Le Fil d'Aqui

22/04/14 : Blitzr, JePilote, La musique des haïkus, Rocketfid et Yummypets sont les projets sélectionnés parmi une 20aine de candidats pour représenter l'Aquitaine sur l'espace Village des Innovations de FUTUR EN SEINE du 12 au 15 juin à Paris.

22/04/14 : Élection européenne. Le 25 avril, José Bové, accompagné de Maryse Combres, candidate sur la liste du Sud-Ouest, visitera dans le 47 une exploitation expérimentale en agro-foresterie, puis se rendra des terres agricoles menacées d'artificialisation.

16/04/14 : Depuis le début de l'année, l'Aéroport de Bordeaux Mérignac a accueilli plus de 950.000 passagers et affiche une croissance de 3%, soit la plus forte croissance de trafic du top 5 des aéroports régionaux.

15/04/14 : Deux bombardiers d'eau Trackers sont prépositionnés sur l'aéroport de Mérignac depuis ce 15 avril compte tenu des risques d'incendie jugés : « sévères » par la préfecture en Dordogne et Charente-Maritime, « modérés » en Lot-et-Garonne, Gironde et Land

15/04/14 : Jean-Christophe Cambadélis a été élu ce 15 avril à la tête du parti socialiste par 67,12% des voix au sein du Conseil national contre 32,88% à Sylvain Mathieu candidat au nom de la gauche du PS. Cambadélis a promis des « Etats Généraux » du PS.

14/04/14 : Rugby. Le SUA prolonge les contrats du talonneur Marc Barthomeuf, du demi d’ouverture Raphaël Lagarde, du centre Vincent Roux et de l’ailier Viliame Waquaseduadua et signe avec 4 jeunes : Paul Abadie, Léo Ghirard, Nathan Decron et Florian Dufour.

11/04/14 : CUB - L'installation d'un terminus partiel sur la ligne A, à hauteur de la station Cenon Gare, impose une interruption de la circulation des tramways, entre la station Galin et les terminus de la rive droite, du 14 au 20 avril.

09/04/14 : Michèle Delaunay quittant le gouvernement où elle est remplacée au poste de secrétaire d'Etat par Laurence Rossignol devrait retrouver son poste de député de la 2° circonscription de Gironde occupé jusqu'ici par Vincent Feltesse.

09/04/14 : Pas de secrétaires d'Etat du Sud Ouest à l'exception de Kader Arif qui conserve le poste des Anciens combattants dans le gouvernement Valls. A noter: Fleur Pellerin Commerce extérieur André Vallini à la réforme territoriale Harlem Désir à l'Europe.

08/04/14 : Valls: Conseils départementaux supprimés «à l’horizon 2021» et réforme de la carte des intercommunalités «basée sur les bassins de vie» et « suppression de la clause de compétence générale après un profond débat dans le pays associant élus et citoyens.

08/04/14 : Valls devant l'Assemblée: «Les régions pourront proposer de fusionner, mais en l’absence de proposition, après les régionales et les départementales de 2015, le gouvernement proposera une carte, et elle sera établie pour le premier janvier 2017.»

08/04/14 : Dominique Rousseau (PS) a été réélu président de la communauté d'agglomération de Bergerac avec 39 voix contre 24 à Daniel Garrigue et un nul, malgré sa défaite à la mairie de Bergerac lors des municipales.


- Publicité -
  • 22/04/14 | Patrick Boudon reconduit à la tête des Vignerons Bio d'Aquitaine (SVBA)

    Lire

    Le 8 avril dernier, le Conseil d'administration du Syndicat des Vignerons Bio d'Aquitaine s'est réuni pour élire les différents membres du bureau. A cette occasion, les 15 membres du CA ont donc réélu Patrick Boudon pour un 3ème mandant consécutif en tant que Président du SVBA. Comptant à ce jour 190 adhérents, le SVBA envisage cette année 2014 avec enthousiasme et sérénité: "de très beaux projets à venir pour structurer notre filière biologique et valoriser notre mode de production auprès de tous les publics" a alors précisé Patrick Boudon.

  • 22/04/14 | Conférence débat autour de l'Europe à la maison de l'Europe47, le 29 avril à 14h

    Lire

    La Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne/CIED Moyenne Garonne organise une conférence débat sur « Élections européennes : Quelle Europe voulons-nous ? » avec Anne Houtman, chef de la représentation en France de la commission européenne, Luc Paboeuf, président du comité économique, social et environnement régional (CESER), Alexandre Fongaro, président des jeunes européens, et François Maïtia, vice-président du Conseil régional d’Aquitaine, chargé des questions européennes. Entrée libre.

  • 20/04/14 | Un Greco au musée des beaux arts d'Agen !

    Lire

    Le musée d’Agen prête de la mi-avril à la fin août plusieurs œuvres de sa collection (Oudry, Lalanne, Goya, Grigorescu, etc) au musée des Beaux-Arts de Pau sur le thème de l’animal dans l’art. En échange de ces prêts, « le musée d’Agen est particulièrement heureux » de présenter pendant la durée de l’exposition de Pau, trois œuvres importantes du musée de Pau dont un tableau du Greco « Saint François d'Assise recevant les Stigmates ».

  • 18/04/14 | Florence Lasserre, partira aux Européennes pour l'UDI-Modem

    Lire

    Adjointe chargée du développement durable à la Ville d'Anglet, à la suite des dernières élections municipales remportées par l'UMP Claude Olive avec le Modem, l'UDI et le centre, Florence Lasserre a été désignée pour rejoindre, avec le député européen Robert Rochefort la liste grand Sud Ouest aux Européennes du 25 mai. Fille de l'ancien président du Conseil général des Pyrénées Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, sa jeune contribution a l'ambition d'apporter un élan nouveau pour cette assemblée.

  • 18/04/14 | Lacq-Orthez : le président réélu, mais les Orthéziens absents du bureau

    Lire

    Jacques Cassiau-Haurie, maire PS de Biron, a été réélu jeudi à la présidence de l’importante Communauté de communes de Lacq Orthez par 87 voix contre 21 à Yves Darrigrand,maire sans étiquette d’Orthez. Ce dernier avait souhaité, en vain, que les vice-présidences de la CCLO tiennent compte de la démographie des localités qu'elle englobe, et refusé un poste de 2e vice-président. Ce désaccord et le vote de jeudi amènent aujourd'hui le bureau de la CCLO à n'avoir aucun représentant de la ville d'Orthez.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Elections européennes 2014
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Rythmes scolaires, vacances d'été: il y aurait pourtant besoin de changement

On peut sans aucun doute considérer que Vincent Peillon le ministre de l'Education n'y est pas allé en douceur pour annoncer la réforme des rythmes scolaires et, maintenant, une « discussion » sur le raccourcissement à six semaines des vacances d'été. Dans une société où la moindre réforme suscite d'immédiates crispations, où les enseignants, en règle générale, sont mal payés et figurent encore parmi les fonctionnaires les plus syndicalisés le secteur de l'éducation est si sensible qu'il a eu raison de plus d'un ministre et, au fond, s'accommode plutôt bien du statu quo.

Cette fois, cependant un certain consensus ne semblait pas inatteignable. En effet l'école de la république a besoin de vivre un vrai renouvellement, ne serait-ce que pour jouer un rôle qu'elle ne joue plus comme elle le devrait. Des enfants, notamment en primaire dont les fameux savoirs fondamentaux, à commencer par la lecture, ne sont plus assurés, sont de bonne heure en situation de handicap ce qui compromet bien plus que leur scolarité à venir, leur chance de réussir leur insertion sociale.

Ce constat est d'autant plus désolant que les enfants doivent assimiler, en un temps record, ces apprentissages, singulièrement depuis qu'en 2008, unilatéralement, le gouvernement a imposé la semaine de quatre jours, cédant à la facilité, persuadé que pareille mesure ne pouvait qu'être populaire auprès des familles, en route vers le sacro-saint week-end. Pas facile de faire machine arrière et après avoir trop rapidement évoqué le retour à un jour de classe supplémentaire le ministre et la gauche au pouvoir ont tranché pour la semaine de quatre jours et demi...

Le chantier ouvert dans lequel les communes sont en première ligne est tumultueux ; les élus de gauche nécessairement en première ligne en savent quelque chose. Il va falloir aménager les organisations existantes, des transports à la cantine... Et ceci à un moment où les dotations de l'Etat aux collectivités vont être amputées pour cause d'économies. Pour autant les enjeux sont si importants que le devoir de tous est de parvenir à mettre en place cette réforme des rythmes scolaires, d'ailleurs inséparable d'une révision annoncée des programmes qui n'a que trop tardé.

Quant à la réduction des vacances d'été à six semaines, elle promet des débats où l'économie et les habitudes seront souvent invoquées pour, là-aussi, conserver le statu quo. Il n'était guère judicieux d'ouvrir cette réflexion en même temps que le passage à la semaine de quatre jours et demi. L'idée de contourner les difficultés à venir en instituant des zones ne semble pas incompatible avec la continuité de l'activité touristique. Reste que pareille évolution mériterait, le moment venu, un débat politique serein dont on se demande bien comment il pourrait trouver place, tant les antagonismes gauche-droite rappellent souvent les jours les plus tendus des années 80.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2953
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
rouillé bernard | 13/03/2013

Je me mets facilement dans la peau d’un salarié à lequel on impose un changement d’horaires, de jours de travail, moi qui après quinze années dans la même entreprise vient de me voir licencié du fait de manque d’activité de l’entreprise. Le changement est perturbateur il n’y a aucun doute. Mais le changement, il est de tous les jours et de tout temps. Nous évoluons dans un milieu en perpétuel changement : les heures, les saisons, nos voisins, nos parents, nos enfants et enfin nous même. Nous ne sommes plus tout à fait comme hier et pas encore comme demain. L’éducation nationale et les gens qui la constituent le savent bien, eux qui ne restent jamais loin du débat national. L’université a su se remettre en cause et faire évoluer son environnement, et à ce sujet il est assez paradoxal d’entendre ces détracteurs d’hier demander d’aller plus loin dans cette réforme. Je suis bien certain que les discutions des différentes parties professionnelles du débat sauront trouver un consensus sur ce sujet. Mais ce qui est à craindre c’est la frilosité, le manque d’imagination, de dialogues de nos élus communaux, intercommunaux, départementaux et régionaux qui voient là une façon de faire voir leur existence en pleines réformes des territoires, qui fait moins parler le peuple, mais agite la plus petite collectivité de notre beau pays. Il a fallu des décennies pour faire l’unanimité sur le diagnostique, il n’y a pas de surprise dans cette réforme, juste de la gouvernance, et gouverné n’est-il pas l’art de prévoir ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires