Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.




- Publicité -
  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes Pyrénées, des Landes et des Pyrénées Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

  • 20/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques, plusieurs mesures sont mises en œuvre à destination des agriculteurs: ouverture des démarches de reconnaissance de calamité agricole et catastrophe naturelle, numéro vert pour permettre aux agriculteurs en grande difficulté de se faire connaître (0 800 620 069), évaluation des sinistres auprès des 7 500 éleveurs du département et des organismes de défense des signes officiels de qualité, ou encore organisation de missions d’enquête pour établir et reconnaître les sinistres. Infos : www.pa.chambagri.fr

  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Région-département : Les Girondins ne veulent pas périr sur l'échafaud

Le 7 février le conseil général à majorité socialiste du plus grand département de France, la Gironde, réuni en séance extraordinaire, votait une motion réaffirmant solennellement le rôle de proximité irremplaçable de la collectivité , ce 12 février le Conseil régional d'Aquitaine avec à ses côtés le Conseil Economique et social régional tenait les Etats Généraux du fait régional: les Girondins inquiets des projets que l'on prête à l'Etat central montent au créneau.

Certes ils entendent, ainsi, contribuer à nourrir le débat qui sortira des propositions de la commission Balladur mais, face aux risques de bouleversement qui s’annoncent, ils sont sur la défensive et déroulent leurs arguments.
Alain Rousset à la tête de l’Aquitaine mais aussi de l’Association des Régionsde France ne craint pas le sort funeste de quelques illustres devanciers des temps révolutionnaires, quand il raille les propos de tel élu UMP annonçant un bing bangdans l’organisation territoriale. « Ce ne sera pas le bing bang mais le chaos, l’usine à gaz si jamais on doit aller vers cette absorption fusion entre département et région. » Et d’énumérer les incohérences d’un Etat qui se défausse de plus en plus de ses responsabilités vers les collectivités avec aplomb. Que seraient les mille opérations du fameux plan de relance si les collectivités n’y contribuaient pas ? En réalité, pour le président des régions de France le pouvoir n’a qu’une idée en tête : se venger de sa large défaite aux élections régionales de 2004, avant cellesprévues en 2010.
Sur un registre moins directement politique le président de l’Assemblée des socio-professionnels, le CESR, Luc Paboeuf n’est pas moins critique. Il pointe le risque d’un défaut de démocratie. Il est vrai que sur le mode du Conseil Economique et Social national, les CESR voulus par les lois de décentralisation pour débattre, proposer, et ceci à côté des Conseils régionaux, contribuent à l’équilibre des décisions prises. Une démarche originale et d’essence démocratique, puisque y sont notamment représentés le patronat, les syndicats, les associations. « Nous sommes l’assemblée du premier mot » comme n’a pas manquéde le souligner Luc Paboeuf, lors de ces Etats généraux animés par notre confrère Christophe Hondelatte. Beaucoup sont venus y témoigner de la place importante de la Région, en particulier en matière d’innovation et d’accompagnement au développement économique. Entre autres, le chef d’entreprise Alain Ricros fondateur d’I2S, Didier Roux, directeur de la Recherche et développement et de l’innovation du groupe Saint-Gobain.
Alors face à ce consensus, dans une Europe où partout le fait régional s’impose, ce qu’est venu confirmer Jean-Charles Leygues de la Commission de Bruxelles, pourquoi tant d’inquiétudes ? Parce que le travail de la Commission Balladur avant même d’être présenté est obéré par certaines déclarations fracassantes, l’annonce de la fusion département-région qui serait assorti de la création d’un conseiller territorial à double casquette et d’une nouvelle loi électorale qui serait déjà prête et bien plus favorable à la majorité actuelle.
Les Girondins fourbissent donc leurs armes et n’entendent pas périr sur l’échafaud. La bataille politique promet d’être rude, y compris au parlement et singulièrement au Sénat où on n’acceptera pas sans broncher la remise en question du département. Quant à la Région… il est possible qu’elle fasse appel aux citoyens.

Joël Aubert
Partager sur Facebook
Vu par vous
289
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Xavier | 11/03/2009

Eh oh, le millefeuille administratif de l'organisation territoriale française, il a bon dos !(Si j'osais, je dirais que c'est la tarte à la crème du moment...) Une récente analyse de l'institut Thomas More révèle que sur 12 pays européens, la majorité ont 3 échelons d'administration et que la plupart ne marchent pas si mal, voire sont très performants aux yeux des citoyens et des administrés. Il vaudrait mieux définir clairement les compétences des uns et des autres, déterminer qui est le chef de file véritable pour tel ou tel domaine (économie, social, gestion de l'espace, culture, éducation, formation, transports, etc etc) et donner aux collectivités les moyens (financiers) nécessaires pour assumer leurs compétences repsectives !
Ah oui, j'oubliais... avec plus de 36000 communes la France dénombre 40 % des collectivités locales européennes. Il faudrait bien faire confiance à l'intercommunalité et lui donner la chance -le temps - de poursuivre son mouvement d'intégration communale : Paris ne s'est pas fait en un jour, non ?

Amitiés à la rédaction d'Aqui! et bravo pour la ligne éditoriale, aiguisée, vivante et un rien impertinente

Xavier

joël aubert | 12/03/2009

Merci à vous lecteurs qui n'êtes pas tout à fait sur la même longueur d'ondes mais qui contribuez à l'enrichissement d'un débat essentiel pour l'organisation du pays; il faudrait d'ailleurs sur pareille question que l'on soit capable de dépasser les clivages car nous touchons là au coeur de notre démocratie et la France a bien de la chance de disposer, en ces temps de crise, d'un tissu communal qui enracine le citoyen .

Trento | 16/02/2009

S'il apparaît clairement que la démarche du gouvernement n'est pas exempte de calculs électoraux, il est aussi indéniable que notre démocratie représentative avec ses multiples couches n'est pas exempte de reproches ni de coûts de fonctionnement excessifs.
Chaque structure nouvelle (syndicats intercommunaux, intercommunalité, pays ...) recrute, achète des études, met en place des plans de communication, et se doit "d'agir" pour justifier sa fonction... Le citoyen est il pour autant mieux représenté, sa parole est elle vraiment mieux prise en compte ?
Je ne crois pas. Il serait préférable de créer des comités de réflexion et de controle où pourraient sièger les citoyens et réduire le nombre de strates politiques en décentralisant les services au plus près de la population. Intercommunalité, Canton, Région pourraient être la base avec la possibilité pour les acteurs politiques et privés de se regrouper autour de projets et ainsi de bénéficier de financement croisés en fonction du projet et non d'un découpage administratif et politique ...
Un citoyen girondin.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




28/04/2018 | Relever le défi de l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs

C'est l'un défis majeurs de l'aménagement du territoire dans une région comme la Nouvelle Aquitaine, et peut être le premier de tous, pour lutter contre la désertification rurale: la transmission des exploitations agricoles et l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs. Il est possible de le relever, malgré une tendance à l'augmentation de la cessation d'activité. Et une démographie des chefs d'exploitation qui, à priori, n'est pas favorable, deux tiers ayant plus de cinquante cinq ans dans la grande région. Oui, ce défi semble d'autant plus soutenable qu'entre la prise de conscience des organisations professionnelles, des élus de terrain, des habitants du monde rural, des aspirations grandissantes de ceux qui vivent en ville et cherchent à consommer des produits cultivés près de chez eux, et, surtout, de l'apparition d'une génération qui ne se destinait pas, à priori, à choisir le métier d'agriculteur dans les pas de leurs parents, ces « hors cadre familial », selon la terminologie en usage, une mobilisation se dessine, passionnante à observer, à accompagner. A soutenir. Ce n'est donc pas pas par hasard que ce défi de société sera au cœur d'une journée inédite, le 18 mai, lors du prochain Salon Régional de l'Agriculture. Et que notre site, Aqui.fr, en sera le co-organisateur après avoir, au fil des jours, publié une série de reportages auprès de ces jeunes qui s'installent. Et ne craignent pas de le faire, avec des idées nouvelles, un désir d'une autre vie et, souvent, le souci immédiat d'aller à la rencontre des consommateurs, de partager avec eux leur façon de travailler et la qualité de leurs productions.

Lire la suite