Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.




- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Loi foncière: le cri d'alarme de l'agriculture face à la promesse non tenue d'Emmanuel Macron

Voici qu'apparaît dans une actualité que les bonds et rebonds du Covid envahit, une de ces prises de position, pour ne pas dire cri d'alarme, qui ne fera ni la une de C News ni celle de BFM... Après l'unanimité professionnelle et syndicale du printemps, un manifeste est rendu publique, ce 7 octobre, par les Chambres d'agriculture, les syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs, la Fédération nationale des Safer, accompagné de cette introduction ... « un manifeste qui sera valorisé auprès du ministère de l’agriculture et des parlementaires, afin qu’une actualisation de la politique foncière puisse enfin voir le jour. » Le fruit d'un état des lieux sérieux de la situation de l'agriculture française, à l'aune de ce qui est la source de son activité: la terre, les terres.. De ce que l'on résume sous le vocable de foncier, un mot qui fait écho à une expression, familière celle-là, à nombre de citoyens, pour peu qu'ils aient l'idée d'acheter un terrain, souvent très cher, pour y faire construire, la petite maison de leur rêve : la spéculation foncière.

 

Cet état des lieux sonne comme une interpellation. Et elle y figure, à nos yeux, avec un excès de précaution, à l'égard de l'hôte de l'Elysée. D'un Emmanuel Macron qui avait juré ses grands dieux, lors du salon de l'agriculture de 2019, qu'une nouvelle loi foncière allait voir le jour et renforcrer la capacité de notre agriculture à se défendre de l'intrusion massive du fric, des fonds de pensions étrangers, des sociétés vraiment anonymes, venus accaparer des sols... Et que c'était plus que jamais important d'agir, maintenant que l'on semblait avoir pris conscience du rôle VITAL de notre agriculture. De sa vocation de mère nourricière, saluée au temps du confinement. Paroles, paroles... qui n'avaient pas empêché l'avant dernier ministre d'annoncer, en juin, que cette loi renforcée ne pourrait pas voir le jour pendant ce quinquennat... Attendons la réaction du nouveau ministre, qui ne rechigne pas à mettre en avant sa formation d'ingénieur agronome, pour ne pas crier trop vite au scandale....

Rappelons-nous ce que disait, en février dernier, Emmanuel Hyest le président des SAFER, ces organismes chargés du contrôle des structures mais empêchées, aujourd'hui, de mettre fin aux surenchères : «  la loi devrait comporter deux volets, la protection des terres agricoles contre l'artificialisation, et la régulation du modèle sociétaire pour contrôler les acquisitions de terres agricoles par des sociétés financières, en pleine explosion en France »

Explosion ? Certes, et un juteux marché : Lisons ce passage du manifeste en guise de constat : « En 2019, ce marché a concerné, pour les sociétés de portage du foncier et les sociétés d’exploitation agricole, 7 160 ventes, 5 390 sociétés et 1,16 milliard €. Ces chiffres représentent l’équivalent de 6,9 % du nombre et 17,6 % de la valeur des ventes réalisées sur le marché foncier agricole en 2019. Les 7 160 cessions de parts (partielles ou totales) concernent des sociétés qui exploitent et/ou sont propriétaires d’un total de 616 000 ha ; ce sont ainsi 86 ha qui sont concernés en moyenne pour chaque cession. En comparaison, le marché foncier agricole contrôlé par les Safer représentait pour cette même année 424 100 ha, et le lot moyen échangé était de 4,3 ha. En outre, il est estimé que 36 % des ventes de parts de société se font en dehors d’un cadre familial et qu’elles représentent 29 % des surfaces concernées »

Ce constat, lorsqu'on le rapproche de la démographie agricole, ne fait que souligner à grands traits la nécessité de contrôler davantage les transactions, de les sortir de l'opacité, et de maîtriser le coût des terres, déterminant pour l'installation de nouveaux agriculteurs. L'an dernier 130 000 chefs d'exploitation avaient plus de 55 ans et détenaient le quart de ce que l'on nomme la Surface Agricole Utile et, ceci, alors que le taux de remplacement des départs qui était de 90% en 2014 est de quelques 70%, malgré une lègère tendance à la reprise, à laquelle fait écho la volonté de jeunes rencontrés, ici, en Nouvelle-Aquitaine qui voudraient pouvoir s'installer . Et choisir, souvent, une autre façon de produire et vivre en phase avec les attentes sociétales.

Alors ? Attendons et veillons, avec l'espoir qu'au delà du respect dû à une profession, le fallacieux argument du temps qui manquerait, d'ici la fin du quinquennat, pour revoir et renforcer la loi foncière ne cache un véritable scandale.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
23673
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires