Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Notre diplomatie en berne: un grand chantier pour Alain Juppé

C'est un paysage désolé qu'Alain Juppé va découvrir en retrouvant, seize ans plus tard, le ministère des affaires étrangères, ce Quai d'Orsay dont il parlait, à l'époque, avec un désir très gaullien de porter, au plus haut, les couleurs de la France dans chaque ambassade. D'ailleurs, il n'avait pas fait mystère, récemment, de l'inquiétude qu'il ressentait face au délitement de notre diplomatie et à la raréfaction des moyens qu'on lui accordait.

Paysage désolé parce que l'épisode Alliot-Marie, venant s'ajouter à de nombreux contre sens et invitations extravagantes - on pense à la tente de Khadafi dans le parc de l'Hôtel Marigny - a fini de discréditer une politique dont il ne faut pas voyager loin, en Europe, pour comprendre qu'elle laisse nos voisins interdits.
Songeons à cette Union pour la Méditerranée, voulue par Nicolas Sarkozy, portée sur les fonts baptismaux à Barcelone en 2008 et qui, vide de contenu, a été jetée par dessus bord par le même homme, à Ankara ce 25 février.
La tribune libre d'un groupe de diplomates anonymes, dans le Monde vient de souligner, à quel point, le corps de cette grande administration centrale s'est senti mis à l'écart, méprisé par la cellule diplomatique de l'Elysée, par le secrétaire général lui-même, dont on se souvient qu'il s'en allait, sur le chemin de Damas, causer avec Bachar-Al-Assad, tandis que Bernard Kouchner n'en pouvait mais. Ce n'est pas facile, sous ce quinquennat, d'être préfet ou ambassadeur, à moins que l'on ne fasse partie du cercle des protégés comme le nouveau détenteur du poste de Tunis, d'ailleurs contraint de s'excuser pour ses excès de langage.
Certes, on objectera, comme l'on fait les diplomates réagissant dans le Figaro à la tribune de leurs collègues parue dans le Monde, que l'homme de l'Elysée a été un président actif de l'Union pendant six mois, qu'il a convaincu les Russes de ne pas écraser la Géorgie et qu'il a pesé pour que l'Europe s'organise face à la puissance de le crise importée des Etats-Unis. Le problème, c'est qu'il en fût pour la diplomatie comme pour la politique nationale : un activisme de tous les instants, condamné à connaître, à côté de quelques réussites, des échecs retentissants.
Un vrai chantier se rouvre donc pour Alain Juppé qui connaît la maison et va tenter de lui redonner confiance ; il lui faudra malgré tout faire avec des moyens limités mais, au moins, imagine-t-on que ce sera difficile de l'empêcher, depuis l'Elysée, d'être maître à bord au Quai d'Orsay. Le maire de Bordeaux qui a marqué à certains moments de vrais désaccords avec Nicolas Sarkozy - on pense au retour complet de la France dans l'OTAN - a un rôle important à jouer, au moment où la France préside le G20 et doit redéfinir sa politique à l'égard des pays du sud de la Méditerranée, en grande instabilité. Il a aussi, quoiqu'il s'en défendel'occasion d'apparaître, auprès d'un couple de l'exécutif Sarkozy-Fillon dont la popularité est en berne, comme une alternative pour une UMP qui n'a pas fini de se poser des questions pour 2012. Affaire à suivre.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
294
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




28/04/2018 | Relever le défi de l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs

C'est l'un défis majeurs de l'aménagement du territoire dans une région comme la Nouvelle Aquitaine, et peut être le premier de tous, pour lutter contre la désertification rurale: la transmission des exploitations agricoles et l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs. Il est possible de le relever, malgré une tendance à l'augmentation de la cessation d'activité. Et une démographie des chefs d'exploitation qui, à priori, n'est pas favorable, deux tiers ayant plus de cinquante cinq ans dans la grande région. Oui, ce défi semble d'autant plus soutenable qu'entre la prise de conscience des organisations professionnelles, des élus de terrain, des habitants du monde rural, des aspirations grandissantes de ceux qui vivent en ville et cherchent à consommer des produits cultivés près de chez eux, et, surtout, de l'apparition d'une génération qui ne se destinait pas, à priori, à choisir le métier d'agriculteur dans les pas de leurs parents, ces « hors cadre familial », selon la terminologie en usage, une mobilisation se dessine, passionnante à observer, à accompagner. A soutenir. Ce n'est donc pas pas par hasard que ce défi de société sera au cœur d'une journée inédite, le 18 mai, lors du prochain Salon Régional de l'Agriculture. Et que notre site, Aqui.fr, en sera le co-organisateur après avoir, au fil des jours, publié une série de reportages auprès de ces jeunes qui s'installent. Et ne craignent pas de le faire, avec des idées nouvelles, un désir d'une autre vie et, souvent, le souci immédiat d'aller à la rencontre des consommateurs, de partager avec eux leur façon de travailler et la qualité de leurs productions.

Lire la suite