Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional




Arte Flamenco
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Présidentielle: Incertitudes au pluriel

Un mot un seul : incertitude. Jamais élection présidentielle, à trois semaines du premier tour, n'aura été envisagée avec autant d'incertitude. Les sondages le disent mais l'homme de la rue l'affirme avec un air de conviction. Roland Cayrol, vendredi soir, lors de son débat à Bordeaux avec Alexandra Siarri, sous l'égide des amis d'Aqui, faisait remarquer que l'observation actuelle des sondages ajoute à cette incertitude : qu'un candidat que les sondages donnent bon troisième aujourd'hui - François Fillon - regagne deux points supplémentaires après en avoir repris un et que le candidat situé en seconde position – Emmanuel Macron - mais qui occupe aussi la première place dans certains sondages devant Marine Le Pen, en perde deux et l'indécision grandit encore. Soyons certains, en tout cas, que pareille situation va entraîner un durcissement de la campagne actuelle comme les derniers propos du candidat de la droite à l'égard d' Emmanuel Macron le donnent à penser.

L'incertitude, aussi, est également totale à gauche, au vu des sondages qui installent Jean-Luc Mélenchon devant Benoît Hamon. Une évolution qui montre à quel point le paysage qui risque de sortir de cette élection pourrait être bouleversé, avec l'éventualité que les deux grands partis qui gouvernaient le pays depuis 1981 soit en totale alternance, soit en cohabitation, soient relégués en position subalterne. Et dans l'obligation de reconstruire leurs socles idéologiques pour espérer retrouver le pouvoir.

Ce qui se dessine à gauche est le plus spectaculaire : un PS qui pourrait se voir débordé, du moins à travers son candidat officiel sorti des primaires, par celui de la France Insoumise, porteur d'une ligne de gauche extrême qui romprait avec ce qu'il était convenu de nommer, depuis les années 80 et le tournant de 1982-83, la gauche de gouvernement. Et, là aussi, avec des incertitudes liées à l'itinéraire politique de figures du PS, sévèrement critiquées comme l'est par exemple Manuel Valls.

A droite une défaite, alors qu'à l'issue de la primaire les soutiens de François Fillon voyaient leur héraut déjà à l'Elysée, entraînerait bien plus qu'une excommunication de l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy : un grand déballage idéologique et probablement une radicalisation de la ligne d'un parti dont quelques uns des leaders les plus jeunes ne craindront pas de mettre le cap à droite toute, pour regagner les électeurs partis vers le Front National.

Quant à l'incertitude qui touche au niveau de participation des Français à cette élection elle n'a jamais été aussi grande. Nos concitoyens se décideront-ils au dernier moment, validant du même coup la primauté de l'élection présidentielle sur toutes les autres comme ce fût toujours le cas ou signifieront-ils leur lassitude face à un système politique qui, à leurs yeux, les représente de moins en moins ? Une forte abstention est d'autant plus à craindre qu'elle ne ferait qu'affecter la légitimité du nouvel élu.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
63056
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick 86 | 03/04/2017

Quoiqu'il en soit il est certain que le record d'audience télé sera battu le 23 avril à 20h ! Permettez-moi de vous soumettre à votre analyse de la semaine à venir cette interrogation (doublée d'un voeu utopique ! ): Des élections sans aucun sondage..... Les votes seraient sûrement différents et la démocratie y gagnerait. Non ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires