Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.




- Publicité -
  • 24/01/20 | Les magasins C&A de Boulazac (24), Pessac et Villenave d'Ornon (33) menacés de fermeture

    Lire

    La direction de C&A a annoncé 30 fermetures de magasins en France lors d’un comité central d’entreprise. Force Ouvrière a communiqué la liste des magasins qui devraient fermer. Trois sont situés dans la région, Pessac et Villenave d’Ornon et celui de Boulazac (24). Installé sur la zone du Ponteix, le magasin de Boulazac fait partie des enseignes historiques de cette zone. Il a ouvert ses portes en 2004. En avril dernier, 14 magasins de l'enseigne avaient déjà fermé en France.

  • 24/01/20 | Ouverture des inscriptions pour Biblio Gironde

    Lire

    Biblio Gironde organise avec 50 bibliothèques du département "Lire, élire...2020". Ainsi, les jeunes âgés de 6 à 16 ans, s'ils le souhaitent, sont invités à s'inscrire avant le 31 janvier pour voter du 2 au 21 juin prochain. Ce concours a pour objectif d'inciter les jeunes à la lecture. Les participants recevront un chèque lire. La sélection des livres est à retrouver ici

  • 24/01/20 | Rdv avec Frédérick Gersal pour les nouvelles histoires du Poitou

    Lire

    Le 25 janvier à 20h30, la salle des fêtes Georges Angéli à Vouneuil-sur-Vienne accueillera le traditionnel spectacle de Frédérick Gersal. Comme chaque dernier samedi de chaque mois, il viendra faire découvrir au public les innombrables pages d’histoires tournées dans le Poitou. Ce samedi, un spectacle gratuit intitulé “saison 2” mettra en scène les nouvelles figures des histoires mais aussi des événements marquants liés au Poitou autour d’un personnage fil rouge: Aliénor d’Aquitaine.

  • 24/01/20 | Contournement d'Oloron : Département et Etat négocient

    Lire

    Lors de ses vœux à la presse, le Préfet des Pyrénées-Atlantiques a évoqué le projet de contournement d'Oloron qui enregistre un surcoût de 15M€. Sa cause : la baisse des effectifs au sein de la DIR qui empêche cette dernière d'assumer la maîtrise œuvre que l'Etat s'était engagé à porter. Sa conséquence : l'Etat demande au Département de financer la moitié du surcoût (7,5M€), lequel n'accepte de payer que la moitié des surcoûts liés au travaux eux-même et non ceux liés à la maîtrise d'oeuvre, soit 4,1 M€. Position que le Préfet s'est dit prêt à relayer auprès de la Préfète de Région.

  • 24/01/20 | Brive : une dictée Occitane

    Lire

    Brive met à l’honneur la langue occitane en organisant sa 2ème dictée occitane le samedi 25 janvier dans la salle des Archives. Organisée par l’Institut d’Études Occitanes du Limousin et soutenue par les Archives de Brive, la dictée portera sur un texte de l’écrivain briviste Roger Ténèze suivi d’un verre de l’amitié. Cet évènement annuel se déroule depuis plus de 20 ans dans une cinquantaine de villes du pays d’oc. Pour plus de renseignements 06.88.96.19.52

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le président, le voile et le défi des quartiers

D'une désignation haineuse par un élu Rassemblement National à l'endroit d'une mère portant un foulard dans l'enceinte du Conseil régional Bourgogne-Franche Comté jusqu'à l'attaque de la mosquée de Bayonne, et de deux de ses fidèles, par un illuminé qui de bonne heure s'est nourri de la prose lepéniste et a fait sienne des théories complotistes, le grand emballement médiatique a remis au cœur d'une actualité, qui vit du sensationnel, non seulement le débat sur le port du voile dans l'espace public et les sorties scolaires mais, plus encore, sur la place de l'islam dans la société française . Et, ceci, dans un contexte où Emmanuel Macron avait délibérément, dès les premières heures de la rentrée, remis la question de l'immigration au cœur de son propre agenda politique, de façon d'ailleurs d'autant plus surprenante que le Parlement adoptait, voilà un an, la loi Asile et Immigration. Il fallait comprendre qu'à l'horizon des municipales du printemps, et à mi-quinquennat, l'hôte de l'Elysée n'entendait pas laisser la droite et l'extrême droite occuper ce terrain.

Il vient d'ailleurs, bien davantage encore, - c'était avant l'attaque de la mosquée de Bayonne - de consacrer à l'hebdo de la droite extrême, Valeurs Actuelles, un interview qui enfonce rudement le clou : « sortir du pays tous les gens qui n'ont rien à faire là ...régler vite la question de l'Aide Médicale d'Etat, créer un délai de carence avant que le demandeur d'asile puisse prétendre à la Prestation Maladie Universelle...autant de directives qui se veulent comme annonciatrices d'une rupture, malgré l'acceptation de principe du droit d'asile. Mais, dans la déferlante macronienne s'est glissée aussi l'aveu d'un échec, celui de l'intégration qui « se conjugue avec la crise que vit l'islam » et le président qui parle de sécession et pointe l'attitude de défi, en particulier de jeunes filles dans certains quartiers (1)..

 

Ce rappel qui fait écho aux propos très alarmistes tenus par l'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et renvoie à ceux, très volontaristes, d'un Jean-Louis Borloo qui soulignait l'absolue nécessité de mettre le paquet dans une nouvelle donne de la politique de la ville, dans la reconquête des territoires perdus de la république, avant d'être sèchement éconduit par Emmanuel Macron, est pourtant indissociable d'une analyse sérieuse de la situation.

 

Une jeunesse au chômage et percluse de handicaps, la dérive fréquente vers l'économie parallèle, celle de la drogue, le renoncement à se donner les moyens de la combattre, font le lit d'un communautarisme où l'islam radical occupe le terrain malgré les efforts de ces musulmans nombreux qui essaient d'en éloigner les plus jeunes.

 

Quand vous partagez, au sein d'une entreprise, les périmètres urbains où quelques soixante nationalités vivent, vous êtes frappés par quelques observations qui témoignent que nous avons, ici et là, basculé dans une société multiculturelle avec les conséquences que cela implique. Les efforts des élus pour développer une offre culturelle, aussi diverse que riche, participent du maintien d'un équilibre social important mais qui ne peut cacher l'émergence d'une réaction identitaire où la religion joue un grand rôle. Des fillettes de dix ans en famille à l'hypermarché que l'on s'étonne de voir porter un petit foulard, des jeunes femmes, très jeunes et d'évidence converties, tout de noir vêtues, les premières d'entre elles qui osent le niqab à moins qu'on ne les oblige à le porter ; ces observations qui ne participent d'aucun fantasme interpellent sur notre corpus républicain, sur le respect de ces femmes et leur avenir dans une société qui fait si grand cas de la place de la femme et de l'égalité hommes-femmes. Un immense effort d'éducation, d'ouverture plutôt que de stigmatisation doit être entrepris et les occasions de partage multipliées . La laïcité y trouvera son compte plus qu'une loi supplémentaire porteuse d'interdits, et donc de récupération par les tenants d'un islam radical.

1.« Vous avez des gens qui ne sont pas intégrés, qui sont en sécession de la République, qui se moquent de la religion mais l'utilisent pour provoquer la République. Vous avez typiquement, dans certains quartiers, beaucoup de jeunes filles qui mettent des voiles parce que ça embête le monde. Elles sont petites-filles de l'immigration mais leurs grands-mères ne portaient pas le voile en arrivant en France. C'est l'échec de notre modèle qui se conjugue avec la crise que vit l'islam. »

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4155
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires