Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

26/03/20 : Charente-Maritime : A Rochefort, le marché reste ouvert les mardi et samedi (fermeture les jeudis), avec les conditions de sécurité sanitaire renforcées et un nombre maximum de personnes : 100 avenue De Gaulle et 40 sous la Halle.

26/03/20 : Michel Hidalgo qui fut pendant neuf ans l'entraîneur de l'équipe de France de football des Platini, Giresse et Tigana vainqueurs du championnat d'Europe de 1984 et un familier de la Gironde est décédé à l'âge de 87 ans

26/03/20 : Covid-19. Compte-tenu des incertitudes liées au confinement sanitaire, les organisateurs de Forexpo ont décidé de reporter la 26ème édition du salon européen de la sylviculture et de l'exploitation forestière au 16, 17 et 18 juin 2021 à Mimizan (40).

26/03/20 : E.Macron annonce une prime exceptionnelle pour les soignants. La crise passée "un plan massif d'investissement pour l'hôpital". Une opération Résilience de l'armée lancée en soutien aux populations et aux services publics en métropole et en Outre-mer

25/03/20 : La Rochelle : suite à une dérogation préfectorale, le Marché central se tiendra le mercredi et le samedi matin, dans la halle intérieure (pas de marché extérieur). Idem pour le marché de La Pallice le dimanche matin.

25/03/20 : Dès aujourd'hui 7 psychologues de la Ville de St-Médard-en-Jalles (33) proposent des permanences téléphoniques gratuites aux familles fragilisées ou en difficulté psychologique face au confinement. Du lundi au vendredi de 13h à 18h: 06 32 59 53 82

25/03/20 : En Nouvelle-Aquitaine, plus de 170 entreprises ont fait une promesse de dons qui devrait permettre de redistribuer plus de 300 000 masques. Pour autant, l'appel au don de masques lancé par l'ARS se poursuit.+ d'info

25/03/20 : Poitiers : Le maire demande la mise en place d'un couvre-feu sanitaire à la Préfecture de la Vienne pour renforcer les mesures prises contre le COVID- 19.

24/03/20 : Le conseil scientifique qui conseille l'exécutif préconisant six semaines de confinement celui-ci pourrait donc durer encore quatre semaines

24/03/20 : Charente-Maritime : les travaux liés aux changements de câbles se poursuivent sur l'île de Ré. La circulation sera mise en alternat mercredi matin et jeudi soir pour une opération de bétonnage et une installation du matériel pour la suite du chantier

24/03/20 : COVID-19 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 65 nouveaux cas confirmés le 23 mars, ce qui porte le total à 656 cas confirmés recensés par l'ARS. 149 personnes sont hospitalisées dont 41 en réanimation et 13 décès.

24/03/20 : Agriculture : la FNSEA a appelé ce matin aux bonnes volontés pour aider les agriculteurs qui peinent à recruter de la main d'oeuvre en cette période de confinement. Une plateforme pour s'inscrire a été créée: desbraspourtonassiette.wizi.farm/




- Publicité -
  • 28/03/20 | Gironde: hébergement d'urgence renforcé

    Lire

    Renforcement de l'hébergement d'urgence par l'Etat et les collectivités en particulier dans la perspective d'un retour du froid : 44 places ouvertes pour répondre aux besoins de personnes en grande difficulté signalées par le 115: 40 à Bordeaux et 4 à Libourne après 60 places ouvertes il y a une semaine dans l'auberge de jeunesse de Bordeaux ce qui porte à 104 le nombre de places ouvertes depuis la crise sanitaire; 1857 places d'hébergement d'urgence ainsi ouvertes en Gironde; 2 centres spécialisés de 72 places ont été ouverts cette semaine pour l'accueil éventuel de sans abris atteints du virus mais ne nécessitant pas hospitalisation

  • 27/03/20 | Plan d'urgence de l'Adie pour les travailleurs indépendants

    Lire

    L'Adie Nouvelle-Aquitaine a contacté les 5 500 entrepreneurs qu'elle accompagne en région pour leur expliquer les mesures d'aide mises en place par l'Etat mais aussi pour leur proposer les mesures d'urgence exceptionnelles qu'elle met en place. En clair : une procédure accélérée de report d'échéance et de rééchelonnement ; pour les entrepreneurs confrontés à des problèmes de trésorerie, l'association a également débloqué à l'échelle nationale une ligne d'1 million d'euros afin de financer un dispositif de crédit de trésorerie pour les situations d'urgence. L'association développe également une offre gratuite d'accompagnement digital.

  • 27/03/20 | Consignes coronavirus : pas de tri sélectif pour les mouchoirs, les masques et les gants !

    Lire

    Pour des raisons sanitaires, il est demandé aux particuliers de jeter les mouchoirs, masques et gants usagés dans un sac plastique dédié, résistant et disposant d’un système de fermeture fonctionnel. Ce sac doit être soigneusement refermé puis conservé 24 heures avant d’être placé dans le sac plastique pour ordures ménagères. En tout état de cause les mouchoirs, masques et gants usagés ne doivent jamais être triés avec les déchets recyclables.

  • 27/03/20 | La Sobéval de Boulazac (24) offre des masques aux personnels soignants

    Lire

    La Sobéval, à Boulazac Isle Manoire, a donné 2000 masques FFP2 pour la clinique Francheville. Ceux-ci ont été livrés mardi après midi par l’un des chefs d’atelier de l’entreprise. 2000 autres masques ont aussi été proposés au Centre Hospitalier de Périgueux ; les masques ont été remis à l’établissement jeudi, ainsi que des combinaisons jetables et des gants. Quelques masques FFP2 restent disponibles pour les soignants libéraux qui en auraient besoin.

  • 27/03/20 | Covid-19 : l'entreprise bordelaise Dydu lance le chatbot “Gestion de crise”

    Lire

    En cette période de crise sanitaire inédite pour les sociétés, l’éditeur de logiciel automatisé dydu basé à Paris et Bordeaux adapte sa technologie au contexte et aux besoins urgents des entreprises. Il vient de déployer un chatbot “Gestion de crise” gratuit visant à fluidifier le déploiement du télétravail au sein des équipes, à rassurer les collaborateurs en répondant instantanément à leurs différentes questions 24/7 et à venir en renfort des services RH particulièrement surchargés en ce moment. https://content.dydu.ai/chatbot-gestion-crise

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le mal profond du rugby français

Une de plus, une défaite à Murrayfield pas déshonorante mais quand même une de plus. Ce n'est pas une affaire d'Etat...mais c'est bien plus grave, parce que le rugby fait partie de notre culture commune. Singulièrement de notre patrimoine régional, d'ici, où ont été écrites ses plus belles pages, du côté de Mont-de-Marsan, de Dax, de Bayonne et Biarritz, de Pau, d'Agen, de Bègles, de La Rochelle et celles, plus modestes, mais non moins riches de valeurs, de Riscle ou de Tyrosse, clubs dits formateurs parce que de leurs rangs partaient, vers les plus grandes équipes, des jeunes gens qui, de bonne heure, avaient été instruits de ce qui a fait la noblesse de ce sport, le geste. Cette façon de se passer le ballon ovale en évitant l'adversaire pour aller le déposer sur cet espace d'au-delà les poteaux, cette terre promise chère à feu Roger Couderc.

Las, le rugby français a oublié ce qui faisait sa force, son identité. Il faut parfois une chevauchée, comme celle du trois quart aile Thomas, ce dimanche à Murrayfield, pour s'en souvenir, croire que cela est encore possible. Ce le fût d'ailleurs, sous un entraîneur nommé Marc Lièvremont qui amena le XV de France, en 2011, jusqu'à la finale de la Coupe du Monde contre les All Black. Depuis, le rugby français s'est progressivement abîmé et s'abîme dans un univers qui, sous l'emprise du fric pour faire du spectacle, a transformé ce sport qui savait conjuguer la force, la détente, la vitesse, en sport de combat. Le mal est venu de l'hémisphère sud et de l'emprise de la télévision façon Murdoch qui a poussé à l'évolution violente avec tous les travers du sport professionnel de haut niveau: la musculation à outrance des joueurs et la prise de substances dopantes. Mais, attention, il ne faut rien en dire, une manière de loi du silence.

De temps à autre, cependant, un dirigeant plus courageux que les autres ose parler, entre déception et lucidité. C'est ainsi qu'au sortir du dernier championnat, de ce top 14 dont les enjeux économiques sont si lourds pour les perdants, en juin dernier, le président de l'UBB, de Bègles-Bordeaux, Laurent Marti, dans une interview à Midi Olympique, s'était dit "écoeuré par les phases finales". Traduction, par la pauvreté du jeu et soulignant, avec honnêteté, que le rugby était en train de fabriquer en quelque sorte des monstres. Ce même Laurent Marti qui, en toute logique, faisait part de sa colère il y a une semaine, au lendemain de France-Irlande, après la grave blessure du jeune joueur de Bègles Matthieu Jalibert lancé dans le tournoi à 19 ans. Le début de polémique qui s'en est suivi alors qu'un autre jeune joueur, de Toulouse celui-là, Antoine Dupont était blessé dans le même match, ne pouvait aller bien loin  parce que "politiquement incorrect", aux yeux d'une Fédération aux mains d'un président nommé Bernard Laporte.

N'empêche, le mal est profond et il ne lui suffira pas de changer l'entraîneur Jacques Brunel après avoir viré, comme un mal propre, son prédecesseur Guy Novès. Il ne suffira pas, non plus, de demander aux clubs de bâtir un projet de jeu avec les responsables de l'équipe de France. D'ailleurs, leurs premières réactions, à part quelques-uns, ont montré qu'ils ne s'en souciaient guère...Affaire de business.

Le mal s'insinue, en effet jusqu'au coeur du rugby des villages et, tel ou tel éducateur s'inquiète de voir arriver des jeunes soucieux de pratiquer ce sport parce qu'ils sont attirés par la violence qui s'en dégage, tandis que des parents commencent à se poser sérieusement la question: peuvent-ils encourager leurs enfants à rejoindre l'école de rugby, ce lieu longtemps défendu comme le creuset des valeurs partagées et du geste cultivé? C'est d'un grand choc moral, d'un examen de conscience sans tabou, dont le rugby français a besoin et, pour cela, il n'y a d'autre voie que de soutenir ceux qui ont le courage de dire.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
28657
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires