Le Fil d'Aqui

06/03/15 : Guy Saint-Martin figure politique lot-et-garonnaise ancien conseiller régional et général et ex maire de Boé (47) s'est éteint ce matin à l'âge de 82 ans.

04/03/15 : Michel Delpuech, préfet de la région Aquitaine et de la Gironde, est nommé préfet de Rhône-Alpes. Pierre Dartout (préfet de Champagne-Ardennes) le remplace à Bordeaux. Ils sont, comme François Hollande, issus de la promotion Voltaire de l'ENA.

04/03/15 : La Chambre d'Agriculture de la Gironde organise 2 journées portes ouvertes « engrais verts ». Elles sont programmées le 31 mars au Château Grand Baril à Montagne (33) et le 2 avril au Château Bois Beaulieu à Saint Sauveur de Meilhan (47).

04/03/15 : Le cabinet d’architecture Wilmotte et Associés Architectes a été retenu pour la construction du nouveau siège de la Caisse Régionale de Crédit Agricole d'Aquitaine sur les Bassins à Flot à Bordeaux

04/03/15 : Depuis lundi, Fabien Joffre est le nouveau président de la fédération départementale des exploitants agricoles de la Dordogne (FDSEA). Agé de 37 ans, cet éleveur bovins et producteur de noix à Nailhac remplace Yannick Frances, démissionnaire.

04/03/15 : Le collège Ernest Gabard, de Jurançon, est le premier établissement aquitain à recevoir le label "Bio engagé". La restauration qu'il propose aux élèves répond à une démarche "manger bio et local" développée sur l'ensemble des Pyrénées-Atlantiques

04/03/15 : Une cinquantaine d'exposants venus de toute la France participeront au salon du vin et de la gastronomie organisé à Morlaàs (64), du vendredi 6 au dimanche 8 mars. Celui-ci permettra notamment de présenter les produits du Vic-Bilh et du Madiran.+ d'info

03/03/15 : Gazouillis chez les députés : dans un palmarès des élus les plus actifs sur Twitter, Michelle Delaunay, députée de la 2ème circonscription de Gironde, figure à la 2ème place avec 800 tweets en février. Alain Rousset, lui, arrive 4ème (601 tweets).

03/03/15 : La charcuterie Aubard à Bayonne a remporté deux médailles au Salon de l'agriculture: une de bronze pour son jambon IGP et une d'or pour son jambon de Quintoa, un jambon sec supérieur. Elle a ouvert un premier magasin à Bayonne et en compte trois.

03/03/15 : Bordeaux fête le chocolat au Jardin Botanique de Bordeaux. Une troisième édition gourmande du 12 au 15 mars 2015 à 10h à 19h + d'info

02/03/15 : Rugby. A l'occasion du match Agen/Albi, samedi 7 mars à 18h30 à Armandie, et de la Journée de la femme, le SUA met à l’honneur ses supportrices et leur offre leur place en tribune. De nombreuses animations agrémenteront cette fête. résa : 0553981264.+ d'info

01/03/15 : En mars et avril 2015, les bacs TransGironde (Le Verdon-Royan et Blaye-Lamarque) connaîtront une modification d'horaires et de tarifs. Toutes les infos des nouvelles traversées sur le site.+ d'info

27/02/15 : L'accès à la station de ski de La-Pierre-Saint-Martin est ouvert avec équipements. 50% du domaine est skiable et ouvrira progressivement en fonction des conditions météo. + d'info

27/02/15 : Bloqué par les importantes quantités de neige tombées sur le massif, l'accès à la station de ski de Gourette a été rétabli à partir des Eaux-Bonnes avec des conditions de circulation normales, indique le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques.

27/02/15 : Haude, une limousine née à Saint-Cyr-les-Champagnes, s'est classée ce jeudi deuxième de sa catégorie (génisses pleines de moins de 32 mois) au Salon de l'agriculture, à Paris. Haude provient de l'élevage d'Olivier Lasternas, habitué des podiums.

25/02/15 : Le risque d'avalanche est maximum (5/5) dans les Pyrénées-Atlantiques. Il demeurera très élevé jusque lundi. Plusieurs avalanches d'ampleur ont déjà été constatées dans la journée en vallées d'Ossau et d'Aspe, sans faire de victimes.

25/02/15 : Dealers de Science organise une conférence-débat sur le thème "Littoral atlantique français : comment rester à flot ?" le mardi 17 mars 2015 à 18h30 à la Maison Ecocitoyenne de Bordeaux (Quai Richelieu).

24/02/15 : Philippe Couillard, le premier ministre du Québec, sera en visite officielle à Bordeaux les 4 et 5 mars. L'occasion de conclure des partenariats entre des entreprises et institutions aquitaines et québécoises dans le numérique et les hautes technologies

24/02/15 : Lascaux III, l'exposition internationale consacrée à célèbre grotte, vient de franchir le cap des 800 000 visiteurs au musée du cinquantenaire de Bruxelles. En raison de son succès, l’exposition est prolongée à Bruxelles jusqu’au 12 avril prochain.

24/02/15 : En Lot-et-Garonne, Clélia Daulhac est la plus jeune candidate de France à se présenter aux élections départementales de mars prochain. Remplaçante sur le canton Agen 3 elle aura 18 ans le 28 février prochain

23/02/15 : Veolia Recyclage et Valorisation offre à ses collaboratrices un accès gracieux au réseau social LConnect (http://lconnect.fr), l’association bordelaise qui réunit des femmes d’horizons variés, toutes impliquées dans la vie économique.+ d'info

19/02/15 : 3 636, c'est le nombre de vins inscrits au Concours de Bordeaux – Vins d'Aquitaine. La date de cette 59ème édition est fixée au samedi 9 mai au Palais des Congrès de Bordeaux-Lac.

18/02/15 : Airbus a sélectionné le moteur Arrano, fabriqué par Turbomeca à Bordes (64), comme motorisation exclusive pour le nouvel hélicoptère bimoteur X4. Celui-ci permet une consommation en carburant réduite de 10% à 15% par rapport aux précédents moteurs.

18/02/15 : 2015 a été décrétée « Année de la jeunesse » à Villeneuve/Lot. Une large consultation vient donc d'être lancée auprès des 12-25 ans. Menée par le cabinet BSA, elle s'appuie sur un travail de terrain en immersion.

17/02/15 : Quatre personnes marchant sur une route, fermée à la circulation au dessus de la station de Gourette, ont été ensevelies par une avalanche cet après-midi. Elles ont été dégagées et retrouvées vivantes. Deux d'entre elles sont dans un état grave.



- Publicité -
  • 06/03/15 | Bordeaux Métropole s'engage sur la recherche

    Lire

    Dans la prise de compétence de "soutien aux établissements d'enseignements supérieurs et de recherche", la Métropole continue de développer l'opération Campus et le contrat de plan Etat-région 2015-2019. Elle a affirmé 3 grands principes : la participation au développement d'un campus "intégré à la ville", faciliter la rencontre entre recherche et entreprises et encourager la production et la diffusion des savoirs aux bénéfices des compétences de la nouvelle entité métropolitaine.

  • 06/03/15 | Une nouvelle carte de circuits vélo pour la Dordogne

    Lire

    Le comité départemental du tourisme de la Dordogne, le Conseil général et le comité départemental de cyclotourisme ont uni leurs efforts pour éditer une carte présentant 20 circuits en boucle de tous niveaux, les 4 vélo routes et voie vertes et un circuit en itinérance douce. Ce travail commun prend en compte la sécurité des cyclistes et la valorisation du patrimoine. Cette carte sera ensuite distribuée par les offices du tourisme du département à partir de la fin du mois.

  • 04/03/15 | Le directeur du Lutecia de Paris provisoirement à la tête du Palais à Biarritz

    Lire

    Suite au départ à la retraite du directeur général de l’Hôtel du Palais, Jean Louis Leimbacher, et durant l’étude en cours sur le prochain mode de gestion du Palace, il fallait nommer un directeur de transition afin d’assurer, entre aujourd’hui et le mois d’octobre, une gestion de qualité pour l’établissement phare de Biarritz. Michel Veunac a demandé à Jean-Luc Cousty, directeur depuis plus de 6 ans de l'Hôtel Lutetia à Paris, d’exercer cette transition, l'établissement dont il est en charge, ayant fermé pour 3 ans afin de réaliser des travaux de réfection totale.

  • 04/03/15 | Centristes et UMP veulent relancer les "projets abandonnés" des Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les Pyrénées-Atlantiques, le groupe centriste Forces 64 et l'UMP soulignent le rôle essentiel que les départements devront jouer, pour soutenir les dossiers de développement local, alors que les régions prennent des dimensions gigantesques. Les deux formations disent également leur volonté de relancer des dossiers "abandonnés par les socialistes" : la RN 134 (route du Somport), l'échangeur autoroutier de Berlanne à l'Est de Pau, le projet de route Pau-Oloron, la protection du littoral basque, l'aide au fonctionnement des crèches...

  • 04/03/15 | Un chalutier breton s'échoue à Ciboure

    Lire

    Ce matin vers 6h40, un chalutier immatriculé à Saint-Nazaire, le "Cintharth" s'est échoué sur la plage du port de Ciboure, en face de Saint-Jean-de-Luz après avoir passé le chenal de Socoa. Apparemment sa barre a cassé et le bateau est devenu incontrolable. Les six membres d'équipage ont été évacués par l'helicoptère dela gendramerie. Seul l'un d'entre eux a été bléssé à la jambe. Une tentative de remorquage du chalutier qui contient 15000 litres de gasoil, vers 16 heures à marée haute devrait être entreprise.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Derrière l'affaire Spanghero, une Europe qui devient folle

Spanghero… Un nom d’abord qui rappelle aux moins jeunes d’entre nous les mêlées ouvertes d’où Walter s’extrayait pour emporter deux ou trois anglais accrochés à ses basques... Une marque dont l’identité se confond avec Castelnaudary, une grosse bourgade de l’Aude perchée au-dessus du canal du Midi; la tentation d’un détour, en route vers Narbonne et ses plages, histoire de "se faire" un cassoulet et d’honorer la gastronomie locale. Rachetée par l’un des fleurons du secteur coopératif régional, Lur Berri, dont le nom fleure bon l’agriculture des coteaux du pays basque, qui en rien de temps, est devenue un géant du secteur agro-alimentaire, Spanghero est dans la tourmente. Castelnaudary tremble, légitimement, pour ses emplois et le Pays Basque et ses valeurs ne se reconnaissent plus dans ses circuits indéchiffrables d’un produit avec lequel on ne badine pas, la viande de bœuf.

C’est le sénateur Jean-Jacques Lasserre, l’ancien président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de la coopérative Lur Berri, tout en défendant l’honnêteté de ses responsables qui dénonce, sur le mode à la fois désolé et inquiet,  un système qui est devenu fou. Le propos renvoie, en effet, à la découverte que permet cette affaire, celle de ce que l’on pourrait appeler par analogie aux circuits financiers, la dérégulation d’une partie des marchés de l’agro-alimentaire. Des traders (!) chypriotes ou néerlandais –apparemment on en trouve d’autres chaque jour ailleurs dans l'UE – qui, sans aucun contact avec le produit alimentaire qu’ils achètent et revendent, font leur biseness en toute légalité au sein d’une Union Européenne qui, pourtant, du côté de Bruxelles se montre, par ailleurs, si souvent intransigeante quand il s’agit de l’édiction ou du respect des normes… Une Commission qui redonne au même moment le feu vert aux farines animales… Une Commission qui prône le « verdissement » de la Politique Agricole Commune pour aller au devant des attentes de la société mais se montre moins résolue pour qu’existe un étiquetage efficace.

Les enquêtes en cours diront ce qu’il en est des responsabilités des uns et des autres, dans ce trafic de viandes dont heureusement on peut croire qu’il n’aura pas de conséquences sanitaires. Reste, et ce n’est pas rien, les enseignements que l’on doit en tirer. Et singulièrement, ici, dans notre Aquitaine terre d’élection des produits sous signe de qualité qui vont être promus au prochain salon de l’agriculture sous la bannière Sud Ouest.

Le sérieux de la chaîne agro-alimentaire doit être plus que jamais l’impératif catégorique, la transparence des acteurs plus que jamais nécessaire, y compris pour savoir ce que coûte par exemple un poulet fermier des Landes et pourquoi son prix est aussi une garantie pour le consommateur. Parallèlement, les organisations professionnelles agricoles doivent poursuivre l’encouragement au développement des circuits courts, synonyme d’une plus grande traçabilité des produits et de revenu conservé par le producteur. Un corpus de valeurs, en quelque sorte, à partager de la ferme à l’assiette, une proximité pleine de sens face à l’anonymat des margoulins qui prospèrent dans une Europe qui a besoin de se ressaisir .

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
6980
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 20/02/2013

Enfin quoi, une coopérative avec les valeurs qu'elle est censée véhiculer tomber dans ces travers de la soi-disant modernité! Elle où la société d'hommes censées ne pas fait de bénéfice mais être au service des agriculteurs et des humains en général. Remarquez le Crédit Agricole revendique, lui aussi ces jours-ci être une coopérative, après avoir jugé cela ringard pendant des années. Honnis soit ce postulat où le marché est censé réguler tout, à part pervertir et appauvrir le plus grand nombre on ne voit pas très bien quel est son bénéfice. Changeons de monde, et vite

Xavier | 21/02/2013

Il y a 24 ans, j'achevais un cursus d'enseignement supérieur en agriculture, Durant les études, un voyage pour comprendre le fonctionnement de la filière viande bovine : déjà, les opérateurs nous expliquaient que les pratiques de mise en marché nécessitaient pas mal d'intermédiaires (et donc ne permettaient pas forcément de reconstituer précisément la formation du prix des produits et le lien entre producteur et consommateur). Plusieurs stages en exploitations agricoles (notamment en culture biologique), en 1987, service national civil dans un coopérative de consommateurs de produits bio, stage de fin d'étude dans une vallée pyrénéenne, sur l'occupation de l'espace et le maintien de l'activité agricole pérenne, même dans des zones difficiles. En 1998, en pleine période de crise de la vache folle, je travaillais notamment avec des éleveurs du Massif Central pour accompagner des filières de qualité, grâce au programme européen Leader. Tout ça pour dire que la meilleure garantie de qualité me semble être dans la proximité à a fois géographique et fonctionnelle (moins d'intermédiaires, plus de traçabilité...). Pas sûr que ce soit l'Europe qui soit devenue folle, ( ou alors il faut préciser : l'Europe des producteurs ? L’Europe des consommateurs ? Celle des lobbyistes ? Voire celle des boursicoteurs et des agences de notation... ?),mais plutôt une logique de marché ultralibérale poussée à bout. Je suis d'accord avec vous, Joël, et j'enfoncerai même le clou : actuellement trop peu de responsables, élus et décideurs, au sein des organisations professionnelles agricoles, sont conscients du bien fondé et de l'intérêt des circuits courts : combien d'affaires Findus ou Spanghero faudra-t-il pour qu'ils s'intéressent à de nouveaux modes de production, voire de distribution, quelque peu "alternatifs" et pourtant pas révolutionnaires. Juste en phase avec l'air du temps et la demande sociale contemporaine ("Manger mieux tout en préservant les ressources environnementales et... en rémunérant mieux les producteurs !")

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires