Le Fil d'Aqui

31/03/15 : Une conférence intitulée "L'ours ou le désordre apprivoisé" aura lieu le vendredi 3 avril à 17h30 à l'université de Pau (amphithéâtre de la présidence). Elle sera donnée par Claudie Monin, présidente du carnaval Biarnes et le sociologue B. Duperrein+ d'info

31/03/15 : Le spectacle "Toy Toy" présenté par le chorégraphe Hamid Ben Mahi le mercredi 8 avril à 20h30, sur la scène du théâtre Saragosse,à Pau, constitue un croisement entre le hip-hop et les danses de rue sud-africaines. + d'info

31/03/15 : A Lourdes, la grotte aux pèlerins, qui vient de faire l'objet de quatre mois de travaux, ouvrira officiellement le jeudi 2 avril à 9h30 en présence de Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, et du père Horacio Brito, recteur du sanctuaire.

31/03/15 : Le futur stade de football du Pau FC sera aménagé sur la plaine du Hameau. Il devrait entrer en service pour la saison 2016-2017. L'équipement coûtera 2,5 millions d'euros.

31/03/15 : En Lot-et-Garonne, la session de droit du Conseil général, consacrée à l’élection du Président, se déroulera jeudi 2 avril à partir de 10h à l’Hôtel du Département à Agen. Sans surprise le président sortant Pierre Camani devrait être réélu.

26/03/15 : Christine Bost, la maire d'Eysines ayant renoncé à être candidate à la présidence du Conseil de Gironde si la gauche l'emporte ce 29 mars c'est Jean-Luc Gleyze qui est en lice en sud Gironde avec Isabelle Dexpert qui succéderait à Philippe Madrelle.

25/03/15 : Suite au départ de Jean-Michel Quellec pour la Direction Régionale de l'Insee Centre, l'Insee Aquitaine a une nouvelle Directrice régionale : Yvonne Pérot, qui depuis 2011 occupait le même poste à la tête de l'Insee Picardie.

20/03/15 : Dans le cadre des Scènes d’été en Gironde, le Département propose aux girondins, amateurs ou passionnés de culture, de devenir Reporters pour couvrir les spectacles qui se déroulent du 1erjuin au 30 septembre 2015 sur l’ensemble du territoire.+ d'info

18/03/15 : Les 6 et 7 mai, le Salon des élus locaux et des agents publics d'Aquitaine organise un concours de l'innovation des collectivités avec 4 catégories: numérique, mutualisation, environnement et proximité. Candidatures jusqu’au 15 avril.+ d'info



proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/03/15 | Bordeaux : l'idée "loufoque" d'une commission de réconciliation sur l'esclavage

    Lire

    Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) a récemment annoncé vouloir mettre en place à Bordeaux avec l'aide de la mairie, une "commission de réconciliation" pour créer un dialogue avec les familles locales dont les ancêtres ont tiré un bénéfice de l'esclavage. Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, s'y est opposé. "C'est une idée loufoque. On ne va pas se réconcilier avec des gens avec qui ont n'est pas fâché. Je ne veux pas engager la ville dans ce genre de débats" a-t-il déclaré.

  • 31/03/15 | Fin de la trève hivernale : une manifestation à Bordeaux ce mardi

    Lire

    Environ 150 personnes du Dal (Droit au logement) et d'un collectif de 26 associations pour l'urgence sociale et la solidarité se sont réunies ce mardi sur la place Pey-Berland pour refuser la fin de la trève hivernale, qui doit intervenir le soir même. Les places d'hébergement pour les sans-abris doivent fermer mercredi, et les expulsions de locataires de reprendre. En tout, une centaine de familles sont concernées dans le département. Deux expulsions sont déjà en cours, à Mérignac et à Bègles.

  • 31/03/15 | "Pourquoi j'ai pas mangé mon père" : trois avant première samedi en Gironde

    Lire

    "Pourquoi j'ai pas mangé mon père", premier film réalisé par Jamel Debbouze qui utilise la motion capture, adaptation libre d'un roman de Roy Lewis sorti dans les années 60 "Pourquoi j'ai mangé mon père", sort le 8 avril prochain au cinéma. Pour les impatients, le film sera diffusé en avant première le samedi 4 avril au Mérignac Ciné à 18h45, au Mégarama de Bordeaux à 20h30 et au Gaumont de Talence à 21h45. Jamel Debbouze et l'équipe du film assisteront aux 3 projections.

  • 31/03/15 | Loi Handicap dans les établissements scolaires : un rapport alarmant

    Lire

    D'après un récent rapport rédigé par l'Observatoire national de la sécurité et de l'accessibilité des établissements d'enseignement, 25% des écoles construites depuis 2008 ne sont pas accessibles aux enfants handicapés selon les règles mises en vigueur par la loi Handicap de 2005. Dans le volet scolarité de cette loi, il était précisé "la possibilité de prévoir des aménagements". Apparemment, tout est dans la nuance...

  • 31/03/15 | Semaine de l'industrie en Lot-et-Garonne

    Lire

    A l’occasion de la Semaine de l’Industrie, la CCI47 propose une rencontre gratuite et ouverte à tous sur les Fab Labs. Les Fab Labs (Fabrication Laboratory) sont des réseaux de laboratoires locaux qui rendent possible l'invention en donnant aux individus accès à des outils de fabrication numérique tels que l’impression 3D, … Cette rencontre se déroulera le mercredi 1er avril à partir de 14h dans les locaux de la CCI à Agen.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Bordeaux: La crise de l'urgence sociale appelle plus que des communiqués vengeurs

L'honneur de la politique et de ceux qui la font commande que l'on sache mettre entre parenthèse les querelles politiciennes lorsque les circonstances sont exceptionnelles. Et singulièrement lorsqu'il s'agit de secourir les plus démunis. Est-on en train de l'oublier à Bordeaux, dans l'agglomération bordelaise ? On pourrait le croire, à considérer la vigueur de la polémique suscitée par la situation des gens qui dorment dans la rue.

Il n'a pas fallu plus de deux nuits de vrai froid pour que  les communiqués se succèdent, le maire de Bordeaux appelant à la solidarité ses collègues de la Communauté urbaine et interpellant l'Etat, la préfecture contestant les chiffres avancés par la mairie et le PS bordelais accusant Alain Juppé d'être seul responsable de cette situation, ou pire encore, de vouloir chasser de sa ville, les gens que le dispositif d'urgence, le 115, a refusé de prendre en charge.
Car la réalité la plus insupportable est d'abord là, dans le fait que des personnes en situation de détresse parmi lesquelles des femmes et des enfants n'ont pas pu être hébergés, avant qu'une réponse provisoire ait été apportée. Et que, de nouveau,  ils ne  se retrouvent à la rue. « Aujourd'hui, en Gironde, faute de place pour les accueillir, 157 personnes des hommes, des femmes  des enfants restent tous les soirs dans la rue écrivait dans un communiqué le 30 novembre la FNARS, la Fédération des Associations d'Accueil et de Réinsertion sociale » … Il est urgent d'agir ajoutait-elle. Pourquoi attendre un événement grave pour ouvrir plus de places ?. Il est nécessaire que le gouvernement tienne ses promesses afin qu'aucune personne ne reste à la rue pendant cet hiver. »
Ces cris d'alarme interviennent, à Bordeaux, dans un contexte politique qui se tend chaque jour davantage. Alain Juppé est entré de bonne heure en campagne pour les municipales et le PS, dont il se dit que le président de la Communauté urbaine, Vincent Feltesse, serait son adversaire, n'a pas de mots pour prêter les pires intentions au maire de Bordeaux. Matthieu Rouveyre le porte parole des socialistes girondins et de l'opposition municipale se chargeant de la besogne avec gourmandise.
La polémique atteint ici des sommets et frise parfois l'indécence. Il serait temps de calmer le jeu, au moins lorsqu'il s'agit de se mobiliser et de convaincre l'Etat de tenir ses engagements, sans chercher à minimiser la réalité d'une situation qui risque de s'aggraver. Et ce d'autant que les précaires, les démunis ne sont pas que des citoyens français. Le nombre des migrants économiques, originaires de l'Union européenne, grandit et pas seulement en provenance de Lettonie ou de Roumanie; de notre voisine l'Espagne où la population souffre de plus en plus de l'austérité qui lui est imposée, sans compter celles et ceux qui arrivent du sud de la Méditerranée.
Le coup de froid qui nous a rattrapé ces derniers jours a crée, hélas, les conditions d'une crise de l'urgence sociale qui n'est évidemment pas que bordelaise. La capitale régionale est nécessairement dans un premier temps en première ligne face à ceux qui pensent pouvoir y trouver refuge mais Bordeaux ce ne peut être qu'une ville centre face à ce genre de situation de crise sociale. L'agglomération comme toutes les autres en France est concernée, certains maires celui de Cenon sur la rive droite de Bordeaux par exemple l'ont tout à fait compris. Une concertation générale et la mise en commun de moyens s'imposent pour apporter une réponse organisée et digne.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3496
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
AIMARD | 03/12/2012

Pour ma part, la prise de position d'un élu comme Matthieu Rouveyre, (rare) élu engagé n'a rien de "vengeur". Je trouve plutôt déplacées cette loi du silence sur la misère et cette indifférence de la part d'un Maire de grande métropole.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




08/03/2015 | Départementales: S'abstenir le 22 mars c'est voter Front National

Deux semaines, deux semaines encore pour convaincre les citoyens de remplir leur devoir et aller voter dès le premier tour des élections départementales le 22 mars. Certes on objectera que le département qui était appelé à disparaître n'a été sauvé qu'in extremis par un pouvoir qui a fait des aller-retour sur son projet de réforme territoriale. Et qu'ainsi ce n'était sans doute pas la meilleure façon d'encourager l'électeur à prendre le chemin des urnes ; on entendra aussi les railleries de la droite qui pointe la relative méconnaissance des compétences finales qui seront dévolues au nouveau conseil départemental. Il reste que les enjeux de cette élection, et de la mobilisation des citoyens, sont bien plus importants qu'on pourrait le croire. Pour deux raisons essentielles : d'une part la nécessité de conserver à cette élection son caractère de proximité notamment dans le domaine de la solidarité où le département va continuer, au moins un temps, à jouer un rôle social essentiel dans une société rongée par le chômage; d'autre part pour que les partis de gouvernement fassent barrage à ce qu'on nous annonce, y compris dans les médias, avec une complaisance coupable : la nouvelle progression du Front National. Résonnent encore à nos oreilles ces propos balancés, sans la moindre distance, le soir des élections européennes sur le « premier parti de France ». Un parti qui, à cause d'une abstention massive, a fini en tête… en ne représentant que 10 % du corps électoral.

Lire la suite