Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.




- Publicité -
  • 20/01/21 | La Charente, premier département Néo-terra

    Lire

    Mercredi, la Charente a adhéré à Néo Terra, le programme néo-aquitain de préservation de l’environnement. « On risque d’être dans le climat de Séville dans une trentaine d’années, on a un travail d’adaptation à faire », signale Alain Rousset, présent pour l'occasion. Gestion de l’eau, transports, alimentation, habitat… « Il faut que l’action publique retrouve de l’anticipation et bouscule certaines habitudes et certaines certitudes ». Parmi les actions que la Charente veut lancer, 200000 € serviront à accompagner les agriculteurs dans la certification Haute Valeur Environnementale, et 1M€ à l’achat de voitures électriques pour l'aide à domicile.

  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

La victoire de l'abstention, le réveil de la droite et la confirmation des sortants

Quelques 55% d'abstentions dans le pays pour une élection si importante ? Celle des élus locaux, les défenseurs de notre démocratie de proximité, à laquelle les Français s'accrochent encore parce qu'ils croient que leur maire prend en charge ce qui touche à leur vie quotidienne, les écoute et les aide aussi, avec leur équipe, à trouver des solutions... Ce résultat, ne craignons pas de le dire, malgré la bonne volonté des équipes sortantes et des bénévoles, et le respect des consignes dans les bureaux de vote, est catastrophique. Et il l'est, singulièrement, dans les grandes villes, là où les citoyens, bien davantage que dans les communes rurales, ont entendu ce que le pouvoir, notamment en la personne du premier ministre, quelques heures avant dimanche leur demandait, au stade 3 de l'épidémie de coronavirus tant redouté : de rester confiné

 

Où était la cohérence entre l'aggravation attendue de la crise sanitaire et le maintien d'un scrutin qui aurait dû, en bonne logique de santé publique, être reporté ? Rien d'étonnant, dès lors, que ce scrutin ait été largement escamoté. Et ce n'est sans doute pas maintenant, au soir du premier tour, que le pouvoir va se montrer sensible aux appels de ceux qui, comme Yannick Jadot, demandent l'annulation du second.

Ce triste constat n'empêche, nullement, de tirer les premières leçons de cette élection hors norme. Et d'abord celui-ci qui était attendu, un vote sanction à l'endroit du pouvoir, à commencer par ce résultat plutôt médiocre pour Edouard Philippe dans sa bonne ville du Havre, face au candidat du PC avec quand même quelque inquiétude pour le second tour. A Paris, où Anne Hidalgo se détache, contrairement à ce que révélaient les sondages, le très faible score d'Agnès Buzyn, envoyée en mission impossible par Emmanuel Macron, confirme ce discrédit général de LREM que manifestent, ici et là, les faibles scores de ses candidats dans des villes moyennes.

Ensuite, comment ne pas être frappé de ce qui souvent est une constante de l'élection municipale, à savoir la réélection des maires sortants ; en Gironde, à gauche la remarquable performance du maire de Libourne Philippe Buisson, celle du maire de Lormont Jean Touzeau, du maire de Cenon Jean-François Egron, de la maire d'Eysines Christine Bost; à droite celle du maire d'Arcachon Yves Foulon, de Jérôme Baloge à Niort, de Xavier Bonnefont à Angoulême ou au centre par celle de Jean Dionis du Séjour à Agen. Frappé en effet par les scores des candidats «  Les Républicains » ou Divers droite comme Claude Olive à Anglet ou Charles Dayot à Mont-de-Marsan et l'apparition sur le devant de la scène de jeunes élus comme chez nous, à Biarritz, où Maïder Arosteguy se détache ou Guillaume Lepers à Villeneuve-sur-Lot, une ville où le Rassemblement National tombe bien bas, ne parvenant pas, hormis ses quelques bastions nationaux, à faire la percée qu'il avait espérée au vu des résultats des européennes. A cet égard, on notera la réélection du maire sortant socialiste de Saint-Savin de Blaye Alain Renard, dans cette Haute-Gironde rurale, où la conseillère régionale Edwige Diaz, proche de Marine Le Pen, était venue le défier. Il y a donc bien, à côté de situations personnelles bien établies, un réveil de la droite et ce ne sera pas sans conséquence, notamment sur le terrain futur des présidentielles.

Enfin, et c'est d'une certaine manière la confirmation des résultats de l'an dernier aux européennes les écologistes s'installent dans le paysage politique. Ils le font dans plusieurs villes et évidemment le score obtenu à Bordeaux par Pierre Hurmic allié à une figure de la famille socialiste Emmanuelle Ajon, retient l'attention. Faire jeu égal avec le successeur d'Alain Juppé, Nicolas Florian, ce n'était pas, il y a quelques mois encore, le plus vraisemblable malgré le résultat d'EELV aux européennes. On ne manquera pas de souligner que le challenge était relevé pour l'homme qui avait été, voilà un an, projeté sur le devant de la scène par la grâce de l'ancien premier ministre. L'explication à ce résultat plutôt modeste doit être recherchée, aussi, au sein de la nouvelle société bordelaise, sans doute aujourd'hui plus sensible aux nouveaux défis urbains d'une ville métropole qu'à la stature de celui qui la représentera. Le cuisant échec du candidat LREM qui avait voulu, au début de sa candidature, inscrire sa tentative dans la lignée des Chaban et Juppé semble le confirmer et si les yeux se tournent vers Thomas Cazenave c'est en l'attente de la position qu'il va prendre et qui sera lourde de conséquences.

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
5112
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires