Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.




- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Les écologistes recomposent le paysage municipal mais ne peuvent faire oublier une abstention catastrophique.

15 mars, 28 juin : deux dates qui resteront comme des tâches dans l'histoire d'élections pourtant si importantes pour garder des couleurs à note démocratie : les municipales. Oui, comment ne pas regretter que ce moment, si important de notre vie politique, ait été victime à la fois de la gravité de la crise sanitaire et de l'erreur qui en a découlé : le maintien d'un premier tour de tous les dangers et l'organisation, près de trois mois et demi plus tard, d'un second tour qui, hélas, était devenu le cadet des soucis du plus grand nombre de nos concitoyens. Ce constat est d'autant plus rude que s'il est un élu qui conserve la plus forte légitimité dans notre pays c'est assurément le maire. Cet homme ou cette femme que l'on voit en première ligne depuis des semaines venir en aide à leurs administrés et les aider à faire face à une situation dont les conséquences sociales et économiques n'ont pas fini de peser sur la vie de la cité.

 L'analyse politique qui peut être faite de ce rendez vous dans quelques 4827 communes, aussi importante soit-elle, doit être abordée avec les précautions qui découlent de cette abstention catastrophique qui vient, faut-il le rappeler après celle des législatives de 2017. Ne parlons que pour mémoire de l'inexistence du parti présidentiel dans cette élection sans oublier de souligner le large succès du premier ministre au Havre qui ne peut laisser indifférent Emmanuel Macron au moment où on le dit prêt à le renvoyer.

L'enseignement majeur de ce 28 juin 2020 c'est assurément la montée sur le devant de la scène, au niveau local, d'une aspiration puissante à un vote écologique urbain, surtout quand on considère que le vote EELV a pris son essor dans des villes moyennes ou des métropoles.

Et ce, de façon spectaculaire. Il en est ainsi à Poitiers où une jeune élue de 30 ans, conseillère régionale EELV, Léonore Moncond'huy a détrôné le socialiste Alain Claeys, par ailleurs président du Grand Poitiers, ou à Besançon où l'emporte Anne Vignot. Mais, bien plus encore avec la chute de bastions tenus par des figures de la vie politique nationale, comme Lyon où le système Collomb s'effondre. Et, bien entendu, Bordeaux où le successeur d'Alain Juppé est battu, Pierre Hurmic l'emportant avec le soutien des socialistes et ayant, apparemment, réussi à mobiliser relativement davantage que Nicolas Florian. Confirmation, au passage, que l'alliance du maire sortant et de Thomas Cazenave, n'a pas été forcément comprise. Et sans doute, plus que cela, réprouvée, compte tenu des mots employés par le candidat LREM, dans la campagne du premier tour, sans compter le contexte national. Au-delà de la victoire de Pierre Hurmic, celle des socialistes Stéphane Delpeyrat-Vincent à Saint-Médard en Jalles ou de Patrick Labesse à Carbon Blanc, celle d'Alain Garnier à Artigues, il faut s'attendre, avec Mérignac calée à gauche et la confirmation de Clément Rossigol-Puech à Bègles, à un basculement de la métropole. Et sans doute à des débats entre écologistes et socialistes pour savoir s'il sera mis fin à la cogestion voulue par un certain Jacques Chaban-Delmas et Michel Sainte-Marie, feu maire de Mérignac.

Une nouvelle page s'ouvre, de toute façon, pour l'agglomération qui après un développement urbain accéléré va être amenée à revoir sa copie.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4103
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires