Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.




- Publicité -
  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

  • 16/10/18 | L'autoroute Poitiers Limoges à l'étude

    Lire

    Le Préfet de Nouvelle-Aquitaine, a présidé lundi à Limoges le 1er comité de pilotage de l'étude de faisabilité de mise en concession autoroutière de la liaison Poitiers Limoges en présence des préfets de la Vienne et Haute-Vienne, des parlementaires, des élus des collectivités concernées dont les Départements et des présidents des chambres consulaires. Plusieurs tracés seront étudiés et analysés à partir de différents critères socio-économiques, ainsi qu'un éventuel barreau reliant le fuseau Poitiers Limoges à l’A20. Prochaines dates: février 2019 pour un point d’avancement, puis juillet 2019 pour les conclusions de l’étude.

  • 16/10/18 | 3ème édition du Linkteens à Libourne

    Lire

    L’association LINK, qui propose chaque année des évènements gratuits sur la culture numérique, propose le 20 octobre prochain le LINKTEENS. A destination des 15/25 ans, ils pourront découvrir des informations sur les formations, les nouveaux métiers mais aussi toutes les possibilités qu’offre la programmation au travers d’ateliers ludiques comme la fabrication d’un petit robot. Des minis conférences sont également organisées sur les questions des enjeux de l’Intelligence Artificielle. Rdv à l’Espace Jeunes de 10h à 18h.

  • 16/10/18 | Festival de la BD d'Angoulême : changement de critères du Prix Goscinny

    Lire

    Depuis deux ans, le prix Goscinny récompense un jeune scénariste pour un album paru dans l’année, ou à un scénariste confirmé pour sa contribution à un album en particulier. En 2018, Jean Harambat avait obtenu le prix pour son album Opération Copperhead (Dargaud, 2017). Pour l'édition 2019, l'institut Goscinny et le FIBD changent la donne ; il pourra désormais également récompenser un scénariste pour l'ensemble de son oeuvre. Le nom du lauréat 2019 sera annoncé le mardi 20 novembre à Paris.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Quand Nicolas Sarkozy s'obstine à ne pas bouger

La réforme des retraites n'est pas seulement cet enjeu de société que le pouvoir ne cesse de rappeler. Il est un enjeu politique personnel de la plus haute importance pour Nicolas Sarkozy lui-même.

Certes, mais dans l'histoire de la V° République des précédents existent où les présidents ont dû renoncer face à la contestation sociale et populaire. Légitimité populaire de la rue contre légitimité populaire issue des urnes ? Vieux débat franco-français...
Souvenons-nous de la bataille idéologique qui, jetant dans la rue des millions de personnes contre le projet de réforme de l'école et l'alignement de l'école privée sur l'école publique, avait contraint François Mitterrand, contre sa majorité parlementaire, à renoncer.
Souvenons-nous de la réforme Devaquet de l'Enseignement Supérieur que Jacques Chirac dut retirer en période de cohabitation en 1986, de la réforme des régimes spéciaux de retraites qu'Alain Juppé, sous la première présidence Chirac, abandonna en 1995, du CPE, le fameux Contrat Première Embauche auquel Dominique de Villepin s'accrochait, avant que Jacques Chirac ne siffle la fin de partie en 2006.
Ce qui fut donc possible à plusieurs reprises sous la Cinquième République ne le serait plus en cet automne 2010, au prétexte qu'il y a urgence à « sauver notre système de retraite par répartition » ? Certainement pas, et encore moins maintenant que l'opposition en la personne deMartine Aubry, jouant enfin dans le registre responsable, a suggéré que le Sénat qui a déjà pratiquement bouclé ses travaux les suspendent, allantmême jusqu'à promettre de soutenir une nouvelle négociation...
A cela, il existe une objection majeure pour un Nicolas Sarkozy au plus bas de la considération populaire.Celle du crédit ; il en a déjà beaucoup perdu, au fil des ces trois annéeset demi passées à l'Elysée. Et, circonstance nouvelle et aggravante par rapport à ses prédécesseurs dans l'Histoire de la V°, il a imposé un nouvel usage de la Constitution, s'occupant de tout et à tout instant, dans une hâte que le quinquennat ne fait qu'accentuer, sans chercher à protéger la fonction présidentielle.
Avouer un échec qui le dévaluerait davantage encore, tant aux yeux des siens que de l'étranger lui est insupportable. Et sans doute inimaginable dans la perspective de 2012. N'oublions pas, en outre, qu'il doit assumer, très prochainement, la présidence du G20 et qu'il a l'ambition d'y jouer un rôle, ce qui semble, déjà, en soi plus qu'improbable quand on considère le cynisme parfait de la Chine et l'autisme des Etats-Unis, très occupés à remettre en route leur économie.
L'homme de l'Elysée va donc jouer son va-tout, fouettant les humeurs de certains dans sa majorité, et poursuivant sa réforme à marche forcée, avec l'ambition de prendre de vitesse toute tentative de radicalisation de la contestation actuelle. Sitôt celle-ci votée à l'assemblée, il tentera de changer de terrain et d'imposer une nouvelle donne, nouveau gouvernement à la clé, dans la fenêtre des vacances de Toussaint. Le scénario est écrit ; qu'est-ce qui pourrait l'interrompre ?
La poursuite des manifestations sous leur forme habituelle ? Celles-ci confirment l'impopularité d'un texte dont François Chéréque rappelait, simplement, ce samedi que le jeune ouvrier qui avait commencé à travailler à 18 ans devrait cotiser pendant quarante quatre ans pour atteindre l'âge légal alors que l'entrée de nombre de jeunes dans la vie active ne commence guère qu'à 25. La marge de manœuvre du parlement est désormais quasiment nulle pour apaiser la fronde syndicale dont il est quand même significatif que le leader de la CFDT, d'ordinaire porté au compromis, peste contre l'absence d'une vraie négociation.
L'arrivée en plus grand nombre des jeunes, justement, dans les manifestations? Sans doute et jusqu'ici les étudiants en période de rentrée universitaire ne sont pas entrés dans la contestation.
Les blocages de type corporatiste, émanant des routiers notamment ? Ils font peur mais ce pouvoir ne lésinera pas sur les moyens pour rétablir l'ordre.
L'usure de la contestation sociale est toujours espérée par l'Elysée qui se moque bien de l'autre contestation, politique celle-là. Seul un drame, et c'est terrible à rappeler, pourrait comme ce fut le cas en 1986 avec la mort d'une jeune, contraindre l'exécutif à bouger.
Cette France de l'automne 2010 entre générosité et autisme nous fait peur.

Joël Aubert

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
148
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite