Le Fil d'Aqui

16/04/14 : Depuis le début de l'année, l'Aéroport de Bordeaux Mérignac a accueilli plus de 950.000 passagers et affiche une croissance de 3%, soit la plus forte croissance de trafic du top 5 des aéroports régionaux.

15/04/14 : Deux bombardiers d'eau Trackers sont prépositionnés sur l'aéroport de Mérignac depuis ce 15 avril compte tenu des risques d'incendie jugés : « sévères » par la préfecture en Dordogne et Charente-Maritime, « modérés » en Lot-et-Garonne, Gironde et Land

15/04/14 : Jean-Christophe Cambadélis a été élu ce 15 avril à la tête du parti socialiste par 67,12% des voix au sein du Conseil national contre 32,88% à Sylvain Mathieu candidat au nom de la gauche du PS. Cambadélis a promis des « Etats Généraux » du PS.

14/04/14 : Rugby. Le SUA prolonge les contrats du talonneur Marc Barthomeuf, du demi d’ouverture Raphaël Lagarde, du centre Vincent Roux et de l’ailier Viliame Waquaseduadua et signe avec 4 jeunes : Paul Abadie, Léo Ghirard, Nathan Decron et Florian Dufour.

11/04/14 : CUB - L'installation d'un terminus partiel sur la ligne A, à hauteur de la station Cenon Gare, impose une interruption de la circulation des tramways, entre la station Galin et les terminus de la rive droite, du 14 au 20 avril.

09/04/14 : Michèle Delaunay quittant le gouvernement où elle est remplacée au poste de secrétaire d'Etat par Laurence Rossignol devrait retrouver son poste de député de la 2° circonscription de Gironde occupé jusqu'ici par Vincent Feltesse.

09/04/14 : Pas de secrétaires d'Etat du Sud Ouest à l'exception de Kader Arif qui conserve le poste des Anciens combattants dans le gouvernement Valls. A noter: Fleur Pellerin Commerce extérieur André Vallini à la réforme territoriale Harlem Désir à l'Europe.

08/04/14 : Valls: Conseils départementaux supprimés «à l’horizon 2021» et réforme de la carte des intercommunalités «basée sur les bassins de vie» et « suppression de la clause de compétence générale après un profond débat dans le pays associant élus et citoyens.

08/04/14 : Valls devant l'Assemblée: «Les régions pourront proposer de fusionner, mais en l’absence de proposition, après les régionales et les départementales de 2015, le gouvernement proposera une carte, et elle sera établie pour le premier janvier 2017.»

08/04/14 : Dominique Rousseau (PS) a été réélu président de la communauté d'agglomération de Bergerac avec 39 voix contre 24 à Daniel Garrigue et un nul, malgré sa défaite à la mairie de Bergerac lors des municipales.

07/04/14 : Une conférence sur "la guerre décrite par les soldats" sera donnée le mercredi 9 avril à 16h à l'université de Pau (amphithéâtre de la présidence) par Rémy Cazals, professeur à l'université de Toulouse, spécialistes du conflit de 1914-1918

04/04/14 : Sylvie Recrosio est nommée Directrice du Territoire Nord Aquitain de Veolia Propreté. Depuis 6 ans, elle pilotait la stratégie commerciale, la politique du recyclage et le développement des filières de valorisation dans la région Sud-ouest

04/04/14 : Michel Moyrand, maire PS de Périgueux, battu dimanche dernier, siègera bien dans l'opposition municipale et à la communauté d'agglomération du Grand Périgueux en tant que simple conseiller.

04/04/14 : Exposition : La bibliothèque de Périgueux aborde la commémoration de la Grande Guerre sous l'angle d'une histoire particulière : celle d’une correspondance entre Alphonse Chémery et sa future épouse Marguerite, écrites tout au long de la guerre.

02/04/14 : Le festival Jazz naturel se déroule à Orthez jusqu'au dimanche 6 avril, avec notamment un hommage rendu à Nougaro le jeudi 3, et des concerts gratuits non stop avant et après ceux donnés à la Moutète. Rens. www.mairie-orthez.fr , 05 59 69 76 83.

01/04/14 : Concours de vitesse de lavage de vitres, parcours de maniabilité de mono-brosses, quizz : la rencontre inter-académique de Périgueux rassemblera 250 élèves issus de la filière Propreté le mercredi 2 avril 2014 au Lycée professionnel Léonard de Vinci

31/03/14 : RESCOLL (Pessac) et VALOREM ont reçu début mars lors du salon EWEA (European Wind Energy Association) de Barcelone le prix « Science & Research » pour leur étude commune sur les impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie d’un parc éolien


- Publicité -
  • 18/04/14 | Lacq-Orthez : le président réélu, mais les Orthéziens absents du bureau

    Lire

    Jacques Cassiau-Haurie, maire PS de Biron, a été réélu jeudi à la présidence de l’importante Communauté de communes de Lacq Orthez par 87 voix contre 21 à Yves Darrigrand,maire sans étiquette d’Orthez. Ce dernier avait souhaité, en vain, que les vice-présidences de la CCLO tiennent compte de la démographie des localités qu'elle englobe, et refusé un poste de 2e vice-président. Ce désaccord et le vote de jeudi amènent aujourd'hui le bureau de la CCLO à n'avoir aucun représentant de la ville d'Orthez.

  • 17/04/14 | Rugby: UBB: 3 stades pour 1 équipe

    Lire

    Alain Juppé et Noël Mamère se sont mis d'accord sur les équipements qui pourraient être mis à disposition de l’Union Bordeaux Bègles. Le stade André Moga aurait une vocation de centre d’entrainement et de formation pour l’UBB et les équipes de jeunes du CABBG. La restructuration du stade Chaban-Delmas en enceinte de 20 000 places permettrait à l’UBB d’y disputer la plupart des matchs, sauf les "matchs de prestige" (minimum 35.000 spectateurs) qui se tiendraient au nouveau stade. Des hypothèses qui supposent des investissements sur les stades Chaban et André Moga qui feront l'objet d'évaluation et d'études par la CUB

  • 16/04/14 | Une présidente pour l'Opéra National de Bordeaux

    Lire

    C'est Laurence Dessertine qui succède à Dominique Ducassou à la tête du Conseil d'administration de l'Opéra National de Bordeaux. Faisant suite aux élections municipales récentes, le nouveau CA de l'Opéra s'est réuni le 10 avril dernier; composé de 9 membres il comprend 6 délégués de la Ville de Bordeaux (Laurence Dessertine, Estelle Gentilleau, Arielle Piazza, Stéphan Delaux, Vincent Feltesse et Fabien Robert), 2 représentants de l'Etat (Pierre Blanc et Arnaud Littardi) et un représentant du Conseil Régional d'Aquitaine (Ludovic Freygefond).

  • 16/04/14 | Max Bodin: " les 50 milliards fruit d'une démarche collective

    Lire

    Communiqué du mandataire girondin de Manuel Valls:"Le plan d’économie de 50 milliards est le fruit d’une démarche collective, en concertation avec l’ensemble des membres du gouvernement et présenté en conseil des Ministres... Le maintien des créations de postes dans l’éducation nationale témoigne d’un attachement à la jeunesse et à la qualité de sa formation, de même que les créations de postes de policiers et de gendarmes ont tous été conservés...Enfin observons que les prestations sociales ne se trouvent ni réduites, ni supprimées. Il s’agit d’un gel temporaire, de 18 mois demandé aux allocataires de ces pensions.

  • 15/04/14 | Du 14 au 25 avril, opération Printemps-Jeunes à Villeneuve/Lot

    Lire

    C'est cette semaine que démarre l'opération Printemps-Jeunes. Durant 15 jours, 18 jeunes villeneuvois travailleront tous les matins sur des chantiers de peinture, d'entretien des espaces verts ou de mobilier urbain. Les après-midis seront consacrés à des activités sportives ou culturelles. Ils recevront également une formation au Premiers Secours, sanctionnée par le PSC1(Prévention et secours civiques de niveau 1).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Elections européennes 2014
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le mécontentement social grandit face au pouvoir

A t-on prêté l’attention qu’il convenait, dans les cercles du pouvoir, à ce qu’il s’est passé, ce jeudi 7 mars, devant l’usine Goodyear d’Amiens ? Le ministre de l’intérieur Manuel Valls depuis la Guyane où il se trouvait a stigmatisé les violences dont ont été victimes les policiers et annoncé des sanctions… Il a "fait le job" en quelque sorte comme il ne manque jamais de le faire, affichant une fermeté dont il pense, aussi, qu’elle lui donnera le moment venu toutes les chances de succéder au premier ministre actuel. Les émeutes d’Amiens devant une usine qui ferme et dont les salariés ont été baladés, de discours en discours, et submergés de surenchères verbales inédites, témoignent d’une radicalisation de l’action syndicale qui ne saurait être prise à la légère.

La crise sociale est là et bien là et le fossé se creuse entre la gauche et une partie de ceux qui l’ont portée au pouvoir. Un décalage considérable qu’accentue, non seulement l’impossibilité dans laquelle elle se trouve de tenir ses promesses mais, pire encore, la façon dont elle les dément par des effets d’annonce incohérents. L’exemple de l’âge de la retraite en est comme la caricature : certes la gauche n’a jamais promis qu’elle ramènerait celle-ci uniformément à 60 ans –elle l’a fait pour ceux que l’allongement récent pénalisait le plus- mais, aujourd’hui, elle relance le débat sur la durée des cotisations au moment où le chômage galope et le régime actuel des retraites complémentaires appelle un effort demandé aux bénéficiaires. On pourrait, ici, faire la liste des engagements intenables qui ont été pris, et des ballons d’essai intempestifs, y compris au sommet de l’exécutif...

La France est atteinte, à son tour, par la vague déferlante de la crise économique qui s'insinue de quartiers en villages; elle aurait besoin d’être entretenue, certes dans la réalité de la situation actuelle mais, en même temps, avoir confiance dans la capacité de l’équipe qui la gouverne à donner un cap et à le tenir. Le seul cap de l’austérité ne saurait tenir lieu de politique. Et la mise en place des emplois d’avenir, ici et là, ne pourra à elle seule permettre l’inversion de la courbe du chômage.

Au lieu de rouvrir avec détermination le chantier de la production, et pas seulement industrielle, on tente de sauver ce que l’on peut. La droite dira-t-on ne faisait guère autrement et pas toujours avec bonheur. Et alors ? N’y a t-il pas place par exemple pour un discours cohérent, argumenté et soutenu financièrement, sur le potentiel de recherche et d’innovation de ce pays? On le devine mais le rencontre surtout dans nos régions où les élus sont au contact des entreprises et apportent des soutiens souvent décisifs. L’acte 3 de la décentralisation que l’on annonçait comme l’une des grandes réformes accouche dans la douleur, victime comme ce fut toujours le cas de la citadelle qui gouverne sous toutes les républiques : les Finances. Faut-il s’appesantir sur toutes les fausses bonnes raisons, à commencer par le risque pour la gauche, de trop nombreuses élections partielles, sur le report attendu pour 2017 de la loi sur le non cumul des mandats ?

En réalité, au moment où le pays bascule dans la récession et où la crise sociale atteint une ampleur inconnue depuis les années de l’immédiat après guerre, avec son lot quotidien de drames invisibles, le pouvoir agit par à coups dans une gestion désordonnée de son agenda. Et il donne à penser, à commencer par celui du président, qu’il a le temps pour lui, que la France contrainte par l’Europe doit en passer par une cure de désintoxication des déficits, que par parenthèse il ne s’applique pas à lui-même mais qu’il annonce comme possible…

Il est temps, plus que temps, que le président s’extraie de cette sorte de félicité qui semble s’attacher à ses faits et gestes. La V° République ne donne pas seulement à ceux qui la conquièrent, de l'Elysée au Parlement, la faculté de gouverner : elle les expose au retour du balancier et pas toujours forcément par le biais des urnes. Le danger d'une crise par addition des mécontentements ne doit surtout pas être sous-estimé.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2511
Aimé par vous
7 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jef Runel Belliard | 11/03/2013

La communication de ce gouvernement est cacophonique, du coup nous n'avons plus l'impression d'être gouverné; par ailleurs, on attend plus du Président que d'être "normal" on attend qu'il Préside tout simplement.

Klaus fuchs | 11/03/2013

Je me demande ce que veut l'auteur de cet article: que Hollande "tienne ses engagements" à tout prix , même si la situation s'est considérablement dégradée, ou qu'il adapte sa politique aux nouvelles conditions, dans l'intérêt de la France? C'est une drôle de façon de donner la priorité à ces engagements au lieu d'être responsable et de les abandonner ou adapter. Il y a soit de la naïveté, soit de la malveillance dans ces revendications.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires