Le Fil d'Aqui

24/04/14 : Dans un courrier adressé à François Hollande, Philippe Madrelle, président du CG de la Gironde, demande le report des élections départementales initialement prévues en mars 2015 afin "de prendre le temps d'un véritable débat démocratique".

24/04/14 : En 2018, un Center Parcs ouvrira ses portes en Lot-et-Garonne. 400 cottages (2000 lits d'hébergement) seront proposés aux touristes. 300 emplois seront créés. "Un projet qui permettra d'intensifier l'attractivité du territoire", P.Camani psdt CG47

24/04/14 : Europe Ecologie - Les verts Aquitaine organise une Manifestation anti-nucléaire à Bordeaux et un débat à l'Athénée municipal sur la sortie du nucléaire le Samedi 26 avril

24/04/14 : À l'occasion de la Journée nationale du Souvenir de la Déportation le 27 avril au Fort du Hâ, tous les motifs de déportation (y compris pour homosexualité) seront visibles sur une oriflamme à côté du Monument aux déportés.

24/04/14 : L’assemblée générale de la Commission Locale d’Information Nucléaire (CLIN) du Blayais se déroulera lundi 28 avril 2014 à 9h dans l'Immeuble Gironde - Amphithéâtre Badinter. Cette réunion est ouverte à toute personne intéressée.

22/04/14 : Blitzr, JePilote, La musique des haïkus, Rocketfid et Yummypets sont les projets sélectionnés parmi une 20aine de candidats pour représenter l'Aquitaine sur l'espace Village des Innovations de FUTUR EN SEINE du 12 au 15 juin à Paris.

22/04/14 : Élection européenne. Le 25 avril, José Bové, accompagné de Maryse Combres, candidate sur la liste du Sud-Ouest, visitera dans le 47 une exploitation expérimentale en agro-foresterie, puis se rendra des terres agricoles menacées d'artificialisation.

16/04/14 : Depuis le début de l'année, l'Aéroport de Bordeaux Mérignac a accueilli plus de 950.000 passagers et affiche une croissance de 3%, soit la plus forte croissance de trafic du top 5 des aéroports régionaux.

15/04/14 : Deux bombardiers d'eau Trackers sont prépositionnés sur l'aéroport de Mérignac depuis ce 15 avril compte tenu des risques d'incendie jugés : « sévères » par la préfecture en Dordogne et Charente-Maritime, « modérés » en Lot-et-Garonne, Gironde et Land

15/04/14 : Jean-Christophe Cambadélis a été élu ce 15 avril à la tête du parti socialiste par 67,12% des voix au sein du Conseil national contre 32,88% à Sylvain Mathieu candidat au nom de la gauche du PS. Cambadélis a promis des « Etats Généraux » du PS.

14/04/14 : Rugby. Le SUA prolonge les contrats du talonneur Marc Barthomeuf, du demi d’ouverture Raphaël Lagarde, du centre Vincent Roux et de l’ailier Viliame Waquaseduadua et signe avec 4 jeunes : Paul Abadie, Léo Ghirard, Nathan Decron et Florian Dufour.

11/04/14 : CUB - L'installation d'un terminus partiel sur la ligne A, à hauteur de la station Cenon Gare, impose une interruption de la circulation des tramways, entre la station Galin et les terminus de la rive droite, du 14 au 20 avril.

09/04/14 : Michèle Delaunay quittant le gouvernement où elle est remplacée au poste de secrétaire d'Etat par Laurence Rossignol devrait retrouver son poste de député de la 2° circonscription de Gironde occupé jusqu'ici par Vincent Feltesse.

09/04/14 : Pas de secrétaires d'Etat du Sud Ouest à l'exception de Kader Arif qui conserve le poste des Anciens combattants dans le gouvernement Valls. A noter: Fleur Pellerin Commerce extérieur André Vallini à la réforme territoriale Harlem Désir à l'Europe.

08/04/14 : Valls: Conseils départementaux supprimés «à l’horizon 2021» et réforme de la carte des intercommunalités «basée sur les bassins de vie» et « suppression de la clause de compétence générale après un profond débat dans le pays associant élus et citoyens.

08/04/14 : Valls devant l'Assemblée: «Les régions pourront proposer de fusionner, mais en l’absence de proposition, après les régionales et les départementales de 2015, le gouvernement proposera une carte, et elle sera établie pour le premier janvier 2017.»

08/04/14 : Dominique Rousseau (PS) a été réélu président de la communauté d'agglomération de Bergerac avec 39 voix contre 24 à Daniel Garrigue et un nul, malgré sa défaite à la mairie de Bergerac lors des municipales.


- Publicité -
  • 24/04/14 | De la friture sur les lignes des trains régionaux

    Lire

    Suite à un mouvement de grève qui a débuté hier à 20 heures et jusqu'à demain, de nombreuses lignes de trains régionaux sont perturbées. Seuls deux allers retours sont effectués sur Toulouse-Bayonne-Hendaye et deux allers retours sur Bayonne-Toulouse. Certains TER sont supprimés sur la ligne Bordeaux-Dax-Hendaye et Bayonne-Pau-Tarbes. Les usagers peuvent être informés sur les sites de la SNCF: www.gares-en-mouvement.com ou sur téléphone en téléchargeant l'application TER ou enfin au 0800872872.

  • 24/04/14 | Première au Pays basque: une femme présidente d'une communauté de communes

    Lire

    C'est une première au Pays basque, une femme a été élue présidente d'une Communauté de communes, celle du Pays de Bidache. Maïder Behoteguy, 42 ans, qui travaille à la Mutualité sociale agricole a fait ses classes, comme suppléante en 2008 de Jean-Jacques Lasserre, ancien président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques. Adjointe du nouveau maire sans étiquette de Bardos, Jean-Paul Diribarne, elle a créé le consensus politique pour être portée à cette présidence et succède à Robert Malou, ex maire de Came.

  • 22/04/14 | Patrick Boudon reconduit à la tête des Vignerons Bio d'Aquitaine (SVBA)

    Lire

    Le 8 avril dernier, le Conseil d'administration du Syndicat des Vignerons Bio d'Aquitaine s'est réuni pour élire les différents membres du bureau. A cette occasion, les 15 membres du CA ont donc réélu Patrick Boudon pour un 3ème mandant consécutif en tant que Président du SVBA. Comptant à ce jour 190 adhérents, le SVBA envisage cette année 2014 avec enthousiasme et sérénité: "de très beaux projets à venir pour structurer notre filière biologique et valoriser notre mode de production auprès de tous les publics" a alors précisé Patrick Boudon.

  • 22/04/14 | Conférence débat autour de l'Europe à la maison de l'Europe47, le 29 avril à 14h

    Lire

    La Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne/CIED Moyenne Garonne organise une conférence débat sur « Élections européennes : Quelle Europe voulons-nous ? » avec Anne Houtman, chef de la représentation en France de la commission européenne, Luc Paboeuf, président du comité économique, social et environnement régional (CESER), Alexandre Fongaro, président des jeunes européens, et François Maïtia, vice-président du Conseil régional d’Aquitaine, chargé des questions européennes. Entrée libre.

  • 20/04/14 | Un Greco au musée des beaux arts d'Agen !

    Lire

    Le musée d’Agen prête de la mi-avril à la fin août plusieurs œuvres de sa collection (Oudry, Lalanne, Goya, Grigorescu, etc) au musée des Beaux-Arts de Pau sur le thème de l’animal dans l’art. En échange de ces prêts, « le musée d’Agen est particulièrement heureux » de présenter pendant la durée de l’exposition de Pau, trois œuvres importantes du musée de Pau dont un tableau du Greco « Saint François d'Assise recevant les Stigmates ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Elections européennes 2014
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Derrière l'affaire Spanghero, une Europe qui devient folle

Spanghero… Un nom d’abord qui rappelle aux moins jeunes d’entre nous les mêlées ouvertes d’où Walter s’extrayait pour emporter deux ou trois anglais accrochés à ses basques... Une marque dont l’identité se confond avec Castelnaudary, une grosse bourgade de l’Aude perchée au-dessus du canal du Midi; la tentation d’un détour, en route vers Narbonne et ses plages, histoire de "se faire" un cassoulet et d’honorer la gastronomie locale. Rachetée par l’un des fleurons du secteur coopératif régional, Lur Berri, dont le nom fleure bon l’agriculture des coteaux du pays basque, qui en rien de temps, est devenue un géant du secteur agro-alimentaire, Spanghero est dans la tourmente. Castelnaudary tremble, légitimement, pour ses emplois et le Pays Basque et ses valeurs ne se reconnaissent plus dans ses circuits indéchiffrables d’un produit avec lequel on ne badine pas, la viande de bœuf.

C’est le sénateur Jean-Jacques Lasserre, l’ancien président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de la coopérative Lur Berri, tout en défendant l’honnêteté de ses responsables qui dénonce, sur le mode à la fois désolé et inquiet,  un système qui est devenu fou. Le propos renvoie, en effet, à la découverte que permet cette affaire, celle de ce que l’on pourrait appeler par analogie aux circuits financiers, la dérégulation d’une partie des marchés de l’agro-alimentaire. Des traders (!) chypriotes ou néerlandais –apparemment on en trouve d’autres chaque jour ailleurs dans l'UE – qui, sans aucun contact avec le produit alimentaire qu’ils achètent et revendent, font leur biseness en toute légalité au sein d’une Union Européenne qui, pourtant, du côté de Bruxelles se montre, par ailleurs, si souvent intransigeante quand il s’agit de l’édiction ou du respect des normes… Une Commission qui redonne au même moment le feu vert aux farines animales… Une Commission qui prône le « verdissement » de la Politique Agricole Commune pour aller au devant des attentes de la société mais se montre moins résolue pour qu’existe un étiquetage efficace.

Les enquêtes en cours diront ce qu’il en est des responsabilités des uns et des autres, dans ce trafic de viandes dont heureusement on peut croire qu’il n’aura pas de conséquences sanitaires. Reste, et ce n’est pas rien, les enseignements que l’on doit en tirer. Et singulièrement, ici, dans notre Aquitaine terre d’élection des produits sous signe de qualité qui vont être promus au prochain salon de l’agriculture sous la bannière Sud Ouest.

Le sérieux de la chaîne agro-alimentaire doit être plus que jamais l’impératif catégorique, la transparence des acteurs plus que jamais nécessaire, y compris pour savoir ce que coûte par exemple un poulet fermier des Landes et pourquoi son prix est aussi une garantie pour le consommateur. Parallèlement, les organisations professionnelles agricoles doivent poursuivre l’encouragement au développement des circuits courts, synonyme d’une plus grande traçabilité des produits et de revenu conservé par le producteur. Un corpus de valeurs, en quelque sorte, à partager de la ferme à l’assiette, une proximité pleine de sens face à l’anonymat des margoulins qui prospèrent dans une Europe qui a besoin de se ressaisir .

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
6451
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 20/02/2013

Enfin quoi, une coopérative avec les valeurs qu'elle est censée véhiculer tomber dans ces travers de la soi-disant modernité! Elle où la société d'hommes censées ne pas fait de bénéfice mais être au service des agriculteurs et des humains en général. Remarquez le Crédit Agricole revendique, lui aussi ces jours-ci être une coopérative, après avoir jugé cela ringard pendant des années. Honnis soit ce postulat où le marché est censé réguler tout, à part pervertir et appauvrir le plus grand nombre on ne voit pas très bien quel est son bénéfice. Changeons de monde, et vite

Xavier | 21/02/2013

Il y a 24 ans, j'achevais un cursus d'enseignement supérieur en agriculture, Durant les études, un voyage pour comprendre le fonctionnement de la filière viande bovine : déjà, les opérateurs nous expliquaient que les pratiques de mise en marché nécessitaient pas mal d'intermédiaires (et donc ne permettaient pas forcément de reconstituer précisément la formation du prix des produits et le lien entre producteur et consommateur). Plusieurs stages en exploitations agricoles (notamment en culture biologique), en 1987, service national civil dans un coopérative de consommateurs de produits bio, stage de fin d'étude dans une vallée pyrénéenne, sur l'occupation de l'espace et le maintien de l'activité agricole pérenne, même dans des zones difficiles. En 1998, en pleine période de crise de la vache folle, je travaillais notamment avec des éleveurs du Massif Central pour accompagner des filières de qualité, grâce au programme européen Leader. Tout ça pour dire que la meilleure garantie de qualité me semble être dans la proximité à a fois géographique et fonctionnelle (moins d'intermédiaires, plus de traçabilité...). Pas sûr que ce soit l'Europe qui soit devenue folle, ( ou alors il faut préciser : l'Europe des producteurs ? L’Europe des consommateurs ? Celle des lobbyistes ? Voire celle des boursicoteurs et des agences de notation... ?),mais plutôt une logique de marché ultralibérale poussée à bout. Je suis d'accord avec vous, Joël, et j'enfoncerai même le clou : actuellement trop peu de responsables, élus et décideurs, au sein des organisations professionnelles agricoles, sont conscients du bien fondé et de l'intérêt des circuits courts : combien d'affaires Findus ou Spanghero faudra-t-il pour qu'ils s'intéressent à de nouveaux modes de production, voire de distribution, quelque peu "alternatifs" et pourtant pas révolutionnaires. Juste en phase avec l'air du temps et la demande sociale contemporaine ("Manger mieux tout en préservant les ressources environnementales et... en rémunérant mieux les producteurs !")

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires