Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.




- Publicité -
  • 23/10/18 | Ford Blanquefort : le plan de Punch présenté

    Lire

    Des responsables de la société Punch ont été reçus ce mardi à Bordeaux à l'occasion d'une présentation officielle de leur projet de reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Didier Lallemand, préfet de région, a souligné à la sortie "disposer d'une base qui paraît solide, il reste encore une négociation à avoir sur certains éléments sociaux. Le PSE serait une catastrophe. Il y a une reprise sérieuse, qui est financée, ce serait une trahison si demain Ford quittait la région sur de mauvaises raisons". De leurs côtés, les syndicats CGT, FO et CFTC appellent les salariés de l'usine à une manifestation jeudi 25 octobre à Bordeaux.

  • 23/10/18 | Girondins de Bordeaux : la vente repoussée.

    Lire

    La finalisation de la vente du club des Girondins de Bordeaux (entre M6 et GACP, qui devait avoir lieu ce matin dans un cabinet d'avocats parisiens, a été repoussée de quinze jours. Officiellement, un "retard de mise à disposition des fonds" a été évoqué. Pour le président du club, Stéphane Martin, c'est un problème "administratif". Cela confirme en tout cas les difficultés de GACP a réunir les 75 millions d'euros nécessaires. Ces derniers devraient cependant être débloqués dans la semaine. L'annonce d'un nouveau président, elle, devrait suivre.

  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Trente ans après le triomphe de Mitterrand le temps de la" tchache" est venu.

10 mai 1981-10 mai 2011 : trente ans, trente ans déjà que mettant fin à ce qui semblait quasiment inaccessible sous la V° République voulue par De Gaulle pour en finir avec la IV°, l'une des figures les plus controversées de celle-ci portait la gauche au pouvoir. Mitterrand président... Relire cette page de notre histoire contemporaine c'est d'abord accepter de vieillir surtout lorsque l'on a vécu de près ces années-là. C'est aussi tenter de mesurer à l'aune de la société française d'aujourd'hui ce que peut signifier cet événement qui semblait alors extraordinaire.

D'un mot, d'un seul, considérons d'abord que pour arriver sur la plus haute marche du pouvoir il faut une volonté inébranlable. Songeons que François Mitterrand s'y est repris à trois fois pour devenir président : 1965: je provoque De Gaulle et l'oblige à un second tour, 1974: je frôle la victoire face à un Giscard qui nous la fait jeune et moderne, 1981: je le bats de peu sur le fil porté par un désir de changement, une envie d'alternance. Aujourd'hui, le calendrier de l'élection présidentielle a changé : le quinquennat a rendu frénétique le vainqueur, surtout quand il aspire à rempiler.
Le temps n'est plus le même. Mitterrand, justement, n'aimait rien autant que de le prendre, qu'il s'agisse de sortir de l'Elysée pour acheter un livre, visiter les arbres de sa propriété de Latche, ou décider, sous la pression de la rue, de renoncer à la réforme de l'école libre.
Le temps, plus que jamais, est celui de l'apparence : le fond compte de moins en moins, il cède le pas à la forme, au clinquant. Au cynisme. Nous sommes irrésistiblement entrés dans l'univers de la communication politique. Non point que Mitterrand n'en usait point mais il avait, force réseaux, su tisser jusqu'à l'extrême la toile de son pouvoir et y nicher la quiétude de sa double vie.
Par comparaison, nous dirions, aujourd'hui, que l'homme qui a élu domicile en 2007, à l'Elysée ne craint point, au contraire, de révéler ces vies-là, sans doute encouragé à le faire par quelque gourou en vue, rompu au discours de la sociologie post-moderne. L'important déclarait, il y a peu, à notre confrère du Journal du Dimanche, Michel Maffesoli c'est que le chef « tchache, que cela ronronne. Je trouve que Sarkozy joue bien ce rôle. Aujourd'hui, il dit cela et, demain, il dit autre chose. On va le critiquer mais je dis aussi que ce n'est pas nécessaire qu'une parole soit suivie d'effet. En réalité il fait, mais en « bricolant », au sens lévi-straussien, il s'adapte, il change. »
Prendre, à la lettre, ce discours-là c'est renvoyer à ces sempiternels débats internes, une gauche qui aspire, trente ans après, à l'alternance au sommet. C'est aussi, quelque part, la placer en face de son immense responsabilité alors, que terriblement déçu par la façon dont on le gouverne, le pays est capable, demain, de sombrer par dépit dans le populisme. Les ouvriers dont on dit qu'ils voteraient Le Pen n'ont plus grand chose à faire de la « tchache » : ils cherchent à retrouver du boulot et à en trouver àleurs enfants ; la classe moyenne qui s'appauvrit a besoin de croire que la machine peut repartir et les petits patrons aussi.
Le 10 mai 2011, au-delà des évocations historiques de Mitterrand, entrant la rose à la main au Panthéon, les Français aimeraient sans doute entendre une parole qui porte et rassemble. Mais qui peut bien la tenir ?

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
182
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
kezako33 | 08/05/2011

Dire qu'avec Mitterrand la gauche a été portée au pouvoir est un peu exagéré. Certes, il y a eu de vrais socialistes dans les différents gouvernements de sa Présidence mais lui n'était pas socialiste; il a juste utilisé un parti pour un objectif très personnel: celui du pouvoir dit suprême. Je lui sais gré de l'abolition de la peine de mort; une bataille menée par Robert Badinter sans un réel et plein soutien des socialistes. Je lui sais gré d'une phrase qui a gardé tout son sens: "Le nationalisme c'est la guerre".
Par contre les affaires et magouilles ont continué, se sont multipliées, le reproche de "monarchie" qu'il faisait à VGE ? Il en a profité et usé encore plus, se posant en monarque intouchable plus qu'en sage, entouré de nombreux courtisans.
Juste un dernier mot pour ne pas prendre trop de lignes: vous parlez de gourous rompus au discours de la sociologie post-moderne et je ne suis pas d'accord sur le mot sociologie car ces gourous ne sont en rien des sociologues mais des utilisateurs des analyses sociologiques qu'ils déforment et vulgarisent en populisme et ça, ce n'est pas de la sociologie; ce qui en est c'est l'analyse que j'en fais (par exemple). Les ouvriers ne se reconnaissent plus dans la gauche justement car ces gourous manipulent l'analyse sociale en omettant de rappeler la première préoccupation de tous: avoir du travail pour vivre dignement; et les sociologues, eux, pointent ceci depuis bien longtemps; ils relèvent moins souvent les problèmes de "banlieues" en termes de sécurité mais plus en termes de formation et d'emploi.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite