aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

09/08/17 : Sécurité routière 4 personnes ont perdu la vie sur les routes lot-et-garonnaises fin juillet. La mobilisation des policiers et des gendarmes demeure à un niveau élevé et aucune tolérance ne sera admise en cas d’infractions, assure la préfecture du 47

09/08/17 : Le girondin Pierre-Ambroise Bosse, 25 ans, qui est né à l'athlétisme au club de Gujan-Mestras a remporté l'épreuve du 800 mètres aux championnats du monde de Londres en 1'44''67 ce mardi 8 août.


- Multivote -


- Publicité -
  • 20/08/17 | Sécheresse: Cours d'eau de Gironde interdits

    Lire

    Sécheresse oblige: la préfecture de gironde a pris un arrêté et de nouvelles mesures d’interdiction nécessaires sur la Gamage et la Bassanne en amont de la commune de Savignac. Cela s’ajoute aux mesures déjà mises en œuvre en juillet, à savoir : des restrictions sur les usages non prioritaires ainsi que l’interdiction de tous les prélèvements sur le Deyre, le Glaude, la Barbanne, la Gravouse, le ruisseau de la Grave, le Moron, le Palais (le Ratut), le ruisseau de la Virvée en amont du pont des Planquettes, le Chenal du Talais, la Jalle de Castelnau, la Jalle de Breuil, le Tursan, le Lisos, l’Andouille et le Seignal.

  • 18/08/17 | La Rochelle renforce sa sécurité

    Lire

    Afin d’améliorer la sécurité dans sa ville, le Maire de La Rochelle a sollicité dès ce vendredi le renforcement de La présence des forces de l’ordre - Police nationale et opération sentinelle - dans les lieux les plus fréquentés et en particulier autour du Vieux-Port et a pris un arrêté pour installer un nouveau dispositif anti-bélier aux abords du Vieux-Port. Sous la forme de chicanes placées sur les voies d’accès, ces équipements sont destinés à ralentir les véhicules qui arriveraient trop rapidement, tout en autorisant le passage des bus et des véhicules de secours.

  • 18/08/17 | Emploi : #Recrutemoisitupeux pour faire se rencontrer l’offre et la demande

    Lire

    Site d'offres d'emploi du Lot-et-Garonne, Emploi47.fr lance l’évènement #Recrutemoisitupeux, l’après-midi du 14 septembre, au Centre des Congrès d’Agen. C’est une rencontre directe sans CV, entre candidats et employeurs, au cours de laquelle les employeurs échangeront avec 2 ou 3 candidats en même temps pendant une durée limitée.

  • 18/08/17 | Rochefort honore La Fayette

    Lire

    C'est joliment annoncé dans ce communiqué: "tout au long de l'été, Rochefort invite La Fayette à présider l'ensemble de ses manifestations culturelles. Avec l'exposition au musée Hèbre des pièces exceptionnelles qui retracent sa vie, les conférences, les noctambulations et les nombreuses animations organisées tout l'été, c'est une toute autre ambiance qui vous attend le dernier week-end d'août. Les 26 et 27, vous serez alors plongé dans la vie de ce héros des deux mondes, vous côtoierez le siècle des Lumières et croiserez des personnages costumés dans les rues de la ville."

  • 09/08/17 | En Lot-et-Garonne, un soutien aux entreprises en difficulté

    Lire

    Pour faire face aux complexités de leurs fonctions (difficultés organisationnelles ou économiques), les chefs d'entreprise peuvent être conseillés et aidés grâce au Centre d’Information sur la Prévention des difficultés des entreprises (CIP) de Marmande - Villeneuve-sur-Lot. Ce service est gratuit et apporte un accompagnement personnalisé aux chefs d’entreprises, en l’absence de Tribunal de Commerce.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Présidentielle: Incertitudes au pluriel

Un mot un seul : incertitude. Jamais élection présidentielle, à trois semaines du premier tour, n'aura été envisagée avec autant d'incertitude. Les sondages le disent mais l'homme de la rue l'affirme avec un air de conviction. Roland Cayrol, vendredi soir, lors de son débat à Bordeaux avec Alexandra Siarri, sous l'égide des amis d'Aqui, faisait remarquer que l'observation actuelle des sondages ajoute à cette incertitude : qu'un candidat que les sondages donnent bon troisième aujourd'hui - François Fillon - regagne deux points supplémentaires après en avoir repris un et que le candidat situé en seconde position – Emmanuel Macron - mais qui occupe aussi la première place dans certains sondages devant Marine Le Pen, en perde deux et l'indécision grandit encore. Soyons certains, en tout cas, que pareille situation va entraîner un durcissement de la campagne actuelle comme les derniers propos du candidat de la droite à l'égard d' Emmanuel Macron le donnent à penser.

L'incertitude, aussi, est également totale à gauche, au vu des sondages qui installent Jean-Luc Mélenchon devant Benoît Hamon. Une évolution qui montre à quel point le paysage qui risque de sortir de cette élection pourrait être bouleversé, avec l'éventualité que les deux grands partis qui gouvernaient le pays depuis 1981 soit en totale alternance, soit en cohabitation, soient relégués en position subalterne. Et dans l'obligation de reconstruire leurs socles idéologiques pour espérer retrouver le pouvoir.

Ce qui se dessine à gauche est le plus spectaculaire : un PS qui pourrait se voir débordé, du moins à travers son candidat officiel sorti des primaires, par celui de la France Insoumise, porteur d'une ligne de gauche extrême qui romprait avec ce qu'il était convenu de nommer, depuis les années 80 et le tournant de 1982-83, la gauche de gouvernement. Et, là aussi, avec des incertitudes liées à l'itinéraire politique de figures du PS, sévèrement critiquées comme l'est par exemple Manuel Valls.

A droite une défaite, alors qu'à l'issue de la primaire les soutiens de François Fillon voyaient leur héraut déjà à l'Elysée, entraînerait bien plus qu'une excommunication de l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy : un grand déballage idéologique et probablement une radicalisation de la ligne d'un parti dont quelques uns des leaders les plus jeunes ne craindront pas de mettre le cap à droite toute, pour regagner les électeurs partis vers le Front National.

Quant à l'incertitude qui touche au niveau de participation des Français à cette élection elle n'a jamais été aussi grande. Nos concitoyens se décideront-ils au dernier moment, validant du même coup la primauté de l'élection présidentielle sur toutes les autres comme ce fût toujours le cas ou signifieront-ils leur lassitude face à un système politique qui, à leurs yeux, les représente de moins en moins ? Une forte abstention est d'autant plus à craindre qu'elle ne ferait qu'affecter la légitimité du nouvel élu.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
13541
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick 86 | 03/04/2017

Quoiqu'il en soit il est certain que le record d'audience télé sera battu le 23 avril à 20h ! Permettez-moi de vous soumettre à votre analyse de la semaine à venir cette interrogation (doublée d'un voeu utopique ! ): Des élections sans aucun sondage..... Les votes seraient sûrement différents et la démocratie y gagnerait. Non ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




13/08/2017 | Humeurs d'été: ces temps de coupes sombres

En chemin vers le rendez vous chaque été renouvelé du festival du Périgord Noir, empruntant les routes délicieuses et ombragées qui longent la rive droite de l'Isle, je goûte à l'émotion de ces villages traversés qui s'accrochent non sans mal à la vie. A ces images d'élevage de coteaux qui, hélas, se font de plus en plus rares tant il faut de courage à ces exploitants en difficulté pour maintenir une agriculture affrontée à la vive concurrence d'une autre agriculture à grande échelle. Une manière d'agro-industrie où les fonds de pension font souvent une entrée fracassante et n'ont pas de problèmes, eux, pour acquérir des terres sans espoir de succession. Et ne soucient guère de cette belle mission, non écrite mais si précieuse de gardienne des paysages, celle que notre agriculture de proximité assume encore, là où elle tient le coup économiquement. Et je pense à ces jeunes, rencontrés ces derniers mois et semaines, qui souvent venus d'ailleurs, font le choix audacieux mais résolu d'embrasser l'agriculture et, se faisant, de faire plus que produire, d'aller à la rencontre de la société, de ses attentes d'authenticité, de partage, et donc de multiples saveurs. Ils ne craignent pas de vous dire: " Je ne vais pas pouvoir me sortir un salaire avant deux ans mais je sais que j'y arriverai." Je pense à eux, à Laura et Clément par exemple et j'ai envie de pousser un grand coup de gueule.

Lire la suite