Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Nos estivales... Depuis Ré, une île de l'Aquitaine de demain?...

Ce 13 juillet les Estivales font étape à l'île de Ré... Une île de l'Aquitaine de demain ? Après tout celle d'aujourd'hui n'a pas d'îles océaniques à l'exception de celles de l'estuaire de la Gironde, de ce joli chapelet qui se nomme « Verte, Patiras, Nouvelle, Fort Paté, Verte, Nord, Cazeau, Margaux .... dont nous sommes très fiers. Alors, pourquoi ne pas « annexer » Ré, Oléron et Aix aussi, ces perles de la Charente-Maritime, si différentes les unes des autres dont l'identité est singulière.... A Ré, l'estran offrait à l'avidité d'un gamin, pêcheur de crevettes, ses petits trous d'eau grouillants à marée basse. Et, en ces temps-là, il était encore possible et fascinant d'entendre parler de La Rochelle comme d'une ville du « continent ». C'est qu'il fallait, en effet, embarquer sur le « Gustave Perreau » ou « le New Rochelle » pour faire la traversée de Sablanceaux à La Pallice et aborder à l'autre monde. Celui où les mots tempête, traversée, urgence n'avaient pas tout à fait le même sens que sur cette terre longue de 26 kilomètres qui porte en son sein le lourd héritage de ces scènes déchirantes des familles assistant, impuissantes, au départ de leurs proches pour Cayenne et le bagne. Une île dont il subsiste encore assez de témoins de son âme protestante pour croire en sa capacité de résistance.

Car Ré des années 2000 n'a plus guère à voir avec celle des années 50... Le mot continent n'est plus en usage ou si peu ; le pont est passé par là et avec lui le flot des vacanciers et touristes d'un jour qui s'acquittent du péage, pardon de l'éco-taxe, comme on le ferait en sortant de l'A 62 . L'ennui, le seul, c'est qu'ils abordent du coup à la terre promise, à la fois belle et fragile plus que tout autre. Et que les hommes et les femmes, les élus notamment qui en ont la charge, à coté de l'Etat, se battent pour la garder « hors d'eau » ou plutôt se débattent pour trouver l'argent nécessaire à hâter sa protection. Xynthia est passée par là, redessinant pendant quelques longues heures la carte des origines, recréant trois îles au lieu d'une seule... Et les coups de boutoir de l'Océan, année après année, poursuivent leur travail de sape. Désormais l'Etat que les drames d'ici mais surtout ceux d'en face, sur la côte vendéenne, ont réveillé affiche son intransigeance. Le temps n'était déjà plus à construire trop près du rivage; il est carrément aujourd'hui à s'en éloigner franchement ce qui dans les endroits les plus exposés de la côte d'une île – qui ne fait dans son plus large pas plus de ci,q kilomètres – interdit tout espoir de valoriser son patrimoine. Est-il besoin de souligner que cette nouvelle donne déchaîne parfois les passions ?

Reste qu'au plus fort de sa fréquentation, Ré exerce sur ceux qui la découvrent un pouvoir de séduction intact. Ses pistes cyclables ont, aux heures de pointe, des allures de slalom géant où parents et enfants se hasardent comme s'ils partaient à la conquête de l'ouest; ses vignerons n'ont pas leur pareil pour cultiver le packaging sur des bouteilles qui sentent l'évasion; l'estran par jour de grande marée est, sous surveillance, le lieu d'une improbable pêche miraculeuse...C'est ce qu'on appelle, ici aussi, le tourisme de masse. Faut-il le déplorer au nom du respect que l'on doit avoir pour ces espaces que la nature nous a légués ? A moins que ce ne soit d'une nostalgie par définition prétentieuse ?

Non, il faut accepter, simplement, de le vivre sans être dupe de cet emballement dont il n'est point besoin de s'appesantir sur les conséquences sociales. L'autre grand défi de Ré, où il est difficile d'investir à moins d'être millionnaire, consiste à trouver les moyens de loger ses jeunes, ceux qui vivent et travaillent au pays ou prennent, chaque jour, le chemin de l'agglomération rochelaise. Il n'est pas aisé de le relever mais pas impossible non plus. Et puis, là comme ailleurs, l'île est assez diverse avec l'extraordinaire variété des ses paysages pour que l'on s'aventure, à contre courant de la foule, dans l'épais sous-bois de la forêt du Lizay, à deux pas des blockhaus dont l'Océan finira par avoir la peau, à moins qu' à la nuit tombante on ne décide d'emprunter le sentier littoral qui conduit à l'abbaye des Châteliers, offrant une vue sublime sur le rivage vendéen. Le regard porte, au-delà du Pertuis Breton, indestructible bras de mer vers La Rochelle-Pallice et son port en eaux profondes qui continue de faire rêver le voisin bordelais.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
9838
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 14/07/2014

Non, Ré n'est pas vraiment "aqui" !
Déjà, on voit sur une carte qu'elle est, comme La Rochelle, légèrement plus proche de Nantes que de Bordeaux...
Et pourquoi vouloir la séparer de ses charmantes îles soeurs de Noirmoutier, d'Yeu ? A moins que celles-ci soient aussi annexées...
A côté de ça, le tronçonnage du Bassin de la Garonne et du Bassin de l'Adour par les méga-régions toulousaine et bordelaise vous laisse maintenant de marbre...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires