Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.




- Publicité -
  • 20/03/19 | A Boulazac (24), une conférence sur le numérique et ses influences

    Lire

    A l’occasion de la 30e édition des Semaines d’Information sur la Santé Mentale, Le Grand Périgueux, l'hôpital, l’Union Nationale de Familles et Amis de Personnes malades et/ou Handicapées Psychiques organisent une rencontre baptisée « Le Numérique, ses influences sur notre quotidien » le 22 mars à la médiathèque de l'Agora de Boulazac à partir de 17 h. Le but est de répondre aux interrogations des parents et des adolescents sur les bienfaits et les risques potentiels du numérique dans notre quotidien.

  • 20/03/19 | Fermeture d'une partie de la Rocade de Bordeaux pour travaux

    Lire

    En raison de travaux, la Rocade de Bordeaux sera fermée dans les deux sens de circulation, ainsi que sur les pistes cyclables entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 20 mars à 21h au jeudi 21 mars 6h, du jeudi 21 mars à 21h au vendredi 22 mars à 6h et du samedi 23 mars à 22h au dimanche 24 mars à 18h. La Rocade intérieure entre les échangeurs 5 et 4 sera également fermée, mais uniquement, les 20, 21 et 22 mars, aux horaires indiqués.

  • 19/03/19 | Bordeaux : un tunnel sous la Garonne

    Lire

    Le Nord de la France possède le tunnel sous la Manche, la capitale girondine aura également son tunnel subaquatique. La seule différence est que ce dernier ne permettra pas le transit de voyageurs. En effet, le tunnel sous la Garonne est destiné au transfert et traitement des eaux usées de la Rive Droite. Il reliera les quartiers Bastide et Brazza à la station d'épuration Louis Fargue, située à côté du pont Jacques-Chaban-Delmas sur la rive gauche.

  • 19/03/19 | Neuf nouveaux cars au bioéthanol pour l'île de Ré

    Lire

    Neuf nouveaux cars au bioéthanol viennent d'être inaugurés sur la ligne 3 La Rochelle-Ré, avec des services numériques à bord, un meilleur confort et des nouvelles fréquences de passage. Ce biocarburant 2e génération est obtenu par fermentation industrielle permettant la transformation du sucre de marc de raisin en alcool brut, ensuite distillé et déshydraté - fourni par Raisinor France, société basée à Coutras (G33). La Région a investi 2,385M€ dans cette opération sur une période de six ans.

  • 19/03/19 | Finale régionale de "Ma thèse en 180 secondes"

    Lire

    La finale régionale du concours "Ma thèse en 180 secondes" a eu lieu le 19 mars à la Salle de spectacle de la Maison des Arts de l’Université Bordeaux Montaigne. Elle a réuni les 16 candidats sélectionnés au sein des universités de Bordeaux, Pau et La Rochelle. Ce concours, organisé par le CNRS et la Conférence des présidents d’université (CPU), propose aux doctorants d’expliquer leur sujet de thèse en trois minutes. Leur exposé s'est voulu le plus clair possible pour le grand public. L'enjeu : une place en demi-finale nationale, à Paris en avril prochain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Mes trois raisons d'aller voter, les 6 et 13 décembre

Huit jours, huit jours encore avant le premier tour des élections régionales. Une semaine et trois bonnes raisons d’aller voter pour faire échapper ce rendez-vous de grande importance au piège de la nationalisation. Puisque chacun sait, n’est-ce pas que ça n’intéresse personne… à en croire, par exemple, tel éditeur, cynique à mourir, d’un hebdomadaire parisien dont on me rapportait il y a peu le propos. Sauf, naturellement à entretenir son discours connu d’avance sur le vote sanction inévitable. Eh ! Bien justement si, ici, chez nous près des gens, de la réalité du terrain, et loin des officines, nous apportions la preuve que les indécrottables exégètes d’en haut feraient mieux de se taire et de faire, aussi, leur métier d’informateur soucieux de présenter, d’expliquer, de mettre en perspective... En tout cas voici, à nos yeux, trois bonnes raisons de se mobiliser pour aller voter les 6 et 13 décembre.

La première, cela va de soi, en ces temps où le pays est si profondément troublé, où chacun commence à prendre conscience qu’il va falloir vivre avec une manière de glaive au-dessus de sa tête, se protéger et refonder le modèle républicain, c’est de prendre nos responsabilités de citoyen. D’aller voter : une démocratie, et ce doit être d’autant plus vrai qu’elle est sauvagement agressée, doit savoir répondre avec les armes du citoyen : le choix qui lui est laissé de ses élus, de ceux qui vont prendre en charge une part importante du destin commun, en l’occurrence l’avenir d’une région dont les compétences renforcées peuvent lui permettre d’aller de l’avant, de poser et résoudre les problèmes de la vie quotidienne.

Le vote qui sera le nôtre, l’engagement que nous allons prendre, contracter, paradoxalement, n’aura peut-être jamais, sans que nous en ayons pris conscience, été aussi décisif pour l’avenir. Et ceci pour une raison qui devrait nous sauter aux yeux. Voici, en effet, que dans l’urgence l’État est contraint de se recentrer sur ses fonctions régaliennes, à commencer par la sécurité des biens et des personnes, la politique étrangère, la défense, les grandes orientations économiques. Un impératif absolu dont nous voyons bien qu’il va être le moteur de l’action politique au plus haut niveau pour les mois et années à venir. Par voie de conséquence le champ de responsabilités que la réforme territoriale a ouvert pour les collectivités décentralisées, le Régions notamment, n’a sans doute jamais été aussi important pour le pays. Nous allons donc avoir besoin d’élus mobilisés, compétents et capables de mettre en œuvre les solutions en faveur de la formation, de l’économie, de l’emploi. Et de le faire sans démagogie avec les respects des citoyens sans souci de boutique.

La troisième raison de cette mobilisation nécessaire tient justement à l’obligation dans laquelle les Régions, et la nôtre en particulier, cette Nouvelle Aquitaine, vont se trouver de relever le défi économique français. Car ne nous y trompons pas : c’est ici, chez nous, dans notre territoire que nous allons réussir la nouvelle donne dont notre pays a plus que jamais besoin. C’est ici que nous continuerons à tirer le fil entre enseignement, formation, université, industrie et emploi ; c’est ici que nous allons faire éclore les start-ups dont tant de jeunes talents inconnus sont déjà porteurs, c’est ici que nous allons poursuivre la mutation de l’agriculture déjà bien amorcée dans ce qui sera demain la première région d’Europe, c’est ici que nous allons mettre en œuvre le plus efficacement la transition énergétique, c’est ici que nous allons accélérer les études et l’expérimentation qui apportent des réponses au défi du réchauffement climatique, c’est ici que nous allons faire de la Forêt et de l’Océan nos laboratoires du futur, c’est ici que nous allons défendre et soutenir la richesse et la diversité de nos langues au cœur d’un grand projet culturel ouvert au tourisme mondial.

Et cela, tout cela, qui participe d’une manière de vivre ensemble, de faire société, de croire en l’humanisme, il nous revient de le décider. Et de laisser à leur cynisme ceux d’en haut qui n’ont toujours prononcé le mot de province qu’avec condescendance

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
6809
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
rouillé bernard | 05/12/2015

Bien sur que vous avez raison, voter est de toutes les incitatives citoyennes la première, car enfin dans une démocratie représentative sans légitimités, quid de la représentation. Mais justement n’assistons –nous pas, dans un silence à l’usure, à une lassitude, de nos convictions. Il ne tient qu’a nous de nous remettre en route, élus comme citoyens. Néanmoins il faut bien reconnaître que la période est très étrange, car enfin, en ce qui concerne la politique nationale et internationale nous ne pouvons dans la mesure de nos connaissances qu’être les spectateurs désabusés des événements récents. Pourtant, il y a des opportunités à saisir pour se remettre en mouvement. Le grand bouleversement des territoires en est une, et pas une petite, la loi Notre touchera chacun d’entre nous dans nos vies de tous les jours. Il n’y a pas un endroit en Vendée ou l’on ne s’interroge « Mais que sont- ils entrains de faire ».

Personne ne dit qu’il ne faut rien changer bien au contraire, mais le territoire ne se définit pas qu’en découpage administratif, et en ligne budgétaire, « quand on me parle de carotte, je réponds que ce genre de légume va très bien aux lapins et aux ânes ». Nos territoires portent en eux ce que nous sommes. Les strates de l’histoire se sont sédentarisées aux fil des mois, des années et des siècles. Beaucoup de ces communes se sont superposées aux paroisses .la république naissante dans le fracas que l’on sait avait eu la sagesse de ne pas déraciner ces nouveaux citoyens. Je sais, que ce que la république a fait, elle peut le défaire ! Sans aucune conséquence, franchement je m’interroge.

Voila un questionnement important moderne, ou la pédagogie peut remettre au centre des discutions la représentativité. Ouvrir le débat au lieu d’agir comme des malfrats préparant au fond d’une cuisine un mauvais coup, serais une heureuse initiative. Ceci n’est point de provocation gratuite, mais le sentiment qui se dégage des conversations à ce sujet.

Si demain les élus ont le pouvoir de transformer de bouleverser notre environnement sans avoir à y inclure sa population, comment voulez-vous que celle-ci veuille encore se déplacer le dimanche des élections dans nos mairies .Soyons tranquilles ils seront occuper leur dimanche et en plus les commentaires du lundi seront joyeux de la bonne farce qu’ils se sont faite, avec un laconique « De toute façon qu’est ce que ça changera !!!».

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




10/03/2019 | Eloge de la chocolatine!

Pain au chocolat ou chocolatine ? Alors on voudrait nous faire croire, ici, en Nouvelle-Aquitaine et chez nos voisins d'Occitanie que le Grand débat est clos, au prétexte qu'un sondage de l'IFOP, commandé par la Fédération des entreprises de boulangerie aurait rendu ce verdit sans appel : 84% des Français seraient « pain au chocolat » et 16% « chocolatine... » Pire encore, les Franciliens seraient 94% pour le pain au chocolat. Heureusement, nous sommes 63% en Nouvelle-Aquitaine à résister avec la plus grande part de nos voisins de l'ex Midi-Pyrénées. L'affaire est en effet des plus sérieuses mais, c'est promis, je n'insulterai personne qui ne partagerait pas mon avis sur les réseaux sociaux....Songez que l'affaire a fait grand bruit, non seulement parce que des députés avaient, en vain, proposé la reconnaissance par la loi de la chocolatine et connu un rebond, au dernier Salon de l'Agriculture, quand le chef des cuisines de l'Elysée, provoquant la présidente de l'Occitanie en lui parlant du pain au chocolat, avait reçu, du tac au tac, la réponse de Carole Delga : « Vive la chocolatine libre d'@Occitanie !... Il est vrai que c'est à Toulouse, à l'initiative d'étudiants, qu'est né le Comité de défense de la chocolatine qui a tout de même reçu le renfort des Philippe Etchebest, Michel Sarran et Hélène Darroze ! Des chefs qui en connaissent un rayon sur le mariage de la pâte feuilletée et de la barre au chocolat...

Lire la suite


23/02/2019 | Agriculture: Macron parle Europe, et si nous parlions aussi proximité...

Et voilà le président qui enfourche la cause de l'agriculture européenne, rappelant qu'un agriculteur européen sur deux partira à la retraite d'ici 2022 et qu'il faut se préoccuper de la souveraineté alimentaire du continent... Il est vrai qu'il pense à chaque instant élections du 26 mai prochain... mais il est vrai que l'actualité institutionnelle bruxelloise lui fournissait, aussi, l'occasion de placer son discours au Salon de l'agriculture, sur le thème de l'Europe, puisque les négociations reprennent au sein de la Commission et du Parlement sur le futur de la PAC, la réforme qui verra une nouvelle politique budgétaire pour la période 2021-2027. Alors que nombre d'interrogations parcourent la profession agricole, à un moment où il est plus facile de faire dans « l'agribashing » que dans la juste évaluation des efforts entrepris par nombre d'exploitants pour produire mieux avec une grande exigence de qualité.. Et, souvent, de sombrer malgré tout dans le désespoir parce que le revenu n'est pas au rendez vous d'un travail de tous les instants. Cependant, notons que selon le dernier sondage Odoxa, 85% des Français ont une bonne opinion des agriculteurs. Un instantané qui est tout à fait en phase avec les résultats enregistrés, en Nouvelle-Aquitaine, au printemps dernier par le baromètre effectué par l'Institut Harris Interactive à l'occasion du Salon régional de l'agriculture.

Lire la suite


14/02/2019 | Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.

Lire la suite


27/01/2019 | Information: quelques rappels à l'heure des fake news et des réseaux sociaux

Au lendemain du dernier baromètre médias de La Croix (1) aux allures d'apocalypse où tous les supports d'information sont en déclin, et particulièrement la télévision, il n'est sans doute pas inutile de rappeler quelques données de base sur ce qu'est ou doit être un journal, un site d'informations, une radio, une chaîne de télévision... Et, ceci, alors que désormais les outils numériques ont fait de chaque citoyen, nanti d'un téléphone portable, un média en puissance. Que ne l'a t'on répété d'ailleurs, de colloque en colloque, dans une confusion des genres et surtout des mots qui faute d'éducation partagée, à commencer par le lieu incontournable que doit être l'école, ont installé, dans la tête d'au moins deux générations, l'idée que le réseau social, c'est LE média. S'il ne fallait retenir du dernier baromètre de La Croix qu'un chiffre c'est celui-là : 53% des 18-24 ans s'informent prioritairement, via internet et les réseaux sociaux.... Soit, mais que leur a-t-on appris ? Qu'il existait une loi sur la presse et qu'elle date de 1881? Faut-il rappeler qu' elle fut la bienvenue pour encadrer, après l'Empire et la Commune, une liberté essentielle en démocratie, à un moment de la III° République où l'on s'injuriait avec entrain. Une loi qui s'est enrichie, au fil du temps, de quelques compléments indispensables pour protéger la vie privée, celle des mineurs par exemple. Une loi qui rend responsable le directeur de la publication, aux yeux du juge et qui crée, notamment, l'obligation d'accéder dans un cadre précis à un droit de réponse..

Lire la suite