Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

26/09/18 : Jean-Louis Comolli est le lauréat du Prix François Mauriac 2018 pour son ouvrage Une terrasse en Algérie (Éd. Verdier). Le prix lui sera remis le 5 octobre par Alain Rousset et Jean-Noël Jeanneney, président du jury.

25/09/18 : Charente-Maritime : la préfecture lève à compter du 26 septembre les mesures de restriction d'eau sur le bassin de la Seugne en Saintonge. Les autres bassins restent en alerte crise ou alerte été jusqu'à nouvel ordre.

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.




- Publicité -
  • 26/09/18 | Intempéries, ZDS, prédation : l'agriculture 64 ne lâche rien

    Lire

    Les élus de la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques, se sont réunis en session plénière mardi 25 septembre à Larrau. L'occasion de réaffirmer leurs positions sur 3 sujets principaux que sont les intempéries et les accompagnements à mettre en place, dont la reconnaissance de calamités agricoles; le nouveau zonage Zones Défavorisés Simples, et la demande d'un plan B pour les éleveurs des communes sortantes, et enfin la prédation, les élus souhaitant l'abandon du projet de réintroduction d'ours, et la mise en œuvre par la Préfecture des moyens nécessaires à l’éradication des hybrides chien/loup.

  • 26/09/18 | Béarn, les anti attendent les ourses dans la forêt

    Lire

    Alors que F. de Rugy évoquait des lâchers «en toute discrétion», selon la Fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne ceux-ci pourraient avoir lieu ce samedi 29 septembre en vallée d’Aspe. «Depuis la nuit dernière, les opposants aux réintroductions d’ours ont investi la forêt. En Béarn, rive gauche comme rive droite de l’Aspe, d’innombrables anonymes se sont transformés en guetteurs, souvent armés», poursuit le communiqué. Une clandestinité «réponse des montagnards à un Ministre contraint de dissimuler les réintroductions d’ours tant elles sont anti-démocratiques et anti-écologiques.» Ambiance.

  • 26/09/18 | Philippe Martinez en terre lot-et-garonnaise le 28 sept.

    Lire

    Le comité régional CGT Aquitaine organise une rencontre des Unions Locales les 27 et 28 septembre au Temple-sur-Lot (47). «Face aux attaques incessantes du gouvernement et du patronat, l’objectif de cette rencontre régionale est notamment de partager les expériences sur l’ensemble des territoires (…), en s’imprégnant des mutations profondes de nos territoires et de l’évolution du salariat». Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, participera à la journée du 28.

  • 26/09/18 | Rochefort célèbre l'énergie solaire en octobre

    Lire

    Dans le cadre du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) de la communauté d'agglomération Rochefort Océan (CARO), le Point Info Energie organise différents évènements autour de l'énergie solaire : une exposition sur les énergies renouvelables, place Colbert; une conférence sur le solaire et l’habitat, le 11 à 18h à la médiathèque ; des Visites de maisons équipées d’un système solaire ou bénéficiant d'une rénovation énergétique globale ; un film "Power to Change" à l'Appolo. Sur réservation.

  • 26/09/18 | Charente-Maritime : les Antilles de Jonzac, premier site labellisé Sécuri-Site

    Lire

    L'espace Aqua-ludique des Antilles à Jonzac va être le premier site touristique du département labellisé "Sécuri-Site", à partir du 27 septembre. Ce label est attribué par la préfecture sur plusieurs critères de protection et de sécurité interne et externe du site comme les mesures de prévention humaines (gardiennage, formation), organisationnelles (chaîne de sûreté, fiches réflexe) et techniques (protection de bâtiment, vidéo-protection), ainsi que les mesures prévues en situation de crise.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le Limousin avec L'Aquitaine et les Charentes avec Le Centre? Impensable

C'est la dernière des hypothèses qui circulent dans les allées du pouvoir et arrivent jusqu'à Bordeaux, en suscitant la consternation, à moins que ce ne soit la colère. La nouvelle carte des Régions françaises intimerait l'ordre à l'Aquitaine d'épouser... le Limousin. Exit le Poitou-Charentes et, à tout le moins, les deux Charentes qui, elles, embarqueraient pour un destin improbable avec la région Centre. En un mot, tout sauf l'Aquitaine! ...de peur, chacun l'a compris, de déplaire à Ségolène Royal. A quelle personne, de bonne foi, fera-t-on croire qu'il ne s'agit pas, avant tout, d'empêcher deux départements qui ont de vrais arguments à faire valoir pour rejoindre la Région que préside Alain Rousset, de le faire... Et même, à la Vienne et aux-Deux-sèvres de s'imaginer un destin aquitain ? Dernière minute: 14 régions au lieu de 22, l'Aquitaine inchangée, le Limousin avec Poitou-Charentes et le Centre, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon fusionnent.

Les relations entre le président du Conseil régional d'Aquitaine et, feu, la présidente de Poitou-Charentes sont connues pour être mauvaises. Et, à un moment où François Hollande est au plus mal, imagine-t-on qu'il puisse déplaire à celle qu'il a décidé de faire entrer dans son gouvernement ? …

Face aux choix que le président de la république devrait annoncer, ces jours-ci, l'Aquitaine, son éxécutif, son assemblée, le Conseil Economique Social et Environnemental, les forces vives, qu'il s'agisse des Chambres Consulaires, des organisations patronales et syndicales... ont le devoir de s'exprimer, sans détour. Certains rendez vous sont déjà pris; nous les suivrons, ici, à Aqui, avec l'attention vigilante qu'un média comme le nôtre doit porter à des débats qui engagent bien plus que le périmètre d'une collectivité territoriale; en réalité l'avenir d'une région qui s'est construite au fil des années, a su être à l'écoute de ses cultures différentes, a jeté les bases d'une économie qui, s'appuyant sur ses points forts, promeut aussi les innovations et la recherche... et est devenue, autour de sa métropole, de plus en plus attractive.

Lui proposer, demain, d'accueillir en son sein la Creuse, la Haute-Vienne, la Corrèze et lui interdire de faire cause commune avec des départements comme la Charente ou la Charente-maritime, voire le Gers, c'est un non sens, un déni, la marque d'un arbitraire jacobin, émanant d'un chef de l'Etat aux abois, mal conseillé et qui perd le sens commun.

Entendons-nous, il ne s'agit pas de considérer avec condescendance trois départements, essentiellement ruraux, que la nouvelle donne territoriale préoccupe comme le président de la Creuse - 123.000 habitants - Jean-Jacques Lozach le rappelait, ce 28 mai pendant la Foire de Bordeaux, à l'invitation du Conseil général de la Gironde. On peut même se poser la question de l'opportunité d'agréger la Corrèze, si proche par son économie de la Dordogne, à l'Aquitaine. De Terrasson à Brive il n'y a que le temps d'une pause café sur l'A 89. Mais, décréter d'en haut, de ce qui est apparemment impossible, est insupportable. Faut-il ajouter que le coût de ce mariage forcé sera probablement élevé et desservira l'économie de l'Aquitaine d'aujourd'hui...

Naturellement, le rafistolage, à marche forcée, rencontre et rencontrera des défenseurs zélés dans les cercles parisiens, où le mépris de la province est une seconde nature. Ils n'ont jamais assez de mots pour vilipender la France des « Baronies » qu'ils côtoient, le temps d'un week end doucereux ou d'un ménage au prix fort, mais n'oublient jamais de  flatter les hommes du pouvoir central qu'ils dénigrent par ailleurs, à longueur de semaine et de mois. Les Baronies? Quelles baronies? Comme si les Pyrénées-Atlantiques et la Gironde, les élus qui les représentent et ont appris, ensemble, pendant trente ans à trouver des complémentarités, à investir dans des projets communs, ne méritaient pas d'autres qualificatifs que cette vision Moyen Ageuse de la France .

Les enjeux de la réforme territoriale qui s'annonce sont pourtant de la plus grande importance dans un pays, redisons-le ici avec force, où le ressort de l'action publique doit être l'efficacité, le développement, la reconstruction d'une économie que la faillite intellectuelle et la suffisance des élites, entre le Corps des mines ou la Direction du Trésor, ont largement précipitée vers le déclin.

Le rappeler ici c'est prendre date et se promettre de débattre, de convaincre et de résister.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
6858
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 02/06/2014

Cette dernière idée de fusion Aquitaine-Limousin est à considérer avec l'ensemble de la carte française divulguée par les médias.
Celle-ci est le produit caricatural d'une pensée jacobine qui se croit moderne.
Remarquez la disparition de l'Alsace et de la Bretagne comme régions propres !
Ils n'ont pas osé supprimer la région corse...
Et ils croient que ça va passer dans la population... En Limousin non plus, ça ne passera pas.
En plus, tout ça à la va-vite et sans concertation !
"Ils" deviennent fous ? "Ils" vont mettre le feu, et, hélas, discréditer toute réforme territoriale, alors qu'il en faut une.
Pour ma part, je suis également hostile à une fusion Aquitaine-PoitouCharentes et préconise, s'il faut vraiment fusionner, la fusion Aquitaine-MidiPyrénées, qui se tient géographiquement, humainement, économiquement.
Il faut cesser d'avoir la vision "une métropole : une région".
On peut aussi avoir "deux métropoles, une région" (cas Aquitaine-MidiPyrénées), ou "zéro métropole, une région" (cas Poitou-Charentes, Limousin).
Avec quelques partisans de la Gascogne, je soutiens que les métropoles comme Toulouse et Bordeaux devraient avoir leur destin propre, comme les villes-länder allemandes (Brème, Hambourg), rayonner autant qu'elles le veulent au-delà de quelque région que ce soit, cesser de régenter et désertifier "leur" arrière-région.
Alors des régions qui ont une existence géographique et historique comme la Gascogne ou le Poitou* pourraient à nouveau respirer, comme tissus de terroirs, et de villes petites ou moyennes.
*Le Poitou (incluant la Saintonge, l'Aunis, l'Angoumois et la Vendée) avait sa personnalité propre, marquée par ses parlers poitevins-saintongeais - voir les travaux d'Eric Nowak à ce sujet. Il forme une région géographique entre Loire et Garonne. Pourquoi vouloir le tuer ?

Joël Aubert | 02/06/2014

Merci pour cette contribution avec laquelle je suis d'accord au moins sur un point: le danger qu'il y aurait à imposer un redécoupage depuis Paris sans une large concertation avec les Régions et entre les Régions elles-mêmes.

CHASTANET | 02/06/2014

Les limousins n'accepteront pas d'être avalés par l'Aquitaine sans réagir.

Cette fusion est contre nature et ne doit pas avoir lieu. La mobilisation est en marche : https://m.facebook.com/contrelafusiondulimousin

Jef Runel Belliard | 02/06/2014

rattacher le Limousin à l'Aquitaine est un non sens économique et historique pour les deux régions.Le Président Hollande n'aura pas le courage de contrer son ex. Reste la seule solution de créer une "Gross Région" avec Aquitaine et Midi-Pyrénées avec l'atout économique majeur : L'aéronautique et l'espace. Mais aussi une Agriculture de pointe.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite