aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info



- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Municipales: Les premières leçons d'un tremblement de terre

La liste est longue de ces élus encore peu connus dans le périmètre régional, les Audi à Périgueux, Raynal à Pessac, Benquet à Marmande... qui surgissent à coté de quelques anciens de droite ou centre droit comme François Bayrou à Pau ou Daniel Garrigue à Bergerac et qui s'installent, pour six ans, dans des fauteuils que la gauche occupait parfois depuis des lustres. En Aquitaine comme dans la plupart des régions de France, le parti socialiste se réveille devant un paysage désolé. Ces deux tours d'élections ont été bien plus qu'un vote sanction, la manifestation d'un séisme, d'un tremblement de terre qui emporte les digues les plus anciennes, met à bas le vieux logiciel idéologique de la gauche et, au-delà d'elle, creuse davantage le fossé que la crise économique a ouvert entre les citoyens et l'ensemble de la classe politique.

Car ne nous y trompons pas, ce n'est pas parce que la droite a bénéficié de l'effondrement du PS qu'elle est à l'abri du jugement péremptoire que le pays adresse à ses élus. D'ailleurs, il se trouve à droite, à l'UMP ou dans sa mouvance de jeunes élus assez lucides pour, avant de crier victoire sur tous les tons, à la façon d'un Copé, appeler à repenser la façon de faire de la politique, à l'heure où quelques cinq millions de français vivent au rythme de l'augmentation, qui semble inéluctable, d'un chômage de masse. Et, où près de 40 pour cent d'entre eux ne croient pas qu'aller voter changera quoi que ce soit à leur condition.

Tentons de passer en revue quelques unes des causes de ce tremblement de terre de mars 2014. Et ceci à travers quelques mots clés.

Impuissance : Comment, en effet, ne pas convenir que les élus de tous bords semblent plus que jamais impuissants face à la nouvelle donne de l'économie mondiale qui s'est accélérée avec la dérégulation de la finance puis la crise des subprimes, voilà six ans. La gauche, pour sa part, prend les rennes avec les pleins pouvoirs en 2012 – un président de la République, une assemblée nationale et un Sénat, la majorité des régions et départements de France et nombre de grandes villes. François Hollande désigne son ennemie, la finance, dans une de ces envolées de campagne destinée à mobiliser les électeurs et ne craint pas de construire celle-ci sur un slogan improbable : « le changement c'est maintenant ». En fait de changement, les Français découvrent surtout la continuité et sont tétanisés par un froid discours sur le nécessaire endettement du pays. La maldonne est totale et ce n'est pas la création des emplois jeunes qui peut infléchir la courbe du chômage.

Idéologie: La gauche, par deux fois, au cours de l'histoire de ces trente dernières années, a éprouvé son corpus idéologique en des temps difficiles. Souvenons-nous des années 82/83 où après avoir construit sa victoire sur une alliance avec le parti communiste, François Mitterrand n'avait pas craint de mettre en œuvre des nationalisations qui devaient être la clé du renouveau économique avant d'arbitrer en faveur de Jacques Delors et l'accrochage au wagon européen. En ces jours du printemps 2014, le tandem Hollande-Valls doit imposer la ligne social-démocrate et réussir son deal économique avec le patronat, tandis que grondent les jeunes députés socialistes qui rêvent d'un virage à gauche. Comme si l'Etat impécunieux disposait de marges de manœuvres pour pratiquer une manière de relance. Drame d'un parti en lambeaux sur le terrain des idées et des solutions et singulièrement depuis que Martine Aubry en a quitté la direction. Un parti qui a cru que le plus important était de se mobiliser sur des réformes de société – le mariage par exemple - et n'a pas joué son rôle militant, ce dont la désaffection qui le frappe est révélatrice.

Appareils : face à la crise et à l'éloignement de l'électeur qui, d'une élection à l'autre, va grandissant les appareils s'enferment dans leur fonctionnement et se rassurent tant bien que mal, en tenant un discours souvent étranger au réel, à la vie des gens. La gauche qui, jusqu'ici, tenait le plus grand nombre de leviers d'action a continué de fonctionner sur le mode chacun pour soi. Il est frappant, par exemple, de considérer que les collectivités territoriales, depuis deux ans que le débat sur la décentralisation a commencé, n'ont que peu ou pas du tout cherché à apporter des suggestions de coopération concertée pour rendre l'action publique, la leur très souvent, plus efficace et moins dispendieuse. Songeons à l'occasion manquée de la loi sur le cumul des mandats. On objectera qu'elle entrera en vigueur à compter de 2017 : la belle affaire.... comme si cette orientation défendue et intégrée dans le programme du PS, façon Aubry, pouvait attendre. Le geste eût été fort aux yeux de Français qui veulent de l'exemplarité.

Ces quelques rappels sont peu de chose par rapport à l'inventaire qui devrait être entrepris sans tarder. Notons qu'à droite et au centre un certain nombre de quadras s'emploient à chercher de nouvelles orientations pour une France qui piétine, tandis qu' à gauche les écologistes sont capables de passer des alliances de terrain qui les propulsent à la tête d'une ville comme c'est le cas à Grenoble, en débordant le candidat du PS. Sans aller jusqu'à parler de recomposition, attendons-nous à ce que le tremblement de terre des 23 et 30 mars produise une ou plusieurs répliques dans le paysage politique d'une gauche qui en a grand besoin.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3578
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires