Le Fil d'Aqui

18/12/17 : La Rochelle accueille son premier bus entièrement électrique. Il circulera les deux prochaines semaines sur la ligne Illico4, tranversant le centre historique de la ville. Ce bus silencieux et non polluant a été conçu dans les Deux-Sèvres par Heuliez

18/12/17 : L'assemblée régionale a adopté à l'unanimité ce 18 décembre la convention quinquennale ( 2018-2022) qui lie la Nouvelle Aquitaine et les Centres de Formation d'Apprentis.

18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.


- Multivote -


- Publicité -
  • 18/12/17 | Conseil régional: budget 2018 voté sur fond de grogne sociale

    Lire

    Malgré les votes "contre" des élus du Modem, UDI, LR et FN, le Conseil régional, réuni en plénière ce 18 décembre a voté son budget primitif pour 2018. "Rigoureux mais pas de rigueur", selon les termes d'Alain Rousset, il garde un niveau équivalent au BP 2017, soit 3,1 Mds€. Une plénière qui a été marquée par les manifestations de nombreux agents de la collectivité dans et hors l'Hôtel de Région, au regard d'une série de mesures votées par les élus ce même jour, sur l'harmonisation des régimes indemnitaires, des temps de travail et de la protection sociale.

  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Primaires: les petites leçons d'un vrai faux débat

France 2 est contente : le premier débat des primaires socialistes a connu un vrai succès d'audience. Faut-il s'en étonner et quelle leçon en tirer ? Si les téléspectateurs ont tenu le choc dans la durée c'est qu'à l'évidence ils attendaient d'en savoir plus sur les projets du PS pour la présidentielle de 2012, mais aussi sur la manière dont les six candidats, sur la ligne de départ, allaient cohabiter le temps de l'émission. Sur leur personnalité aussi, celle qui se dessine deux heures durant et pas seulement le temps d'un interview vite ficelé.

A cet égard, l'observatoire télévisuel a permis de bien distinguer les tempéraments, le jeu des ambitions présentes et à venir.

Considérons par exemple le propos du maire d'Evry, Manuel Valls : vif, direct, débarrassé de la gangue techno et répétant, sans se lasser, son exigence de vérité, et déjà dans la peau du candidat de 2017. A côté, Arnaud Montebourg, une figure comme lui de la jeune génération du PS, plus intello, orateur aux accents mitterrandiens quand il évoque la finance internationale et attendant le jour où il pourra mettre la main sur le PS. Et puis Ségolène Royal, indestructible, ne se rendant jamais, prête à mordre et contenant l'ennui que les paroles  de ses camarades lui procurent, tout en pensant, déjà, qu'elle doit être là pour négocier, demain, son ralliement au prix fort. Martine Aubry, c'est l'ambition qui grandit à chaque minute, elle que l'on disait ne point vouloir « y aller », parlant devant les autres en patronne qui bosse ses dossiers, se dit « prête » et dont on comprend que si elle devait entrer à l'Elysée tout le monde devrait bien se tenir. François  Hollande qui s'y croit peut être un peu vite semble content de lui, c'est à dire du choix qu'il a fait de s'engager au mépris du qu'en dira-t-on ; il surfe avec humour sur les piques de sa rivale directe mais n'est vraiment capable de s'emporter que pour défendre, face aux questions des journalistes, son projet éducatif avec des accents convaincus... Oublier de citer Jean-Michel Baylet reviendrait à ignorer ce que les radicaux socialistes ont apporté à la gauche: la Dépêche du midi et l'accent de la ville rose. Que nos lecteurs veuillent bien excuser ce rappel mais Robert Fabre, le radical de gauche à la droite de François Mitterrand sur une tribune, avec Georges Marchais à sa gauche, c'était déjà un spectacle... 

Au-delà de ces tempéraments, de ce que l'on a discerné des caractères et des ambitions, il y eût l'affirmation de différences, avec assez de respect mutuel et d'explications, pour que le pari de France 2 tienne la route. Nous étions spectateurs d'une véritable émission politique, certes un peu longue, mais à laquelle les Français, que l'on disait blasés, ont pris de l'intérêt. Preuve, en tout cas, qu'il existe un désir d'alternance mais pas n'importe lequel.

Retenons, que la réforme fiscale serait la pierre angulaire d'un président de gauche mais qu'elle ne sera pas suffisante pour relancer l'emploi dans un pays qui en manque tant. Il faudra mobiliser de nouveaux moyens en recherche, innovation, soutien aux PME... et entreprendre cela avec l'héritage, accumulé depuis trente ans, pendant lesquels le pays s'est endetté sans compter. Au moins a-t-on compris que ni Martine Aubry, ni François Hollande, s'ils devaient succéder à Nicolas Sarkozy, n'ignoreraient leur rendez vous avec le réel. Ce n'est sûrement pas enthousiasmant mais cela a le mérite de la franchise. Les promesses seront plus que jamais difficiles à tenir.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
241
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires