Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.




- Publicité -
  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

  • 18/10/18 | René Goscinny prend ses quartiers

    Lire

    Le Musée de la BD d’Angoulême accueille jusqu’au 2 janvier 2019 une exposition pour toute la famille « Goscinny et le cinéma, astérix, lucky luke et cie ». Cinéphile averti, Goscinny s’est nourri des classiques américains et européens avant que le cinéma ne s’empare de ses créations. Cette exposition met en lumière des centaines de documents dans une scénographie claire et ludique. Un parcours enfant permet aux plus jeunes de découvrir l’exposition tout en jouant et en se déguisant.

  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet à destination des demandeurs d'emploi. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger avec le grand public.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Mais que pourrait donc faire la gauche?

Que ferions-nous à leur place ? La question d'un élu socialiste, connu pour ne pas pratiquer la langue de bois, renvoie à une interrogation, aussi légitime, que nécessaire quant aux marges de manoeuvre de la gauche si, par hypothèse, elle gagnait la prochaine présidentielle.

Et le même élu d'ajouter : nous sommes désormais un pays « dominé ». Traduction: un pays plus que jamais tributaire du nouvel ordre mondial ... à moins qu'il ne s'agisse du désordre mondial.La France ne pèse pas lourd face à la puissance économique de l'Asie et elle a fait le choix, depuis l'éléction de Nicolas Sarkozy, de s'aligner sur les Etats-Unis en matière de défense, ne continuant à faire illusion que parce qu'elle conserve l'arme atomique et sa propre force de dissuasion. La défense européenne qui est morte née, il y aura bientôt soixante ans, ne verra jamais le jour autrement que symboliquement et, quoiqu'on en dise, le fameux couple franco-allemand n'est plus le moteur indispensable d'une Union qui vivote, sans grande ambition. En tout cas sans quelques projets assez forts et visibles pour que les citoyens des vingt sept pays membres y « croient » encore...
Songeons, par exemple, à ce qui pourrait être entrepris en matière de recherche partagée sur les énergies renouvelables, à ce que pourrait devenir en ce domaine une industrie européenne, créatrice d'emplois et exportatrice.
Qu'est ce donc qui pourrait vraiment changer en cas d'alternance, désormais dans moins de deux ans ?
Le renoncement à la rigueur, enfin avouée, depuis le Japon, par François Fillon ? Personne, aucun citoyen de ce pays ne croira, un seul instant, que la France pourra s'exonérer d'une longue cure de désendettement. Faut-il rappeler que la dette par habitant est estimée à quelque 22.000 euros et que ce gouvernement après s'être engagé, auprès de Bruxelles, à ramener le déficit public de 8 à 3% du Produit Intérieur Brut en trois ans, reconnaît qu'il n'y parviendra pas. La pression exercée par les marchés sur nos économies, au moment du paroxysme de la crise grecque, a clairement démontré, à quel point, nous sommes exposés à la spéculation; elle a souligné, du même coup, les tensions au sein de l'Europe avec une Allemagne qui, elle, malgré ses propres difficultés, conserve une capacité d'exportation que nous n'avons plus.
Le retour à une économie de la demande, à la relance, par opposition à la rigueur, ne pourra être que marginale et ne sera nécessairement qu'indirecte, par exemple par le biais de la fiscalité. La gauche avance, en ce domaine, ses idées, mais elle agirait plus en jouant des symboles qu'en bouleversant la donne : le bouclier fiscal n'aura d'ailleurs peut être pas résisté, d'ici 2012, aux assauts d'une partie de la majorité présidentielle, les centristes surtout, qui ne soutiendront pas une nouvelle candidature Sarkozy sans gage.
Rien, ou si peu, ne serait donc possible en cas d'alternance ? Un effort de vérité s'imposerait, en tout cas, après ces années de crise marquées par l'augmentation d'un chômage d'autant plus lourd qu'il est structurel.
Une autre façon de gouverner faite d'exemplarité démontrée jour après jour, à la tête de l'Etat, une recherche du consensus sur les grandes questions d'intérêt général, un souci permanent de solidarité, l'exigence d'une justice indépendante s'imposeront à ceux qui auront la charge d'un pays désenchanté.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
276
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
clop | 20/07/2010

l'élu... de gauche, serait-il Strauss Khan ? ou existe-t-il vraiment pour justifier un tel propos. La gauche, sociale, humaniste, aujourd'hui, c'est le parti de gauche. Allez-voir le blog de Mélanchon, il donne des réponses. Allez-voir le site de Dupont Aignan, il en donne d'autres sur l'Europe. La mienne, à mon tout petit échelon est de dire : mettez à la retraite à 62 ans des infirmières dont la main commence à trembler à 50 ans lorsqu'elles font des prises de sang, et laissez au chômage des jeunes qui sortent de l'école. Laissez impunis les voyous qui détiennent les pouvoirs politiques, économiques, et vous comprendrez poursuoi des gitans cagoulés saccagent des brigades... Et si ce n'étaient pas des gitans ?

marsan | 24/07/2010

votre edito est à la fois provocateur et profondément réaliste. Provocateur car vous savez qu'il est possible de faire de la politique autrement que celle de M SARKOZY. Les français se sont laissés berner par cet homme politique qui leur promettait la sécurité dans les rues et des sous dans leurs poches en travaillant plus. Trois ans après, la soit disant insécurité est toujours là et nous en sommes à travailler plus pour gagner moins;
Terriblement réaliste parce que quelque soit les gouvernants de 2012 leur marge de man?uvre ne sera pas épaisse : en effet alors que le gouvernement nous disait que les caisses étaient vides ils ont creusé le trou par des cadeaux aux plus riches et en diminuant les impôts directs et la tva. Du reste Chirac avait commencé avant eux.
En 2012 il faudra dire aux français que l'on ne peut pas continuer comme ça, leur dire que l'on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre, et en plus b... la crémière. N'en déplaise aux caciques du patronats, ceux qui gagnent le plus (c'est mon cas) doivent contribuer en conséquence de leurs revenus. Il appartient ensuite à la République de redistribuer équitablement les richesses produites dans notre pays.
"Liberté, égalité" jusque là tout va presque bien (encore qu'il y aurait ici ou là à redire). Par contre coté "fraternité" je pense que la gauche peut faire différemment et surtout mieux.

Joël Aubert | 25/07/2010

merci à l'un et à l'autre; vos contributions complètent, chacune à sa manière, un édito qui n'avait d'autre but que de pointer la difficulté que la gauche rencontrerait, en premier lieu, sur le terrain de l'économie, dès lors qu'elle gagnerait la présidentielle. De souligner aussi l'exceptionnelle besoin de vérité et d'exemplarité que nous sentons, les uns et les autres, émerger du sein de la société française.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite