 10 et 11 octobre ainsi que le 12 de 22h jusqu'au 13 18h entre les sorties 2 et 4.




- Publicité -
  • 15/10/18 | L’accès au numérique pour tous dans le Marmandais

    Lire

    Vendredi 12 octobre, le Conseil Territorial du Numérique (CTN) Garonne Guyenne Gascogne s’est réuni à Marmande pour aborder l’avancée du Plan Numérique Territorial et travailler des actions visant à l’accès au numérique pour tous. Et notamment en proposant un accompagnement individualisé assuré par un « aidant numérique » et des cours collectifs sur le numérique dans des lieux proches des habitants. A terme, une charte « Territoire d'action pour un numérique inclusif » verra le jour.

  • 15/10/18 | Conseil municipal à hauts risques ce soir à Biarritz

    Lire

    Ce soir lundi 15 octobre, le Conseil municipal se réunira avec une seule question à l'ordre du jour: le financement des travaux de l'Hôtel du Palais et son futur mode de gestion. Un sujet essentiel qui vise le patrimoine de la ville et son impact touristique et qui, en quelques mois, a créé un climat de haute tension parmi les élus de la ville impériale. Notamment le financement d'indispensables travaux dont le coût varie de 65 à 85 millions d'euros, le choix des partenaires mais aussi, tout simplement, l'avenir du contrôle du palace, aujourd'hui propriété de la ville.

  • 15/10/18 | Tailleur de pierre, un métier à découvrir à Limoges

    Lire

    Suite aux travaux de réhabilitation qui ont débuté en septembre au Jardin d’orsay, la Ville de Limoges, l’entreprise Blanchon et la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment proposent des démonstrations des métiers de taille de pierre et de maçonnerie tous les mercredis après-midi du 17 octobre jusqu’à la fin novembre de 14h à 17h. Ces démonstrations gratuites, commentées par des professionnels, s’adressent à tous et notamment aux jeunes souhaitant découvrir ces métiers.

  • 15/10/18 | Le rugby pour toutes avec l’UBB !

    Lire

    L’Union-Bordeaux-Bègles rencontre l’USAPerpignan, au stade Chaban-Delmas, dans le cadre de la Challenge Cup, le samedi 20 octobre à 19 h. A l’occasion d’Octobre rose, la mairie de Bordeaux invite les Bordelaises à venir assister à ce match. Invitations à retirer de 9 h 30 à 18 h du lundi au vendredi à l’Hôtel de ville (entrée 4). Seules les femmes pourront accéder au stade, munies de ce billet (un code est intégré au ticket).

  • 14/10/18 | Elus pour des "Assises départementales de la décentralisation"

    Lire

    Ils n'ont pas participé au rassemblement girondin mais considérant que "le débat sur le fonctionnement et le rôle des collectivités locales est légitime" et que "le modèle lyonnais ne peut s'appliquer à l'identique à la Gironde les conseillers départementaux Jacques Mangon, Agnès Verspuy, Xavier Loriaud, Géraldine Amouroux et Pierre Lothaire appellent à l'organisation d'"Assises départementales de la décentralisation" sous l’égide conjointe des Président de Bordeaux Métropole et du Conseil Départemental associant toutes les collectivités locales de Gironde pour "faire émerger un modèle girondin."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'Hermione, l'Amérique, la liberté et un certain traité transatlantique...

Bon, c'est entendu, l'Hermione a pris la mer avec son équipage enthousiaste, une foule de Charentais fiers de leur histoire venus les fêter et dont certains devaient se souvenir que leurs ancêtres avaient combattu contre l'anglais pour libérer l'Amérique. Sans oublier la bénédiction d'un François Hollande, bien content de trouver une tribune fédératrice pour être de l'événement et saluer l'allié américain et le message de Barack Obama. Saluons donc, d'abord, tous ceux qui y ont cru de très longues années durant, tous ces bénévoles qui, à l'arsenal de Rochefort et pas toujours dans les meilleures conditions, ont relevé le défi envers et parfois contre tout. Saluons les collectivités, Région, département, commune, qui ont été au rendez vous de ce projet et l'ont soutenu. Saluons, aussi, ces citoyens américains qui ont apporté les compléments financiers sans lesquels l'aventure ne serait pas allée jusqu'à ce moment magique du 18 avril. Toutes voiles dehors.

Mais, puisqu'il est question de célébrer, au moins jusqu'à la fin de l'été et le terme de l'expédition, les valeurs de la liberté, celle que Lafayette voulut faire triompher, les armes à la main, et de le faire en osmose avec les Etats-Unis, pourquoi ne pas saisir l'occasion pour évoquer aussi un sujet qui fâche ? Ou, du moins qui commence à vraiment inquiéter le citoyen qui a le sentiment que les décisions qui engagent son avenir se prennent dans son dos. LA question du futur traité transatlantique de libre-échange.

Deux sigles successifs, TAFTA et TTIP, pour un même objectif : parvenir, au terme de négociations globales, en cours depuis deux ans, à abolir le système commercial, et même au-delà, existant entre l'Europe et l'Amérique, au nom de ce que pareil accord semble autoriser : un bond en avant des économies des deux grands partenaires de l'Occident qui s'entendent, en pensant qu'ils seront plus forts face à la Chine. Or, le moins que l'on puisse dire c'est que ces négociations pour lesquelles la Commission européenne a reçu mission des Etats se déroulent en grand secret au point qu'elles suscitent une émotion grandissante. Et, pas seulement parmi les associations non gouvernementales, partis ou mouvements politiques, aux deux extrémités de l'échiquier politique pour ne parler que de la France. Ici même, nous avons eu l'occasion d'évoquer des initiatives citoyennes, dans les Landes par exemple dans la région du Seignanx. Mais c'est en Allemagne que depuis quelques semaines l'opposition va grandissante, au point qu'elle embarrasse de plus en plus le gouvernement de coalition CDU-SPD d'Angela Merkel. En effet, les Allemands se divisent, chaque jour davantage, sur les bénéfices supposés de ce traité pour leur propre économie qui ne serait pas forcément gagnante à épouser cette nouvelle donne transatlantique. On cite souvent, comme l'exemple repoussoir parfait, le refus de la viande aux hormones et les OGM dans l'alimentation. Et s'il est vrai que le consommateur européen n'est sans doute pas prêt à accepter des produits issus d'une agriculture industrielle à grande échelle - encore que déjà l'on ferme bien souvent les yeux sur les aliments du bétail importés – il ne l'est pas moins que les négociations, pour ce que l'on en sait aujourd'hui, ne concerneront pas que l'abaissement des barrières douanières. Elles peuvent déboucher sur une juridiction arbitrale internationale qui viendrait supplanter celle de l'Europe seule et des Etats.

En ces temps de crise, ou à tout le moins de chômage de masse en Europe, cette nouvelle étape qui se prépare, de la mondialisation, a le plus souvent l'aval des gouvernements en place, à la recherche de l'investissement et de la croissance. Mais les peuples semblent pour l'essentiel hors jeu. Certes on expliquera qu'ils auront, en quelque sorte, le dernier mot à travers leurs représentants et le Parlement européen. Mais le précédent de la Constitution Européenne est dans beaucoup de mémoires. Et, il conviendrait de ne pas laisser aux populismes d'ici, le soin de faire profiter leurs fonds de commerce faute d'explications et d'engagements clairs de ceux qui gouvernent. A Paris, comme à Bruxelles ou Strasbourg... ou Berlin.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
16069
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Anne Beauvillard | 20/04/2015

Encore une fois j'apprécie particulièrement la 'reliance' entre des évènements, une prise de hauteur qui permet d'envisager un élément (en l’occurrence le départ de l'Hermione)dans une vision plus large et voir ainsi les corrélations, les contradictions, les antagonismes etc.... Merci pour cette façon d'apporter l'information et de contribuer à élever nos esprits, et du coup nos prises de positions éclairées.

Joël Aubert | 20/04/2015

Merci pour cette réaction qui nous encourage, ici, à aqui, à ne pas rester le nez collé sur l'événement

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite