Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.




- Publicité -
  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

  • 17/10/18 | Les Foulées littéraires sportives

    Lire

    La 8ème édition des Foulées Littéraires auront lieu les 23 et 24 novembre au Pôle culturel et sportif du Bois Fleuri à Lormont avec pour thème "sport et humour". Vincent Clerc, ancien rugbyman, et Michel Iuttria, dessinateur de presse, en seront les invités d’honneur. Dès le 13 novembre le public pourra découvrir une grande rétrospective consacré à l’oeuvre de Michel Iturria et tout au long du Salon de nombreuses animations et temps forts sont attendus. Entrée gratuite.

  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Quand BNP Paris rembourse ses dettes, l'Etat gagne moins qu'il ne l'annonçait...

Perdre autant d'argent quand les caisses sont vides et que le déficit public est devenu abyssal est-ce acceptable ? C'est pourtant ce que l'Etat s'autorise et dont on ne prend conscience que depuis quelques jours.

Depuis, précisément, que la BNP, juste devancée par le Crédit mutuel-Cic, vient d’annoncer, quasi triomphalement, qu’elle remboursait le prêt que l’Etat lui avait consenti: 5,1 milliard d’euros.
La ministre de l’Economie, Christine Lagarde s’en réjouit, en faisant remarquer que ce même Etat empocherait des intérêts, de l’ordre de 1,4 milliard. Mais ce qu’elle ne dit pas, ou plus exactement ce qu’elle escamote, c’est le manque à gagner considérable dont l’Etat s’est privé. De l’ordre de 6 milliards d’euros, selon le président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, Didier Migaud.
En effet, quand le choix a été fait de prêter de l’argent aux banques, l’Etat a souscrit des actions dont le prix était fixé d’avance; des actions de « préférence » au prix de 27 euros pour BNP Paribas, dans un contexte général de baisse; aujourd’hui l’action de BNP Paribas atteint quelques 55 euros, à un moment où les banques engrangent des bénéfices élevés: plus de trois milliards, par exemple pour BNP, au premier semestre. Ces mêmes banques qui ne craignent pas de procéder à des augmentations de capital pour accélérer leurs remboursements, plutôt que d’avoir à payer des intérêts supplémentaires. Convenons donc, à tout le moins, que l’Etat est un mauvais prêteur, lui qui, criblé de dettes, a renoncé à empocher des plus values importantes.
La ministre peut toujours se féliciter que l’Etat n’ait pas voulu spéculer; devait-il pour autant renoncer à toucher, toute ou partie, des possibles dividendes de ses aides empressées?
La question n’est sans doute pas politiquement correcte, mais il était nécessaire de la poser avec vigueur, alors qu’il ne fait aucun doute que ces aides contribuent, maintenant, aux excellents résultats des banques. Faut-il rappeler, d’ailleurs, que certainesd'entre elles n’avaient montré aucun empressement à ce qu’on les secoure ? Alors, au moins, ne laissons pas croire aux citoyens que ces quelques milliards prêtés pour « sauver le système » vont, comme on l’affirmait, bien rapidement,il y a moins d’un an, beaucoup rapporter à l’Etat. Faute d’avoir imaginé des contreparties suffisantes, celui-ci a perdu une occasion de permettre aux banques de participer, vraiment, au redressement des finances publiques dont l’état est tout simplement catastrophique. On objectera que ce n’est pas là leur mission mais à circonstances exceptionnelles solidarité indispensable...

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
503
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
François Biénabe | 05/10/2009

Bonjour cher ami, Votre éditorial est pour moi l'occasion de reprendre contact après les excellentes relations que nous avions il y a certainement plus de quinze ans.
Depuis la mort de Pierre Cherruau, je n'ai plus de relations avec Sud-Ouest sauf par mon fils et sa chronique d'échec du dimanche.
Je vois de temps en temps Grandmaison.

Revenons à l'éditorial.

Le problème est de savoir si vous auriez souscrit à ces actions de préférence lorsqu'elles ont été émises, en pleine déroute bancaire.
Je trouve sage, très sage même, que l'Etat ait renoncé simultanément aux plus-values et aux moins-values. Il restait le risque de ruine totale et pour couvrir ce risque, je crois me souvenir que le dividende que rapportaient ces actions était si peu négligeable que les banques se dépèchent de les rembourser.
Mais bien entendu, lorsque la messe est dite ..
De même, l'Etat a été sage, très sage même de renoncer à son droit de vote car la banque aurait alors été incapable de résister aux pressions politiques les plus diverses.
Ce sont des sujets que j'ai bien connus.
Amicalement.
François Biénabe.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite