Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 17/07/18 | Coopération territoriale entre Bordeaux Métropole et Val de Garonne Agglomération

    Lire

    Le vendredi 13 juillet, le président de Bordeaux Métropole Alain Juppé, et le président de Val de Garonne Agglomération Daniel Benquet ont tenu à Marmande (47) une réunion d’étape sur le projet de coopération territoriale entre les deux collectivités. Ce projet de coopération s’inscrit dans la démarche « Bordeaux métropole coopérative », en vue de tisser des liens vertueux avec d’autres polarités et d’optimiser le fonctionnement de l’aire d’influence métropolitaine.

  • 17/07/18 | Musique en Graves démarre son Festival

    Lire

    Les 19ème Rencontres Musicales Internationales des Graves se tiennent du 17 au 27 juillet avec comme Président d’Honneur ad vitam aeternam Mstislav Rostropovitch. Le festival propose 8 concerts riches en diversité musicale. Chaque concert sera suivi d’une dégustation offerte par les Châteaux des Graves et du Sauternais hôtes de ces soirées. Infos et réservations : www.musiqueengraves.com

  • 17/07/18 | Une saison réussie pour l’Opéra de Bordeaux !

    Lire

    La saison 2017/2018 du Grand-Théâtre et de l’Auditorium de l’Opéra National de Bordeaux se termine sur de bons chiffres. 600 artistes se sont vus applaudis au cours de 270 levers de rideaux par 200 000 personnes (soit un taux de remplissage de près de 90%) dont un quart avaient moins de 30 ans. L’Opéra a également accueilli plus de 15 000 scolaires cette saison. La saison prochaine qui débutera le 18 septembre avec un récital du ténor Jonas Kaufmann a déjà 110 spectacles programmés. Pensez à réserver vos places !

  • 17/07/18 | Intempéries: le Département des Landes vote des aides d'urgence

    Lire

    Sans attendre le résultat des procédures de demande de reconnaissance de l’état de calamité agricole en cours d’instruction par les services de l’État, le Conseil départemental des Landes, qui siégeait ce lundi 16 juillet en commission permanente, a voté le déblocage d’aides d’urgences pour les agriculteurs impactés par les récentes intempéries. Pour les kiwiculteurs du secteur des Gaves, une aide exceptionnelle pour le nettoyage des vergers pour un montant prévisionnel de 80 000€ pour 120 ha. Et 40 000€ pour l’achat ou le transport de fourrages en soutien aux éleveurs des Barthes touchés par les inondations.

  • 17/07/18 | Festival Salut à vous, pour tous !

    Lire

    Le Festival Salut à vous revient les 20, 21 et 22 juillet à Jau-Dignac et Loirac (33). Cet évènement multiculturel à dimension humaine réunit la musique, le spectacle vivant et le sport. Au total 15 concerts sont organisés sur les 2 soirées ainsi que 3 jours d’activités pour tous les goûts et tous les âges dont les journées "Familles à vous" qui proposeront des activités gratuites comme des spectacles d’arts de rue et de cirque, des stands de vins... Infos et réservations : http://www.salutavous.fr/crbst_20.html

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'inconnue du premier tour

C'est la principale inconnue de ce premier tour : elle se nomme abstention. Les Français dont, à les entendre, le plus grand nombre est déçu par le niveau de cette campagne iront-ils malgré tout voter ? Voter à plus de 70%. On le souhaite et ne donne ici aucune autre consigne que de voter. Oui votons ! Votons sans peur et sans reproche, toute désolation bue alors que les dernières heures du premier round de ce combat qui fut de personnes et de personnalités plus que d'idées, touche à sa fin.

Désolation car de débat nous n'avons guère connu non plus que de réponses vraisemblables à quelques uns des problèmes majeurs qui touchent le pays. Et, parmi eux, le sous emploi, la pauvreté, le logement, la dépendance et la santé, l'échec scolaire.

Certes il en aura été question :

1.Du chômage et de la nécessité de réindustrialiser le pays, de produire français des sujets qui ne pouvaient, à priori, que rassembler les candidats mais dont l'analyse des causes a largement renvoyé chacun d'entre eux aux querelles idéologiques ou aux récupérations politiciennes. Songeons au référendum sur les indemnités de chômage ou à la TVA sociale... Le temps de travail serait trop court en France, son coût trop élevé et le droit du même nom ne serait pas assez flexible...Ce discours n'est pas nouveau. Les salaires trop bas, les retards en matière de recherche développement, le nombre insuffisant de PME et l'absence de moyens de financements adaptés sont des thèmes récurrents.  Autant de constats qui déboucheront sans doute sur quelques améliorations, un plus grand volontarisme. Dommage que l'on ne se soit pas préoccupé, par exemple, de proposer de nouveaux outils pour solliciter l'épargne des Français, aussi abondante que dormante. Mais, hélas le temps perdu  ne se rattrapera plus, en tout cas il en faudra beaucoup, de l'ordre de dix ans, pour que la production remonte à un niveau de création de richesses digne d'un pays qui se dit développé.

2. De la pauvreté on n'aura guère entendu de suggestions pour la combattre. Il est vrai qu'il y a tant à faire déjà pour tenter de trouver un job aux plus jeunes sans désespérer définitivement les chômeurs les plus âgés. Alors se préoccuper de ces millions de pauvres que notre société ne veut pas voir ?... Comme si elle craignait, elle-même d'être entrainée dans la misère, dans la froide comptabilité de celle-ci : arbitrer entre se loger et se chauffer par exemple, cette nouvelle forme de précarité que l'on nomme énergétique et qui renvoie à un passé que l'on croyait à jamais révolu.

3.Du logement qui est l'un des  vrais scandales français alors qu'une loi a montré le chemin voilà plus de dix ans mais  sans parvenir à mobiliser comme il aurait fallu les pouvoirs publics, état, communes, collectivités pour relever, à grande échelle, le défi du logement social dans une société dont pourtant il sautait aux yeux que globalement elle s'appauvrissait. Ce qui n'empêchait nullement, au contraire, l'immobilier de flamber. Des loyers inaccessibles, bloquant  souvent la mobilité  des familles et freinant la création d'emplois.

4.De la dépendance qui devait être un des grands chantiers du quinquennat qui s'achève, chantier qui a tourné court faute de vouloir se donner les moyens d'en faire une priorité nationale. Pourtant voici l'un des plus grands défis que la société française va devoir relever alors que le vieillissement de la population est inéluctable. Et que le nombre des personnes âgées dépendantes va augmenter avec l'arrivée parmi elles des générations de l'immédiat après guerre. Les simulations à cet égard ne laissent aucun doute sur les difficultés que notre pays va rencontrer. Les aides, allocation personnalisée à l'autonomie notamment, l'APA, ne pourront subvenir aux nouveaux besoins et les charges revenant à la personne ou aux familles croîtront inévitablement, tandis que le budget des collectivités ne sera pas extensible.

5. De l'échec scolaire qui est un des fléaux les plus lourds, sinon le plus lourd, dont l'impact est considérable sur la vie sociale, sur l'adaptation future des jeunes au monde de l'emploi et qui nécessite un effort prioritaire. Dès l'école primaire où tout se joue et où les enseignants, malgré eux, sont souvent impuissants à corriger les handicaps des enfants, les carences d'une éducation familiale aléatoire. Jamais l'école primaire n'a mérité autant de moyens pour assurer les premiers savoirs fondamentaux, la maîtrise de la lecture, de l'écriture, le calcul. Le soutien toujours affiché mais qui a tant de mal à être effectif. Nous devrions pourtant  faire de l'école une grande cause nationale à l'heure où il est tant question d'un ascenseur social en panne.

Chacun de ces sujets et celui de la santé qui renvoie, on le sait bien ici en Aquitaine où la désertification médicale est à nos portes, à de nécessaires réformes auraient mérité mieux que des faux débats, à moins qu' à peine esquissés, ils ne succombent à la froide comptabilité des déficits publics. Ils devront attendre, sans doute pas très longtemps car ce qui se lève aussi dans cette campagne c'est une exaspération porteuse de lendemains sociaux et ce quel que soit le vainqueur.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
331
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Joël Aubert | 20/04/2012

C'est vrai que le choc des égos est d'autant plus fort que les institutions y conduisent; et le quinquennat a encore aggravé les choses exacerbant la personnalisation du pouvoir

cr | 20/04/2012

"combat qui fut de personnes et de personnalités plus que d'idées" certes
mais c'est le propre du système de la Ve République aggravé il est vrai sur le plan des "idées" par le recours frénétique aux prétendues enquêtes d'"opinion" (permis de conduire etc...).
Changer d'organisation institutionnelle fait quand même partie de certains programmes, non?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires