Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.




- Publicité -
  • 14/07/18 | Charente-Maritime : les limitations d'usage de l'eau de l'été arrivent

    Lire

    A compter du lundi 16 juillet, 8h, le bassin Curé-Sèvre MP6 et le sous-bassin Marais Nord Aunis MP4 passent en alerte d’été, suite à un arrêté du préfet. Cette limitation provisoire de l'usage de l'eau concerne tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation.

  • 13/07/18 | Rocade bordelaise : des feux pour réguler le trafic

    Lire

    Attention aux utilisateurs de la rocade bordelaise: à partir du 17 juillet, des feux bicolores vont être installés sur 17 bretelles d'accès de sept échangeurs pour réguler le trafic de la rocade. Une première phase entrera en service avant la fin juillet sur les trois bretelles extérieures des échangeurs 24 et 25 pour une durée de quatre mois. Le rythme des feux variera selon le trafic et selon la bretelle. Le déploiement complet de ce dispositif, mis en place par la DIRA (direction interdépartementale des routes Atlantique, interviendra d'ici fin 2018.

  • 13/07/18 | Emmanuel Macron deux jours en Dordogne, les 18 et 19 juillet

    Lire

    Le président de la république sera en Dordogne, les 18 et 19 juillet. Le thème de sa visite sera les services publics en zone rurale. C’est Michel Delpon, le député du Bergeracois, qui dévoile le programme de cette visite sur sa page Facebook. Emmanuel Macron devrait visiter le bureau de poste de Marsac, assister au dévoilement de la Marianne dans le quartier du Toulon à Périgueux, visiter l’imprimerie du timbre à Boulazac et la Maison des services au public de Sarliac-sur-l’Isle.

  • 13/07/18 | Périgueux : une jauge de 5000 personnes pour la fan zone

    Lire

    Périgueux a crée une fan zone en plein cœur de ville, dans le parc Gamenson. Pour la finale du 15 juillet, où la France affronte la Croatie, la jauge a été portée à 5000 personnes. Attention cependant, cette jauge ne pourra pas être dépassée pour des raisons de sécurité. Des stands buvette et petite restauration sont aussi proposés. L'entrée est gratuite. L'ouverture des portes a lieu à 15 h et la fermeture à 21 h. 3 entrées publiques sont mises en place (avec fouilles et palpations de sécurité).

  • 13/07/18 | La Rochelle : feu d'artifice en hommage à Didier Lockwood

    Lire

    Pour le 14 Juillet, la ville de La Rochelle a vu les choses en grand : un spectacle pyrotechnique sur les musiques de Didier Lockwood. Pour construire le spectacle, le directeur artistique de la société Ruggieri (Nouvel an Paris 2017, départ de L'Hermione, Violon sur le Sable), avec le directeur du Violon sur le Sable Philippe Tranchet, la soprano Patricia Petibon et Didier Pironti, le président du festival Jazz Entre les deux tours. Rendez-vous allée du Mail ou avenue Michel-Crépeau à 22h45.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Occitans, Basques, Bretons, Corses, Alsaciens et Français...

La nouvelle est venue de Bretagne de la bouche du premier ministre qui y est même allé de sa petite phrase en breton...La France va (veut) enfin rejoindre la famille européenne qui a reconnu, sans trop d'états d'âme, les langues régionales. Enfin... sans doute, car le parcours législatif n'est pas entamé et les écueils sont réels. On pense à la procédure adoptée de proposition de loi constitutionnelle. Il faudra d'abord contourner l'obstacle du Conseil d'Etat et tenter de trouver une majorité des 3/5 au Parlement après un vote identique à l'Assemblée et au Sénat. Quant à l'évocation d'un référendum, elle a l'allure d'une arme de dissuasion pour convaincre le Parlement mais il faut craindre, par les temps qui courent, qu'une telle consultation ne soit semée d'embûches.

L'annonce de Jean-Marc Ayrault  a été faite lors du lancement du plan d'avenir de la Bretagne. Il aura donc fallu l'éruption fiscale de la Bretagne pour que la République ouvre, de nouveau, et cette fois on l'espère de façon décisive, le chantier des langues régionales. Bien sûr, on nous objectera qu'il y a bien d'autres sujets de préoccupation dans une France qui doute d'elle-même et  a peur de l'avenir, que celle de savoir si nos chers petits écoliers d'Ainhoa, de Sare, de Gurmençon, de Neuvic, de Corte ou de...Sélestat pourront, la tête haute et la fierté aux lèvres, parler la langue régionale, à côté du Français... Et, d'ailleurs, la parlent-ils encore? Les réponses ne sont pas les mêmes partout mais il est indéniable qu'un vrai renouveau existe qui doit, pour l'essentiel,  au militantisme, aux écoles privées, à la reconnaissance, aussi, au sein des collectivités, les Régions en premier lieu, de langues qui, à leur manière, sont constitutives d'une nouvelle identité. Songeons, par exemple à ce que la locution de la langue basque doit à Seaska qui a pris la place laissée vacante par l'éducation nationale.

Le temps n'est plus où tel élu, véritable figure de la classe politique des Pyrénées-Atlantiques, rejetait, voilà une bonne trentaine d'années, quand nous lui posions la question, toute idée d'un possible enseignement bilingue dans les écoles de la République. Au nom de quoi on a préféré donner de l'aliment à un discours indépendantiste, dans un pays désespérement jacobin.

A l'heure de la mondialisation apprendre, à côté du Français, le basque ou l'occitan, ce n'est pas prendre un passeport pour un voyage dans le passé qui condamnerait à la nostalgie et au pastoralisme. C'est au contraire, à partir d'une langue généralement  reçue en héritage, enrichir son patrimoine culturel, l'ouvrir aux autres et revendiquer la chance d'être, au fond, bien plus que bilingue trilingue ou mieux encore, au sein de l'école de la république, comme le souligne David Grosclaude, conseiller régional d'Aquitaine et président du "Partit Occitan".  Encore faudra-t-il que le débat qui va renaître au Parlement, le mois prochain, ait la hauteur de vue nécessaire et que le contexte préelectoral ne vienne pas ajouter aux saillies verbales, entendues depuis quelques jours du côté du Front National.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
1918
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Joël Aubert | 16/12/2013

Merci pour cette réaction tout à fait compréhensible. Pour autant il n'est pas évident que l'apprentissage d'une langue dite régionale vienne compliquer le soutien à apporter aux élèves qui hélas n'ont pas le niveau en français. D'ailleurs, il semble bien que la curiosité qui découle de l'apprentissage simultané de plusieurs langues soit porteuse de vraies réussites. Quant à votre suggestion de consacrer du temps à ces autres langues, à la faveur de la réforme des rythmes scolaires et des activités péri-scolaires elle mérite sûrement d'être étudiée. Déjà, il est vraisemblable que des initiatives de ce type existent...A suivre

Patrick 86 | 16/12/2013

Certes c’est une bonne idée de perpétuer les langues régionales mais l’école de la république dont chacun se targue de proclamer l’utilité durement acquise ne devrait-elle pas réserver avant tout son enseignement à ce qui fait le fondement de la République : le français. Selon les études, beaucoup (trop) de jeunes arrivent en 6ème sans avoir la maîtrise complète du français. Alors au lieu d’ajouter dans les heures de cours 1 heure pour telle ou telle langue régionale, pourquoi ne pas la destiner à « mieux causer » le français.
Sans dévaloriser les langues régionales (que je défends) ne croyez-vous pas qu’elles sont un peu moins utiles qu’une langue étrangère ? On sait tous les énormes lacunes des français en la matière.
J’ai une suggestion : la nouvelle organisation du temps scolaire que les communes ont bien de la « peine » à mettre en place, ces quelques heures mis à la disposition pour le développement de nos chères têtes blondes ne seraient pas utiles pour l’enseignement de nos langues régionales ? au lieu de les utiliser à des activités qui échoient aux parents (plutôt que les jeux ou la télé)

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires