Le Fil d'Aqui

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.


- Multivote -


- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'inconnue du premier tour

C'est la principale inconnue de ce premier tour : elle se nomme abstention. Les Français dont, à les entendre, le plus grand nombre est déçu par le niveau de cette campagne iront-ils malgré tout voter ? Voter à plus de 70%. On le souhaite et ne donne ici aucune autre consigne que de voter. Oui votons ! Votons sans peur et sans reproche, toute désolation bue alors que les dernières heures du premier round de ce combat qui fut de personnes et de personnalités plus que d'idées, touche à sa fin.

Désolation car de débat nous n'avons guère connu non plus que de réponses vraisemblables à quelques uns des problèmes majeurs qui touchent le pays. Et, parmi eux, le sous emploi, la pauvreté, le logement, la dépendance et la santé, l'échec scolaire.

Certes il en aura été question :

1.Du chômage et de la nécessité de réindustrialiser le pays, de produire français des sujets qui ne pouvaient, à priori, que rassembler les candidats mais dont l'analyse des causes a largement renvoyé chacun d'entre eux aux querelles idéologiques ou aux récupérations politiciennes. Songeons au référendum sur les indemnités de chômage ou à la TVA sociale... Le temps de travail serait trop court en France, son coût trop élevé et le droit du même nom ne serait pas assez flexible...Ce discours n'est pas nouveau. Les salaires trop bas, les retards en matière de recherche développement, le nombre insuffisant de PME et l'absence de moyens de financements adaptés sont des thèmes récurrents.  Autant de constats qui déboucheront sans doute sur quelques améliorations, un plus grand volontarisme. Dommage que l'on ne se soit pas préoccupé, par exemple, de proposer de nouveaux outils pour solliciter l'épargne des Français, aussi abondante que dormante. Mais, hélas le temps perdu  ne se rattrapera plus, en tout cas il en faudra beaucoup, de l'ordre de dix ans, pour que la production remonte à un niveau de création de richesses digne d'un pays qui se dit développé.

2. De la pauvreté on n'aura guère entendu de suggestions pour la combattre. Il est vrai qu'il y a tant à faire déjà pour tenter de trouver un job aux plus jeunes sans désespérer définitivement les chômeurs les plus âgés. Alors se préoccuper de ces millions de pauvres que notre société ne veut pas voir ?... Comme si elle craignait, elle-même d'être entrainée dans la misère, dans la froide comptabilité de celle-ci : arbitrer entre se loger et se chauffer par exemple, cette nouvelle forme de précarité que l'on nomme énergétique et qui renvoie à un passé que l'on croyait à jamais révolu.

3.Du logement qui est l'un des  vrais scandales français alors qu'une loi a montré le chemin voilà plus de dix ans mais  sans parvenir à mobiliser comme il aurait fallu les pouvoirs publics, état, communes, collectivités pour relever, à grande échelle, le défi du logement social dans une société dont pourtant il sautait aux yeux que globalement elle s'appauvrissait. Ce qui n'empêchait nullement, au contraire, l'immobilier de flamber. Des loyers inaccessibles, bloquant  souvent la mobilité  des familles et freinant la création d'emplois.

4.De la dépendance qui devait être un des grands chantiers du quinquennat qui s'achève, chantier qui a tourné court faute de vouloir se donner les moyens d'en faire une priorité nationale. Pourtant voici l'un des plus grands défis que la société française va devoir relever alors que le vieillissement de la population est inéluctable. Et que le nombre des personnes âgées dépendantes va augmenter avec l'arrivée parmi elles des générations de l'immédiat après guerre. Les simulations à cet égard ne laissent aucun doute sur les difficultés que notre pays va rencontrer. Les aides, allocation personnalisée à l'autonomie notamment, l'APA, ne pourront subvenir aux nouveaux besoins et les charges revenant à la personne ou aux familles croîtront inévitablement, tandis que le budget des collectivités ne sera pas extensible.

5. De l'échec scolaire qui est un des fléaux les plus lourds, sinon le plus lourd, dont l'impact est considérable sur la vie sociale, sur l'adaptation future des jeunes au monde de l'emploi et qui nécessite un effort prioritaire. Dès l'école primaire où tout se joue et où les enseignants, malgré eux, sont souvent impuissants à corriger les handicaps des enfants, les carences d'une éducation familiale aléatoire. Jamais l'école primaire n'a mérité autant de moyens pour assurer les premiers savoirs fondamentaux, la maîtrise de la lecture, de l'écriture, le calcul. Le soutien toujours affiché mais qui a tant de mal à être effectif. Nous devrions pourtant  faire de l'école une grande cause nationale à l'heure où il est tant question d'un ascenseur social en panne.

Chacun de ces sujets et celui de la santé qui renvoie, on le sait bien ici en Aquitaine où la désertification médicale est à nos portes, à de nécessaires réformes auraient mérité mieux que des faux débats, à moins qu' à peine esquissés, ils ne succombent à la froide comptabilité des déficits publics. Ils devront attendre, sans doute pas très longtemps car ce qui se lève aussi dans cette campagne c'est une exaspération porteuse de lendemains sociaux et ce quel que soit le vainqueur.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
287
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Joël Aubert | 20/04/2012

C'est vrai que le choc des égos est d'autant plus fort que les institutions y conduisent; et le quinquennat a encore aggravé les choses exacerbant la personnalisation du pouvoir

cr | 20/04/2012

"combat qui fut de personnes et de personnalités plus que d'idées" certes
mais c'est le propre du système de la Ve République aggravé il est vrai sur le plan des "idées" par le recours frénétique aux prétendues enquêtes d'"opinion" (permis de conduire etc...).
Changer d'organisation institutionnelle fait quand même partie de certains programmes, non?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires