Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 17/07/18 | Charente-Maritime : des marchés fermiers 100% locavores cet été

    Lire

    La Chambre d'agriculture organise cet été trois marchés fermiers 100% dédiés aux producteurs locaux du 17. Le premier se tiendra à Chaniers, près de Saintes, le 19 juillet à partir de 19h, sur les berges de la Charente. RDV le 1er août à Le Thou, entre La Rochelle et Surgères, et le 8 septembre à Arvert, près de Royan. Déjeuner locavore et animations musicales sont au programme. D'autres marchés sont prévus en basse saison: le samedi 27 octobre à La Rochelle puis les 15 et 16 décembre à Périgny.

  • 17/07/18 | Coopération territoriale entre Bordeaux Métropole et Val de Garonne Agglomération

    Lire

    Le vendredi 13 juillet, le président de Bordeaux Métropole Alain Juppé, et le président de Val de Garonne Agglomération Daniel Benquet ont tenu à Marmande (47) une réunion d’étape sur le projet de coopération territoriale entre les deux collectivités. Ce projet de coopération s’inscrit dans la démarche « Bordeaux métropole coopérative », en vue de tisser des liens vertueux avec d’autres polarités et d’optimiser le fonctionnement de l’aire d’influence métropolitaine.

  • 17/07/18 | Musique en Graves démarre son Festival

    Lire

    Les 19ème Rencontres Musicales Internationales des Graves se tiennent du 17 au 27 juillet avec comme Président d’Honneur ad vitam aeternam Mstislav Rostropovitch. Le festival propose 8 concerts riches en diversité musicale. Chaque concert sera suivi d’une dégustation offerte par les Châteaux des Graves et du Sauternais hôtes de ces soirées. Infos et réservations : www.musiqueengraves.com

  • 17/07/18 | Une saison réussie pour l’Opéra de Bordeaux !

    Lire

    La saison 2017/2018 du Grand-Théâtre et de l’Auditorium de l’Opéra National de Bordeaux se termine sur de bons chiffres. 600 artistes se sont vus applaudis au cours de 270 levers de rideaux par 200 000 personnes (soit un taux de remplissage de près de 90%) dont un quart avaient moins de 30 ans. L’Opéra a également accueilli plus de 15 000 scolaires cette saison. La saison prochaine qui débutera le 18 septembre avec un récital du ténor Jonas Kaufmann a déjà 110 spectacles programmés. Pensez à réserver vos places !

  • 17/07/18 | Intempéries: le Département des Landes vote des aides d'urgence

    Lire

    Sans attendre le résultat des procédures de demande de reconnaissance de l’état de calamité agricole en cours d’instruction par les services de l’État, le Conseil départemental des Landes, qui siégeait ce lundi 16 juillet en commission permanente, a voté le déblocage d’aides d’urgences pour les agriculteurs impactés par les récentes intempéries. Pour les kiwiculteurs du secteur des Gaves, une aide exceptionnelle pour le nettoyage des vergers pour un montant prévisionnel de 80 000€ pour 120 ha. Et 40 000€ pour l’achat ou le transport de fourrages en soutien aux éleveurs des Barthes touchés par les inondations.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

La rentrée des occasions manquées

Et si nous abordions la rentrée autrement ? Si nous considérions qu'elle n'est pas réductible à la politique spectacle d'une université d'été du PS, aux saillies verbales de Jean-François Copé, aux calculs du coût de la rentrée scolaire, aux unes répétitives des news magazine sur le prix du mètre carré de l'immobilier. Oui, si nous prenions le temps de réfléchir aux limites de ce rituel, généralement désolé auquel, nous les médias, nous prenons part comme si une société comme la nôtre en avait absolument besoin pour reprendre sa route après une pause d'ailleurs inégalement partagée.

D'abord, si nous tentions enfin de tirer profit de ce temps entre fin des vacances et rentrée scolaire, de cet interstice entre deux moments de la vie sociale d'une nation, pour poser la question de l'éducation, du savoir, de l'accès à la connaissance. Ebauchée à la faveur du débat sur les rythmes scolaires qui a accouché d'une souris ou presque avec la confirmation de la résistance au changement qu'il soit de droite ou de gauche, elle semble condamnée à faire du surplace, alors qu'elle devrait être au cœur du projet politique. Pensons aux enfants qui vont retrouver la classe, aux lycéens dont l'objectif final est connu à l'avance, comme si le bac tenait lieu de passeport, aux étudiants qui ayant galéré pour trouver à se loger s'accrochent, après huit concours passés, à une inscription en grande école dont ils pensent qu'elle est une garantie d'emploi pour l'avenir.

Certes mais alors dira-t-on que faire ? Mobiliser le pays autour d'une ambition collective, faire comprendre le lien qu'il y aura plus que jamais entre culture et développement économique, ouvrir les portes de l'entreprise, décréter l'alternance de la formation et pour, se faire, décentraliser la décision. Faire confiance au local, à la solution de proximité, à la capacité qu'ont les hommes et femmes de terrain à prendre l'initiative, à remettre les jeunes dans le circuit quand ils en sont sortis de plus en plus nombreux. A leur redonner le goût de l'étude par le biais d'une politique résolue de l'insertion, à renouveler de toute urgence la relation entre l'élu et le citoyen. Immense défi à relever alors que la confiance dans le politique n'a sans doute jamais été aussi basse. Quel dommage qu'il faille, par exemple, encore attendre 2017 pour l'application de la loi sur le non cumul des mandats alors même que les sacrifices demandés au pays sont considérables.

Ce vieux pays jacobin et ceux qui, le temps d'un quinquennat ou d'une législature, sont élus pour le servir, pour diriger l'Etat, continuent à légitimer leur action au nom d'une unité, d'une manière d'égalité qui seraient menacées. Dérisoire combat d'arrière garde, quand il faudrait faire résolument confiance aux collectivités qui, elles-mêmes, auraient su remettre en question leur fonctionnement, auraient recherché des économies inspirées par le simple bon sens. Redisons-le, ici, l'acte III de la décentralisation, découpé en trois épisodes, au gré des conservatismes d'appareil hérités de la facilité des trente glorieuses, risque de ne pas répondre aux défis d'une société bouleversée par les mutations technologiques et la mondialisation.

L'Etat qui aurait tant besoin d'être économe lui-même, avait là une occasion de se recentrer sur ses grandes missions en passant un pacte de confiance avec les collectivités, les régions, les départements, les villes, les communautés de commune. Ce n'est pas vraiment ce que l'on aperçoit, à l'orée de ce mois de septembre et d'une année électorale chargée, avec des élections municipales à fort enjeu et des élections européennes de tous les dangers.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
759
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
REQUENA Dominique | 26/08/2013

Bravo et merci pour cet éditorial

Donnons de l'enthousiasme à nos jeunes et de la volonté d'entreprendre à nous tous

cordialement

Patrick 86 | 26/08/2013

Un éditorial qui montre que le journalisme (le vrai) existe encore ! Un article de fond qui ne part pas dans de grandes envolées et qui parle au lecteur « normal » spectateur de la « vraie » vie. En effet quel décalage malheureux entre l’Etat et les collectivités locales. Même s’ils sont décriés, il faut des élus pour que la société existe. Mais plus ils sont dans les strates élevés de ce millefeuille plus ils sont loin des préoccupations de la société. Et plus ils sont écoutés par les médias. Haro sur les journalistes ? Que nenni ! Haro sur la toute puissance d’une certaine presse (la plus puissante) qui navigue soit dans les hautes sphères soit dans les bas fonds. Parle-t-on de toutes ces initiatives locales pour maintenir le bateau à flot ? S’intéresse-t-on à toutes ces communes moyennes qui cherchent par tous les moyens à faire vivre la cité ? Non ou très peu. Pire l’Etat leur met des bâtons dans les roues par des textes de plus en plus contraignants. Pire on cherche à les intégrer dans des mégapoles dont le centre d’intérêt et la préoccupation majeurs seront de plus en plus éloignés du citoyen. Un nouveau pas sera franchi, le fossé se creusera ainsi de plus en plus entre le citoyen et les élus laissant ainsi la place au corporatisme débridé et aux petits intérêts particuliers. Bref la chute d’une société.

odette est josette | 28/08/2013

ouh la la, quelle saillie ! quand joel aubert se fâche, c'est impressionnant !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires