Le Fil d'Aqui

06/07/15 : L'Aviron Bayonnais confirmera aujourd'hui que Vincent Etcheto, qui fut entraineur pendant six ans des lignes arrière de l'Union Bordeaux-Bègles, avant d'être remercié par le président, intègrera le club ciel et blanc pour deux saisons comme entraîneur

06/07/15 : Tournois de chevalerie, campements animés, métiers du Moyen-Age et spectacle de feu figurent, parmi bien d'autres animations, au programme des remarquables Médiévales de Montaner (64) qui se dérouleront les samedi 11 et dimanche 12 juillet en Béarn. + d'info

06/07/15 : La première période d'inscription à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour pour l'année 2015-2016 a lieu du 8 au 21 juillet. Une seconde période est prévue du 27 août au 4 septembre.+ d'info

03/07/15 : Le tribunal correctionnel de Bordeaux a relaxé la juge Isabelle Prévost-Desprez qui était poursuivie pour « violation du secret professionnel » dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Bettencourt.

02/07/15 : La deuxième partie du festival de jazz "Des rives et des notes" organisé à Oloron-Sainte-Marie (64) se poursuit jusque dimanche avec Gogo Penguin Trio, le duo G. Privat-S. Troupé, J. Schwarz Bart , Ester Rada et Roy Hargrove + d'info

02/07/15 : Fortes chaleurs en Lot-et-Garonne : déclenchement du niveau 3 « alerte canicule » du plan départemental de gestion de la canicule et recommandations sanitaires.

01/07/15 : Michelle Lacoste, Conseillère départementale du Nord Libournais, Présidente de la commission culture, vient d’être élue Présidente de l’Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel (I.D.D.A.C.).

01/07/15 : Le maire de Bayonne a décidé de porter plainte après qu'une fuite de gaz ait été détectée mardi, dans une zone de triage, sur deux wagons chargés de 55 tonnes d'acide nitrique et provenant de l'usine Yara, sur le bassin de Lacq.

30/06/15 : En Lot-et-Garonne, déclenchement du 1er niveau du dispositif de gestion des épisodes de pollution (la procédure d'information et de recommandations). En effet, un épisode de pollution atmosphérique à l’ozone a été enregistré du aux fortes chaleurs.

30/06/15 : Pour découvrir et s'initier au sport, le Conseil départemental et la commune de Villeneuve-sur-Lot organisent la manifestation « ID'sports », le dimanche 5 juillet au château de Rogé à Villeneuve-sur-Lot.

30/06/15 : Education. A Villeneuve-sur-Lot, l'école élémentaire Ferdinand Buisson ne connaîtra pas de fermeture de classe à la rentrée et l'école élémentaire Jean-Jaurès disposera d'une nouvelle classe.

30/06/15 : Musique. Les lauréats de la Bourse aux Projets Jeunes Citoyens de Val de Garonne Agglomération offrent une performance de musique électronique live baptisée « Boîte Noire » le dimanche 5 juillet à 20h30 au Petit Théâtre de Marmande (47). Entrée libre

30/06/15 : Les innovations en faveur de la transition énergétique présentées dans les locaux de Domolandes (40) jeudi 2 juillet+ d'info

27/06/15 : Les socios bayonnais par un vote écrasant (78%) ont refusé la fusion. Retour case départ avec le retour du président Sallagoity qui avait accompagné la mutation de l'Aviron en club pro en 1999 avant d'être conduit vers la sortie à l'ère Afflelou.

27/06/15 : La Chambre de commerce de la Dordogne lance son portail de financement participatif « Dordogne Impulse », une solution pour les entreprises qui souhaitent faire du buzz autour de leurs projets et obtenir des fonds pour les réaliser. + d'info

26/06/15 : Accueilli ce matin en Béarn par Turbomeca, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a eu une pensée émue pour la victime de l'attentat commis dans l'Isère. Il a souhaité que les Français restent sereins et déterminés face au terrorisme.

25/06/15 : Avec un coût au kilomètre de 14,8 centimes, l'A 65 entre Langon et Pau arrive au 3e rang des autoroutes les plus chères de France,selon un classement établi par Linternaute.com . Elle se situe derrière l'A1 (52 cent./km) et l'A19 (15,1 cent./km).

25/06/15 : Une dizaine de bouquetins ibériques originaires de Sierre de Guadarrama, près de Madrid, vont être lâchés demain à Cauterets (65). Le parc national des Pyrénées propose sur son site Internet de parrainer des bouquetins et d'assister à leur lâcher + d'info

25/06/15 : Sergent Garcia et Max Romeo figurent parmi les hôtes du festival Pyrène qui se déroulera les vendredi 3 et samedi 4 juillet à Bordes (64). Celui-ci mettra l'accent sur les musiques latino et le reggae. + d'info

25/06/15 : La foire-exposition de Pau, qui aura lieu du 5 au 13 septembre, mettra l'accent sur les activités liées au cheval. Une manière de rappeler que cette ville possède le deuxième centre d'entrainement français après Chantilly.



Festival Arte Flamenco 2015 - Landes
- Publicité -
  • 06/07/15 | Transports de produits dangereux : la SEPANSO 64 s'inquiète

    Lire

    Après l'alerte provoquée à Bayonne par des émanations de gaz provenant de wagons emplis d'acide nitrique, la SEPANSO a écrit au préfet des Pyrénées-Atlantiques. Elle lui demande s'il est règlementaire de laisser stationner des wagons de produits toxiques plusieurs jours au sein d'une agglomération. Mais également si des plans particuliers d'intervention sont prévus en gare, "comme le préconise la Cour des comptes depuis un an". La SEPANSO s'inquiète par ailleurs des conditions de stockage des produits dangereux sur le bassin de Lacq, d'où venaient les wagons.

  • 05/07/15 | Saint Vincent Jalmoutiers, nouveau centre de la grande région

    Lire

    La future grande région a déjà une capitale : Saint-Vincent Jalmoutiers. Cette petite commune de Dordogne, 260 habitants, est exactement au centre exact des 84.825 km carrés de la nouvelle entité qui verra le jour en 2016 selon l'institut national de géographie. C'est dans ce village que les communistes ont lancé le 3 juillet leur campagne des régionales. Virginie Calmels, pour les Républicains, a choisi Ribérac, à quelques kilomètres de là, pour dévoiler ses têtes de listes, le 10 juillet.

  • 03/07/15 | Coop de France Aquitaine accompagne la réforme territoriale

    Lire

    Lors de l'assemblée générale de Coop de France Aquitaine ce 2 juillet, Jean-Pierre Raynaud son Président a évoqué le projet de regroupement entre Coop de France Aquitaine, Coop de France Limousin et Coop de France Poitou-Charentes au 1er janvier 2016, dans le pas de la réforme territoriale tout en annonçant qu'il n'avait pas l'intention de postuler au futur poste de Président de la nouvelle entité issue de cette fusion. En Aquitaine, il est à la présidence depuis 2001, prenant à l'époque la suite du landais Jacques Castaing.

  • 02/07/15 | Une nouvelle tête à la direction de l'IDDAC

    Lire

    Michelle Lacoste, Conseillère départementale du Nord-Libournais et présidente de la commission en charge de la culture, vient d'être nommée à la tête de l'IDDAC (Institut de Développement Artistique et Culturel). Comme son nom l'indique, son but est de soutenir l'action culturelle du département au travers des différents plans initiés par le Conseil départemental de la Gironde. Le financement du Département, à hauteur de 1,85 million d'euros, représente 79% du budget de l'IDDAC.

  • 01/07/15 | Wagons d'acide nitirique : le maire de Bayonne porte plainte

    Lire

    Le maire de Bayonne a porté plainte après qu'une fuite de gaz ait été détectée mardi, sur une zone de triage RFF, sur deux wagons chargés de 55 tonnes d'acide nitrique et provenant de l'usine Yara, dans bassin de Lacq. Le trafic ferroviaire passagers et fret avait été interrompu.Les services de secours, arrivés dix minutes après le signalement de l'incident, avaient établi un périmètre de sécurité autour de la gare à hauteur du quartier Saint-Bernard. Les mesures de toxicité de l'air s'étaient avérées négatives. Les wagons ont été récupérés par Yara.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Derrière l'affaire Spanghero, une Europe qui devient folle

Spanghero… Un nom d’abord qui rappelle aux moins jeunes d’entre nous les mêlées ouvertes d’où Walter s’extrayait pour emporter deux ou trois anglais accrochés à ses basques... Une marque dont l’identité se confond avec Castelnaudary, une grosse bourgade de l’Aude perchée au-dessus du canal du Midi; la tentation d’un détour, en route vers Narbonne et ses plages, histoire de "se faire" un cassoulet et d’honorer la gastronomie locale. Rachetée par l’un des fleurons du secteur coopératif régional, Lur Berri, dont le nom fleure bon l’agriculture des coteaux du pays basque, qui en rien de temps, est devenue un géant du secteur agro-alimentaire, Spanghero est dans la tourmente. Castelnaudary tremble, légitimement, pour ses emplois et le Pays Basque et ses valeurs ne se reconnaissent plus dans ses circuits indéchiffrables d’un produit avec lequel on ne badine pas, la viande de bœuf.

C’est le sénateur Jean-Jacques Lasserre, l’ancien président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de la coopérative Lur Berri, tout en défendant l’honnêteté de ses responsables qui dénonce, sur le mode à la fois désolé et inquiet,  un système qui est devenu fou. Le propos renvoie, en effet, à la découverte que permet cette affaire, celle de ce que l’on pourrait appeler par analogie aux circuits financiers, la dérégulation d’une partie des marchés de l’agro-alimentaire. Des traders (!) chypriotes ou néerlandais –apparemment on en trouve d’autres chaque jour ailleurs dans l'UE – qui, sans aucun contact avec le produit alimentaire qu’ils achètent et revendent, font leur biseness en toute légalité au sein d’une Union Européenne qui, pourtant, du côté de Bruxelles se montre, par ailleurs, si souvent intransigeante quand il s’agit de l’édiction ou du respect des normes… Une Commission qui redonne au même moment le feu vert aux farines animales… Une Commission qui prône le « verdissement » de la Politique Agricole Commune pour aller au devant des attentes de la société mais se montre moins résolue pour qu’existe un étiquetage efficace.

Les enquêtes en cours diront ce qu’il en est des responsabilités des uns et des autres, dans ce trafic de viandes dont heureusement on peut croire qu’il n’aura pas de conséquences sanitaires. Reste, et ce n’est pas rien, les enseignements que l’on doit en tirer. Et singulièrement, ici, dans notre Aquitaine terre d’élection des produits sous signe de qualité qui vont être promus au prochain salon de l’agriculture sous la bannière Sud Ouest.

Le sérieux de la chaîne agro-alimentaire doit être plus que jamais l’impératif catégorique, la transparence des acteurs plus que jamais nécessaire, y compris pour savoir ce que coûte par exemple un poulet fermier des Landes et pourquoi son prix est aussi une garantie pour le consommateur. Parallèlement, les organisations professionnelles agricoles doivent poursuivre l’encouragement au développement des circuits courts, synonyme d’une plus grande traçabilité des produits et de revenu conservé par le producteur. Un corpus de valeurs, en quelque sorte, à partager de la ferme à l’assiette, une proximité pleine de sens face à l’anonymat des margoulins qui prospèrent dans une Europe qui a besoin de se ressaisir .

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
105
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 20/02/2013

Enfin quoi, une coopérative avec les valeurs qu'elle est censée véhiculer tomber dans ces travers de la soi-disant modernité! Elle où la société d'hommes censées ne pas fait de bénéfice mais être au service des agriculteurs et des humains en général. Remarquez le Crédit Agricole revendique, lui aussi ces jours-ci être une coopérative, après avoir jugé cela ringard pendant des années. Honnis soit ce postulat où le marché est censé réguler tout, à part pervertir et appauvrir le plus grand nombre on ne voit pas très bien quel est son bénéfice. Changeons de monde, et vite

Xavier | 21/02/2013

Il y a 24 ans, j'achevais un cursus d'enseignement supérieur en agriculture, Durant les études, un voyage pour comprendre le fonctionnement de la filière viande bovine : déjà, les opérateurs nous expliquaient que les pratiques de mise en marché nécessitaient pas mal d'intermédiaires (et donc ne permettaient pas forcément de reconstituer précisément la formation du prix des produits et le lien entre producteur et consommateur). Plusieurs stages en exploitations agricoles (notamment en culture biologique), en 1987, service national civil dans un coopérative de consommateurs de produits bio, stage de fin d'étude dans une vallée pyrénéenne, sur l'occupation de l'espace et le maintien de l'activité agricole pérenne, même dans des zones difficiles. En 1998, en pleine période de crise de la vache folle, je travaillais notamment avec des éleveurs du Massif Central pour accompagner des filières de qualité, grâce au programme européen Leader. Tout ça pour dire que la meilleure garantie de qualité me semble être dans la proximité à a fois géographique et fonctionnelle (moins d'intermédiaires, plus de traçabilité...). Pas sûr que ce soit l'Europe qui soit devenue folle, ( ou alors il faut préciser : l'Europe des producteurs ? L’Europe des consommateurs ? Celle des lobbyistes ? Voire celle des boursicoteurs et des agences de notation... ?),mais plutôt une logique de marché ultralibérale poussée à bout. Je suis d'accord avec vous, Joël, et j'enfoncerai même le clou : actuellement trop peu de responsables, élus et décideurs, au sein des organisations professionnelles agricoles, sont conscients du bien fondé et de l'intérêt des circuits courts : combien d'affaires Findus ou Spanghero faudra-t-il pour qu'ils s'intéressent à de nouveaux modes de production, voire de distribution, quelque peu "alternatifs" et pourtant pas révolutionnaires. Juste en phase avec l'air du temps et la demande sociale contemporaine ("Manger mieux tout en préservant les ressources environnementales et... en rémunérant mieux les producteurs !")

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




14/06/2015 | Loi Evin et LGV : les drôles de synthèse de François Hollande

C'est entendu le président a levé son verre et rencontré des vignerons. A t-il fait du même coup une publicité condamnable au titre de la loi Evin ? Grave question qui porterait à sourire si elle ne contenait, en elle-même, la part d'invraisemblance et d'hypocrisie dont notre pays, la France, est toujours capable, vingt quatre ans après le vote d'une loi qui confondait dans une même désignation alcools en tout genre et vin... Ah ! Bon parce que le vin ce n'est pas de l'alcool ?... Entendons ici la réaction immédiate des défenseurs d'une jeunesse que l'on dit de plus en plus attirée par l'alcool, au point de se rassembler pour boire jusqu'à basculer dans l'ivresse folle, histoire de faire un bras d'honneur aux interdits et de s'embarquer pour quelque paradis improbable. Oui, convenons-en, le vin est bien une boisson alcoolisée : c'est le fruit de la fermentation alcoolique du jus de raisin ! Mais, si nous sommes capables, les uns et les autres, de connaître un minimum de la viticulture et du vin, nous pourrons affirmer qu'il faudrait déjà quelques bouteilles au degré moyen de 12 degrés qui légitiment un « bordeaux » pour arriver à la hauteur d'un flacon de whisky ou de vodka. Ce simple rappel pour pointer du doigt l'incroyable sottise qui conduit, faute d'une information intelligente, à ne pas distinguer ces alcools durs du vin. Et, bien sûr, nous n'aurons aucune peine à dire qu'il faut le boire avec modération.

Lire la suite


31/05/2015 | Juppé-Sarkozy: des sifflets qui en disent long ....

Des sifflets pour Alain Juppé, encore des sifflets, cette fois lors du congrès fondateur du parti sarkozyste, ces « Républicains » que l'ancien président de la République a voulus et dont il entend faire le nouveau parti, au service de sa reconquête du pouvoir, dans deux ans... Des sifflets, il y en aura d'autres et ils n'ont pas l'air d'ébranler la détermination du maire de Bordeaux qui a redit, ce dimanche 31 mai, à Europe 1, qu'il voulait des primaires ouvertes au centre et pas seulement à droite. Ces sifflets relèveraient de la simple anecdote s'ils ne témoignaient d'une vraie fracture au sein de l'ex-Ump. Et pas seulement pour une question d'ambition, de l'un et de l'autre, mais par rapport à la stratégie que la droite doit adopter pour espérer gagner la présidentielle de 2017. Quand il enfonce le clou de l'ouverture des primaires, dont il veut faire une grande consultation populaire, en citant en référence les primaires socialistes de 2011, et se dit prêt à ne pas y participer, Alain Juppé ne s'interdit pas de partir en campagne, sous ses propres couleurs. « Notre société, note-t-il, a besoin d'apaisement, pas de revanche ; on ne fait rien de bon dans la recherche méthodique du clivage ». Ces propos font directement écho à ceux prononcés, à Bordeaux, il y quelques jours à l'invitation du Crédit Agricole d'Aquitaine, par un ancien ministre de gauche, Hubert Védrine, auteur de « La France au défi » dans lequel il plaide pour « une coalition momentanée droite-gauche », le temps de réformes nécessaires, au fond sur le modèle allemand.

Lire la suite