Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.




- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Paris, Porte de Versailles : La grande ferme de France fait Salon et garde le cap

Pourquoi bouder notre plaisir ? Retrouver l'agriculture qui fait salon, la plus grande ferme de France qui s'offre aux regards émerveillés des jeunes franciliens en vacances, c'est bien plus qu'un rite, un temps fort de la vie... Un des ces moments où le citoyen, oubliant ses tracas et son insatisfaction chronique, prend la mesure de la richesse et de la diversité d'un secteur majeur de l'économie nationale. Est-ce si fréquent par les temps qui courent, où il faut additionner les aides de l'Etat et d'un investisseur chinois pour sauver un grand constructeur automobile, du nom de Peugeot ? Pour autant, évitons de basculer dans une manière d'euphorie qui serait trompeuse : l'agriculture française, elle aussi, connaît de réelles difficultés à l'heure de la mondialisation, de l'ouverture des marchés...

Mais dans l'ensemble elle tient le choc et l'existence de la Politique Agricole Commune, cette fameuse PAC si souvent critiquée pour avoir consommé les gros budgets de l'Europe, n'y est pas pour rien. Et ne le sera pas non plus dans les sept ans à venir jusqu'en 2020.

La PAC a survécu aux difficultés financières des pays de l'Union et l'Allemagne, dont l'agriculture est devenue plus puissante que la nôtre, a su faire cause commune avec la France pour qu'il en soit ainsi. Remarquons, au passage, par comparaison, en ces temps d'élections européennes qui s'annoncent, que si l'Europe avait su rester fidèle aux engagements des pères fondateurs, ceux qui par exemple au lendemain de la guerre 39-45 avaient imaginé la CECA, la Communauté Charbon Acier, elle se serait dotée d'une politique industrielle qui lui fait, aujourd'hui cruellement défaut... Mais cela est une autre histoire.

L'Europe agricole dont on se demande pourquoi on n'ose plus l'appeler « verte » alors qu'elle évolue de plus en plus vers le « verdissement » a signé un nouveau bail 2014-2020 avec ses agriculteurs et cela représente, pour ceux de France,quelques 64 milliards d'euros.

Le gouvernement et François Hollande, dont on remarquera quand même qu'il a passé sept heures au SIA 2014 dans la bonne humeur générale ont - pour une fois diront certains - plutôt bien réussi leur gestion des dossiers agricoles. Le ministre de l'agriculture Stéphane le Foll n'est pas étranger à cette situation de dialogue constructif, non plus que le président de la FNSEA Xavier Beulin, tandis que le président de la République a su montrer qu'il connaissait le sujet, l'ancrage corrézien n' y étant pas pour rien...

L'important, c'était évidemment de faire en sorte que les aides de la PAC permettent le maintien d'une ferme France, riche de productions diverses et capable de continuer à installer le plus grand nombre de jeunes. Et, ceci, à un moment où la démographie agricole est fortement marquée par le vieillissement des exploitants et la difficulté pour beaucoup d'entre eux, compte tenu du faible niveau de leur retraite, de transmettre leurs biens en les conservant dans la famille agricole. La réorientation partielle des aides directes, notamment vers l'élevage et les plus « petites exploitations » participe d'une volonté nouvelle, marquée du sceau du réalisme. A un moment où la production laitière exige la plus grande vigilance. Bien sûr les céréaliers ont fait savoir leur mécontentement mais ils ont la capacité et les moyens, dans un marché mondial à forte valeur, de faire face à la perte relative de leurs revenus.

L'agriculture française aborde donc la nouvelle ère de la PAC sur des bases redéfinies mais avec la volonté de ne pas dilapider son potentiel. Il faut s'en réjouir, tout en restant lucide et notamment parce que la géographie de notre pays commande que l'on soit intelligent, c'est à dire que l'on sache faire cohabiter une agriculture productive tournée vers le grand large avec une agriculture de proximité riche de la qualité de ses produits, forte de ses compétences et des milliers d'emplois qu'elle a la capacité de créer.

Et cela, on le sait parfaitement, ici, en Aquitaine région phare en Europe pour les AOC, les IGP et autres labels, pour le niveau de son emploi agricole et agro-alimentaire, pour la force de son secteur coopératif, pour la prise en compte de l'impératif environnemental que la profession intègre, chaque jour davantage, dans le cahier des charges de ses productions.

Conserver un haut niveau de compétitivité en mettant en œuvre des façons culturales plus économes en intrants, en relevant de manière progressive le défi, imposé par l'Europe et l'Etat, du respect des zones vulnérables, en n'ayant plus peur, ce qui est en train de se produire, de réfléchir à la cohérence du couple agriculture-écologie, et de prononcer le mot bio... voici un beau challenge que la profession, dans son ensemble, s'emploie à relever. Vous ne croyez pas que cela valait un vrai coup de chapeau et les encouragements des centaines de milliers de visiteurs du Salon international de la Porte de Versailles ?....

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4007
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires