Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne d'"alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le Coup d'Etat citoyen: plus qu'un livre

C'est une des bonnes nouvelles de la rentrée qui mérite lecture et débat. Les Editions de la Découverte publient, ces jours-ci, l'ouvrage de deux jeunes auteurs qui, soyons en sûrs, arrive, à point nommé, pour donner du tonus à notre démocratie fatiguée et mettre à nu un système institutionnel qui ne répond plus au besoin du peuple d'être entendu. Son titre : « Le Coup d'Etat Citoyen » vient percuter nos lectures d'antan: pensons au Coup d'Etat permanent, cet essai par lequel François Mitterrand, en 1964, pointait la pratique à ses yeux autoritaire du pouvoir par De Gaulle, l'effacement relatif du parlement et du gouvernement. Voici que quelques 50 ans plus tard deux jeunes, au terme de deux années d'étude et d'une manière de tour du monde des démocraties, nous invitent à remettre le citoyen dans la boucle du politique.

Élisa Lewis et Romain Slitine, de l’Espagne à la Tunisie en passant par l’Islande, l’Argentine, le Brésil sont allés à la rencontre de ce qu’ils nomment les défricheurs, ces citoyens du monde dont les initiatives, ici et là, ont pour ambition de « réinventer la démocratie ». Car ne croyons pas que la question de la crise de la démocratie représentative ne soit qu’une spécialité hexagonale. L’abstention galope dans la plupart des pays et si elle a mis plus de temps à atteindre notre pays que d’autres, les États-Unis par exemple, elle progresse y compris dans les élections locales, celles qui semblaient résister le mieux au désintérêt du citoyen. Certes, c’est encore à ce niveau de proximité que les élus conservent encore le plus sa confiance, mais comme leur pouvoir d’agir efficacement dans des domaines aussi importants que le chômage reste modeste ou inexistant ils pâtissent aussi de la perte de considération qui affecte le politique.

Celle-ci se traduit, au fil des élections par une tendance au rejet de la délégation, sur le thème à quoi bon donner le pouvoir de me représenter à des gens qui sont impuissants à résoudre les problèmes ? Dans des assemblées qui ne sont pas toutes l’émanation du récent mouvement « Nuit debout », il est possible d’entendre ce type de propos tenus par des citoyens qui ne veulent pas se faire « confisquer » leurs idées, leurs propositions, mais voudraient les voir prises en compte et respectées. Songeons à des expériences récentes de co-construction de projets de loi entre parlementaires et électeurs par le biais de plates-formes collaboratives.

Nous sommes donc bien dans ce que les auteurs appellent une période de transition démocratique et de recherche de nouveaux modes d’exercice du pouvoir, de nouvelles organisations qui impliqueront, aussi, de la part de l’élu une capacité inédite à faire valider, régulièrement, sa mission au service de la société. Là aussi d’ailleurs la notion de service à rendre prend le pas dans le discours, à tout le moins, sur celle de pouvoir. On l’a compris le débat ne fait que commencer, mais il mérite d’être grand ouvert.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4707
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
OliSun | 19/09/2016

"à quoi bon donner le pouvoir de me représenter à des gens qui sont impuissants à résoudre les problèmes ?"
NON la vraie question à se poser est "pourquoi sommes nous impuissants à résoudre les problèmes?" et quels sont ces problèmes d'ailleurs ?
Vous pourrez changer la Constitution (mouvement Nuit Debout) et la République (idée d'une VIeme), cela ne changera rien, à mon avis, tant que nos lois sont imposées par des puissances extérieures et non élues : l'Union Européenne. Ce sujet tabou est censuré dans les médias, je regrette de le dire... or je crois les Français sont aussi mûrs que les Anglais pour analyser la situation...

tomas moya | 19/09/2016

bjr, je vais acheter le livre et intervenir aprés lecture,bien sûr. Mais je veux simplement faire remarquer que tous les attentats subis n'ont pas permis de réagir d'une façon sereine. tenons compte de cette "ambiance".Merci

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires