Le Fil d'Aqui

01/04/15 : Le gag à la patinoire d'Anglet ce mercredi soir: l'Hormadi menait deux à 0 face aux Boxers de Bordeaux au premier tiers temps quand la surfaceuse pour entretenir la glace dans un chaudron bouillant est tombée en panne. Le match a été interrompu

31/03/15 : Une conférence intitulée "L'ours ou le désordre apprivoisé" aura lieu le vendredi 3 avril à 17h30 à l'université de Pau (amphithéâtre de la présidence). Elle sera donnée par Claudie Monin, présidente du carnaval Biarnes et le sociologue B. Duperrein+ d'info

31/03/15 : Le spectacle "Toy Toy" présenté par le chorégraphe Hamid Ben Mahi le mercredi 8 avril à 20h30, sur la scène du théâtre Saragosse,à Pau, constitue un croisement entre le hip-hop et les danses de rue sud-africaines. + d'info

31/03/15 : A Lourdes, la grotte aux pèlerins, qui vient de faire l'objet de quatre mois de travaux, ouvrira officiellement le jeudi 2 avril à 9h30 en présence de Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, et du père Horacio Brito, recteur du sanctuaire.

31/03/15 : Le futur stade de football du Pau FC sera aménagé sur la plaine du Hameau. Il devrait entrer en service pour la saison 2016-2017. L'équipement coûtera 2,5 millions d'euros.

31/03/15 : En Lot-et-Garonne, la session de droit du Conseil général, consacrée à l’élection du Président, se déroulera jeudi 2 avril à partir de 10h à l’Hôtel du Département à Agen. Sans surprise le président sortant Pierre Camani devrait être réélu.

25/03/15 : Suite au départ de Jean-Michel Quellec pour la Direction Régionale de l'Insee Centre, l'Insee Aquitaine a une nouvelle Directrice régionale : Yvonne Pérot, qui depuis 2011 occupait le même poste à la tête de l'Insee Picardie.

20/03/15 : Dans le cadre des Scènes d’été en Gironde, le Département propose aux girondins, amateurs ou passionnés de culture, de devenir Reporters pour couvrir les spectacles qui se déroulent du 1erjuin au 30 septembre 2015 sur l’ensemble du territoire.+ d'info

18/03/15 : Les 6 et 7 mai, le Salon des élus locaux et des agents publics d'Aquitaine organise un concours de l'innovation des collectivités avec 4 catégories: numérique, mutualisation, environnement et proximité. Candidatures jusqu’au 15 avril.+ d'info



- Publicité -
  • 31/03/15 | Soirée polonaise à la Maison de l'Europe47 le 1er avril

    Lire

    La Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne/Europe Direct organise une soirée polonaise le mercredi 1er avril à 18h dans ses locaux, avenue Edouard Herriot à Agen. Une soirée qui dévoilera la culture, le tourisme et la gastronomie du pays. Une dégustation de spécialités polonaises clôturera ce moment convivial présenté par Jagoda Mackowiak, jeune polonaise en service volontaire européen. Entrée : 2 €. Pour tout renseignement : 05.53.66.47.59 ou contact@maisoneurope47.eu.

  • 31/03/15 | 31 ours bruns détectés l'an dernier dans les Pyrénées

    Lire

    Trente et un ours bruns ont été détectés l'année dernière dans les Pyrénées, constate l'association Pays de l'ours-Adet. Ce qui témoigne selon elle d'une belle croissance de la population ursine, et de la réussite des lâchers effectués en 1996/1997 et 2006. L'association s'inquiète cependant de voir que deux mâles isolés attendent toujours des femelles en Pyrénées occidentales (Béarn, Navarre, Aragon) et que, faute de réintroduction, la consanguinité menace le noyau pyrénéen central (Comminges, Couserans, Catalogne).

  • 31/03/15 | Fin de la trève hivernale : une manifestation à Bordeaux ce mardi

    Lire

    Environ 150 personnes du Dal (Droit au logement) et d'un collectif de 26 associations pour l'urgence sociale et la solidarité se sont réunies ce mardi sur la place Pey-Berland pour refuser la fin de la trève hivernale, qui doit intervenir le soir même. Les places d'hébergement pour les sans-abris doivent fermer mercredi, et les expulsions de locataires de reprendre. En tout, une centaine de familles sont concernées dans le département. Deux expulsions sont déjà en cours, à Mérignac et à Bègles.

  • 31/03/15 | "Pourquoi j'ai pas mangé mon père" : trois avant première samedi en Gironde

    Lire

    "Pourquoi j'ai pas mangé mon père", premier film réalisé par Jamel Debbouze qui utilise la motion capture, adaptation libre d'un roman de Roy Lewis sorti dans les années 60 "Pourquoi j'ai mangé mon père", sort le 8 avril prochain au cinéma. Pour les impatients, le film sera diffusé en avant première le samedi 4 avril au Mérignac Ciné à 18h45, au Mégarama de Bordeaux à 20h30 et au Gaumont de Talence à 21h45. Jamel Debbouze et l'équipe du film assisteront aux 3 projections.

  • 31/03/15 | Semaine de l'industrie en Lot-et-Garonne

    Lire

    A l’occasion de la Semaine de l’Industrie, la CCI47 propose une rencontre gratuite et ouverte à tous sur les Fab Labs. Les Fab Labs (Fabrication Laboratory) sont des réseaux de laboratoires locaux qui rendent possible l'invention en donnant aux individus accès à des outils de fabrication numérique tels que l’impression 3D, … Cette rencontre se déroulera le mercredi 1er avril à partir de 14h dans les locaux de la CCI à Agen.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le recensement agricole aquitain livre ses rudes vérités...

Le recensement général de l'agriculture a rendu son verdict. L'Aquitaine a perdu en dix ans près d'un quart de ses exploitations. C'est un choc mais il ne surprendra, réellement, que celles et ceux qui, ne circulant pas dans la région, ne peuvent y apercevoir les signes grandissants de la déprise agricole. De l'abandon des cultures ou de l'élevage dans des zones qui, historiquement, restaient productives.

La moyenne d'âge des exploitants, plus de cinquante ans et la disparition de 100.000 hectares cultivés, ajoutent au rude constat que la profession, ses représentants, les salariés, l'Etat, les collectivités territoriales sont conduits à faire.

Faut-il pour autant céder à une manière de résignation sur le mode bien connu des contempteurs de la société rurale ?  La diminution du nombre des actifs agricoles est inéluctable, point final. Poser en ces termes pareille question reviendrait à valider un modèle d'aménagement du territoire, de développement économique et social, délibérément tourné vers la seule croissance urbaine.

Ce choix du renoncement, ou à tout le moins du fatalisme, n'est pas celui de la profession agricole; il ne doit pas être celui des forces politiques régionales, non plus que celui de l'Etat.

D'abord, parce que le constat issu du recensement, aussi rude soit-il, ménage des enseignements encourageants. L'Aquitaine reste une région leader en terme d'activités et d'emplois agricoles et agro-alimentaires. Elle a fait le choix de productions de qualité, à forte valeur ajoutée reposant, pour beaucoup, sur la puissance du secteur coopératif. C'est une chance et on peut faire beaucoup mieux encore ; songeons par exemple aux marges de progression de la coopération dans l'économie viticole girondine...

Ensuite, parce que de nouveaux espaces de développement se dessinent dans une société en pleine mutation. Observons les attentes du consommateur : elles recoupent souvent  celles du touriste et  autorisent l'émergence d'une agriculture de qualité valorisant ses produits, dans les circuits commerciaux les plus courts. L'oenotourisme est là pour en témoigner.

Enfin, parce que cette région a beaucoup misé et continue de le faire sur la formation de ses jeunes aux métiers de l'agriculture. Une grande opportunité existe, à l'heure où l'industrie ne crée plus assez d'emplois, de mettre le paquet, en Aquitaine, sur le potentiel de développement et d'emplois que l'agriculture offre encore.

Ces atouts sont indiscutables. Ils justifient la réflexion stratégique entreprise par la profession avec le soutien de l'Etat et des collectivités ; ils nécessitent aussi que l'on puisse sauvegarder les meilleures terres en s'appuyant sur les outils existants - on pense à la Safer - mais aussi sur les établissements publics fonciers qui ont l'obligation de travailler, avec le souci d'un développement urbain équilibré. Dans une Aquitaine qui attire de plus en plus de nouveaux venus, sachons contenir la spéculation foncière. C'est à ce prix, aussi, que l'on parviendra à maintenir et développer une agriculture productive, respectueuse de l'environnement et vivante, au cœur d'un pays harmonieux.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
706
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




08/03/2015 | Départementales: S'abstenir le 22 mars c'est voter Front National

Deux semaines, deux semaines encore pour convaincre les citoyens de remplir leur devoir et aller voter dès le premier tour des élections départementales le 22 mars. Certes on objectera que le département qui était appelé à disparaître n'a été sauvé qu'in extremis par un pouvoir qui a fait des aller-retour sur son projet de réforme territoriale. Et qu'ainsi ce n'était sans doute pas la meilleure façon d'encourager l'électeur à prendre le chemin des urnes ; on entendra aussi les railleries de la droite qui pointe la relative méconnaissance des compétences finales qui seront dévolues au nouveau conseil départemental. Il reste que les enjeux de cette élection, et de la mobilisation des citoyens, sont bien plus importants qu'on pourrait le croire. Pour deux raisons essentielles : d'une part la nécessité de conserver à cette élection son caractère de proximité notamment dans le domaine de la solidarité où le département va continuer, au moins un temps, à jouer un rôle social essentiel dans une société rongée par le chômage; d'autre part pour que les partis de gouvernement fassent barrage à ce qu'on nous annonce, y compris dans les médias, avec une complaisance coupable : la nouvelle progression du Front National. Résonnent encore à nos oreilles ces propos balancés, sans la moindre distance, le soir des élections européennes sur le « premier parti de France ». Un parti qui, à cause d'une abstention massive, a fini en tête… en ne représentant que 10 % du corps électoral.

Lire la suite