Le Fil d'Aqui

24/10/14 : Dès la semaine prochaine les habitants de Saint-Pée-sur-Nivelle qui possède un très joli lac, vont souffler. En effet, une déviation va être mise en place. De quoi économiser quelques 600 véhicules par jour qui ne pollueront la rue principale..

24/10/14 : L'Agence régionale de santé a confirmé la fermeture de la maternité d'Orthez (64) qui manquait d'obstétriciens. Cette mesure était prévue avant le drame survenu dans cet établissement, et qui a coûté la vie à une jeune mère.

23/10/14 : Nicolas Nguyen Van Hai, chef du restaurant étoilé bordelais le Chapon Fin, est l’invité d’honneur de la cinquième édition du « Wine and Dine Festival » organisé à Hong-Kong, du 30 octobre au 2 novembre 2014.

21/10/14 : Symbole de la lutte contre la colonisation, l'émir Abd El-Kader, qui avait résisté à la conquête de l'Algérie par la France au XIXe siècle, aura une allée à son nom près du château de Pau, où il avait été détenu. Elle sera inaugurée vendredi à 11h30.

21/10/14 : Le dynamisme de la politique menée par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques en matière de développement local a été récompensé par un prix Territoria d'argent. 32 contrats territoriaux ont en effet été signés pour la période 2013-2016.

20/10/14 : Les élus socialistes et républicains des Pyrénées-Atlantiques refusent de participer à la démarche Pays de Béarn initiée par François Bayrou. Ils estiment qu'il s'agit d'un "repli sur soi" au moment où la coopération entre territoires doit prévaloir.

20/10/14 : Les premières rencontres littéraires organisées du 21 au 23 novembre à Pau dans le cadre d'un événement baptisé "Les idées mènent le monde" auront pour thème le bonheur. De Luc Ferry à Vincent Lindon et Michel Drucker, les invités seront nombreux.

18/10/14 : Hervé Bournoville, sous préfet de l'arrondissement de Nontron, prendra ses fonctions lundi 20 octobre. La cérémonie de son installation débutera à 11 h 30 par un dépôt de gerbe au monument aux morts.

18/10/14 : En raison des conditions météorologiques exceptionnelles, la Ville de Biarritz réouvert le temps du week-end la surveillance de la Grande Plage par les maîtres nageurs sauveteurs

17/10/14 : Les radicaux de gauche réunis à Paris ce 17 octobre ont voté leur maintien dans la majorité gouvernementale ayant obtenu selon Jean-Michel Baylet satisfaction quant au maintien de 52 ou 53 départements ruraux dans la réforme territoriale.

17/10/14 : Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques organise une journée des volontariats solidaires ce samedi 18 octobre de 10h à 18h à la Caserne de la Nive à Bayonne. L’entrée est libre et gratuite.

17/10/14 : Aujourd'hui 27ème Journée mondiale du refus de la misère. Dans ce cadre-là, à Villeneuve/Lot marche proposée de la mairie à la halle à 18h

16/10/14 : Le Conseil d’administration d’Aquitanis, Office public de l’habitat de la Communauté urbaine de Bordeaux, qui s’est tenu mercredi 15 octobre 2014, a décidé de ne pas augmenter les loyers de ses 17 600 locataires pour l’année 2015.

16/10/14 : Les 13 premiers contrats professionnels pour la réalisation du chantier Lascaux 4 seront signés demain à 15 h à Montignac entre la société Lagarrigue, mandataire du groupement d'entreprises pour la réalisation du macro lot, et le Conseil général.


- Publicité -
  • 24/10/14 | Aquitaine: Chômage plus fort depuis un an que la moyenne nationale

    Lire

    173 870 demandeurs d’emploi fin septembre en Aquitaine (catégorie A). Ce nombre augmente de +0,6% (+1043) en un mois et de 5,5% en un an. France: + 0, 6% et 4,3%. Le nombre total de demandeurs d’emploi,catégories A, B, C s’établit à 270 077, fin septembre 2014 et augmente de +0,9% par rapport au mois précédent (+2531). Sur un an, il croît de +7,9%. En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C augmente de 1,0% par rapport au mois précédent (+5,7% sur un an).

  • 24/10/14 | Espelette fête sa moisson de piments ce week-end

    Lire

    Ce village basque qui a deux célébrités éternelles, Monseigneur Etchegaray et le fameux piment célèbrera le second ce week-end. Bien dans la tradition basque. Le samedi tamborrada et danses devant le fronton parmi les étals de la poudre miraculeuse et le dimanche la grande Fête. A l'issue de la messe avec bénédiction des piments, les confréries défileront dans les rues du village avant l'intronisation, par le grand maître Dominique Pocorena, qui succède à une autre figure, Michel Darraidou. La Fête sera belle car la récolte l'a été aussi cette année.

  • 24/10/14 | Les premières rencontres Made in Viande

    Lire

    Pendant près d'une semaine, la filière Elevage et Viande sera célébrée par les rencontres Made in Viande. En effet, du samedi 25 au vendredi 31 octobre, les différents maillons de la profession ouvriront leurs portes pour accueillir le grand public à la découverte d'un secteur qui représente aujourd'hui près de 500 000 professionnels. 1er évènement national de toute la filière élevage/viande, les rencontres Made in Viande sont initiées par l'association Interbev. En Aquitaine, 31 élevages, 2 marchés aux bestiaux, 5 entreprise et une soixantaine de boucheries ouvriront leurs portes au public.

  • 23/10/14 | La Banque alimentaire de Gironde lance un appel aux dons

    Lire

    En prévision d'un hiver qui s'annonce rude pour les plus démunis, la Banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde lance un appel pour recruter des bénévoles. Une journée d'accueil est ainsi organisée par l'association vendredi 24 octobre entre 9h et 13h, au siège de l'association Boulevard Alfred Daney, à Bordeaux. La Banque Alimentaire de Bordeaux Gironde est une des plus importantes en France : entre 9 et 13 millions de repas y sont distribués tous les ans. Renseignements au 05 56 43 10 63.

  • 23/10/14 | L'opposition paloise soupçonne Bayrou de "prestidigitation financière"

    Lire

    Sept mois après l'élection de François Bayrou, l'opposition socialiste paloise aligne les critiques. Elle constate que le projet de bus à haut niveau de service qu'elle avait soutenu, et que le candidat Modem avait jugé pharaonique, est quasiment identique à celui qu'il propose, en dépit d'une modification partielle de l'itinéraire. Elle estime aussi que les 15 millions d'économies annoncés sur le projet des halles oublient la voirie et relèvent d'une " prestidigitation financière qui risque de tourner court au fil des ans."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Rythmes scolaires, vacances d'été: il y aurait pourtant besoin de changement

On peut sans aucun doute considérer que Vincent Peillon le ministre de l'Education n'y est pas allé en douceur pour annoncer la réforme des rythmes scolaires et, maintenant, une « discussion » sur le raccourcissement à six semaines des vacances d'été. Dans une société où la moindre réforme suscite d'immédiates crispations, où les enseignants, en règle générale, sont mal payés et figurent encore parmi les fonctionnaires les plus syndicalisés le secteur de l'éducation est si sensible qu'il a eu raison de plus d'un ministre et, au fond, s'accommode plutôt bien du statu quo.

Cette fois, cependant un certain consensus ne semblait pas inatteignable. En effet l'école de la république a besoin de vivre un vrai renouvellement, ne serait-ce que pour jouer un rôle qu'elle ne joue plus comme elle le devrait. Des enfants, notamment en primaire dont les fameux savoirs fondamentaux, à commencer par la lecture, ne sont plus assurés, sont de bonne heure en situation de handicap ce qui compromet bien plus que leur scolarité à venir, leur chance de réussir leur insertion sociale.

Ce constat est d'autant plus désolant que les enfants doivent assimiler, en un temps record, ces apprentissages, singulièrement depuis qu'en 2008, unilatéralement, le gouvernement a imposé la semaine de quatre jours, cédant à la facilité, persuadé que pareille mesure ne pouvait qu'être populaire auprès des familles, en route vers le sacro-saint week-end. Pas facile de faire machine arrière et après avoir trop rapidement évoqué le retour à un jour de classe supplémentaire le ministre et la gauche au pouvoir ont tranché pour la semaine de quatre jours et demi...

Le chantier ouvert dans lequel les communes sont en première ligne est tumultueux ; les élus de gauche nécessairement en première ligne en savent quelque chose. Il va falloir aménager les organisations existantes, des transports à la cantine... Et ceci à un moment où les dotations de l'Etat aux collectivités vont être amputées pour cause d'économies. Pour autant les enjeux sont si importants que le devoir de tous est de parvenir à mettre en place cette réforme des rythmes scolaires, d'ailleurs inséparable d'une révision annoncée des programmes qui n'a que trop tardé.

Quant à la réduction des vacances d'été à six semaines, elle promet des débats où l'économie et les habitudes seront souvent invoquées pour, là-aussi, conserver le statu quo. Il n'était guère judicieux d'ouvrir cette réflexion en même temps que le passage à la semaine de quatre jours et demi. L'idée de contourner les difficultés à venir en instituant des zones ne semble pas incompatible avec la continuité de l'activité touristique. Reste que pareille évolution mériterait, le moment venu, un débat politique serein dont on se demande bien comment il pourrait trouver place, tant les antagonismes gauche-droite rappellent souvent les jours les plus tendus des années 80.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3298
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
rouillé bernard | 13/03/2013

Je me mets facilement dans la peau d’un salarié à lequel on impose un changement d’horaires, de jours de travail, moi qui après quinze années dans la même entreprise vient de me voir licencié du fait de manque d’activité de l’entreprise. Le changement est perturbateur il n’y a aucun doute. Mais le changement, il est de tous les jours et de tout temps. Nous évoluons dans un milieu en perpétuel changement : les heures, les saisons, nos voisins, nos parents, nos enfants et enfin nous même. Nous ne sommes plus tout à fait comme hier et pas encore comme demain. L’éducation nationale et les gens qui la constituent le savent bien, eux qui ne restent jamais loin du débat national. L’université a su se remettre en cause et faire évoluer son environnement, et à ce sujet il est assez paradoxal d’entendre ces détracteurs d’hier demander d’aller plus loin dans cette réforme. Je suis bien certain que les discutions des différentes parties professionnelles du débat sauront trouver un consensus sur ce sujet. Mais ce qui est à craindre c’est la frilosité, le manque d’imagination, de dialogues de nos élus communaux, intercommunaux, départementaux et régionaux qui voient là une façon de faire voir leur existence en pleines réformes des territoires, qui fait moins parler le peuple, mais agite la plus petite collectivité de notre beau pays. Il a fallu des décennies pour faire l’unanimité sur le diagnostique, il n’y a pas de surprise dans cette réforme, juste de la gouvernance, et gouverné n’est-il pas l’art de prévoir ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires