Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.




- Publicité -
  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

  • 16/10/18 | L'autoroute Poitiers Limoges à l'étude

    Lire

    Le Préfet de Nouvelle-Aquitaine, a présidé lundi à Limoges le 1er comité de pilotage de l'étude de faisabilité de mise en concession autoroutière de la liaison Poitiers Limoges en présence des préfets de la Vienne et Haute-Vienne, des parlementaires, des élus des collectivités concernées dont les Départements et des présidents des chambres consulaires. Plusieurs tracés seront étudiés et analysés à partir de différents critères socio-économiques, ainsi qu'un éventuel barreau reliant le fuseau Poitiers Limoges à l’A20. Prochaines dates: février 2019 pour un point d’avancement, puis juillet 2019 pour les conclusions de l’étude.

  • 16/10/18 | 3ème édition du Linkteens à Libourne

    Lire

    L’association LINK, qui propose chaque année des évènements gratuits sur la culture numérique, propose le 20 octobre prochain le LINKTEENS. A destination des 15/25 ans, ils pourront découvrir des informations sur les formations, les nouveaux métiers mais aussi toutes les possibilités qu’offre la programmation au travers d’ateliers ludiques comme la fabrication d’un petit robot. Des minis conférences sont également organisées sur les questions des enjeux de l’Intelligence Artificielle. Rdv à l’Espace Jeunes de 10h à 18h.

  • 16/10/18 | Festival de la BD d'Angoulême : changement de critères du Prix Goscinny

    Lire

    Depuis deux ans, le prix Goscinny récompense un jeune scénariste pour un album paru dans l’année, ou à un scénariste confirmé pour sa contribution à un album en particulier. En 2018, Jean Harambat avait obtenu le prix pour son album Opération Copperhead (Dargaud, 2017). Pour l'édition 2019, l'institut Goscinny et le FIBD changent la donne ; il pourra désormais également récompenser un scénariste pour l'ensemble de son oeuvre. Le nom du lauréat 2019 sera annoncé le mardi 20 novembre à Paris.

  • 16/10/18 | Les étudiants relèvent le « Defi Sang Limite »

    Lire

    Initié en 2004, le « Défi Sang Limite » revient à Bordeaux après 4 ans d’absence le 17 octobre. Il vise à mobiliser les étudiants en Médecine et en Pharmacie, et plus largement tous les étudiants du campus Carreire, pour recueillir un maximum de dons pour faire gagner sa ville. Objectif: 250 dons minimum. Pour accompagner ce mouvement, l’EFS proposera de nombreuses animations et faire de cette collecte un moment festif et convivial. Rdv à l’espace santé du campus Carreire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Rendez nous notre rugby!

Les Bleus ont perdu; la France pleure et Bernard Laporte doit bien reconnaître son échec. Seul TF1 a gagné la partie puisque la chaîne a battu son record d'audience. Et donc engrangé de superbes recettes de publicité. La morale du "rugby-TV" est donc sauve. Bon, tout cela n'est pas bien grave si l'on accepte de considérer que ce sport, que beaucoup ont "tant aimé", peut disparaître dans un ersatz de combat où les mots aux consonances guerrières traduisent le vide de l'inspiration, du génie de la passe, de la course. Pourvu que le président de la Fédération Française, Bernard Lapasset, ne se trompe pas en choisissant un nouvel entraîneur.

Oui, Monsieur le Président rendez-nous notre rugby! Un jeu ouvert, inspiré, où sans ignorer les évolutions, les joueurs français pourraient s'exprimer, prendre des initiatives, des risques, au lieu de s'enfermer dans un jeu stéréotypé, qui ne songe qu'à détruire et détruire encore. Où il n'est plus question que de "nettoyer", "découper", "défendre". Un rugby de gagne-petit, où les meilleurs de nos joueurs, les plus talentueux, s'abîment dans d'interminables épreuves de force, au lieu de chercher à contourner l'adversaire et à le déborder. Pour défendre nous défendons; d'ailleurs ne sommes nous pas allés chercher un Anglais, spécialiste de la question pour apprendre à défendre. Samedi, au Stade de France, nous avons donc jouéen quelque sorte " à l'anglaise", avec la malice en moins. Oublié le "french flair" que le monde entier nous enviait, cette capacité à percer, à relancer le jeu. Deux essais contre la Nouvelle Zélande, dont un généreusement accordé par l'arbitre, ont pu faire illusion, le temps de quelques rares minutes, à Cardiff. Mais il y avait eu l'Argentine et toutes ces balivernes sur la pression, l'émotion, et quelques lectures inopportunes.

Oui, Monsieur le Président rendez-nous notre rugby! Trouvez-nous un entraîneur créateur plutôt qu'aboyeur. Il en existe, même en France. Votre choix sera d'autant plus important que des milliers d'enfants découvrent le rugby, à la faveur de la Coupe du Monde. Rien ne serait plus navrant qu'ils ne retiennent de ce sport que le combat, l'affrontement;une manière d'exutoire à leur agressivité naturelle. Rendez nous la geste et les gestes du rugby. Il en est encore temps.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
166
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
TERS | 15/10/2007

Tout à fait d'accord avec l'excellent éditorial de M. Aubert, dont je partage les convictions sur le rugby. Mais osera-t-il me permettre d'ajouter que les Français ne sont pas seuls en tort. J'ai vu jouer de pâles Australiens, de décevants All Blacks (contre la France), des bûcherons du Canada, qui pratiquent un rugby aussi ennuyeux, comme les Anglais et leurs sempiternels coups de pîed . A qui la faute????

Véronique PUTZ | 15/10/2007

Que faisiez-vous, hier soir, à la veillée ? Vous regardiez la demi-finale de rugby ? Eh bien pas moi ! Enfin, du moins, pas en « prime time » comme l?on dit. Pour échapper à la chôse, il faut y mettre le la bonne volonté.
Comment assumer le fait que franchement, cela vous ennuie. Lorsque les collègues ne parlent que de cela et que vous, vous n?avez rien à dire sur le sujet.

C?est constant ou quasi constant. La moindre plaisanterie tourne autour du sujet. Le matin à peine réveillée, si vous montez dans le tram, vous pouvez être surprise de ne mesurer qu?un mètre soixante, face au mastodontes sérigraphiés. Ceci étant, cela donne aussi un vague sentiment de sécurité ces épaule énormes, ces dos musclés et vous pouvez vous prendre à rêver? d?Hommes. Mais le sujet n?est pas là, hélas.

Même chose si vous montez dans votre voiture. Si Ali Badou tient trois minutes sur le sujet, François Reischenmann, lui, peut insister lourdement. Et lourdement c?est parfois à chaque fois que la musique s?arrête !
Ensuite vous marchez un peu dans la ville, pour regagner votre bureau et vous découvrez que même la vitrine de votre coiffeur est investie de bleu, de blanc et de rouge, de photos et de ballon ovale.
Heureusement que votre fils à choisi de faire de la pétanque, sinon, vous seriez obligée de l?accompagner sur les terrains et de supporter? les supporters !

Vous avez laissé passer votre journée de samedi normalement : courses, petit repas en famille, sieste en compagnie d?Hercule Poirot, jardinage, lecture, dîner.
Vous étiez ignorante des enjeux qui se préparaient, des tensions qui montaient, ministrable, pas ministrable? Vous ne saviez même pas que le prince Harry était en France !
Bref, à vingt heures votre attention avait du être retenue par l?exploit quotidien celui-là, mais sans cesse renouvelé, de votre chat dévalant la toiture pour répondre à votre appel et surtout à celui de son ventre à venir dévorer quelques croquettes.

Ensuite, confortablement installée sur mon canapé, le pouvoir dans une main, une tasse de thé dans l?autre, je m?installais. Mon choix s?était porté sur une série policière américaine. Mais dans le genre, c?est presque un pléonasme. Je laissai donc s?égrenaient les minutes et entre deux épisode, je zappai.
Cris et châtiments, hourras et drapeaux. « Tiens, y?a un match sur la une ! ». Ca ne m?a pas empêché de regarder le second épisode, que j?avais déjà vu, d?ailleurs !

Ensuite, éh bien ensuite, j?ai tout de même remis le match. Il y avait Juliette Binoche et le prince Harry dans les tribunes. Binoche, émitoufflée, avait l?air tendu. Harry rigolait avec ses copains. Ah ces jeunes ! Ceci étant, avec le recul, c?était normal. Je veux dire que la française soit tendue et que l?anglais se marre.

Bref, j?ai donc assisté d?un ?il distrait : j?avais fait venir mon ordinateur portable sur les genoux et je pianotais sur internet. Et j?ai donc écouté, essentiellement ! Comme je ne connais rien à la chôse, quelqu?un peut-il me dire combien il y a de joueurs dans une équipe de rugby ? Parce que le seul nom prononcé au moins cinquante fois au cours des quinze minutes de fin de match, c?était le même : « Michalack ». J?en conclus donc qu?il n?y a qu?un seul joueur et que les autres sont des accessoires. Dommage. Il a finit la tête dans la pelouse, à genoux.

Ceci dit, lorsque j?ai zappé, les français menaient timidement. Lorsque j?ai éteint, les anglais avaient gagné. C?est bien, non ? Ils se sont tous défoulés et les spectateurs ont assisté, selon les termes consacrés, à un « beau match ».


Véronique PUTZ

matiu | 16/10/2007

"Rien ne serait plus navrant qu'ils ne retiennent de ce sport que le combat, l'affrontement; une manière d'exutoire à leur agressivité naturelle. Rendez nous la geste et les gestes du rugby."
oui, 100X oui!
Le rugby ne doit pas, ne doit plus être un outil de communication politicienne. Et ses valeurs ne doivent plus être ainsi défigurées, pour ressembler à celle d'un certain milieu économique et politique ou tout les coups sont permis pour s'assurer une victoire...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite