aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

28/04/16 : A ce jour, l'EPCI, l'intercommunalité unique Pays basque a obtenu le vote favorable de 64 communes pour et 19 contre sur 158, c'est à dire représentant 149 390 habitants sur 258 298, c'est à dire qu'elles représentent plus de 50% de la population.

26/04/16 : La Cour Régionale des Comptes a annoncé un déficit annuel d'exploitation de 1,6 millions d'euros pour l'Auditorium de Bordeaux, une charge supplémentaire de 1,3 millions d'euros pour l'Opéra. En 2015, la mairie avait diminué sa subvention annuelle d'1M€

25/04/16 : Le Garde des Sceaux J-J Urvoas se rendra à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (Enap) à Agen le mercredi 27 avril à 14h. Il participera notamment à la cérémonie de fin de formation de la 189ème promotion de surveillants pénitentiaires.

25/04/16 : Martine Alcorta, conseillère régionale EELV déléguée à l'innovation sociale, a annoncé l'ouverture ce lundi d'un comité de pilotage pour l'étude de faisabilité d'un revenu de base universel dans certains territoires volontaires de la grande région.

25/04/16 : Les élus Les Républicains/CPNT du Conseil régional se sont associés "à la tristesse du monde rural basco-béarnais" après le décès de Jean-Michel Anxolabehere, président de la chambre d'agriculture des Pyrénées Atlantiques, décédé dimanche.

21/04/16 : Une ancienne MDSI dans le quartier Saint-Michel est devenu le nouvelle "Maison du mouvement" de Nuit Debout. Ouverte par des membres de plusieurs collectifs, elle doit accueillir des débats. La mairie s'est donnée trois jours de délais avant de négocier.

15/04/16 : Le Sans Réserve, salle de spectacle de Périgueux, recrute un ou une attaché(e) à l'accueil pour un CDD de 8 mois sur un temps partiel 28 h / hebdomadaire annualisé. + d'info

14/04/16 : Mohamed Amara a été réélu pour quatre ans président de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.

14/04/16 : Le film "La Mort de Louis XIV" sera projeté hors compétition du festival de Cannes, qui se déroulera du 11 au 22 mai. Ce long-métrage de l'Espagnol Albert Serra a été principalement tourné en Dordogne, au château de Hautefort, à l'automne dernier.

13/04/16 : Virginie Calmels(LR) et Jacques Colombier (FN) ont annoncé que leurs groupes respectifs ne participeraient pas au débat des orientations budgétaires, "faute d'éléments tangibles et d'audit réel" sur la situation financière de Poitou-Charentes.

13/04/16 : L'université de Pau et des Pays de l'Adour propose aux lycéens et à leurs parents un circuit de visite du campus palois le mercredi 20 avril de 17h30 à 19h. La visite est gratuite mais l'inscription en ligne est obligatoire.+ d'info

12/04/16 : Après Biarritz, Anglet qui fait partie comme elle de l'Agglomération Côte basque Adour a voté contre le projet EPCI, intercommunalité unique basque, par 35 voix contre, 3 pour, 1 nul. Ce même soir, les villages d'Arbonne et de Lahonce ont voté pour.

11/04/16 : L'impact financier annuel de l'ESC Pau sur les Pyrénées-Atlantiques est évalué à 90 millions d'euros. Ce qui englobe notamment les dépenses de fonctionnement de l'école, celles des étudiants et de leurs familles, les actions de formation etc.+ d'info



- Publicité -
  • 27/04/16 | Rallye citoyen à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    Ce jeudi 28 avril, ne soyez pas étonnés de voir courir, marcher, déambuler quelque 170 collégiens et lycéens dans les rues de Villeneuve. En effet, la Bastide accueillera le « Rallye Citoyen », une journée destinée à promouvoir le civisme et l'esprit de défense auprès des jeunes. 170 collégiens et lycéens issus du département s'affronteront donc par équipe sur 4 sites de la Bastide. Ce rallye est organisé par l'armée, l’Institut des hautes études de défense nationale et l'éducation nationale.

  • 26/04/16 | Chômage: à la baisse en mars

    Lire

    Fin mars, en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, 300 632 demandeurs d'emploi de catégorie A: - 1,4 %/février et –4 182 personnes, France: -1,7%/février. En Région ALPC en mars, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A diminue de 1,3 % pour les moins de 25 ans (–2,1 % sur trois mois et –7,3 % sur un an), de 1,6 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–1,7 % sur 3 mois et –1,0 % sur un an) et de 0,9 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,6 % sur 3 mois et +6,0 % sur un an).

  • 26/04/16 | Tarifs unifiés pour les transports publics régionaux

    Lire

    Cet été, les tarifs TER et cars régionaux seront harmonisés sur toute la grande région. Le tarif «PassOcéan », permettra, du 2 juillet au 4 septembre, jusqu'à 70% de réduction à destination de l'océan. Le tarif «Fest'Ter» offre 50% sur les trajets à destination d'une sélection d’événements culturels et de festivals. Et enfin, le tarif «Tribu», pour payer moins cher à plusieurs: 2 voyageurs -20 %, 3 voyageurs -30%, jusqu'à 5 voyageurs -50%. A partir de septembre, les cartes de réduction Izy-Air, Astuces et Avantages, verront elles aussi leur offres unifiées proposant partout, les mêmes avantages au même prix (29€ par an)

  • 26/04/16 | Les stations de ski N'Py totalisent 2 millions de journées de ski

    Lire

    Les stations du réseau N'Py ont enregistré 2 millions de journées de ski lors de la saison 2015-2016. Ce résultat est équivalent à celui de l'année précédente (2,025 millions). Mais il a été inégalement partagé. Car si les stations des Hautes-Pyrénées ont bénéficié d'un bel enneigement en début de saison, cela n'a pas été le cas des Pyrénées-Atlantiques jusqu'à la mi-janvier. Comparé à la moyenne des 4 dernières années, la fréquentation du groupe baisse de 3% alors que celle du massif pyrénéen diminue de 9%. A noter une forte hausse des ventes réalisées sur Internet (+26%).

  • 25/04/16 | Semaine mondiale de la vaccination du 25 au 30 avril

    Lire

    A l’occasion de la semaine mondiale de la vaccination le Conseil départemental de Lot-et-Garonne organise des consultations gratuites de vaccination dans plusieurs centres médico-sociaux et propose un stand d’informations afin de sensibiliser les Lot-et-Garonnais à l’importance d’être à jour dans ses vaccinations. Aussi, dans ce cadre-là, une exposition se tiendra à l’Hôtel du département à Agen sur cette thématique.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le mécontentement social grandit face au pouvoir

A t-on prêté l’attention qu’il convenait, dans les cercles du pouvoir, à ce qu’il s’est passé, ce jeudi 7 mars, devant l’usine Goodyear d’Amiens ? Le ministre de l’intérieur Manuel Valls depuis la Guyane où il se trouvait a stigmatisé les violences dont ont été victimes les policiers et annoncé des sanctions… Il a "fait le job" en quelque sorte comme il ne manque jamais de le faire, affichant une fermeté dont il pense, aussi, qu’elle lui donnera le moment venu toutes les chances de succéder au premier ministre actuel. Les émeutes d’Amiens devant une usine qui ferme et dont les salariés ont été baladés, de discours en discours, et submergés de surenchères verbales inédites, témoignent d’une radicalisation de l’action syndicale qui ne saurait être prise à la légère.

La crise sociale est là et bien là et le fossé se creuse entre la gauche et une partie de ceux qui l’ont portée au pouvoir. Un décalage considérable qu’accentue, non seulement l’impossibilité dans laquelle elle se trouve de tenir ses promesses mais, pire encore, la façon dont elle les dément par des effets d’annonce incohérents. L’exemple de l’âge de la retraite en est comme la caricature : certes la gauche n’a jamais promis qu’elle ramènerait celle-ci uniformément à 60 ans –elle l’a fait pour ceux que l’allongement récent pénalisait le plus- mais, aujourd’hui, elle relance le débat sur la durée des cotisations au moment où le chômage galope et le régime actuel des retraites complémentaires appelle un effort demandé aux bénéficiaires. On pourrait, ici, faire la liste des engagements intenables qui ont été pris, et des ballons d’essai intempestifs, y compris au sommet de l’exécutif...

La France est atteinte, à son tour, par la vague déferlante de la crise économique qui s'insinue de quartiers en villages; elle aurait besoin d’être entretenue, certes dans la réalité de la situation actuelle mais, en même temps, avoir confiance dans la capacité de l’équipe qui la gouverne à donner un cap et à le tenir. Le seul cap de l’austérité ne saurait tenir lieu de politique. Et la mise en place des emplois d’avenir, ici et là, ne pourra à elle seule permettre l’inversion de la courbe du chômage.

Au lieu de rouvrir avec détermination le chantier de la production, et pas seulement industrielle, on tente de sauver ce que l’on peut. La droite dira-t-on ne faisait guère autrement et pas toujours avec bonheur. Et alors ? N’y a t-il pas place par exemple pour un discours cohérent, argumenté et soutenu financièrement, sur le potentiel de recherche et d’innovation de ce pays? On le devine mais le rencontre surtout dans nos régions où les élus sont au contact des entreprises et apportent des soutiens souvent décisifs. L’acte 3 de la décentralisation que l’on annonçait comme l’une des grandes réformes accouche dans la douleur, victime comme ce fut toujours le cas de la citadelle qui gouverne sous toutes les républiques : les Finances. Faut-il s’appesantir sur toutes les fausses bonnes raisons, à commencer par le risque pour la gauche, de trop nombreuses élections partielles, sur le report attendu pour 2017 de la loi sur le non cumul des mandats ?

En réalité, au moment où le pays bascule dans la récession et où la crise sociale atteint une ampleur inconnue depuis les années de l’immédiat après guerre, avec son lot quotidien de drames invisibles, le pouvoir agit par à coups dans une gestion désordonnée de son agenda. Et il donne à penser, à commencer par celui du président, qu’il a le temps pour lui, que la France contrainte par l’Europe doit en passer par une cure de désintoxication des déficits, que par parenthèse il ne s’applique pas à lui-même mais qu’il annonce comme possible…

Il est temps, plus que temps, que le président s’extraie de cette sorte de félicité qui semble s’attacher à ses faits et gestes. La V° République ne donne pas seulement à ceux qui la conquièrent, de l'Elysée au Parlement, la faculté de gouverner : elle les expose au retour du balancier et pas toujours forcément par le biais des urnes. Le danger d'une crise par addition des mécontentements ne doit surtout pas être sous-estimé.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
120
Aimé par vous
7 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jef Runel Belliard | 11/03/2013

La communication de ce gouvernement est cacophonique, du coup nous n'avons plus l'impression d'être gouverné; par ailleurs, on attend plus du Président que d'être "normal" on attend qu'il Préside tout simplement.

Klaus fuchs | 11/03/2013

Je me demande ce que veut l'auteur de cet article: que Hollande "tienne ses engagements" à tout prix , même si la situation s'est considérablement dégradée, ou qu'il adapte sa politique aux nouvelles conditions, dans l'intérêt de la France? C'est une drôle de façon de donner la priorité à ces engagements au lieu d'être responsable et de les abandonner ou adapter. Il y a soit de la naïveté, soit de la malveillance dans ces revendications.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




24/04/2016 | ALPC : Le nom Aquitaine? Oui, mais pas seul

Alors... Aquitaine ? Aquitania ? Aquitanie ? Le futur nom de la région est toujours en débat ; il l’était à Bègles ce 19 avril, il le sera ce 26 avril à Saint-Amant de Boixe en Charente, le 2 mai à Rochechouart dans la Haute-Vienne, le 3 à Coulounieix-Chamiers en Dordogne, le 9 à Dax, le 10 à Thouars dans les Deux-Sèvres. L’historienne Anne-Marie Cocula, à qui Alain Rousset a confié la conduite du groupe de travail chargé d’élargir et de décentraliser la réflexion, poursuit sa mission, avec le sens de la pédagogie qu’on lui connaît et l’écoute attentive des points de vue dans chacun des douze départements de la Grande Région qu’elle sillonne

Lire la suite