Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.




- Publicité -
  • 29/10/20 | La CCI Bordeaux Gironde réagit au re-confinement

    Lire

    La CCI Bordeaux Gironde réactive et renforce sa Cellule d’appui aux entreprises afin d'être une porte d’entrée unique avec un numéro (05 56 79 5000) et un mail spécifique (contact@bordeauxgironde.cci.fr) pour répondre aux besoins d’accompagnement des chefs d’entreprise. "Comme nous l’avons été pendant le confinement et aujourd’hui dans cette phase de relance, nous nous devons de rester en contact rapproché avec les TPE-PME. Elles ont besoin de nous" expose Patrick Seguin, Président de CCI Bordeaux Gironde. Tous les services de la CCI Bordeaux Gironde resteront accessibles annonce la structure.

  • 29/10/20 | Bassens : 2 millions d'euros pour optimiser les capacités de stockage du port

    Lire

    Le Grand Port Maritime de Bordeaux a lancé en 2019 un plan de restructuration économique et territoriale. La première tranche de ce plan concerne la refonte du terminal à conteneurs de Bassens, qui ne peut prétendre à une occupation totale de ses locaux du fait de la vétusté des lieux et du manque d'équipements adaptés. Alors que les opérations de rénovation des hangars de Bassens ont déjà démarré, la Région investit 2,6 millions d'euros dans l'optimisation des capacités de stockage du port.

  • 29/10/20 | Dordogne : lancement d’un Observatoire de l’habitat

    Lire

    Lancé par le Conseil Départemental de la Dordogne, l’Observatoire est un outil de connaissances et d’analyses de l’habitat avec pour objectif de suivre l’évolution du territoire afin de mieux identifier les besoins en matière de logement. Au travers de cette Observatoire, le Département met son ingénierie et ses moyens techniques au service des acteurs pour les accompagner dans la mise en place de leurs projets. Pour accéder à cet observatoire.

  • 29/10/20 | La Région soutien le cinéma, exemple à Limoges

    Lire

    Pyramide production, société de production basée à Limoges depuis 1988, produit actuellement le documentaire « Matriochkas, les filles de la guerre » qui retrace l’histoire de 3 nonagénaires dont les vies ordinaires cachent des destins extraordinaires. Lors de la commission permanente du 17 octobre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce documentaire à hauteur de 15 000 euros.

  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le combat national d'un maire de Gironde

Il a décidé de ne rien lâcher le maire de Saint-Philippe d'Aiguille, Philippe Bécheau. Non content d'avoir obtenu que son agresseur de 26 ans, rapidement identifié et qui avait déjà été condamné, à 16 ans, pour violence, soit condamné à six mois de prison ferme, il a décidé de ne pas en rester là. Il entreprend une manière de combat pour que soient reconnues et jugées, sans concessions, les agressions dont sont si souvent victimes ses collègues maires et qui ne donnent lieu, le plus souvent, qu'à de simples rappels à l'ordre. Quelques 383 agressions l'an passé et, déjà, 233 depuis le début de l'année. Que l'on nous permette le rappel, ci-dessous, du drame de Signes dans le Var en août dernier.. Plus encore Philippe Bécheau entend que soit réhabilitée une instruction civique aujourd'hui oubliée. : « C'est un chantier énorme, car il y a une forme d’abandon de l’éducation civique, depuis des années, qui donne lieu à ces faits inacceptables en démocratie”.

Philippe Bécheau qui a reçu le soutien du pemier ministre, et est accompagné par la sénatrice Nathalie Delattre dans ses démarches, doit rencontrer des parlementaires à la rentrée. Quand il évoque la nécessaire éducation dont l'école doit être le lieu prioritaire, on se prend à croire qu'au-delà de cours sur les institutions de la république, pourraient être mises en place, au niveau du collège, des sessions d'apprentissage permettant de découvrir la fonction de maire, ses responsabilités, y compris de police judiciaire, le plus souvent ignorées du citoyen. Que comme cela est le cas, parfois, des conseils municipaux élus par les élèves puissent siéger avec la participation d'élus communaux. Une manière de pédagogie vivante pour entraîner une génération qu'il faut de bonne heure éveiller au civisme. Et à l'importance de son rôle pour faire vivre une démocratie que l'on regarderait autrement que sur le mode désinvolte. Cette démocratie de proximité communale, notamment, qui est un bien précieux que la crise sanitaire actuelle a dramatiquement affaibli.

 

 La mort d'un maire : un devoir d'instruction civique à l'orée des municipales (10-08-2019)

 Il n' y a rien d'étonnant à ce que la mort du maire de Signes, dans le Var, dans l'exercice de ses fonctions, ait soulevé une forte émotion dans le pays, son village d'abord avec lequel sa vie se confondait depuis des dizaines d'années. Mais aussi, tout naturellement, auprès de beaucoup de ces maires de communes rurales qui, en première ligne, doivent veiller à tout et notamment à la qualité des services élémentaires à la population, au rang desquels celui de la propreté est souvent le plus souhaité par les habitants. Un vrai don de soi qui ne se s'apprécie pas en termes financiers, au demeurant quasiment symboliques, mais par un certain sens du devoir que l'on accomplit au service de l'intérêt général. Et, pourquoi ne pas le dire et le rappeler ?... De la Nation même, sans parler de l'Etat dont il est un agent. Le maire n'est-il pas d'ailleurs dans sa propre commune OPJ, Officier de police judiciaire, c'est à dire en responsabilité de faire respecter l'ordre public ? Avec la capacité de verbaliser les contrevenants – ce que fait généralement le garde-champêtre dans les petites communes – mais ce qu'avait parfaitement la faculté de décider Jean-Mathieu Michel, un geste qui lui a coûté la vie... Le sait-on dans ce pays et l'apprend-on aux enfants des écoles ? Le rappelle-t-on lorsque vient le temps de l'élection municipale
 
Ces rappels à l'occasion de pareil drame, cette manière d'instruction civique oubliée et qui a suscité bien trop de dérision dans la société de l'individu, nous semblent d'autant plus nécessaires alors que la vie sociale du pays va être rythmée, dès la rentrée, par le rendez-vous de mars prochain. A t'on oublié ces études récentes qui révélaient que, spécialement dans les petites communes, 55% des maires ne souhaitaient pas se représenter et, plus largement, que cet aveu émanait d'un maire sur deux dans l'ensemble du pays ? Une lassitude qui fait écho, non seulement à l'exposition, y compris souvent judiciaire, dont le maire peut faire l'objet, mais aussi au sentiment de nombre de citoyens qui, dans cette France jacobine, ont besoin d'élus boucs émissaires.

Et, pourtant, s'il en est un qui conserve encore assez de crédit c'est bien l'élu local, celui de la plus grande proximité, qui écoute, conseille et console. Répétons-le, inlassablement, au risque de ne pas être compris par ceux qui n'ont cessé de railler cette France des 36.000 communes, situation sans équivalent en Europe .. La belle affaire ! A l'heure des intercommunalités dont les membres ne sont d'ailleurs pas élus au premier degré, il convient de conserver cette matrice de la démocratie qu'est la commune. Le fameux grand débat du printemps n'avait pas manqué de souligner l'importance de ne pas déshabiller la commune. Il va falloir le réaffirmer, plus que jamais, et pas seulement le temps d'un hommage présidentiel lu par la ministre de la Cohésion des territoires.

 

 

 

 

 

 

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3448
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires