Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.




- Publicité -
  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

  • 29/09/20 | En Nouvelle-Aquitaine, la Nuit du Droit invite François Mauriac

    Lire

    La Région, l'Ecole des avocats, l'Ordre des avocats et la Conférence du Barreau de Bordeaux s'associent pour fêter la Nuit du Droit ce jeudi 1er octobre. Une Nuit pour le grand public qui marquera les 50 ans de la mort de François Mauriac, en présentiel à l'Hôtel de Région à Bordeaux, et en retransmission simultanée aux Maisons de la Région à Poitiers et à Limoges et sur le site de la Région. A 18h: le procès fictif d'Henriette Canaby, qui inspira le roman Thérèse Desqueyroux, par des élèves avocats, et à 20h30, une table-ronde « Du fait divers au roman : regards croisés sur une œuvre de François Mauriac ».

  • 29/09/20 | La librairie itinérante des Deux-Sèvres reprend la route

    Lire

    A partir du 30 septembre, les Deux-Sèvriens ont rdv avec Terre de lecture. Organisés par la Médiathèque départementale, ces rendez-vous mettent en lumière les lieux de culture indispensables en milieu rural. « L’objectif est d’élargir les publics fréquentant les bibliothèques, de favoriser le rôle de celle-ci dans l’animation locale et de stimuler les projets collectifs entre bibliothèques », pour Esther Mathiet-Lucas, conseillère départementale en charge de la culture.

  • 29/09/20 | Le Concours des Saveurs de Nouvelle-Aquitaine fait escale à Agen

    Lire

    Le 3 octobre, le Conseil Départemental du Lot-et-Garonne accueille le Concours des Saveurs organisé par l’AANA. Il récompense les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories permettant de mettre en lumière le savoir-faire des producteurs locaux. Pour cette session, 200 produits, issus d’une soixantaine de producteurs et artisans, seront jugés par une soixantaine de jurés.

  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante, puis 30 cas à la date du 28 septembre. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'impact français du meurtre de George Floyd à Minneapolis

Il arrive que les réseaux sociaux où dégoulinent, si souvent, la haine de l'autre et l'appel à la violence jouent un rôle décisif dans l'universalité d'une prise de conscience. La mise à mort, filmée, de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis, en faisant le tour du monde, a levé des foules immenses aux Etats-Unis et déclenché des manifestations importantes, notamment entre Paris et plusieurs villes du pays, dont Bordeaux ce samedi. Des rassemblements où les slogans contre le racisme cédaient le pas à une campagne contre les violences policières. Avec en manière de parallèle, bien rapide, la mort d'un jeune de banlieue, Adama Traoré, dans des circonstances qui font toujours l'objet d'enquêtes depuis bientôt quatre ans que les faits se sont produits dans le Val d'Oise. Des gendarmes disculpés par l'instruction mais, ces jours-ci, mis en cause par la famille sur les conditions d'une arrestation, soulignant les conséquences d'un plaquage ventral pour lequel il n'existe aucune preuve visible. Une nouvelle phase de l'instruction doit, à ce sujet, être ouverte le mois prochain.

 

L'extraordinaire élan planétaire contre le racisme suscité par la mort de George Floyd, qu'il faut bien considérer comme un assassinat, ne peut qu'être salué et que le pays des « Droits de l'Homme » y prenne toute sa part ne saurait nous surprendre. Pour autant il ne saurait servir de seul prétexte à une mise en cause systématique de l'attitude des forces de l'ordre qui est dans l'air du temps. Et, singulièrement, depuis que le mouvement social des Gilets Jaunes a donné lieu à des débordements de groupes d'ultras à la violence extrême. Le danger serait qu'une juste cause ne devienne l'aliment d'une campagne caricaturant policiers et gendarmes… En revanche, l'occasion qui se présente de s'attaquer aux discriminations liées aux contrôles au faciès doit être saisie. Le phénomène est connu de longue date et il nourrit une haine « anti-flics » à l'origine de violences, spécialement dans les quartiers où la politique de la ville ne peut contenir incivilités et délinquance.

L'avocat Henri Leclerc, président d'honneur de la Ligue des Drois de l'Homme, rappelle qu'une personne de couleur, originaire d'Afrique, a vingt fois plus de chances d'être interpellée et, se refusant à tomber dans le piège d'une condamnation générale, il souligne qu'à ses yeux cela renvoie à un problème de commandement qui n'est pas assez strict dans les unités des forces de l'ordre. Il faut croire que face à ces discriminations, et à la dégradation de leur image, le gouvernement a compris l'urgence d'une réaction puisque le ministre de l'intérieur est venu, devant le Sénat, promettre des sanctions puis a saisi la justice pour des messages à caractère raciste révélés par la presse. Avant d'en rajouter en parlant de suspension systématique et de précipiter dans la rue des policiers stupéfaits.

Les enjeux du respect, ici et là, de pratiques pleinement républicaines sont primordiaux. Ils le sont d'autant plus que certaines manifestations contre les violences policières nourrissent, à la fois, des causes identitaires dangereuses et un communautarisme prompt à mettre à bas le corpus républicain, à commencer par la laïcité.

 

 

 



 



 

 

 

 

 

 



Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3452
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 13/06/2020

Faut avoir une mémoire sacrément sélective pour ne relever que cela: Et, singulièrement, depuis que le mouvement social des Gilets Jaunes a donné lieu à des débordements de groupes d'ultras à la violence extrême.
vous semblez bien vite oublier les éborgnés, les mains arrachées et les morts. Les gardiens de la paix ne sont plus et trop d'éléments pourris dans ce corps de fonctionnaire décrédibilisent l'institution ce qui je vous l'accorde est extremement dangereux

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires