Le Fil d'Aqui

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.


- Multivote -


- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Séguin, le sage, le dernier des gaullistes sourcilleux.

C'était un homme d'une intelligence exceptionnelle, un républicain exigeant, un élu local passionné, un ministre intransigeant, un président de l'Assemblée nationale à la hauteur, un président de la Cour des Comptes sans langue de bois. Philippe Séguin disparaît, couvert d'éloges et, au-delà des convenances, chacun comprend que c'est l'une des dernières grandes figures d'une certaine idée de la France qui s'en va. Un chantre du gaullisme et de l'unité nationale.

A Epinal, où il fut maire pendant quatorze ans, il avait en quelque sorte innové, crée son laboratoire de la vie locale, de la démocratie de proximité où il était animé par la volonté de créer les conditions de l'égalité des chances, lui qui n'oubliait pas qu'il avait été pupille de la nation. Il nous avait été donné de le voir à l'oeuvre dans sa ville et d'en être revenu fasciné par pareils engagement et force de conviction. Si tant est que l'enracinement et la passion de la vie publique sont à la source d'une carrière politique, il avait trouvé dans sa ville l'inspiration pour aller plus loin et plus haut. Lui l'enfant de Tunis, le méditerranéen au sang chaud.

Sa passion de la France l'avait poussé jusqu'à faire cause commune avec Pasqua et de Villiers pour combattre le traité de Maastricht, jusqu'à ce face face télévisé avec François Mitterrand à la veille du référendum de 1992. Ce jour-là, touché par la maladie du président de la République, l'homme l'emportera sur l'adversaire politique et les Français voteront oui de justesse à l'Europe. Sa carrière de ministre fut aussi courte, brillante que tumultueuse mais c'est au perchoir de l'Assemblée Nationale que l'on comprît qu'il avait la dimension d'un homme d'Etat. Soutien de Chirac contre Sarkozy qui avait choisi Balladur lors de l'élection de 1995, il se rapprocha ensuite de l'actuel homme de l'Elysée, ce qui ces derniers temps, à la tête de la Cour des Comptes, ne l'empêchait nullement de s'inquiéter du déficit abyssal des finances publiques de la France. Sa liberté de parole en faisait, aux yeux de beaucoup, une figure d'autant plus importante de la vie politique française. Une dernière façon, en quelque sorte, de rester fidèle à l'idéal gaulliste de rassemblement qui l'animait.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
111
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
alain renard | 12/01/2010

Réaction sur le dédoublement de personnalité environnementalo-bascaise suite au développement de la pensée de Monsieur PANCHON quant aux dégats causés par le passage de la LGV dans les jardins et prairies d'EUSKADI NORD.
Je suis aussi porteur du béret aussi, pas de la même manière, moins en arrière en galette et plus en avant pour éviter d'être aveuglé par la lumière immédiate, et avec au fond de celui-ci, dans son rebord, quelque pense bête au cas où j'oublierai ce que j'ai à dire aux autres, en dans ce cas pas toujours dans le sens de la laine avec lequel il a été tissé du côté d'OLORON!
J'ai eu aujourdhui, quelqu'agacement à constater que la préoccupation de responsabilité environnnemntaliste de demain de notre concitoyen régional, coodonnateur d'associations "contre", était "lgv" focalisé. Sans pour autant contester pour ma part qu'existe un impératif de prise en compte des enjeux évoqués, par RFF et le futur concesionnaire desdits travaux.

En effet, je déplore, en tant qu'élu haut girondin local et de terrain, que la même conscience et sens des responsabilités n'anime pas les associations et élus basquais locaux fédérés, quant au devenir de leurs déchets ménagers qui, du fait de leurs positions de "ni ni", prennent allégrement la route vers le Nord Gironde pour être enfouies à LAPOUYADE.
Quel volume de pollution carbone! Quelle négation du principe fondamental de gestion de la filière déchets au plus prés de son lieu de production! Quel cynisme de pratiquants du "pas dans mon jardin"! C'est mieux, humanitairement parlant que de les envoyer en Afrique depuis le port de BAYONNE. C'est alors peut être une action humanitaire vers une peuplade de saintongeais éleveurs, non de cochons basques des Aldudes nourris dans la montagne, mais de gorets consommateurs d'eaux grasses à qui l'on adresse les restes des consommateurs "Slow Food" sud aquitains!

La LGV, en plus, dans le Nord Gironde elle va aussi impacter nos paysages, intégrée au mieux, car nous espérons quelle sera vecteur potentiel de développement économique de l'agglomération bordelaise et de l'emploi, à défaut de retour de fiscalité pour les collectivités territoriales.

Nous ne vivons pas ici de la culture hydroponique touristique, notre territoire n'est pas lieu de villégiature de retraités ayant les moyens de s'offrir la qualité de vie de l'Euskadi Nord et son marché immobilier si spéculatif. Nulle jalousie de notre part: notre pays, c'est le notre et nous l'aimons aussi, avec ses creux et ses bosses, ses tavelures, mais aussi ses saveurs, moins comme un décor que comme un espace de vie réelle.
Nous respectons ce combat, mais il est aussi nécessaire d'en appeler à la cohérence intellectuelle et à l'inscription de la réflexion et de l'action dans la responsabilité, la droiture de la pensée, au dela de la frontière géographique limtée du regard immédiat, de l'espace temps confiné.

On aime tant votre pays, votre culture, votre fierté, basques, que nous sommes meurtri de ne pas trouver dans votre combat la générosité, l'honnéteté de celui qui depuis la Rhune peut élever le niveau de sa réflexion.

Cette dyslexie vous rend finalement moins brave à nos yeux, et cela nous donne tristesse et colère.

A bientôt cependant, car l'amour rend (encore) aveugle et sourd!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires