Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

L'Union Européenne en panne d'harmonisation

C'était le rêve éveillé d'un Jacques Delors, un européen dans la meilleure tradition des pères fondateurs issus de la démocratie chrétienne : Maastricht et le traité dont on a oublié qu'il remonte à vingt ans préfigurait l'harmonisation des politiques fiscales, sociales et entrouvrait aussi les portes d'une politique de sécurité commune. Le chemin vers l'Union politique était tracé et la création qui allait suivre de la politique monétaire consacré en 1999 par la naissance de l'euro devait y conduire.

Un acte de foi que l'homme avait réussi à faire partager à un Mitterrand ou un Khol. De cette Europe là, portée par une génération qui avait connu la guerre, que reste-t-il aujourd'hui ? Une monnaie, en effet, dont le cours n'a quasiment jamais été aussi élevé, ce qui handicape les exportations du vieux continent, une monnaie qui n'est pas, comme aux Etats-Unis ou au Japon, l'instrument privilégié de la politique économique mais l'étalon voulu par l'Allemagne pour renoncer à sa propre monnaie. Une monnaie, plus grand dénominateur commun – ou plus petit cela dépend si l'on consent à rester optimiste ou pas- et, hélas, le seul d'une Union Européenne, en panne. Et dont les chefs d'Etat ne semblent même pas prêts à accepter que le président de la Commission européenne, comme le rappelait ces jours-ci Alain Lamassoure, député du Sud Ouest et président de la commission des budgets en taclant Angela Merkel, soit désigné par le Parlement comme cela est prévu. C'est dire, à quel point, l'expression populaire émanant des électeurs appelés aux urnes en mai 2014 est considérée par la chancelière.

Quant à la fameuse harmonisation, point de passage obligé vers une plus grande efficacité de l'économie de l'Union mais aussi moyen de tirer vers le haut des pays qui allaient la rejoindre, il faut bien admettre qu'elle n'a guère avancé. L'Europe fiscale est un leurre et l'Europe sociale, chère à Delors, victime d'un élargissement précipité, reste un concept creux. C'est le temps de la main d'oeuvre « low cost » que l'on fait venir des pays de l'Est avec la bénédiction des états concernés. Les manifestants bretons n'avaient pas tort de rappeler que le salaire horaire d'un ouvrier roumain dans les abattoirs allemands ne dépassait pas 5 euros...Encore ne faut-il pas nécessairement franchir nos frontières, qui n'en sont plus, pour trouver dans l'Hexagone des entreprises qui font de même.

Ce constat, désespérant, sonne-t-il pour autant le glas de l'Union Européenne ? On s'accroche à l'idée que le mal à venir, en cas d'effondrement de l'Europe, serait bien pire encore que la situation actuelle. Pour autant, il est impossible qu'elle survive longtemps encore, sauf à ne plus être qu'une zone de libre échange qui ne veut pas se l'avouer, un alibi en temps de crise... A moins que ne se produise un sursaut. A commencer par celui des pays fondateurs qu'hélas on ne sent pas venir. L'Allemagne, dont la relative prospérité s'accommode parfaitement de la situation actuelle de l'Union, ne sera pas un élément moteur de cette relance; la France est empêtrée dans ses difficultés internes et semble incapable de s'en extraire à moins d'une nouvelle donne au sein de l'exécutif; le Bénélux n'a plus les figures qui naguère jouaient un rôle d'entraînement et l'Italie tente, non sans mal, de se sortir de la dépression politique et économique où l'a plongée le berlusconisme.

Voici, en tout cas,  une raison supplémentaire pour que les élections européennes du printemps prochain ne soient pas escamotées, venant juste après les municipales et que les électeurs de l'Union soient avertis des poisons mortels de l'extrémisme. En un mot que chacun d'entre nous fasse l'effort d'expliquer les enjeux de ces élections et que nous sachions interpeller les partis de gouvernement pourqu'ils ne rendent pas l'Europe, seule, responsable de la crise actuelle qui la frappe mais, au contraire, l'aident à se réveiller.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2489
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick 86 | 04/11/2013

Vous avez raison d’appeler à se mobiliser pour les élections européennes et surtout à argumenter en leur faveur. Mais même si je suis un européen convaincu, j’ai peine à trouver justement des arguments, autres qu’idéologiques, pouvant faire basculer mon entourage (surtout les jeunes) d’un rejet à une acceptation, d’un avis négatif à une opinion favorable. L’Europe ne trouvera grâce aux yeux de la population que lorsqu’il y aura un Patron. Il en va ainsi pour toutes communautés (entreprise, pays, association, gouvernement, équipe de sport etc). Que répondre à cette question au sujet de l’Europe : « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? ». Si quelqu’un a une réponse plausible et audible par les euro-septiques,les abstentionistes et les extrêmistes, je suis preneur.

Joël Aubert | 04/11/2013

Hélas le pilote sauf respect que l'on doit à l'ancien premier ministre belge M Van Rompuy, actuel président de l'Union,le premier du genre, ne pèse rien ou presque face aux chefs d'Etat. Il est vrai que l'Europe mériterait un président d'une autre envergure. Déjà un président de la Commission issu du Parlement serait un progrès....il semble que l'Allemagne n'en veuille pas. Il faudrait que toutes tendances confondues les députés européens actuels montent au créneau. Certains le font ces jours-ci mais il faudrait un vrai soutien populaire et celui des partis nationaux. Autant dire que c'est compliqué; en tout cas cher lecteur Aqui a décidé de faire un travail de fond sur ces élections de mai 2014 et sur les enjeux qui s'y attachent

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires