Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Le renouveau de la langue basque

Que de chemin parcouru depuis ces jours des années 70 où, rencontrant un maire, grand élu du Pays Basque et du département des Pyrénées-Atlantiques, je m'entendais dire :" enseigner le basque au sein de l'éducation nationale ? Vous n'y pensez pas..." Alors, dans un territoire où la vigueur de l'identité n'était pas un vain mot, fallait-il s'étonner, s'indigner même, que naissent sous les combles de quelques demeures bayonnaises, un mouvement associatif décidé à faire plus que sauver une langue, parfois à héberger les militants nationalistes venus du Sud? Simple évocation d'un passé où Seaska voyait le jour de façon quasi clandestine puis prenait sa place, en ouvrant les ikastolas, ces écoles où les enfants allaient faire leurs premiers apprentissages en "immersion " dans la langue basque. Elles sont 34 aujourd'hui et les derniers chiffres connus, en cette rentrée, révèlent que 45% des enfants scolarisés, en maternelle, dans le territoire de la communauté apprennent le basque, à la fois dans le secteur privé et le public.

Constat remarquable et significatif d'un mouvement qui concerne plus que la société basque originelle, fière de son idendité et qui ne craint pas de revendiquer, comme le fait le président de Seaska, "un projet de vie autour de l'euskara". En l'occurrence, et Mathieu Bergé le vice-président de l'Office public de la langue basque ne manque pas de le souligner, l'apprentissage de la langue , aux yeux de nombreux parents qui ne sont pas eux-mêmes locuteurs, est une opportunité pour leurs enfants. Non seulement parce qu'il est établi, désormais par les linguistes, que la pratique simultanée de plusieurs langues est une richesse pour le développement culturel et personnel de l'enfant, mais aussi pour son avenir. Alain Rousset, venu inaugurer, samedi à Bayonne, le lycée en langue basque de Seaska n'a pas manqué de placer son propos sous cet angle, à un moment où le pays basque, ne l'oublions pas, vient de se voir reconnaître en tant que Communauté d'agglomération. Une étape qui lui offre des possibiltés nouvelles de développement mais lui crée aussi, sur le plan de l'éducation et de la culture une obligation pluraliste.

La vérité, c'est que le mouvement de renouveau de la langue basque s'accompagne d'une émulation "privé-public" dont il faut bien mesurer l'importance. Celle-ci est salutaire, même si les responsables de Seaska continueront de considérer que l'immersion totale est la meilleure voie, ne serait-ce que parce qu'à leurs yeux la motivation des parents d'élèves est moindre dans le secteur public. Il n'en demeure pas moins que les enseignants, rencontrés par exemple au collège Marracq de Bayonne, lors de ces deux jours plongés, sans jeu de mots facile, dans un reportage en immersion, après la découverte de l'ikastola pleine de vie d'Itxassou, ne sont pas peu fiers de contribuer à ce renouveau. Ainsi Elise Haiçaguerre, Otaxanda Larçabal et Mikela Guillemotonia enseignent-elles, en basque, les maths ou l'histoire-géo; non plus comme aux premiers temps des années 90 à une dizaine d'élèves de sixième, mais désormais à l'ensemble des classes, une par niveau de la sixième à la troisième.  Et confirment la dimension nouvelle qui va s'offrir à ces jeunes, par le biais de la maïtrise d'une langue, pas forcément maternelle: la possibilité demain de trouver du travail dans des milieux souvent très différents, par exemple ceux de la petite enfance mais aussi celui du grand âge. Et M.Prévôt, le principal du collège d'évoquer des situations aussi étonnantes que touchantes de ces personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer qui, entrant en dialogue avec leurs soignants, par le canal de la langue basque, réveillent une mémoire enfouie et que l'on croyait perdue.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
28485
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires