Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.




- Publicité -
  • 19/08/19 | La Fête des paysans de retour à Soustons dans les Landes

    Lire

    Les 23 et 24 août à Souston sur le site de la pointe des Vergnes, le Modef organise sa traditionnelle Fête des paysans. Parmi les nombreuses animations: repas paysans, marchés de producteurs, finale des jeunes conducteurs de tracteur, ou encore un débat public visant à l'échange entre agriculteurs et citoyens-consommateurs en présence de 3 membres de Ingénieurs sans frontières qui présenteront une proposition partagée par divers réseaux: "la sécurité sociale alimentaire". Les 2 soirées de termineront par des concerts gratuits!

  • 19/08/19 | 3ème édition du Summer Jump

    Lire

    Organisé par l’association Villeneuve Equitation, le concours hippique de saut d’obstacles, Summer Jump, se déroulera sur le terrain en herbe du Château de Rogé, du 22 au 25 août. 800 cavaliers amateurs et professionnels venant de tout l’hexagone, 150 chevaux, ainsi que 2 000 spectateurs sont attendus pour cet évènement sportif inédit en Grand Villeneuvois. Il sera rythmé par des épreuves préparatoires et des épreuves de grands prix, dotées de 16 000 €. Ce concours fait parti du circuit du Grand Régional Centre CSO, une référence dans le domaine des sports équestres.

  • 17/08/19 | 7 histoires d’estuaire sur les rives de la Gironde

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique, la communauté de communes de Haut-Saintonge et le CdC de l’Estuaire proposent jusqu’au 28 août des spectacles nocturnes gratuits autour du thème de l’estuaire intitulé "7 histoires d’estuaire". Ce spectacle itinérant mêle musique, danse et vidéo et est présenté au bord ou à proximité du fleuve. Le metteur en scène Eric Le Collen s’inspire des paysages, de l’histoire et du patrimoine pour composer une fresque poétique. Rdv les 19, 21, 26 et 28 août à 21h30.

  • 17/08/19 | Grand-Angoulême : levée de fonds pour Seven Shapes

    Lire

    7 entreprises du monde de l'industrie sont entrées au capital de Seven Shapes. L'objectif de cet investissement est d'accélérer la commercialisation de son école digitale du "Lean". Ce dernier est une méthode de travail adoptée dans les plus grands groupes reposant sur l'écoute du client, la lutte contre le gaspillage, la réduction des stocks et l'intelligence collective. Certaines grandes entreprises nationales comme Enedis ou Schneider Electrics bénéficient déjà de la Seven Shapes School.

  • 17/08/19 | Guéret : réédition d'un festival de musique soutenu par la Région !

    Lire

    La deuxième édition du Check-in Party se déroule du 22 au 24 août prochains à l'aérodrome de Guéret. Plusieurs noms de la musique française et internationale seront présents, à l'image de Jeanne Added, Clara Luciani ou encore Patti Smith. Avec un tel évènement, la Région souhaite rappeler son engagement auprès des festivals en tous genres, notamment en période estivale, à l'image des 106 festivals de musiques soutenus en 2018 à hauteur de 1,7 million d'euros

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Macron-Le Pen : la finale avant le grand changement

Ce n'est pas l'apocalypse que d'aucuns auraient aimé constater après une première partie de campagne électorale qui ne ressemblait à aucune autre depuis la création de la V° République. Et, d'abord, réjouissons-nous que nos concitoyens aient décidé, malgré bien des incertitudes de se rendre aux urnes. Certes dans une moindre mesure qu'en 2012, et surtout en 2007, mais en tout cas en assez grand nombre pour confirmer l'attachement qu'ils portent à cette élection au suffrage universel direct, la mère de toutes nos élections qui est, en même temps, la clé de voûte de nos institutions. Et, réjouissons-nous aussi quand nous nous comparons à la grande démocratie américaine qui, en novembre dernier, a élu son président très spécial avec 45 % d'abstentions, et le magistère final des grands électeurs.

Le peuple français a pu être déçu du niveau de cette campagne ; il n'en a pas moins fait son choix, confirmant du même coup les derniers sondages, mais bien plus encore renvoyant à leurs chères études les deux grandes familles politiques qui gouvernaient la France depuis l'alternance de 1981 et la victoire de François Mitterrand., « un séisme » selon François Baroin que l'on avait annoncé comme un possible premier ministre de François Fillon. Le parti socialiste, d'une part, dont Benoît Hamon, avec des accents qui rappelaient ceux de Lionel Jospin éliminé de la course finale en 2002, a parlé de défaite morale avant d'appeler sans ambiguïté à voter pour Emmanuel Macron, le 7 mai prochain. La droite d'autre part, façon « Les Républicains », parti fait sur mesure pour un certain Nicolas Sarkozy, qui après avoir éliminé Alain Juppé dans une primaire clanique, a proposé le programme radical de François Fillon comme seule solution possible au redressement du pays. Au-delà de ce qu'il a été convenu d'appeler les « affaires » le concernant, il ne fait guère de doute que le choix qui fût le sien et le propulsa à la tête de la droite, l'a privé des électeurs du centre qu'il avait tenté par la suite de rassurer. On notera que l'ancien premier ministre a su trouver les mots, avec ce qu'il fallait de hauteur de vue et de dignité pour appeler à voter Macron et surtout empêcher ce qu'il a nommé le « chaos » national et européen.

Voici donc le pays invité à trancher entre un jeune homme dont personne n'avait vraiment imaginé qu'il pourrait aller au bout de son incroyable dessein lorsqu'il lança officiellement « En Marche » le 6 avril 2016 et la fille de Jean-Marie Le Pen que l'on avait cru, un temps, en mesure d'être en tête de ce premier tour mais dont on ne saurait oublier, toutefois, que son score ce 23 avril 2017, lui accorde quelques cinq points de plus qu'en 2012. Le vote FN est bien installé dans la France d'aujourd'hui et il ne faut pas aller bien loin dans notre Nouvelle Aquitaine, dans notre Gironde en premier, pour le vérifier, après des élections départementales et régionales souvent stupéfiantes.

Il est significatif que de François Baroin à François Bayrou, l'homme qui a donné un sacré coup d'épaule à Emmanuel Macron, en renonçant à se présenter l'heure est au rassemblement.. car ce n'est pas parce que les sondages croient impossible une Marine Le Pen présidente qu'il faut considérer comme acquise l'élection de Macron. Il y a trop de rancoeurs accumulées dans la famille socialiste, trop d'invectives répétées dans les allées de la France Insoumise, pour croire que les électeurs de gauche vont se diriger, sans état d'âme, vers les urnes dans deux semaines. Faut-il rappeler, s'agissant de la performance, car c'en est une que celle réalisée par Jean-Luc Mélenchon, qu'elle a beaucoup puisé dans une campagne anti-européenne versus «  l'austérité c'est la faute à l'Europe et à la Banque Centrale Européenne ». Et que cette campagne a justement fait écho à celle de Marine Le Pen dont le retour au franc a très probablement inquiété des Français plus que prudents quand il s'agit de jouer avec la monnaie et leur importante épargne. Bien malin celui qui pourrait affirmer que le Front Républicain, en faveur d'Emmanuel Macron, où la droite s'est engagée avec le concours d'Alain Juppé, fonctionnera à tout coup parmi ces électeurs de gauche « insoumis » qui ont cru possible et leur héros en premier lieu de disputer la finale.

En tout cas la nouvelle donne politique qui devrait sortir de cette présidentielle rebat en profondeur les cartes d'un système à bout de souffle. Le parti socialiste est à refonder et il n'est pas sûr que l'échec majuscule de Benoît Hamon, dont on mesure davantage encore la portée dans des terres de gauche comme celles de notre sud ouest, le sauve d'une mise à l'écart ; la lourde défaite de François Fillon ne tardera pas à susciter la grande explication idéologique dont la droite ne pourra pas s'exonérer. Et que la probable victoire d'Emmanuel Macron ne ferait qu'accélérer, envoyant du même coup un message de la France à une Europe suspendue à son verdict final.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
66550
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires