Le Fil d'Aqui

28/07/15 : Saint-Jean-d'Illac: Ce mardi matin, le Préfet Dartout confirme "une situation favorable mais la guerre contre le feu va encore durer plusieurs jours".

27/07/15 : Saint-Jean D'Illac : environ une cinquantaine de personnes ne seront pas relogées avant mardi matin. Il s'agit des habitants en lisière de forêt Pessac-Toctoucau et les résidents de la Clinique des Pins.

27/07/15 : Les 600 habitants évacués à Saint-Jean D'Illac vont pouvoir rentrer chez eux à partir de 17 heures ce lundi avec l'aide des forces de police. Sur place, 400 pompiers restent mobilisés mais aucun départ de feu n'a été signalé depuis lundi matin.

27/07/15 : L'état de catastrophe naturelle est reconnu pour les communes de Lagorce (du 1/01 au 9/03/14) et Salles (du 27/01 au 7/02/14) au titre des inondations par remontée de nappe phréatique. Les sinistrés ont 10 jours pour se rapprocher de leur assurance

27/07/15 : Le Préfet Pierre Dartout annonce sur Twitter qu'en fonction de l'évolution de la météo "la décision sera prise à 15h quant à l'éventuel retour des personnes évacuées à Pessac et à Saint-Jean-d'Illac" suite à l'incendie.

27/07/15 : Selon un sondage de l'Ifop pour le compte de nos confrères de RTL, Alain Juppé serait le mieux placé à droite pour battre le Front National et gagner des voix à gauche.+ d'info

26/07/15 : Dans le secteur de Saint-Jean d'Illac le combat contre le feu se poursuivait à la nuit tombée ce dimanche soir; il mobilisait quelques 600 hommes de Gironde et des départements voisins.

26/07/15 : L'équipe de France de basket est accueillie ces jours-ci à Pau avant l'Euro 2015. Le public pourra assister gratuitement à une séance d'entrainement,suivie de dédicaces, le lundi 27 juillet au Palais des sports, de 17h à 19h3O.+ d'info

25/07/15 : Un spectacle son et lumière gratuit racontant la vie de Henri IV sera projeté chaque soir en août dans la cour du château de Pau. Les façades du château seront également illuminées pour évoquer l'histoire de ce site qui a vu naitre le Vert Galant.+ d'info

24/07/15 : Réputée pour sa saveur et cultivée sur une quinzaine d'hectares en Béarn, la pêche Roussanne sera fêtée sous les halles de Monein (64), le samedi 25 juillet à partir de 9h. Dégustations et produits locaux, dont le vin de jurançon, seront proposés.+ d'info

23/07/15 : C'est l'adjoint à l'environnement Guillaume Barucq qui le fait savoir sur sa page Facebook désormais, toute personne qui, à Biarritz, jettera des déchets, mégots ou urinera sur la voie publique encourra dorénavant 68 euros d'amende

23/07/15 : C'est l'un des temps forts de l'été en vallée d'Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques. Le village d'Etsaut accueille sa fête du fromage, le dimanche 26 juillet. Des sonnailles au miel, des fromages de pays aux charcuteries,90 exposants y participent.+ d'info

23/07/15 : Les agriculteurs manifestent aujourd'hui en Dordogne : opération péage gratuit ce matin, sur l'A 89 à Mussidan et La Bachellerie, barrages filtrants. Ils pourraient aussi bloquer les différents points d'accès à Périgueux dès le début de l'après midi

23/07/15 : Animasia, le festival des cultures asiatiques, met la Corée du Sud à l'honneur les 10 et 11 octobre au Hangar 14. Les préventes offrant un tarif avantageux sur les pass d'entrée sont déjà accessibles en ligne.+ d'info

22/07/15 : Lascaux II est de nouveau accessible à la visite depuis ce matin. La grotte a été bloquée hier par des éleveurs et producteurs laitiers. Semitour, la société d'économie mixte qui gère le site, annonce 35.000 euros de pertes sur la journée d'hier.

21/07/15 : Concerts, bandas, bals, carrefour des musiques à gogo, novillada et corrida... Le programme 2015 des fêtes d'Orthez (64) ne manque pas de diversité. Elles se dérouleront du jeudi 23 au dimanche 26 juillet.+ d'info

21/07/15 : Avant d'entamer l'EuroBasket 2015, l'équipe de France masculine de basket sera en stage à Pau du 24 au 30 juillet.Un entraînement ouvert au public aura lieu le lundi 27,de 17h à 19h30 au Palais des sports. Il sera suivi d'une séance de dédicaces.

20/07/15 : Des travaux vont affecter la ligne SNCF entre Limoges et Périgueux, perturbant la circulation du 20 au 24 juillet. Des autocars de substitution sont mis en place. Du 25 au 31 juillet, certains horaires seront modifiés, entre 2 et 15 minutes. + d'info

19/07/15 : Buffets à volonté : une recette en or ! Inventé dans les années 1960, ce type de restauration s'est aujourd'hui imposé partout, y compris à Périgueux, où le "Jaune Poussin" de Gérard Caillé a les honneurs d'Envoyé spécial, jeudi 23 juillet à 20 h 55.

15/07/15 : Jean Grenet, ancien député et ancien maire de Bayonne, a été fait chevalier de la Légion d'honneur. Il s'est également vu attribuer la qualité de maire honoraire "en reconnaissance des services rendus lors de ses différents mandats électifs".

15/07/15 : Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports, se rendra à Pau le jeudi 16 juillet. Il rencontrera les responsables des grands équipements sportifs et signera la première convention emploi pour l'embauche d'un éducateur sportif à la MJC des Fleurs.



Reggae Sun Ska 2015 - Reggae Sun Ska 2015
- Publicité -
  • 27/07/15 | Chômage en Aquitaine : -0,9 % en juin et + 5,5% en un an

    Lire

    Fin juin 2015, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A sans aucune activité était de 180 535 en Aquitaine. : -0,9% (-1597) par rapport à mai et +5,5% en un an : France ( +4,7%) Par département : Dordogne (-0,4%), Gironde (-1,0%), Landes (-1,0%), Lot-et-Garonne (-0,6%) et Pyrénées-Atlantiques (-0,9%). Le nombre des demandeurs d’emploi de catégories B (78 h d'activité au plus dans le mois et C ( plus de 78h) était de 107 958 fin juin 2015. Ce nombre augmente de + 1,9% par rapport au mois précédent (+16,0% sur un an).

  • 27/07/15 | Incendie Saint-Jean-d'Illac - bilan du week-end

    Lire

    Après 4 jours de lutte contre l'incendie qui s'est déclenché le 24 juillet vers 15h, ce sont environ 550 ha de pin qui sont partis en fumée. Sur le week-end et à la demande de Bernard Cazeneuve, Ministre de l'intérieur venu sur place samedi, 7 avions bombardiers d'eau et 660 sapeurs-pompiers de Gironde et de départements de toute la France sont intervenus sur le feu, qui semble stabilisé ce matin. Les quelques 500 personnes évacuées au cours du week-end, n'ont pour l'heure pas l'autorisation de rejoindre leur domicilie. La D211, et la D1250 sont toujours coupées dans les 2 sens à proximité de la zone de feu.

  • 24/07/15 | Nouveau coup de colère de la FDSEA et des JA de la Dordogne qui dénoncent la méthode Leclerc

    Lire

    Ce soir, la FDSEA et des JA dénoncent " la méthode Leclerc" à travers un communiqué. Selon eux, le patron de cette enseigne aurait entrepris de déréférencer "l'ensemble des produits du des producteurs du département. C'est une position inadmissible et incompréhensible". "Doit-on le mettre sous le coup de la provocation ou d'une réaction de panique ?" La FDSEA et les JA préviennent que si la situation n'est pas rétablie, elle va se rendre dans toutes les enseignes concernées dès demain samedi.

  • 24/07/15 | Une augmentation du prix du lait obtenue par les éleveurs

    Lire

    Ce vendredi, les éleveurs, producteurs et professionnels du lait se sont entretenus avec le Ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. Objectif : une revalorisation du prix du lait. Un terrain d'entente a été trouvé : une augmentation jusqu'à 4 quatre centimes par litre, soit un cours fixé à 340 euros minimum les 1000 litres. Xavier Beulin, président de la FNSEA a appelé les éleveurs qui bloquent encore les routes à la "pondération". L'accord est valable jusqu'en décembre prochain.

  • 24/07/15 | L'agglomération paloise, "territoire à énergie positive"

    Lire

    L'Etat va accorder 500 000€ à un programme lancé par la communauté d'agglomération paloise. Cela, à la suite d'un appel à projets lancé par les pouvoirs publics et intitulé "Territoire à énergie positive pour la croissance verte". Le programme palois vise à économiser l'énergie dans les bâtiments et l'espace public, diminuer les pollutions liées aux transports, assurer une gestion durable des déchets, développer l'économie circulaire, produire des énergies renouvelables, préserver la biodiversité, protéger les paysages et développer l'éco-citoyenneté.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le mécontentement social grandit face au pouvoir

A t-on prêté l’attention qu’il convenait, dans les cercles du pouvoir, à ce qu’il s’est passé, ce jeudi 7 mars, devant l’usine Goodyear d’Amiens ? Le ministre de l’intérieur Manuel Valls depuis la Guyane où il se trouvait a stigmatisé les violences dont ont été victimes les policiers et annoncé des sanctions… Il a "fait le job" en quelque sorte comme il ne manque jamais de le faire, affichant une fermeté dont il pense, aussi, qu’elle lui donnera le moment venu toutes les chances de succéder au premier ministre actuel. Les émeutes d’Amiens devant une usine qui ferme et dont les salariés ont été baladés, de discours en discours, et submergés de surenchères verbales inédites, témoignent d’une radicalisation de l’action syndicale qui ne saurait être prise à la légère.

La crise sociale est là et bien là et le fossé se creuse entre la gauche et une partie de ceux qui l’ont portée au pouvoir. Un décalage considérable qu’accentue, non seulement l’impossibilité dans laquelle elle se trouve de tenir ses promesses mais, pire encore, la façon dont elle les dément par des effets d’annonce incohérents. L’exemple de l’âge de la retraite en est comme la caricature : certes la gauche n’a jamais promis qu’elle ramènerait celle-ci uniformément à 60 ans –elle l’a fait pour ceux que l’allongement récent pénalisait le plus- mais, aujourd’hui, elle relance le débat sur la durée des cotisations au moment où le chômage galope et le régime actuel des retraites complémentaires appelle un effort demandé aux bénéficiaires. On pourrait, ici, faire la liste des engagements intenables qui ont été pris, et des ballons d’essai intempestifs, y compris au sommet de l’exécutif...

La France est atteinte, à son tour, par la vague déferlante de la crise économique qui s'insinue de quartiers en villages; elle aurait besoin d’être entretenue, certes dans la réalité de la situation actuelle mais, en même temps, avoir confiance dans la capacité de l’équipe qui la gouverne à donner un cap et à le tenir. Le seul cap de l’austérité ne saurait tenir lieu de politique. Et la mise en place des emplois d’avenir, ici et là, ne pourra à elle seule permettre l’inversion de la courbe du chômage.

Au lieu de rouvrir avec détermination le chantier de la production, et pas seulement industrielle, on tente de sauver ce que l’on peut. La droite dira-t-on ne faisait guère autrement et pas toujours avec bonheur. Et alors ? N’y a t-il pas place par exemple pour un discours cohérent, argumenté et soutenu financièrement, sur le potentiel de recherche et d’innovation de ce pays? On le devine mais le rencontre surtout dans nos régions où les élus sont au contact des entreprises et apportent des soutiens souvent décisifs. L’acte 3 de la décentralisation que l’on annonçait comme l’une des grandes réformes accouche dans la douleur, victime comme ce fut toujours le cas de la citadelle qui gouverne sous toutes les républiques : les Finances. Faut-il s’appesantir sur toutes les fausses bonnes raisons, à commencer par le risque pour la gauche, de trop nombreuses élections partielles, sur le report attendu pour 2017 de la loi sur le non cumul des mandats ?

En réalité, au moment où le pays bascule dans la récession et où la crise sociale atteint une ampleur inconnue depuis les années de l’immédiat après guerre, avec son lot quotidien de drames invisibles, le pouvoir agit par à coups dans une gestion désordonnée de son agenda. Et il donne à penser, à commencer par celui du président, qu’il a le temps pour lui, que la France contrainte par l’Europe doit en passer par une cure de désintoxication des déficits, que par parenthèse il ne s’applique pas à lui-même mais qu’il annonce comme possible…

Il est temps, plus que temps, que le président s’extraie de cette sorte de félicité qui semble s’attacher à ses faits et gestes. La V° République ne donne pas seulement à ceux qui la conquièrent, de l'Elysée au Parlement, la faculté de gouverner : elle les expose au retour du balancier et pas toujours forcément par le biais des urnes. Le danger d'une crise par addition des mécontentements ne doit surtout pas être sous-estimé.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
110
Aimé par vous
7 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jef Runel Belliard | 11/03/2013

La communication de ce gouvernement est cacophonique, du coup nous n'avons plus l'impression d'être gouverné; par ailleurs, on attend plus du Président que d'être "normal" on attend qu'il Préside tout simplement.

Klaus fuchs | 11/03/2013

Je me demande ce que veut l'auteur de cet article: que Hollande "tienne ses engagements" à tout prix , même si la situation s'est considérablement dégradée, ou qu'il adapte sa politique aux nouvelles conditions, dans l'intérêt de la France? C'est une drôle de façon de donner la priorité à ces engagements au lieu d'être responsable et de les abandonner ou adapter. Il y a soit de la naïveté, soit de la malveillance dans ces revendications.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




14/06/2015 | Loi Evin et LGV : les drôles de synthèse de François Hollande

C'est entendu le président a levé son verre et rencontré des vignerons. A t-il fait du même coup une publicité condamnable au titre de la loi Evin ? Grave question qui porterait à sourire si elle ne contenait, en elle-même, la part d'invraisemblance et d'hypocrisie dont notre pays, la France, est toujours capable, vingt quatre ans après le vote d'une loi qui confondait dans une même désignation alcools en tout genre et vin... Ah ! Bon parce que le vin ce n'est pas de l'alcool ?... Entendons ici la réaction immédiate des défenseurs d'une jeunesse que l'on dit de plus en plus attirée par l'alcool, au point de se rassembler pour boire jusqu'à basculer dans l'ivresse folle, histoire de faire un bras d'honneur aux interdits et de s'embarquer pour quelque paradis improbable. Oui, convenons-en, le vin est bien une boisson alcoolisée : c'est le fruit de la fermentation alcoolique du jus de raisin ! Mais, si nous sommes capables, les uns et les autres, de connaître un minimum de la viticulture et du vin, nous pourrons affirmer qu'il faudrait déjà quelques bouteilles au degré moyen de 12 degrés qui légitiment un « bordeaux » pour arriver à la hauteur d'un flacon de whisky ou de vodka. Ce simple rappel pour pointer du doigt l'incroyable sottise qui conduit, faute d'une information intelligente, à ne pas distinguer ces alcools durs du vin. Et, bien sûr, nous n'aurons aucune peine à dire qu'il faut le boire avec modération.

Lire la suite


31/05/2015 | Juppé-Sarkozy: des sifflets qui en disent long ....

Des sifflets pour Alain Juppé, encore des sifflets, cette fois lors du congrès fondateur du parti sarkozyste, ces « Républicains » que l'ancien président de la République a voulus et dont il entend faire le nouveau parti, au service de sa reconquête du pouvoir, dans deux ans... Des sifflets, il y en aura d'autres et ils n'ont pas l'air d'ébranler la détermination du maire de Bordeaux qui a redit, ce dimanche 31 mai, à Europe 1, qu'il voulait des primaires ouvertes au centre et pas seulement à droite. Ces sifflets relèveraient de la simple anecdote s'ils ne témoignaient d'une vraie fracture au sein de l'ex-Ump. Et pas seulement pour une question d'ambition, de l'un et de l'autre, mais par rapport à la stratégie que la droite doit adopter pour espérer gagner la présidentielle de 2017. Quand il enfonce le clou de l'ouverture des primaires, dont il veut faire une grande consultation populaire, en citant en référence les primaires socialistes de 2011, et se dit prêt à ne pas y participer, Alain Juppé ne s'interdit pas de partir en campagne, sous ses propres couleurs. « Notre société, note-t-il, a besoin d'apaisement, pas de revanche ; on ne fait rien de bon dans la recherche méthodique du clivage ». Ces propos font directement écho à ceux prononcés, à Bordeaux, il y quelques jours à l'invitation du Crédit Agricole d'Aquitaine, par un ancien ministre de gauche, Hubert Védrine, auteur de « La France au défi » dans lequel il plaide pour « une coalition momentanée droite-gauche », le temps de réformes nécessaires, au fond sur le modèle allemand.

Lire la suite