Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Quand les Français se retiennent d'acheter

Une foire internationale comme celle de Bordeaux est traditionnellement une occasion privilégiée de prendre le pouls de l'économie. De prendre la température de la consommation à la faveur de l'empressement du chaland à faire quelques achats qui le changent du tout venant. Est-ce un effet justement du mauvais temps qui a sévi cette troisième semaine de mai ? Ou plus probablement la conséquence du climat général dans le pays ?...

Malgré une fréquentation qui dans l'ensemble a été satisfaisante les visiteurs du millésime 2013 n'ont pas fait de folies. Des achats certes, mais modestes, confirmant la tendance générale observée dans le pays au cœur de ce vrai-faux printemps: les français se retiennent de consommer au-delà de ce qui leur est nécessaire. Les chiffres de l'épargne progressent et il est significatif que les dépôts sur le livret A augmentent malgré la baisse du taux de rémunération aujourd'hui ramené à 1, 75%

Comment renverser cette tendance qui est, en partie, la cause de la récession dans laquelle le pays est en train de s'installer ? La réponse classique, du temps où on raisonnait à coups de dévaluations, consistait à faire un peu de relance pour raviver la consommation. Autre temps, depuis que l'Europe, en réalité les gouvernements successifs qui la pilotent, a inventé le système monétaire commun et choisi l'euro, une monnaie devenue trop forte, dans un contexte mondial où l'Amérique joue avec le dollar quand ça l'arrange tandis que la Chine sous-évalue sa monnaie. Et, comme la discipline budgétaire est devenue la règle à respecter, coûte que coûte, les solutions d'hier, ou plutôt d'avant hier, sont obsolètes. Reste donc un mot clé comme alternative : la confiance.

Il y a belle lurette que nous savons qu'elle ne se décrète pas mais se conquiert par la façon dont le pays est gouverné, se sent gouverné, par les mots et le gestes qu'on lui adresse. Et, là, l'équipe au pouvoir a beaucoup à faire pour être crue. Songeons au débat récent, initié par Laurent Fabius, ancien premier ministre et ministre des affaires étrangères, touchant à la crédibilité de son homologue de Bercy, Pierre Moscovici. François Hollande ne pourra pas, indéfiniment, laisser ces bisbilles plomber un peu plus le climat général. Les français ont compris que le cap de la rigueur serait maintenu et que le président ne varierait pas. Et comme ils ont également compris qu'il serait quasiment impuissant à résoudre la question qui les taraude, celle du chômage, ce que rappelait dans Aqui ! il y a quelques jours le politologue Roland Cayrol, ils lui font payer très cher son impossible slogan de campagne... Le changement ce ne sera pas pour maintenant.

Que reste-t-il donc pour que la consommation redonne un peu de souffle à l'économie française ?

D'abord réaffirmer que la potion d'aujourd'hui ne sera pas renouvelée demain, c'est à dire dès la prochaine loi de Finances, et que les économies à trouver le seront dans les arcanes de l'Etat qui doit faire beaucoup plus qu'il ne fait.

Ensuite mettre à plat le dispositif administratif du pays, en nous proposant une loi de décentralisation qui oxygène notre démocratie, génère des économies et soit comprise par le citoyen... et là tout ou presque reste à faire, tant le découpage en trois phases du projet Lebranchu est compliqué.

Enfin et cela n'est pas du ressort des gouvernants mais du domaine de ce qu'il faut bien appeler la conscience collective d'un peuple, certes face à un moment difficile de son histoire...mais qui peut être surmonté. Et cela porte un nom, la solidarité : solidarité de ceux dont le pouvoir d'achat est à l'abri des contraintes du marché, des aléas de l'entreprise, solidarité des dirigeants dont les sociétés distribuent des bonus insensés au sein même de groupes souvent peu sourcilleux sur l'information qu'ils doivent à leurs salariés, solidarité individuelle, celle de chacun d'entre nous, qui réalisant que son pouvoir d'achat ne s'est pas quand même pas effondré consente à sortir d'une attitude où l'irrationnel prédomine. Serait-ce un geste de solidarité de décider que cette vieille berline prête à rendre l'âme peut être remplacée dans des conditions d'achat très avantageuses par une Renault ou une Peugeot ? Sans doute.. Bien sûr, dans un pays qui compte quatre millions de demandeurs d'emplois et dont huit millions vivent sous le seuil de la pauvreté, pareille affirmation peut surprendre. Mais les autres, beaucoup d'autres qui de façon excessive vivent au ralenti ?
La peur du lendemain n'est pas une assurance tous risques et encore moins une garantie pour l'avenir.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
724
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires