Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.




- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Retraités agricoles: Ils ont beaucoup attendu...

...Donc ils peuvent encore attendre. Et puis 2020 ce n'est plus très loin, sauf bien sûr pour les plus âgés qui s'angoissent à l'idée qu'ils pourraient perdre ce qu'il leur reste d'autonomie et n'auraient pas les moyens d'aller dans un Ehpad dont le coût leur serait inaccessible, de l'ordre de trois fois le montant de leurs pensions! Après tout, n'est-ce pas, les familles pourraient les prendre en charge, sauf à dire que les enfants ne sont plus là mais partis vers la ville, travailler. L'épisode politique de la semaine dont le Sénat, pour l'essentiel a été le théâtre, restera non seulement dans les Annales du Parlement mais, plus encore, scellera la marque d'un pouvoir macronien qui, à force d'autoritarisme, va finir par gravement se déconsidérer.

Entendons-nous...Il ne s'agit pas, ici, de s'ériger en tribunal médiatique d'une décision gouvernementale qui à l'extrême limite, en terme de gestion de l'Etat, pourrait être défendue, au nom d'une volonté de cohérence, puisque ce pouvoir entend remettre à plat le système des retraites et les régimes qui les portent. Et qu'il lui fallait ouvrir un crédit de quelques 350 millions d'euros pour honorer, sans attendre, un engagement voté, il est vrai, en février de l'an passé par une majorité différente, à l'assemblée nationale. Le ministre Castaner qui ne répugne pas à relever les mêlées s'y est employé, ce 7 mars, devant un Sénat, de droite comme de gauche, très remonté. Car, en effet, en recourant à la procédure du vote bloqué qui n'autorisait le Sénat à voter qu'en acceptant l'amendement du gouvernement, il repoussait la mise en oeuvre d'une mesure qui ne peut sans doute, aux yeux du plus grand nombre de Français, paraître que de justice. La sénatrice centriste de Gironde Nathalie Delattre, en colère, réagissait en ces termes à ce rejet: " Alors que cette soirée devait être celle de l'espoir pour des milliers de retraités agricoles dans notre pays, le gouvernement, en brandissant la menace de l'utilisation de l'article 44.3 de la Constitution, a « forcé » le groupe communiste, porteur de cette proposition de loi, au retrait pour report du texte à un examen en mai prochain, en espérant que le Gouvernement accepte de proposer une solution d’ici là." Au passage, comprenons que cet épisode ne sera pas sans lendemains, y compris lorsque le président de la République va vouloir s'attaquer à la réforme des institutions parlementaires. Attention, d'ailleurs, à ce que la volonté de plus en plus techno-centraliste du pouvoir exécutif ne finisse pas, au prétexte que la majorité des députés est bien obéissante et le restera, par créer une fracture entre le parlement, dans son ensemble, et les Français.

Sur le fond face à ce renvoi, ce report? d'une mesure qui aurait pu, sans exagération, être qualifiée "d'urgence" l'occasion se présente de rappeler quelques chiffres :"la proposition de loi communiste prévoyait de faire passer le minimum garanti pour les anciens chefs d’exploitation de 75% à 85% du Smic net agricole, soit de 871 à 987 euros par mois." Ou encore d'écouter ces témoignages recueillis par nos confrères de France Bleu auprès d'un couple d'éleveurs: Robert, 71 ans 750 euros, Arlette 69 ans 690 ans... Et cette confidence:" pendant 15 ans, on a été aidants familiaux, auprès de nos parents. Ensuite, on a repris la ferme, on a travaillé dur. L'élevage, c'est le matin, le soir, le jour, la nuit pour les vêlage et les agnelages. Il n'y a pas de Noël, pas de jours fériés, pas de vacances." On oublie de rappeler ou dire, par méconnaissance de la situation singulière de ce qu'ont vécu les générations les plus âgées, que la situation d'aide familial, à la ferme, sur l'exploitation, qui n'était pas reconnue, ne donnait lieu à aucune cotisation possible et que des années de labeur ont été ignorées au prétexte que la "terre" était nourricière. Une manière de scandale dans cette France si éprise de justice. Ce n'est que depuis 2011 que les aides familiaux peuvent bénéficier d'une retraite complémentaire pour peu que le chef d'exploitation ou l'entreprise agricole aient acquitté une cotisation. Ceux d'avant 2011 pourront espérer au mieux quelques points de retraite pas faciles à obtenir.

Bien sûr, le poids électoral de ces Français, survivants d'un monde rural qui refuse de désespérer et ne s'en sort, le plus souvent, que parce que les collectivités locales et territoriales prennent le relais d'un Etat défaillant, est devenu quasiment symbolique. Mais fallait-il pour autant lui envoyer, sans une explication digne de ce nom, un message aussi abrupt?   

 

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
12602
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires