Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.




- Publicité -
  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

  • 01/12/20 | En Haute-Vienne, Orano innove et se diversifie sur le bas carbone

    Lire

    Orano, est une multinationale spécialisée dans l’énergie et le nucléaire et porte également des sujets de médecine nucléaire. Pour cela, elle dispose d'un Centre d'Innovation en Métallurgie Extractive à Bessines-sur-Gartempe en Haute-Vienne. Elle cherche aussi à diversifier ses activités dans le domaine de la transition énergétique et des énergies bas carbone pour réduire les émissions de dioxyde de carbone des activités humaines. Elle bénéficie à ces fins d’une subvention de la Région de 334 278 euros.

  • 30/11/20 | L'alimentation de proximité grandit en Ribéracois

    Lire

    Lors de la Commission permanente du 23 novembre, la Région a décidé de soutenir le projet porté par le Club d’entreprises du Pays Ribéracois « Bien manger en Ribéracois – Développement de pratiques alimentaires saines et locales » à hauteur de 64 581 euros. Ce projet vise à développer les partenariats économiques entre acteurs du système alimentaire local et avec pour objectifs de fédérer et dynamiser les initiatives en faveur de l’agriculture et l’alimentation de proximité notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Notre-Dame-des-Landes: Ce non, lourd de conséquences

Qu'ils le veuillent ou non, Emmanuel Macron et Edouard Philippe font bien plus que renoncer à la création de ce qui devait être l'aéroport du Grand Ouest, à Notre Dame des Landes. Ils envoient au pays un message dont ils ne pouvaient ignorer la signification profonde. L'affirmation, d'une part, que rien demain ne sera plus - ne pourra plus être - comme hier, qu'aucun grand projet d'aménagement du territoire ne verra plus le jour sans l'aval du pouvoir central et, d'autre part, que l'apanage de la décision n'appartiendra plus aux seuls représentants du peuple, élus au suffrage universel mais que celle-ci devra être partagée et tenir compte d'une nouvelle forme d'opposition, extrême dans son expression, par rapport aux procédures prévues par la loi. Les enquêtes d'utilité publiques avaient, ici et là, du plomb dans l'aile et il ne faut pas aller loin, ici, en Nouvelle Aquitaine pour le mesurer à propos du GPSO, la poursuite du Grand Projet Sud Ouest de la grande vitesse, au-delà de Bordeaux.

 

Passons sur la bonne manière éventuelle faite à un ministre engagé comme un "symbole" au sein du gouvernement, Nicolas Hulot..On peut penser que le binôme de l'exécutif ne s'est pas senti prisonnier de cette alliance et a plutôt cherché à en finir, comme il l'avait annoncé, avec cette histoire incroyable, ce dossier aux allures de capharnaüm.

Ce faisant, redisons-le, il a entériné la fracture entre les élus et les représentants divers d'une opposition activiste, des plus pacifiques aux plus radicaux qui, en occupant un périmètre rural, ont crée en quelque sorte une situation irréversible. Les Zadistes de Notre-Dame-Des-Landes mais aussi ceux qui, ici et là, en Alsace sont actifs ou, demain, en Gironde ne dorment que d'un oeil, peuvent entretenir tous les espoirs, acheter par anticipation des terrains susceptibles d'être impactés par des grands projets et les bloquer. Les tenants d'une écologie radicale sortent confortés de cet interminable conflit et, écrire cela, ce n'est pas prendre position en faveur d'un aéroport dont le projet n'avait sans doute plus la même nécessité que celle imaginée, voilà 50 ans; c'est considérer que, désormais, on ne pourra plus ignorer ce courant et qu'il faudra prendre de plus en plus en compte en plus de l'économie, la dimension environnementale, sociale et, osons le mot, culturelle de tout aménagement. Les tentatives qui naguère ont vu le jour avec l'organisation de " Débats publics", encadrés par la loi participaient de cette volonté; elles n'ont pas donné les résultats espérés. Le législateur devrait bien rouvrir un pareil chantier.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
43441
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 22/01/2018

Ce sont d'abord nos gouvernants régionaux et nationaux qui ont "mis du plomb dans l'aile" aux enquêtes d'utilité publique en déclarant d'utilité publique des projets pour lesquels le rapporteur d'enquête avait émis un avis contraire. On l'a vu pour GPSO et pour la voie ferrée Oloron-Bedous.

Patrick LANTRES | 22/01/2018

Ah si nos gouvernants et même le Conseil d’Etat avaient eu la sagesse d’arriver à la même conclusion que vous pour la nouvelle LGV Paris Bordeaux !! En effet le social (donc le volet humain) n’est que survolé. Savez-vous que dans le dossier d’enquête publique le volet humain ne représente que quelques dizaines de pages sur les 3800 pages du dossier ? Savez-vous que pour l’environnement il a été mis en place, lors de la conception d’un projet, le concept ERC (Eviter, Réduire, Compenser) … on cherche d’abord à éviter, ce qu’on ne peut pas éviter on fait tout pour le réduire et en fin de compte si on ne peut pas réduire on le compense. Ainsi, par exemple, en Vienne pour 1 arbre abattu on a compense par 2 arbres replantés. Idem pour des mares détruites etc… mais l’homme, qui est une composante de l’environnement, a-t-on compensé la perte de valeur mobilière des riverains ? Non ! Savez-vous quel est le niveau de cette perte ? entre 30 et 50% et encore quand les habitations sont vendables. Alors oui il est grand temps à ne plus prendre en compte que le volet économique. Il est encore temps de compenser la perte des valeurs des habitations. M. Alain Rousset dans ses vœux insiste sur le volet humain et social. M. Alain Rousset…. Appliquez vos paroles à vos actes et imposez à l’Etat, qui êtes le grand défenseur de la LGV, de compenser cette perte de valeur immobilière

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires