Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

16/10/20 : Le marché de Noël de Bordeaux, organisé sur les Allées de Tourny, a été annulé. D'après l'association de commerçants la Ronde des Quartiers, « les conditions sanitaires, comme une jauge à 1000 personnes rendent l'organisation trop incertaine ».

15/10/20 : Le conseil d'administration de l'agence d'urbanisme Bordeaux Aquitaine (a'urba), a élu son nouveau bureau ce 15 octobre. Succédant à Véronique Ferreira, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux et 1er vice-président de Bordeaux Métropole a été élu président.

14/10/20 : La maire de Poitiers, Léonore Moncond'huy, a été élue le 13 octobre dernier Vice-Présidente de Cités Unies France.

14/10/20 : Des travaux sont prévus sur le pont d’Aquitaine et ses abords dans la nuit du 14 au 15 et du 15 au 16/10. Ils engendrent la fermeture, dans les deux sens de circulation sur la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 et 4.




- Publicité -
  • 22/10/20 | Covid-19 : couvre-feu en Pyrénées-Atlantiques et Haute-Vienne

    Lire

    Ce 22 octobre, lors d'une conférence de presse, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé que le couvre-feu entre 21h et 6h était étendu à 38 départements dont les Pyrénées-Atlantiques et la Haute-Vienne. Dès ce vendredi minuit, les commerces, services et lieux recevant du public seront fermés. Il sera possible de se déplacer dans cette plage horaire pour des raisons professionnelles, de santé ou pour promener son chien. Il faudra alors se munir d'une attestation couvre-feu (à télécharger ici).

  • 22/10/20 | Le salon de la Rue des métiers d'art de Nontron est annulé

    Lire

    En raison de la crise sanitaire actuelle et suite aux dernières mesures gouvernementales, le salon Rue des Métiers d’Art à Nontron, qui devait se dérouler du 23 au 25 octobre est annulé. Par contre, le Pôle Métiers d’Art, situé au Château de Nontron restera ouvert les 24 et 25 octobre avec l’exposition « Les chemins de la création », ainsi que la Boutique des Métiers d’Art et l’Espace Lames et Métaux. La piste d’un petit marché d’artisans, samedi matin est à l'étude.

  • 22/10/20 | La Région soutient le logement des jeunes à Bayonne

    Lire

    A l’occasion de la Commission Permanente du 16 octobre, le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine a décidé d’attribuer 319 000 euros à l’association Ikasleak à Bayonne pour un projet qui vise à réhabiliter l’Hôtel des basques en 16 logements destinés aux étudiants et aux jeunes travailleurs saisonniers. Les travaux de réhabilitation sont prévus pour l’automne avec une livraison envisagée pour septembre 2021.

  • 22/10/20 | L’industrie à l’honneur en Gironde

    Lire

    La CCI Bordeaux Gironde met, à partir du 22 octobre, un coup de projecteur sur l’industrie via sa marque "Fabriqué chez nous en Gironde". Suite à l’annulation, à cause de la crise sanitaire de la « Semaine de l’Industrie », la CCI a décidé de poursuivre cette initiative de promotion du secteur. Quatre entreprises dont les produits ont une position de "leader" sur le marché vont donc participer à cette opération de soutien au travers d’affiches dans les bus de la Métropole : THP Saint-Denis-de-Pile, TemSega à Pessac, ETM Marine à Gujan-Mestras et ASA Agencement à Blanquefort.

  • 22/10/20 | Gorillaz pour les 25 ans de Garorock

    Lire

    A l’occasion du 25ème anniversaire de Garorock, qui se tiendra du 23 au 27 juin 2021 à Marmande, c'est le groupe international anglais Gorillaz qui en fera l’ouverture. Au cours des 5 jours de concert, le festival va accueillir notamment Vianney, Tryo mais aussi Sean Paul, Ninho et bien d’autres encore. La billetterie ouvre dès ce 22 octobre 10h !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Loi foncière: le cri d'alarme de l'agriculture face à la promesse non tenue d'Emmanuel Macron

Voici qu'apparaît dans une actualité que les bonds et rebonds du Covid envahit, une de ces prises de position, pour ne pas dire cri d'alarme, qui ne fera ni la une de C News ni celle de BFM... Après l'unanimité professionnelle et syndicale du printemps, un manifeste est rendu publique, ce 7 octobre, par les Chambres d'agriculture, les syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs, la Fédération nationale des Safer, accompagné de cette introduction ... « un manifeste qui sera valorisé auprès du ministère de l’agriculture et des parlementaires, afin qu’une actualisation de la politique foncière puisse enfin voir le jour. » Le fruit d'un état des lieux sérieux de la situation de l'agriculture française, à l'aune de ce qui est la source de son activité: la terre, les terres.. De ce que l'on résume sous le vocable de foncier, un mot qui fait écho à une expression, familière celle-là, à nombre de citoyens, pour peu qu'ils aient l'idée d'acheter un terrain, souvent très cher, pour y faire construire, la petite maison de leur rêve : la spéculation foncière.

 

Cet état des lieux sonne comme une interpellation. Et elle y figure, à nos yeux, avec un excès de précaution, à l'égard de l'hôte de l'Elysée. D'un Emmanuel Macron qui avait juré ses grands dieux, lors du salon de l'agriculture de 2019, qu'une nouvelle loi foncière allait voir le jour et renforcrer la capacité de notre agriculture à se défendre de l'intrusion massive du fric, des fonds de pensions étrangers, des sociétés vraiment anonymes, venus accaparer des sols... Et que c'était plus que jamais important d'agir, maintenant que l'on semblait avoir pris conscience du rôle VITAL de notre agriculture. De sa vocation de mère nourricière, saluée au temps du confinement. Paroles, paroles... qui n'avaient pas empêché l'avant dernier ministre d'annoncer, en juin, que cette loi renforcée ne pourrait pas voir le jour pendant ce quinquennat... Attendons la réaction du nouveau ministre, qui ne rechigne pas à mettre en avant sa formation d'ingénieur agronome, pour ne pas crier trop vite au scandale....

Rappelons-nous ce que disait, en février dernier, Emmanuel Hyest le président des SAFER, ces organismes chargés du contrôle des structures mais empêchées, aujourd'hui, de mettre fin aux surenchères : «  la loi devrait comporter deux volets, la protection des terres agricoles contre l'artificialisation, et la régulation du modèle sociétaire pour contrôler les acquisitions de terres agricoles par des sociétés financières, en pleine explosion en France »

Explosion ? Certes, et un juteux marché : Lisons ce passage du manifeste en guise de constat : « En 2019, ce marché a concerné, pour les sociétés de portage du foncier et les sociétés d’exploitation agricole, 7 160 ventes, 5 390 sociétés et 1,16 milliard €. Ces chiffres représentent l’équivalent de 6,9 % du nombre et 17,6 % de la valeur des ventes réalisées sur le marché foncier agricole en 2019. Les 7 160 cessions de parts (partielles ou totales) concernent des sociétés qui exploitent et/ou sont propriétaires d’un total de 616 000 ha ; ce sont ainsi 86 ha qui sont concernés en moyenne pour chaque cession. En comparaison, le marché foncier agricole contrôlé par les Safer représentait pour cette même année 424 100 ha, et le lot moyen échangé était de 4,3 ha. En outre, il est estimé que 36 % des ventes de parts de société se font en dehors d’un cadre familial et qu’elles représentent 29 % des surfaces concernées »

Ce constat, lorsqu'on le rapproche de la démographie agricole, ne fait que souligner à grands traits la nécessité de contrôler davantage les transactions, de les sortir de l'opacité, et de maîtriser le coût des terres, déterminant pour l'installation de nouveaux agriculteurs. L'an dernier 130 000 chefs d'exploitation avaient plus de 55 ans et détenaient le quart de ce que l'on nomme la Surface Agricole Utile et, ceci, alors que le taux de remplacement des départs qui était de 90% en 2014 est de quelques 70%, malgré une lègère tendance à la reprise, à laquelle fait écho la volonté de jeunes rencontrés, ici, en Nouvelle-Aquitaine qui voudraient pouvoir s'installer . Et choisir, souvent, une autre façon de produire et vivre en phase avec les attentes sociétales.

Alors ? Attendons et veillons, avec l'espoir qu'au delà du respect dû à une profession, le fallacieux argument du temps qui manquerait, d'ici la fin du quinquennat, pour revoir et renforcer la loi foncière ne cache un véritable scandale.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
18676
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires