aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info



- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le Limousin avec L'Aquitaine et les Charentes avec Le Centre? Impensable

C'est la dernière des hypothèses qui circulent dans les allées du pouvoir et arrivent jusqu'à Bordeaux, en suscitant la consternation, à moins que ce ne soit la colère. La nouvelle carte des Régions françaises intimerait l'ordre à l'Aquitaine d'épouser... le Limousin. Exit le Poitou-Charentes et, à tout le moins, les deux Charentes qui, elles, embarqueraient pour un destin improbable avec la région Centre. En un mot, tout sauf l'Aquitaine! ...de peur, chacun l'a compris, de déplaire à Ségolène Royal. A quelle personne, de bonne foi, fera-t-on croire qu'il ne s'agit pas, avant tout, d'empêcher deux départements qui ont de vrais arguments à faire valoir pour rejoindre la Région que préside Alain Rousset, de le faire... Et même, à la Vienne et aux-Deux-sèvres de s'imaginer un destin aquitain ? Dernière minute: 14 régions au lieu de 22, l'Aquitaine inchangée, le Limousin avec Poitou-Charentes et le Centre, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon fusionnent.

Les relations entre le président du Conseil régional d'Aquitaine et, feu, la présidente de Poitou-Charentes sont connues pour être mauvaises. Et, à un moment où François Hollande est au plus mal, imagine-t-on qu'il puisse déplaire à celle qu'il a décidé de faire entrer dans son gouvernement ? …

Face aux choix que le président de la république devrait annoncer, ces jours-ci, l'Aquitaine, son éxécutif, son assemblée, le Conseil Economique Social et Environnemental, les forces vives, qu'il s'agisse des Chambres Consulaires, des organisations patronales et syndicales... ont le devoir de s'exprimer, sans détour. Certains rendez vous sont déjà pris; nous les suivrons, ici, à Aqui, avec l'attention vigilante qu'un média comme le nôtre doit porter à des débats qui engagent bien plus que le périmètre d'une collectivité territoriale; en réalité l'avenir d'une région qui s'est construite au fil des années, a su être à l'écoute de ses cultures différentes, a jeté les bases d'une économie qui, s'appuyant sur ses points forts, promeut aussi les innovations et la recherche... et est devenue, autour de sa métropole, de plus en plus attractive.

Lui proposer, demain, d'accueillir en son sein la Creuse, la Haute-Vienne, la Corrèze et lui interdire de faire cause commune avec des départements comme la Charente ou la Charente-maritime, voire le Gers, c'est un non sens, un déni, la marque d'un arbitraire jacobin, émanant d'un chef de l'Etat aux abois, mal conseillé et qui perd le sens commun.

Entendons-nous, il ne s'agit pas de considérer avec condescendance trois départements, essentiellement ruraux, que la nouvelle donne territoriale préoccupe comme le président de la Creuse - 123.000 habitants - Jean-Jacques Lozach le rappelait, ce 28 mai pendant la Foire de Bordeaux, à l'invitation du Conseil général de la Gironde. On peut même se poser la question de l'opportunité d'agréger la Corrèze, si proche par son économie de la Dordogne, à l'Aquitaine. De Terrasson à Brive il n'y a que le temps d'une pause café sur l'A 89. Mais, décréter d'en haut, de ce qui est apparemment impossible, est insupportable. Faut-il ajouter que le coût de ce mariage forcé sera probablement élevé et desservira l'économie de l'Aquitaine d'aujourd'hui...

Naturellement, le rafistolage, à marche forcée, rencontre et rencontrera des défenseurs zélés dans les cercles parisiens, où le mépris de la province est une seconde nature. Ils n'ont jamais assez de mots pour vilipender la France des « Baronies » qu'ils côtoient, le temps d'un week end doucereux ou d'un ménage au prix fort, mais n'oublient jamais de  flatter les hommes du pouvoir central qu'ils dénigrent par ailleurs, à longueur de semaine et de mois. Les Baronies? Quelles baronies? Comme si les Pyrénées-Atlantiques et la Gironde, les élus qui les représentent et ont appris, ensemble, pendant trente ans à trouver des complémentarités, à investir dans des projets communs, ne méritaient pas d'autres qualificatifs que cette vision Moyen Ageuse de la France .

Les enjeux de la réforme territoriale qui s'annonce sont pourtant de la plus grande importance dans un pays, redisons-le ici avec force, où le ressort de l'action publique doit être l'efficacité, le développement, la reconstruction d'une économie que la faillite intellectuelle et la suffisance des élites, entre le Corps des mines ou la Direction du Trésor, ont largement précipitée vers le déclin.

Le rappeler ici c'est prendre date et se promettre de débattre, de convaincre et de résister.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2345
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 02/06/2014

Cette dernière idée de fusion Aquitaine-Limousin est à considérer avec l'ensemble de la carte française divulguée par les médias. Celle-ci est le produit caricatural d'une pensée jacobine qui se croit moderne. Remarquez la disparition de l'Alsace et de la Bretagne comme régions propres ! Ils n'ont pas osé supprimer la région corse... Et ils croient que ça va passer dans la population... En Limousin non plus, ça ne passera pas. En plus, tout ça à la va-vite et sans concertation ! "Ils" deviennent fous ? "Ils" vont mettre le feu, et, hélas, discréditer toute réforme territoriale, alors qu'il en faut une. Pour ma part, je suis également hostile à une fusion Aquitaine-PoitouCharentes et préconise, s'il faut vraiment fusionner, la fusion Aquitaine-MidiPyrénées, qui se tient géographiquement, humainement, économiquement. Il faut cesser d'avoir la vision "une métropole : une région". On peut aussi avoir "deux métropoles, une région" (cas Aquitaine-MidiPyrénées), ou "zéro métropole, une région" (cas Poitou-Charentes, Limousin). Avec quelques partisans de la Gascogne, je soutiens que les métropoles comme Toulouse et Bordeaux devraient avoir leur destin propre, comme les villes-länder allemandes (Brème, Hambourg), rayonner autant qu'elles le veulent au-delà de quelque région que ce soit, cesser de régenter et désertifier "leur" arrière-région. Alors des régions qui ont une existence géographique et historique comme la Gascogne ou le Poitou* pourraient à nouveau respirer, comme tissus de terroirs, et de villes petites ou moyennes. *Le Poitou (incluant la Saintonge, l'Aunis, l'Angoumois et la Vendée) avait sa personnalité propre, marquée par ses parlers poitevins-saintongeais - voir les travaux d'Eric Nowak à ce sujet. Il forme une région géographique entre Loire et Garonne. Pourquoi vouloir le tuer ?

Joël Aubert | 02/06/2014

Merci pour cette contribution avec laquelle je suis d'accord au moins sur un point: le danger qu'il y aurait à imposer un redécoupage depuis Paris sans une large concertation avec les Régions et entre les Régions elles-mêmes.

CHASTANET | 02/06/2014

Les limousins n'accepteront pas d'être avalés par l'Aquitaine sans réagir. Cette fusion est contre nature et ne doit pas avoir lieu. La mobilisation est en marche : https://m.facebook.com/contrelafusiondulimousin

Jef Runel Belliard | 02/06/2014

rattacher le Limousin à l'Aquitaine est un non sens économique et historique pour les deux régions.Le Président Hollande n'aura pas le courage de contrer son ex. Reste la seule solution de créer une "Gross Région" avec Aquitaine et Midi-Pyrénées avec l'atout économique majeur : L'aéronautique et l'espace. Mais aussi une Agriculture de pointe.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires