Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

La nouvelle Aquitaine appelle un grand projet

L'Aquitaine nouvelle a donc été portée sur les fonts baptismaux, ce 17 décembre, lors du vote par l'assemblée nationale, de la carte de France à treize régions. Voici donc que s'ouvre une page inédite de la régionalisation à la mode franco-française, c'est à dire faite d'allers et retours entre le pouvoir central et les territoires de la république, les institutions décentralisées de la république. On observera que ce qui n'avait pas été possible depuis une trentaine d'années l'est devenu sous un gouvernement de gauche dans un contexte de crise des finances publiques. Il fallait sans doute en arriver à une situation aussi dégradée pour que semble s'imposer une réforme sous le prétexte majeur d'économies indispensables dont on sait déjà qu'elles seront, à court terme, pratiquement inatteignables. D'ailleurs, au-delà de la carte, du nouveau découpage hexagonal, quelques inconnues subsistent qui font toujours débat puisque s'il est acquis que le département va survivre, au moins pour un temps, on n'est pas encore totalement fixé sur les compétences qui lui resteront et celles dont la région va hériter, à côté des intercommunalités. N'évoquons que pour mémoire la question sans doute la plus importante : de quelles ressources fiscales bénéficieront les collectivités ?

Mais enfin allons de l'avant... Et, considérons notre grande, très grande région qui, des Pyrénées nous invite à la découverte de terres moins connues jusqu'au Massif Central, de la Bidassoa aux confins du pays angevin, de Lescun à Saint-Clément des Baleines, de Biriatou à Aubusson... Une leçon de géographie, en guise de rappel, en nous souvenant que Guéret est toujours le chef lieu de la Creuse et que Tulle, et non pas Brive, l'est de la Corrèze. Une leçon d'histoire aussi puisque nous, qui fûmes trois siècles durant, citoyens ou plutôt sujets de sa majesté britannique, sommes les fiers descendants des comtes de Poitiers, d'Aliénor et des troubadours. Saurions-nous oublier ce fils de l'Albret et de la Navarre, le bon roi Henri, qui pacifia le royaume en abjurant sa foi ? Un bel héritage duquel nous ne saurions écarter nos illustres Montaigne et Montesquieu. Et faire la place qu'il convient de faire, par exemple, à un fils de Limoges, à Auguste Renoir ce maître de l'impressionnisme. Comment ne pas rappeler aussi, à l'heure où elle renaît et on l'enseigne, que la langue occitane, à sa frontière nord, épouse notre Aquitaine nouvelle?... Ces noms comme autant de repères, ces mots qui témoignent d'une culture, il faut les avoir présents à l'esprit pour que le citoyen d'ici s'approprie un si grand espace, lui trouve une manière d'identité, comme le socle d'un ensemble qui va devoir désormais s'inventer et partager un avenir au sein de la république et d'une Europe dont il sera, aussi, avec la Bretagne la fenêtre atlantique.

 C'est, en effet, une vraie chance qui s'offre à cette grande région d'être un des territoires les plus prospères grâce à la diversité de son économie, à l'attractivité de la métropole bordelaise, à son potentiel universitaire qui ne saurait exclure ceux de Poitiers et la Rochelle et, bien entendu, celui de Pau et des Pays de l'Adour. Une Aquitaine nouvelle ouverte au monde, ce que lui autorise à la fois sa situation géographique, sa façade maritime, les activités qui lui sont liées, les ports, la plaisance et ses entreprises de pointe à La Rochelle comme à Bordeaux, ses vignobles qui, chacun à sa façon, sont comme des phares, à l'industrie aéronautique, à une agriculture qui a fait le choix de la qualité, au formidable potentiel touristique enfin qui n'est pas le moindre des atouts, à l'heure où le monde entier voyage. Le littoral, la montagne, des vallées fertiles, le plus grand massif forestier d'Europe, une gamme de paysages résolument attractifs, le berceau de la préhistoire sont des atouts considérables pour peu que l'on sache mettre en commun les savoirs et les moyens.

A grande région un grand projet est nécessaire. Son enjeu porte un nom : le développement économique qui doit, ici, porter la marque de la qualité et s'inscrire dans la durée à l'heure où le réchauffement climatique, plus que jamais, tous, nous oblige.

Pour qu'aqui.fr continue de vous informer, soutenez nous en participant à notre opération de crowdfunding

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
7414
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick 86 | 22/12/2014

Très bien cette grande région, très bien votre appel à un grand projet économique et je lapartage...mais il y a un mais. Mais au profit de qui ? L'histoire montre qu'une telle démarche profite toujours aux communes les mieux équipées, celles qui déjà ont un fort pouvoir d'attraction. Alors oui à un grand projet mais couvrant la totalité descommunes de cette nouvelle région et "excluant" les ex-capitales régionales. Iconoclaste cette proposition, non ?
Autre point : avant de crier victoire quelles sont les économies réelles car je rappelle qu'à l'origine de ce grand chambardement le but étaient les économies d'échelles. D'après les premières déclarations.... il n'y aura pas de diminution de fonctionnaires. Encore un propos iconoclaste. Je vais m'attirer les foudres des inconditionnels. Je ne demande qu'à me tromper !

Xavier | 29/12/2014

C'est aussi une vraie chance qui s'offre à cette grande région d'être un des territoires les plus prospères grâce à la diversité de ses identités affichées (depuis longtemps et malgré les aléas au travers du temps) et entièrement assumées. Que cette identité soit basque ou poitevine, périgourdine ou landaise, béarnaise ou limougeaude, creusoise ou médocaine, il est nécessaire pour chacune d'elles de rester consciente des liens historiques, géographiques et culturelles qui les unissent pour avancer ensemble tout en préservant leurs particularités. Tout ce qu'elles ont traversé jusqu'à présent les ont renforcé.
Une accumulation de richesses ne s'annulent pas. Le développement économique ne passera que par une certaine unité de notre vision de l'avenir de ce territoire. Et c'est en faisant valoir l'identité de chacun que nous avancerons et non pas en tirant la couverture à soi. Ce ne sera que perte de temps.
Préservons notre identité dans l'ensemble et non pas chacun de notre côté.

Joël Aubert | 29/12/2014

merci pour ce témoignage marqué d'un scepticisme de bon aloi. En effet il faudra avoir une vision d'ensemble de l'aménagement de ce grand territoire mais pourquoi n'essayerions nous pas de l'avoir et déjà d'en faire un thème de débat lors des prochaines élections régionales?

Joël Aubert | 29/12/2014

Merci Xavier de ce rappel. En effet la nouvelle Aquitaine sera riche de ses différences ou ne sera pas vraiment.. A nous tous de savoir les cultiver et les partager entre citoyens et élus conscients de la chance qui se présente d'être parmi les meilleurs en Europe

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires