Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.




- Publicité -
  • 23/10/18 | Ford Blanquefort : le plan de Punch présenté

    Lire

    Des responsables de la société Punch ont été reçus ce mardi à Bordeaux à l'occasion d'une présentation officielle de leur projet de reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Didier Lallemand, préfet de région, a souligné à la sortie "disposer d'une base qui paraît solide, il reste encore une négociation à avoir sur certains éléments sociaux. Le PSE serait une catastrophe. Il y a une reprise sérieuse, qui est financée, ce serait une trahison si demain Ford quittait la région sur de mauvaises raisons". De leurs côtés, les syndicats CGT, FO et CFTC appellent les salariés de l'usine à une manifestation jeudi 25 octobre à Bordeaux.

  • 23/10/18 | Girondins de Bordeaux : la vente repoussée.

    Lire

    La finalisation de la vente du club des Girondins de Bordeaux (entre M6 et GACP, qui devait avoir lieu ce matin dans un cabinet d'avocats parisiens, a été repoussée de quinze jours. Officiellement, un "retard de mise à disposition des fonds" a été évoqué. Pour le président du club, Stéphane Martin, c'est un problème "administratif". Cela confirme en tout cas les difficultés de GACP a réunir les 75 millions d'euros nécessaires. Ces derniers devraient cependant être débloqués dans la semaine. L'annonce d'un nouveau président, elle, devrait suivre.

  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Quand une maman perd son bébé sur le bord d'une autoroute dans le Lot...

Une jeune maman en route vers une lointaine maternité perd son enfant prématuré sur le bord de l’autoroute A20, non loin du fief politique du président de la République, et voici que la France crie au scandale. Et que tombe l’oracle élyséen : « aucun français ne doit se situer à plus de 30 minutes de soins d’urgence ». Ainsi vont les hommes politiques : ils réagissent, eux aussi, dans l’urgence parce que l’émotion est là et qu’ils ne sauraient s’exonérer d’y répondre dans cette société de l’instant. Soins d’urgence ? Comme si une politique de soins ne devait pas être d'abord pensée, aménagée, vers une proximité efficace qui mette en jeu les compétences et rassure une population qui se sent souvent délaissée ou dépassée par les protocoles imaginés pour des raisons budgétaires et humaines.

Car, aussi pénible soit-elle, la perte de ce bébé sur une route du Lot ne doit pas masquer une réalité plus globale : celle des inégalités d’accès aux soins dans notre pays. Lors d’un colloque qui s’est tenu, il y a un an, à l’initiative de la région Aquitaine, le professeur et géographe de Montpellier Emmanuel Vigneron affirmait : «  Jamais dans notre pays on a eu une aussi grande inégalité des états de santé entre différentes parties du territoire » Et de citer des lieux, près de chez nous, où les taux de décès prématurés pouvaient être de 20% supérieurs à la moyenne nationale. Dans ce constat, est-il besoin de souligner à quel point les territoires ruraux sont souvent les plus exposés? Par exemple, en Aquitaine, la situation du Lot-et-Garonne est fréquemment évoquée comme caractéristique de ce qu’il est convenu d’appeler « désertification médicale "; elle recouvre d'ailleurs des réalités différentes. Les patients y sont souvent loins du premier médecin généraliste accessible mais, plus encore, du spécialiste qui, lui-même très sollicité, ne pourra satisfaire sa demande de rendez vous avant plusieurs mois. L'actuel ministre du budget, Jérôme Cahuzac, maire de Villeneuve-sur-Lot, n'hésitait pas à tirer la sonnette d'alarme en mars dernier. Encore faut-il rappeler que dans ce département 110 des 277 médecins généralistes ont plus de soixante ans. Du même coup, les pouvoirs publics, à commencer par le Conseil général, en liaison avec l'Agence Régionale de Santé, tentent de convaincre, à l'aide d'incitations au logement ou d'aides aux transports, de jeunes internes en milieu hospitalier de s'installer en milieu rural ...

Les efforts entrepris pour définir des Plans régionaux de santé ne sont d'ailleurs pas négligeables mais il reste énormément à faire pour corriger les inégalités, en se posant la question du respect de la personne et de l'efficacité des "soins primaires". Et, ceci, à un moment où les plus jeunes des médecins s'éloignent psychlogiquement de la ligne défendue par leus ainés, en faveur du maintien de la médecine libérale. Et ne rechignent plus face à la perspective du salariat. Ils peuvent y être encouragés, d'ailleurs, par des situtations aberrantes où certains médecins libéraux dont les cabinets ne désemplissent pas s'obligent à ne pas travailler pour ne pas devoir se justifier auprès de l'Assurance maladie. Ubu au pouvoir.... De fait, un concept nouveau voit les jours en milieu rural, celui de Maison de Santé pluridiscplinaire.

En tout cas, l'équilibre d'une politique de santé publique ne doit pas s'attacher qu'à la question de l'urgence. Certes, trop de maternités et d'hôpitaux de proximité, ont été rayés de la carte, souvent au prétexte bien commode des risques encourus et d'un nombre d'actes insuffisants, alors que la contrainte essentielle était budgétaire. Mais, plus largement, c'est bien l'ensemble de la politique de soins, qui doit être regardée et évaluée avec la plus grande exigeance démocratique. Et, ceci, au plus près des citoyens. On pense, ici, à la solitude du patient, et pas seulement en milieu rural, lorsque face à la maladie ou l'angoisse de la maladie il actionne le 15 et tombe sur le Samu. Dans une société vieillissante la personne âgée, souvent seule, et que la perspective d'une hospitalisation rebute, se sent en situation d'infériorité. S'est on vraiment interrogé à ce sujet? Travaille-t-on, en liaison avec les médecins, à trouver des réponses plus humaines, c'est à dire plus proches?

Le chantier est important et, pour le coup, urgent. Dans une société qui entre en crise et dont les plus démunis font souvent le choix de ne plus se soigner il est, d'un point de vue moral, tout à fait prioritaire.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
797
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jacque Faine | 21/10/2012

Fédération d'associations régionales et locales, vouées au développement et à l'animation socio culturelle des territoires ruraux, la Fédération nationale "MON VILLAGE, DEMAIN..." a fait, lors de sa création en novembre 2006, le choix délibéré et symbolique d'établir son siège social national dans un chef-lieu de canton rural du Tarn-et-Garonne, Caylus, aux confins du Rouergue et du Quercy.

Dès lors, ses responsables ont-ils reçu avec une particulière émotion l'annonce du tragique événement que constitue la mort d'un nouveau-né, décédé à bord du véhicule, qui, suite à la suppression de la maternité de Figeac, en Quercy lotois, devait conduire sa mère à la maternité de Brive, en Corrèze.

S'associant pleinement à la démarche du président de la Région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, élu figeacois et président national des élus de petites villes de France, réclamant l'ouverture d'une enquête sur les origines de ce tragique fait divers, la Fédération nationale "MON VILLAGE, DEMAIN..." souhaite également qu'une telle enquête soit rapidement conduite à cet égard.

"MON VILLAGE, DEMAIN..." rappelle, en outre, que, rendant compte en mars dernier des résultats d'une enquête diligentée par ses soins sur les priorités à retenir par les candidats aux élections présidentielles, concernant les territoires ruraux, figurait au premier chef le problème de la Santé et de la présence médicale dans ces territoires.

La Fédération souligne, enfin, que, co-signataire en juin, avec une quinzaine d'autres structures nationales, d'un appel à la désignation, au sein du gouvernement, d'un ministre chargé de la Ruralité, au même titre que ce qui a été concrétisé pour la Ville, elle n'a, à ce jour, enregistré aucune réponse de nature à lui donner satisfaction.



Jacques Faine - Mon village demain

Solange MENIVAL | 21/10/2012

En effet, il est temps de repenser l'organisation des soins, en se fixant pour objectif de répondre aux besoins de la population. Nous sommes au bout d'une logique de régulation à la baisse, par le financement, par la démographie, par l'offre. Cette logique n'a pas pris en compte que nous sommes non seulement inégaux face à la maladie, mais inégaux devant un système trop complexe, pour beaucoup trop éloigné et pour d'autres trop cher. La proximité est d'abord dans l'écoute qui permet le bon repère. Ensuite elle est dans un système qui maille le territoire. Ce maillage, il est avant tout dans une organisation qui identifie les besoins et qui s'organise pour garder le contact, répondre aux questions, soigner, orienter, coordonner. On l'appelle le parcours de soin. Le bon soin, au bon endroit devrait être la règle.
A défaut, il faut nous préparer à avoir toujours plus d'urgences. Alors, la volonté du Président François Hollande de garantir à chaque citoyen un point d'urgence, à moins de 30 minutes, est la bienvenue. Mais quelque part, ne signe t'elle pas une forme d'échec du système ? L'échec des réformes successives qui ont fait régresser la couverture territoriale. On peut comprendre que les structures de pointes ne se situent pas à proximité, on ne peut pas tolérer qu'un couple se retrouve seul sur une route et perde son bébé. Pour réduire les inégalités territoriales, sociales,
c'est bien l'organisation du système de soins de santé primaires qui doit être repensée. Elle doit permettre l'accès, la continuité, la coordination des soins, dans une approche globale de la personne, prise dans son environnement familial, social, économique, culturel et territorial.
Solange MENIVAL
solange-menival.fr

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite