Le Fil d'Aqui

31/03/15 : Une conférence intitulée "L'ours ou le désordre apprivoisé" aura lieu le vendredi 3 avril à 17h30 à l'université de Pau (amphithéâtre de la présidence). Elle sera donnée par Claudie Monin, présidente du carnaval Biarnes et le sociologue B. Duperrein+ d'info

31/03/15 : Le spectacle "Toy Toy" présenté par le chorégraphe Hamid Ben Mahi le mercredi 8 avril à 20h30, sur la scène du théâtre Saragosse,à Pau, constitue un croisement entre le hip-hop et les danses de rue sud-africaines. + d'info

31/03/15 : A Lourdes, la grotte aux pèlerins, qui vient de faire l'objet de quatre mois de travaux, ouvrira officiellement le jeudi 2 avril à 9h30 en présence de Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, et du père Horacio Brito, recteur du sanctuaire.

31/03/15 : Le futur stade de football du Pau FC sera aménagé sur la plaine du Hameau. Il devrait entrer en service pour la saison 2016-2017. L'équipement coûtera 2,5 millions d'euros.

31/03/15 : En Lot-et-Garonne, la session de droit du Conseil général, consacrée à l’élection du Président, se déroulera jeudi 2 avril à partir de 10h à l’Hôtel du Département à Agen. Sans surprise le président sortant Pierre Camani devrait être réélu.

25/03/15 : Suite au départ de Jean-Michel Quellec pour la Direction Régionale de l'Insee Centre, l'Insee Aquitaine a une nouvelle Directrice régionale : Yvonne Pérot, qui depuis 2011 occupait le même poste à la tête de l'Insee Picardie.

20/03/15 : Dans le cadre des Scènes d’été en Gironde, le Département propose aux girondins, amateurs ou passionnés de culture, de devenir Reporters pour couvrir les spectacles qui se déroulent du 1erjuin au 30 septembre 2015 sur l’ensemble du territoire.+ d'info

18/03/15 : Les 6 et 7 mai, le Salon des élus locaux et des agents publics d'Aquitaine organise un concours de l'innovation des collectivités avec 4 catégories: numérique, mutualisation, environnement et proximité. Candidatures jusqu’au 15 avril.+ d'info



- Publicité -
  • 31/03/15 | Soirée polonaise à la Maison de l'Europe47 le 1er avril

    Lire

    La Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne/Europe Direct organise une soirée polonaise le mercredi 1er avril à 18h dans ses locaux, avenue Edouard Herriot à Agen. Une soirée qui dévoilera la culture, le tourisme et la gastronomie du pays. Une dégustation de spécialités polonaises clôturera ce moment convivial présenté par Jagoda Mackowiak, jeune polonaise en service volontaire européen. Entrée : 2 €. Pour tout renseignement : 05.53.66.47.59 ou contact@maisoneurope47.eu.

  • 31/03/15 | 31 ours bruns détectés l'an dernier dans les Pyrénées

    Lire

    Trente et un ours bruns ont été détectés l'année dernière dans les Pyrénées, constate l'association Pays de l'ours-Adet. Ce qui témoigne selon elle d'une belle croissance de la population ursine, et de la réussite des lâchers effectués en 1996/1997 et 2006. L'association s'inquiète cependant de voir que deux mâles isolés attendent toujours des femelles en Pyrénées occidentales (Béarn, Navarre, Aragon) et que, faute de réintroduction, la consanguinité menace le noyau pyrénéen central (Comminges, Couserans, Catalogne).

  • 31/03/15 | Fin de la trève hivernale : une manifestation à Bordeaux ce mardi

    Lire

    Environ 150 personnes du Dal (Droit au logement) et d'un collectif de 26 associations pour l'urgence sociale et la solidarité se sont réunies ce mardi sur la place Pey-Berland pour refuser la fin de la trève hivernale, qui doit intervenir le soir même. Les places d'hébergement pour les sans-abris doivent fermer mercredi, et les expulsions de locataires de reprendre. En tout, une centaine de familles sont concernées dans le département. Deux expulsions sont déjà en cours, à Mérignac et à Bègles.

  • 31/03/15 | "Pourquoi j'ai pas mangé mon père" : trois avant première samedi en Gironde

    Lire

    "Pourquoi j'ai pas mangé mon père", premier film réalisé par Jamel Debbouze qui utilise la motion capture, adaptation libre d'un roman de Roy Lewis sorti dans les années 60 "Pourquoi j'ai mangé mon père", sort le 8 avril prochain au cinéma. Pour les impatients, le film sera diffusé en avant première le samedi 4 avril au Mérignac Ciné à 18h45, au Mégarama de Bordeaux à 20h30 et au Gaumont de Talence à 21h45. Jamel Debbouze et l'équipe du film assisteront aux 3 projections.

  • 31/03/15 | Semaine de l'industrie en Lot-et-Garonne

    Lire

    A l’occasion de la Semaine de l’Industrie, la CCI47 propose une rencontre gratuite et ouverte à tous sur les Fab Labs. Les Fab Labs (Fabrication Laboratory) sont des réseaux de laboratoires locaux qui rendent possible l'invention en donnant aux individus accès à des outils de fabrication numérique tels que l’impression 3D, … Cette rencontre se déroulera le mercredi 1er avril à partir de 14h dans les locaux de la CCI à Agen.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le mécontentement social grandit face au pouvoir

A t-on prêté l’attention qu’il convenait, dans les cercles du pouvoir, à ce qu’il s’est passé, ce jeudi 7 mars, devant l’usine Goodyear d’Amiens ? Le ministre de l’intérieur Manuel Valls depuis la Guyane où il se trouvait a stigmatisé les violences dont ont été victimes les policiers et annoncé des sanctions… Il a "fait le job" en quelque sorte comme il ne manque jamais de le faire, affichant une fermeté dont il pense, aussi, qu’elle lui donnera le moment venu toutes les chances de succéder au premier ministre actuel. Les émeutes d’Amiens devant une usine qui ferme et dont les salariés ont été baladés, de discours en discours, et submergés de surenchères verbales inédites, témoignent d’une radicalisation de l’action syndicale qui ne saurait être prise à la légère.

La crise sociale est là et bien là et le fossé se creuse entre la gauche et une partie de ceux qui l’ont portée au pouvoir. Un décalage considérable qu’accentue, non seulement l’impossibilité dans laquelle elle se trouve de tenir ses promesses mais, pire encore, la façon dont elle les dément par des effets d’annonce incohérents. L’exemple de l’âge de la retraite en est comme la caricature : certes la gauche n’a jamais promis qu’elle ramènerait celle-ci uniformément à 60 ans –elle l’a fait pour ceux que l’allongement récent pénalisait le plus- mais, aujourd’hui, elle relance le débat sur la durée des cotisations au moment où le chômage galope et le régime actuel des retraites complémentaires appelle un effort demandé aux bénéficiaires. On pourrait, ici, faire la liste des engagements intenables qui ont été pris, et des ballons d’essai intempestifs, y compris au sommet de l’exécutif...

La France est atteinte, à son tour, par la vague déferlante de la crise économique qui s'insinue de quartiers en villages; elle aurait besoin d’être entretenue, certes dans la réalité de la situation actuelle mais, en même temps, avoir confiance dans la capacité de l’équipe qui la gouverne à donner un cap et à le tenir. Le seul cap de l’austérité ne saurait tenir lieu de politique. Et la mise en place des emplois d’avenir, ici et là, ne pourra à elle seule permettre l’inversion de la courbe du chômage.

Au lieu de rouvrir avec détermination le chantier de la production, et pas seulement industrielle, on tente de sauver ce que l’on peut. La droite dira-t-on ne faisait guère autrement et pas toujours avec bonheur. Et alors ? N’y a t-il pas place par exemple pour un discours cohérent, argumenté et soutenu financièrement, sur le potentiel de recherche et d’innovation de ce pays? On le devine mais le rencontre surtout dans nos régions où les élus sont au contact des entreprises et apportent des soutiens souvent décisifs. L’acte 3 de la décentralisation que l’on annonçait comme l’une des grandes réformes accouche dans la douleur, victime comme ce fut toujours le cas de la citadelle qui gouverne sous toutes les républiques : les Finances. Faut-il s’appesantir sur toutes les fausses bonnes raisons, à commencer par le risque pour la gauche, de trop nombreuses élections partielles, sur le report attendu pour 2017 de la loi sur le non cumul des mandats ?

En réalité, au moment où le pays bascule dans la récession et où la crise sociale atteint une ampleur inconnue depuis les années de l’immédiat après guerre, avec son lot quotidien de drames invisibles, le pouvoir agit par à coups dans une gestion désordonnée de son agenda. Et il donne à penser, à commencer par celui du président, qu’il a le temps pour lui, que la France contrainte par l’Europe doit en passer par une cure de désintoxication des déficits, que par parenthèse il ne s’applique pas à lui-même mais qu’il annonce comme possible…

Il est temps, plus que temps, que le président s’extraie de cette sorte de félicité qui semble s’attacher à ses faits et gestes. La V° République ne donne pas seulement à ceux qui la conquièrent, de l'Elysée au Parlement, la faculté de gouverner : elle les expose au retour du balancier et pas toujours forcément par le biais des urnes. Le danger d'une crise par addition des mécontentements ne doit surtout pas être sous-estimé.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3005
Aimé par vous
7 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jef Runel Belliard | 11/03/2013

La communication de ce gouvernement est cacophonique, du coup nous n'avons plus l'impression d'être gouverné; par ailleurs, on attend plus du Président que d'être "normal" on attend qu'il Préside tout simplement.

Klaus fuchs | 11/03/2013

Je me demande ce que veut l'auteur de cet article: que Hollande "tienne ses engagements" à tout prix , même si la situation s'est considérablement dégradée, ou qu'il adapte sa politique aux nouvelles conditions, dans l'intérêt de la France? C'est une drôle de façon de donner la priorité à ces engagements au lieu d'être responsable et de les abandonner ou adapter. Il y a soit de la naïveté, soit de la malveillance dans ces revendications.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




08/03/2015 | Départementales: S'abstenir le 22 mars c'est voter Front National

Deux semaines, deux semaines encore pour convaincre les citoyens de remplir leur devoir et aller voter dès le premier tour des élections départementales le 22 mars. Certes on objectera que le département qui était appelé à disparaître n'a été sauvé qu'in extremis par un pouvoir qui a fait des aller-retour sur son projet de réforme territoriale. Et qu'ainsi ce n'était sans doute pas la meilleure façon d'encourager l'électeur à prendre le chemin des urnes ; on entendra aussi les railleries de la droite qui pointe la relative méconnaissance des compétences finales qui seront dévolues au nouveau conseil départemental. Il reste que les enjeux de cette élection, et de la mobilisation des citoyens, sont bien plus importants qu'on pourrait le croire. Pour deux raisons essentielles : d'une part la nécessité de conserver à cette élection son caractère de proximité notamment dans le domaine de la solidarité où le département va continuer, au moins un temps, à jouer un rôle social essentiel dans une société rongée par le chômage; d'autre part pour que les partis de gouvernement fassent barrage à ce qu'on nous annonce, y compris dans les médias, avec une complaisance coupable : la nouvelle progression du Front National. Résonnent encore à nos oreilles ces propos balancés, sans la moindre distance, le soir des élections européennes sur le « premier parti de France ». Un parti qui, à cause d'une abstention massive, a fini en tête… en ne représentant que 10 % du corps électoral.

Lire la suite