Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".




- Publicité -
  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Métropole-Département: Au pays des Girondins l'automne sera synonyme de résistance

Miracle : un matin pluvieux! Une jolie pluie assez fine mais soutenue qui réveille les pelouses à défaut de les faire reverdir, tant il faudrait d'eau pour leur redonner vie... Cet été qui jamais ne semblait vouloir s'éloigner, indien au possible, sans la moindre rosée matinale, ne va pas baisser pavillon aussi facilement. La météo nous promet encore quelques journées d'octobre, douces le matin et tutoyant parfois les 30 degrés au coeur de l'après-midi. Réchauffement quand tu nous tiens... D'ailleurs, il aura manqué quelques ondées paisibles pour que le grain du raisin, à la vigne, grossisse davantage, ce qui n'empêche pas de rentrer une vendange de grande qualité, promesse d'un millésime magnifique comme nous l'avons entrevu, ces jours-ci, au château Bertinerie, dans notre belle appellation de "Blaye Côtes de Bordeaux". Que l'on n'oublie pas pour autant, à deux pas de là, ces vignerons dont la récolte a été anéantie par les orages dévastateurs de mai. Singulière condition de l'agriculteur et particulièrement du viticulteur qui, malgré la catastrophe, doit panser la vigne meurtrie pour nourrir l'espoir d'une improbable récolte future. Espoir... espérons que l'automne qui vient soit synonyme de raison.

Ecrivant cela, comment ne pas penser à ce projet de métropolisation de la plus grande partie de la Gironde qui suscite bien des inquiétudes, depuis qu'Emmanuel Macron a confirmé son intention à Alain Juppé et ses collègues de Lille, Nice, Toulouse, Nantes, de réduire les départements à la portion congrue. La Gironde qui a reçu en héritage le sens de la proximité s'arc-boute pour résister à une réforme qui avait peut-être du sens dans le Rhône mais n'est pas duplicable dans le plus grand département de France, dont la population se répartit, à égalité, entre la métropole et ses vingt huit communes et les 510 autres, dont beaucoup de communes rurales. Alain Juppé, au retour de cette rencontre élyséenne a déroulé quelques arguments qui pourraient plaider en faveur du projet macronien. Cependant on a noté, aussi, et cela n'est pas rien, que conscient de l'opposition du département, bien au-delà de la majorité de gauche autour de son président, Jean-luc Gleyze, il a tenu à rappeler qu'il n'avait "rien demandé". Faut-il rappeler d'ailleurs que la métropole et le département s'étaient entendus pour trouver, en bonne intelligence, des solutions découlant de la loi NOTRe?

Depuis les prises de position hostiles au projet macronien se sont multipliées, dont celle du président de la Région Alain Rousset, celle du maire de Mérignac, vice-président de la métropole en charge de la mutualisation, Alain Anziani qui insiste sur le fait qu'il reste du travail pour que la coordination avec les communes fonctionne au mieux...Nous publions, par ailleurs, dans aqui deux tribunes libres émanant de deux élus qui sont connus pour ne pas partager les mêmes parentés politiques: Yves d'Amécourt, maire de Sauveterre-de-Guyenne et conseiller régional  "Les républicains" et Jean-Marie Darmian, ancien maire de Créon et vice-président de gauche du Conseil départemental de Gironde en charge des Finances. Sur bien des points leurs avis se rejoignent et, d'abord et avant tout, pour une défense de la décentralisation que croise le constat d'une métropole saturée qui doit avoir d'autres priorités que de gérer les prestations sociales, loin de ses bases.

Face à ces rejets fortement argumentés, il se trouve peu d'élus de la majorité présidentielle pour monter au créneau. C'est, à n'en pas douter, une des raisons pour lesquelles la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault, fera un tour de Gironde vendredi 12 octobre, c'est à dire la veille du rassemblement prévu à Bordeaux, à l'initiative du président du Conseil départemental... Opération déminage? Voire... En tout cas, sans doute la volonté de calmer le jeu, en attendant un nouveau gouvernement, maintenant que Gérard Collomb est rentré dans sa bonne ville de Lyon.

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2722
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




27/10/2018 | "Tous coupables?" Dépasser les limites de "l'écologie punitive"

Au mois de mai dernier un écrivain et écologiste convaincu, Olivier Blond, publiait un livre courageux mais pas vraiment politiquement correct au sein d'une famille désunie: "Pour en finir avec l'écologie punitive". Une manière de Manifeste qui se voulait joyeux plutôt que moralisateur et pointait, avec pertinence, la dimension socio-économique du débat sur le mode: tant que l'écologie sera considérée que "comme un luxe coûteux réservé aux nantis et aux idéalistes" ça n'avancera pas. Il ne pensait pas si bien dire dans un pays où un ministre d'Etat, chantre de l'écologie, démissionnait "pour ne plus se mentir". Dans son for intérieur Nicolas Hulot ne peut que se réjouir de la polémique relancée sur le thème de l'écologie punitive par l'une de ses prédécesseurs, Ségolène Royal, qui, revenue des pôles, refait une apparition bruyante sur la scène politique en s'en prenant, vigoureusement, au "matraquage fiscal" lié à la très forte hausse des carburants et, singulièrement, du diesel. 23,3% le litre en un an, ce n'est pas ce qu'on peut appeler une demi-mesure et l'impact est évidemment considérable pour ces quelques 70% de français qui roulent au diesel. Et pour tous ceux, notamment, qui n'ont d'autre alternative pour aller au travail que d'emprunter leur voiture. Au fond, si l'on écoute l'inénarrable porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux qui déclare :"quand on a aimé Nicolas Hulot, on assume d'avoir une fiscalité comportementale..." nous n'avons qu'à la fermer...

Lire la suite