Le Fil d'Aqui

06/05/15 : Un rassemblement est organisé par Coordination Vigilance LGV 33 le 7 mai de 9h30 à 11h devant l'Hôtel de Région contre le projet de LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne en réponse à la "manifestation" de soutien au projet d'Alain Rousset.

06/05/15 : Les élus du Conseil régional d'Aquitaine réunis en Commission Permanente le lundi 4 mai 2015 à l'Hôtel de Région, ont voté une subvention exceptionnelle de 100 000 € d'aides d'urgence pour le Népal.

05/05/15 : « La LGV, j'y vais ! » - jeudi 7 mai 2015 : le Conseil régional organise une grande manifestation de soutien au Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest à 10h à l'hôtel de Région à Bordeaux

05/05/15 : Une fête sera organisée le jeudi 7 mai à Pau pour célébrer la montée de la Section Paloise. Joueurs et dirigeants partiront du Zénith à 18h pour rejoindre la mairie. Une scène sera installée en soirée place Clemenceau. Les cafés fermeront à 4 heures.+ d'info

05/05/15 : L'ancien urgentiste Nicolas Bonnemaison, acquitté en 2014 de l'empoisonnement de 7 patients mais radié de l'Ordre des médecins, a retrouvé un poste non médical à l'hôpital de Bayonne. Il est chargé d'étude dans le secteur administratif.

05/05/15 : 104 stèles dotées d'un système de QR code seront installées à Pau, près du parc Tissié, pour célébrer les vainqueurs du Tour de France. Chaque année, un autre totem les rejoindra. Une façon d'exprimer les liens étroits noués entre la ville et le Tour

28/04/15 : Le prix d'interprétation de la fondation Simone et Cino Del Duca a été décerné à Fayçal Karoui, le directeur musical de l'orchestre de Pau Pays de Béarn, pour une programmation contemporaine destinée à un large public et des commandes très diverses

26/04/15 : Le parc des expositions de Pau accueille en ce moment le championnat de France d'échecs des jeunes. Près de 1 300 compétiteurs âgés de 6 à 20 ans s'y affronteront jusqu'au dimanche 3 mai. Un village des échecs est installé sur place.



- Publicité -
  • 06/05/15 | La fusion fait bouillir les présidents du BO et de l'Aviron bayonnais

    Lire

    Manu Merin,le président de l'Aviron bayonnais et Serge Blanco, président du BO ont au moins un point commun: ils commencent sérieusement à être excédés par les bruits du fusion qui se répandent dans le monde de l'ovalie relayés par la grande presse sportive. "C'est de la pure fiction", dit le premier, "Nous nous sommes rencontrés dit le second mais c'est à propos d'une subvention du Conseil général des PA pour la Section Paloise". Pas faux! Les deux Basques ont un souci commun: l'arrivée du Béarnais dans le Top14.

  • 06/05/15 | La Région verse 2,6 millions d'euros d'aides aux Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    2,6 millions d'euros ont vont être versées par le Conseil régional d'Aquitaine pour soutenir divers projets dans les Pyrénées-Atlantiques. En Béarn, 194 000 € épauleront par exemple l'extension de MC2, une entreprise de maintenance mécanique (Abos), et 150 000 € aideront le développement de l'emploi de la filière forage de Operantis, à Artigueloutan. Au Pays Basque, 300 000 € seront versés à Akira (Bayonne) pour la conception d'un moteur aéronautique, et 700 000 € au projet de centrale électrique hydride INSUL'GRID développé à Bidart.

  • 04/05/15 | Biarritz: le maire confirme

    Lire

    Nous l'avions annoncé en premier la semaine dernière, Michel Veunac l'a confirmé par un communiqué aujourd'hui « J’ai pris la décision de retirer à François Amigorena deux de ses délégations d’adjoint au Maire, celles du Tourisme et de l’Economie, ne lui maintenant que celle du développement numérique... L’engagement de François Amigorena dans les récentes élections départementales, ce qui était parfaitement son droit, n’est pour rien dans la décision que j’ai prise."

  • 04/05/15 | Déclarez votre revenu avec l'aide gratuite des avocats

    Lire

    Le jeudi 7 mai, les avocats bordelais assureront une permanence pour aider les contribuables à remplir leur déclaration de revenu. Le rendez-vous est donné de 9h30 à 19h30, sans interruption, à la Maison de l’Avocat, 1 rue de Cursol à Bordeaux. Des consultations gratuites, sans rendez-vous et en toute confidentialité, permettant de faciliter cet exercice souvent délicat. Une première pour le Barreau de Bordeaux qui rappelle par ailleurs que les dates limites de dépôt des déclarations de revenus sont le 19 mai pour la version papier et le 2 juin pour la version internet.

  • 02/05/15 | Bordeaux, "Ville d’Art et d’Histoire"

    Lire

    Bordeaux, qui avait été labellisée Ville d'Art et d'Histoire en 2009, est désormais représentée au sein du bureau de l'ANVPAH (Association Nationale des Villes et Pays d’Art et d’Histoire, qui a tenu son premier congrès les 28 et 29 avril dernier) par Fabien Robert, adjoint au maire de Bordeaux en charge du patrimoine. "L’entrée de Bordeaux est une nouvelle reconnaissance du travail accompli depuis 1995 pour restaurer et valoriser son patrimoine", s'est notamment félicitée l'association.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le gaspillage des terres agricoles, un grand enjeu de société

«Terres nourricières, réservoirs d’emploi ? Des terres agricoles, pour qui Pour quoi faire ? » Le thème du colloque qui s'est tenue ce 19 décembre à l'Assemblée Nationale, à l'initiative de deux parlementaires de notre région, la députée de Dordogne Brigitte Allain et la députée européenne Catherine Grèze était porté par deux élus de la famille écologiste mais, en posant solennellement la question du gaspillage des terres agricoles, elles ne pouvaient que rencontrer un large assentiment. En effet, la situation s'aggrave, non seulement dans notre pays mais plus largement dans l'Union Européenne. Songeons que l'on estime à quelques 100.000 hectares les bonnes terres qui disparaissent, chaque année en France, victimes de ce qu'on appelle "l'artificialisation", un véritable détournement de vocation et d'usage.

Année après année, le phénomène prend de l'ampleur, à la fois sous l'effet d'une urbanisation mal maîtrisée, des besoins de liquidités de nombre d'exploitants agricoles, de la difficulté qu'ils rencontrent pour transmettre leurs biens. Certes, des structures, des outils, existent qui jouent un rôle majeur pour protéger les terres agricoles. Ainsi les Safer, Sociétés d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural, ont compétence pour s'interposer par le biais du droit de préemption qui leur est reconnu. Mais celui-ci n'est pas sans limite, d'abord parce qu'on est en économie libérale et que le marché foncier et la spéculation qui l'accompagne vont bon train, ensuite parce que, jusqu'ici, les pouvoirs publics se sont trop peu préoccupés de concevoir une politique d'ensemble. Une politique qui permette, à la fois, d'apporter des réponses adaptées aux besoins de construire de nouveaux logements, de permettre l'équipement des collectivités, de façon à leur autoriser un développement harmonieux et de protéger des espaces et des terres arables, notamment dans le périmètre des grandes villes, terres dont la valeur agronomique est importante.

Le chantier est d'autant plus nécéssaire et urgent que les Schémas de Cohérence Territoriale, les SCOT, n'ont pas de valeur véritablement opposable jusqu'à maintenant aux communes qui ne se font pas faute, souvent, de les contourner dans leur propre Plan d'Urbanisme. Les choses doivent commencer à changer avec le projet de loi ALUR de Cécile Duflot mais il y faudra encore du temps. Quant au projet de loi d'avenir agricole, le ministre Stéphane Le Foll souligne que dans le cadre de la nouvelle Politique Agricole Commune, PAC, il va privilégier par le biais des aides les exploitations à hauteur des 52 premiers hectares, ce qui correspond plutôt au souhait d'un modèle encore familial. Il reste que le renforcement du rôle des Safer qui ne peuvent intervenir pour exercer leur droit de préemption que sur des biens en pleine propriété est nécessaire pour contourner des démembrements. La nouvelle loi sera-t-elle suffisante? On en doute.

Le colloque, voulu par Brigitte Allain, a mis l'accent sur la défense d'une agriculture paysanne dont elle s'est faite, de longue date, le témoin ardent. Il entendait soulever, une nouvelle fois, la question du modèle agricole. L'important serait que la profession agricole dans son ensemble s'entende à ce sujet. A l'heure où il n'est plus tabou dans des réunions de développement de débattre entre agriculteurs de ce que l'on appelle une "agriculture écologiquement intensive", il doit être possible de remettre en avant l'impératif alimentaire -une agriculture nourricière- et l'impératif économique, celui de la valeur ajoutée des productions et de la création d'emplois. On le sait pertinemment, ici, en Aquitaine où malgré des aléas aussi graves que ceux rencontrés cette année on maintient le cap. Une région où il y a beaucoup à faire pour redonner ses couleurs à une agriculture de proximité, également constitutive de ces ceintures vertes dont les villes, même moyennes, et bien sûr les métropoles aujourd'hui si courtisées, auront de plus en plus besoin, face au réchauffement climatique.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
31
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
POUGET | 24/12/2013

Je partage les doutes relatifs à la loi dite d'avenir, notamment sur le renforcement des moyens d'intervention des SAFER pour lutter contre les pratiques de contournement. Le politique sera t il un jour courageux?

Joël Aubert | 24/12/2013

Merci cher lecteur et doutons en effet qu'à gauche, après la droite, on manque de courage pour renforcer les outils qui existent dans leur mission de protection.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




08/03/2015 | Départementales: S'abstenir le 22 mars c'est voter Front National

Deux semaines, deux semaines encore pour convaincre les citoyens de remplir leur devoir et aller voter dès le premier tour des élections départementales le 22 mars. Certes on objectera que le département qui était appelé à disparaître n'a été sauvé qu'in extremis par un pouvoir qui a fait des aller-retour sur son projet de réforme territoriale. Et qu'ainsi ce n'était sans doute pas la meilleure façon d'encourager l'électeur à prendre le chemin des urnes ; on entendra aussi les railleries de la droite qui pointe la relative méconnaissance des compétences finales qui seront dévolues au nouveau conseil départemental. Il reste que les enjeux de cette élection, et de la mobilisation des citoyens, sont bien plus importants qu'on pourrait le croire. Pour deux raisons essentielles : d'une part la nécessité de conserver à cette élection son caractère de proximité notamment dans le domaine de la solidarité où le département va continuer, au moins un temps, à jouer un rôle social essentiel dans une société rongée par le chômage; d'autre part pour que les partis de gouvernement fassent barrage à ce qu'on nous annonce, y compris dans les médias, avec une complaisance coupable : la nouvelle progression du Front National. Résonnent encore à nos oreilles ces propos balancés, sans la moindre distance, le soir des élections européennes sur le « premier parti de France ». Un parti qui, à cause d'une abstention massive, a fini en tête… en ne représentant que 10 % du corps électoral.

Lire la suite