Le Fil d'Aqui

16/04/15 : Les associations Férus et Pays de l'ours-Adet déposent un recours contre l'Etat devant le tribunal administratif pour "manquement à son obligation de protection de l'ours brun dans les Pyrénées". Selon elles,de nouveaux lâchers sont indispensables.

15/04/15 : 1er forum national des carrières digitales ! Le vendredi 29 et le samedi 30 mai 2015 à l’Hôtel de Région à Bordeaux + d'info

15/04/15 : Une convention de tatouage aura lieu au parc des expositions de Pau le samedi 18 avril (11h à 1h30) et le dimanche 19 (10h30-21h). Films, concert, tremplin musical figurent au programme. L'entrée est de 10 € (pass 15 € sur les deux jours).

15/04/15 : La novillada de printemps de Garlin (64) se déroulera le dimanche 19 avril. Fiesta campera à 11h,repas de l'Aficion à 13h, novillada à 16h30 avec Alejandro Marcos (Espagne), Joaquim Galdós (Pérou) Jesus Enrique Colombo ou Luis Manuel Terron.

12/04/15 : Pau pavoise en vert et blanc. La Section Paloise a gagné sa montée dans le Top 14 samedi après s’être imposée 31 à 5 face à Montauban et marqué quatre essais de Vunibaka (27e), Boutaty (47e), Hurou (61e) et le bonus offensif avec Vatubua (76e)

10/04/15 : L'Agglomération Côte basque Adour a opté aujourd'hui pour ses transports en site propre pour le tram'bus. Il circulera sur deux axes Nord-Sud et Est-Ouest en 2019. Objectif: 4 millions d'usagers qui viendraient s'ajouter au 9 millions actuellement.

10/04/15 : Le cheval et l'équitation seront les vedettes de la foire de Mourenx (64) qui se déroulera les samedi 11 et dimanche 12 avril, avec voltige, saut d'obstacles, baptêmes en poney , poste hongroise... 350 exposants sont par ailleurs attendus.+ d'info

10/04/15 : Plus de 300 jeux destinés à tous les publics peuvent être découverts à partir de ce soir ,et jusque dimanche, lors du Festival du jeu de société organisé au parc des expositions de Pau. Des nocturnes sont prévues. L'entrée est gratuite.+ d'info

10/04/15 : Une journée d'étude consacrée à l'identité masculine sera donnée le lundi 13 avril de 10 h à 18 h à l'UFR de lettres de l'université de Pau et des Pays de l'Adour. Elle est intitulée "L'homme et ses masques en Occident, de l'Antiquité à nos jours".+ d'info

09/04/15 : La 7ème édition du Concours des Vins et des Produits de Lot-et-Garonne aura lieu le vendredi 10 avril de 10h à 12h à la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne à Agen.

09/04/15 : Une trentaine d'auteurs participent au festival de bande dessinée qui se déroule du vendredi 10 au dimanche 12 avril à Billère, dans l'agglomération paloise. Le président d'honneur en est Riff Reb's qui expose notamment sa trilogie maritime.+ d'info

08/04/15 : Un mouvement de grève national va perturber la circulation des bus du réseau Idelis, le jeudi 9 avril, dans l'agglomération paloise. Les services Scolaris et Libertis seront réalisés normalement.+ d'info

08/04/15 : Une exposition numérique retraçant la correspondance au jour le jour d'un soldat de la guerre de 1914-1918 est publiée en ce moment par les Archives communautaires et le réseau des médiathèques de la communauté d'agglomération Pau-Pyrénées.+ d'info



proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/04/15 | Un service gratuit d'information par SMS sur les crues

    Lire

    Un nouveau service mis en place par l'Etat permet à chacun de recevoir par SMS une information sur les crues, sur l'ensemble du territoire de compétence du Service des crues Gironde-Adour-Garonne. Cela, à partir d'une hauteur d'eau que l'on choisit librement sur une ou plusieurs stations hydrométriques sélectionnées. Ce service gratuit s'adresse à tous : riverains de cours d'eau, professionnels du tourisme, entreprises, collectivités. Pour s'abonner, il faut aller sur www.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/crues

  • 15/04/15 | Hausse des impôts locaux à Bordeaux : le PCF remonté

    Lire

    Dans un récent communiqué, le PCF a tenu a réagir à la décision de hausse des impôts locaux votée mardi par la mairie de Bordeaux. "Les Bordelais ne doivent pas payer la facture des politiques d’austérité. Cette augmentation supérieure au niveau de l'inflation va pénaliser encore les ménages", a notamment indiqué la section bordelaise du parti. "Nos élus et les citoyens doivent refuser le désengagement de l’Etat et exiger le versement des dotations de l’Etat".

  • 15/04/15 | Fermeture du pont d'Aquitaine jusqu'au 17 avril

    Lire

    En raison de travaux (modification de la bretelle de sortie 4b de l'A630) et d'entretien et maintenance du Pont D'Aquitaine, la rocade A630 et le pont d'Aquitaine (pistes cyclables incluses) seront fermées dans les deux sens entre les échangeurs numéro deux et quatre chaque nuit entre 21 heures et 6 heures du mercredi 15 avril au vendredi 17 avril. Des itinéraires de déviation seront mis en place.

  • 14/04/15 | LGV GPSO: les élus locaux ont rencontré Alain Vidalies

    Lire

    En réaction à l'avis défavorable de la commission d'enquête sur le GPSO, Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, Martin Malvy, président de Midi-Pyrénées, Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole et Jean-Michel Lattes, 1er adjoint au maire de Toulouse, ont rencontré Alain Vidalies, Secrétaire d'Etat chargé des Transports, ce 14 avril. Les élus ont souligné le caractère «absolument indispensable» du GPSO au développement du Sud-Ouest et ont invité le secrétaire d'Etat à autoriser la poursuivre du projet et à donner un avis positif à la déclaration d'utilité publique. Une réunion «positive et constructive» selon Alain Rousset.

  • 14/04/15 | Center Parcs dans le 47 : installation du comité de suivi environnemental

    Lire

    Un comité de suivi environnemental a été installé le 26 mars par le Conseil Départemental 47 et le Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs conformément aux engagements pris par les 2 partenaires dans le cadre du projet Center Parcs en Lot-et-Garonne. Il a pour but d’échanger sur l’avancement du projet, faire le point sur la méthodologie retenue pour mener les études environnementales et prendre en considération les remarques de chacun des membres. La prochaine réunion se tiendra fin juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Rythmes scolaires, vacances d'été: il y aurait pourtant besoin de changement

On peut sans aucun doute considérer que Vincent Peillon le ministre de l'Education n'y est pas allé en douceur pour annoncer la réforme des rythmes scolaires et, maintenant, une « discussion » sur le raccourcissement à six semaines des vacances d'été. Dans une société où la moindre réforme suscite d'immédiates crispations, où les enseignants, en règle générale, sont mal payés et figurent encore parmi les fonctionnaires les plus syndicalisés le secteur de l'éducation est si sensible qu'il a eu raison de plus d'un ministre et, au fond, s'accommode plutôt bien du statu quo.

Cette fois, cependant un certain consensus ne semblait pas inatteignable. En effet l'école de la république a besoin de vivre un vrai renouvellement, ne serait-ce que pour jouer un rôle qu'elle ne joue plus comme elle le devrait. Des enfants, notamment en primaire dont les fameux savoirs fondamentaux, à commencer par la lecture, ne sont plus assurés, sont de bonne heure en situation de handicap ce qui compromet bien plus que leur scolarité à venir, leur chance de réussir leur insertion sociale.

Ce constat est d'autant plus désolant que les enfants doivent assimiler, en un temps record, ces apprentissages, singulièrement depuis qu'en 2008, unilatéralement, le gouvernement a imposé la semaine de quatre jours, cédant à la facilité, persuadé que pareille mesure ne pouvait qu'être populaire auprès des familles, en route vers le sacro-saint week-end. Pas facile de faire machine arrière et après avoir trop rapidement évoqué le retour à un jour de classe supplémentaire le ministre et la gauche au pouvoir ont tranché pour la semaine de quatre jours et demi...

Le chantier ouvert dans lequel les communes sont en première ligne est tumultueux ; les élus de gauche nécessairement en première ligne en savent quelque chose. Il va falloir aménager les organisations existantes, des transports à la cantine... Et ceci à un moment où les dotations de l'Etat aux collectivités vont être amputées pour cause d'économies. Pour autant les enjeux sont si importants que le devoir de tous est de parvenir à mettre en place cette réforme des rythmes scolaires, d'ailleurs inséparable d'une révision annoncée des programmes qui n'a que trop tardé.

Quant à la réduction des vacances d'été à six semaines, elle promet des débats où l'économie et les habitudes seront souvent invoquées pour, là-aussi, conserver le statu quo. Il n'était guère judicieux d'ouvrir cette réflexion en même temps que le passage à la semaine de quatre jours et demi. L'idée de contourner les difficultés à venir en instituant des zones ne semble pas incompatible avec la continuité de l'activité touristique. Reste que pareille évolution mériterait, le moment venu, un débat politique serein dont on se demande bien comment il pourrait trouver place, tant les antagonismes gauche-droite rappellent souvent les jours les plus tendus des années 80.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3531
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
rouillé bernard | 13/03/2013

Je me mets facilement dans la peau d’un salarié à lequel on impose un changement d’horaires, de jours de travail, moi qui après quinze années dans la même entreprise vient de me voir licencié du fait de manque d’activité de l’entreprise. Le changement est perturbateur il n’y a aucun doute. Mais le changement, il est de tous les jours et de tout temps. Nous évoluons dans un milieu en perpétuel changement : les heures, les saisons, nos voisins, nos parents, nos enfants et enfin nous même. Nous ne sommes plus tout à fait comme hier et pas encore comme demain. L’éducation nationale et les gens qui la constituent le savent bien, eux qui ne restent jamais loin du débat national. L’université a su se remettre en cause et faire évoluer son environnement, et à ce sujet il est assez paradoxal d’entendre ces détracteurs d’hier demander d’aller plus loin dans cette réforme. Je suis bien certain que les discutions des différentes parties professionnelles du débat sauront trouver un consensus sur ce sujet. Mais ce qui est à craindre c’est la frilosité, le manque d’imagination, de dialogues de nos élus communaux, intercommunaux, départementaux et régionaux qui voient là une façon de faire voir leur existence en pleines réformes des territoires, qui fait moins parler le peuple, mais agite la plus petite collectivité de notre beau pays. Il a fallu des décennies pour faire l’unanimité sur le diagnostique, il n’y a pas de surprise dans cette réforme, juste de la gouvernance, et gouverné n’est-il pas l’art de prévoir ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




08/03/2015 | Départementales: S'abstenir le 22 mars c'est voter Front National

Deux semaines, deux semaines encore pour convaincre les citoyens de remplir leur devoir et aller voter dès le premier tour des élections départementales le 22 mars. Certes on objectera que le département qui était appelé à disparaître n'a été sauvé qu'in extremis par un pouvoir qui a fait des aller-retour sur son projet de réforme territoriale. Et qu'ainsi ce n'était sans doute pas la meilleure façon d'encourager l'électeur à prendre le chemin des urnes ; on entendra aussi les railleries de la droite qui pointe la relative méconnaissance des compétences finales qui seront dévolues au nouveau conseil départemental. Il reste que les enjeux de cette élection, et de la mobilisation des citoyens, sont bien plus importants qu'on pourrait le croire. Pour deux raisons essentielles : d'une part la nécessité de conserver à cette élection son caractère de proximité notamment dans le domaine de la solidarité où le département va continuer, au moins un temps, à jouer un rôle social essentiel dans une société rongée par le chômage; d'autre part pour que les partis de gouvernement fassent barrage à ce qu'on nous annonce, y compris dans les médias, avec une complaisance coupable : la nouvelle progression du Front National. Résonnent encore à nos oreilles ces propos balancés, sans la moindre distance, le soir des élections européennes sur le « premier parti de France ». Un parti qui, à cause d'une abstention massive, a fini en tête… en ne représentant que 10 % du corps électoral.

Lire la suite