Le Fil d'Aqui

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

06/12/17 : C'est ce lundi 11 décembre que Didier Lallement, prendra officiellement ses fonctions de préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde à la suite de Pierre Dartout.


- Multivote -


- Publicité -
  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Trente ans après le triomphe de Mitterrand le temps de la" tchache" est venu.

10 mai 1981-10 mai 2011 : trente ans, trente ans déjà que mettant fin à ce qui semblait quasiment inaccessible sous la V° République voulue par De Gaulle pour en finir avec la IV°, l'une des figures les plus controversées de celle-ci portait la gauche au pouvoir. Mitterrand président... Relire cette page de notre histoire contemporaine c'est d'abord accepter de vieillir surtout lorsque l'on a vécu de près ces années-là. C'est aussi tenter de mesurer à l'aune de la société française d'aujourd'hui ce que peut signifier cet événement qui semblait alors extraordinaire.

D'un mot, d'un seul, considérons d'abord que pour arriver sur la plus haute marche du pouvoir il faut une volonté inébranlable. Songeons que François Mitterrand s'y est repris à trois fois pour devenir président : 1965: je provoque De Gaulle et l'oblige à un second tour, 1974: je frôle la victoire face à un Giscard qui nous la fait jeune et moderne, 1981: je le bats de peu sur le fil porté par un désir de changement, une envie d'alternance. Aujourd'hui, le calendrier de l'élection présidentielle a changé : le quinquennat a rendu frénétique le vainqueur, surtout quand il aspire à rempiler.
Le temps n'est plus le même. Mitterrand, justement, n'aimait rien autant que de le prendre, qu'il s'agisse de sortir de l'Elysée pour acheter un livre, visiter les arbres de sa propriété de Latche, ou décider, sous la pression de la rue, de renoncer à la réforme de l'école libre.
Le temps, plus que jamais, est celui de l'apparence : le fond compte de moins en moins, il cède le pas à la forme, au clinquant. Au cynisme. Nous sommes irrésistiblement entrés dans l'univers de la communication politique. Non point que Mitterrand n'en usait point mais il avait, force réseaux, su tisser jusqu'à l'extrême la toile de son pouvoir et y nicher la quiétude de sa double vie.
Par comparaison, nous dirions, aujourd'hui, que l'homme qui a élu domicile en 2007, à l'Elysée ne craint point, au contraire, de révéler ces vies-là, sans doute encouragé à le faire par quelque gourou en vue, rompu au discours de la sociologie post-moderne. L'important déclarait, il y a peu, à notre confrère du Journal du Dimanche, Michel Maffesoli c'est que le chef « tchache, que cela ronronne. Je trouve que Sarkozy joue bien ce rôle. Aujourd'hui, il dit cela et, demain, il dit autre chose. On va le critiquer mais je dis aussi que ce n'est pas nécessaire qu'une parole soit suivie d'effet. En réalité il fait, mais en « bricolant », au sens lévi-straussien, il s'adapte, il change. »
Prendre, à la lettre, ce discours-là c'est renvoyer à ces sempiternels débats internes, une gauche qui aspire, trente ans après, à l'alternance au sommet. C'est aussi, quelque part, la placer en face de son immense responsabilité alors, que terriblement déçu par la façon dont on le gouverne, le pays est capable, demain, de sombrer par dépit dans le populisme. Les ouvriers dont on dit qu'ils voteraient Le Pen n'ont plus grand chose à faire de la « tchache » : ils cherchent à retrouver du boulot et à en trouver àleurs enfants ; la classe moyenne qui s'appauvrit a besoin de croire que la machine peut repartir et les petits patrons aussi.
Le 10 mai 2011, au-delà des évocations historiques de Mitterrand, entrant la rose à la main au Panthéon, les Français aimeraient sans doute entendre une parole qui porte et rassemble. Mais qui peut bien la tenir ?

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
143
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
kezako33 | 08/05/2011

Dire qu'avec Mitterrand la gauche a été portée au pouvoir est un peu exagéré. Certes, il y a eu de vrais socialistes dans les différents gouvernements de sa Présidence mais lui n'était pas socialiste; il a juste utilisé un parti pour un objectif très personnel: celui du pouvoir dit suprême. Je lui sais gré de l'abolition de la peine de mort; une bataille menée par Robert Badinter sans un réel et plein soutien des socialistes. Je lui sais gré d'une phrase qui a gardé tout son sens: "Le nationalisme c'est la guerre".
Par contre les affaires et magouilles ont continué, se sont multipliées, le reproche de "monarchie" qu'il faisait à VGE ? Il en a profité et usé encore plus, se posant en monarque intouchable plus qu'en sage, entouré de nombreux courtisans.
Juste un dernier mot pour ne pas prendre trop de lignes: vous parlez de gourous rompus au discours de la sociologie post-moderne et je ne suis pas d'accord sur le mot sociologie car ces gourous ne sont en rien des sociologues mais des utilisateurs des analyses sociologiques qu'ils déforment et vulgarisent en populisme et ça, ce n'est pas de la sociologie; ce qui en est c'est l'analyse que j'en fais (par exemple). Les ouvriers ne se reconnaissent plus dans la gauche justement car ces gourous manipulent l'analyse sociale en omettant de rappeler la première préoccupation de tous: avoir du travail pour vivre dignement; et les sociologues, eux, pointent ceci depuis bien longtemps; ils relèvent moins souvent les problèmes de "banlieues" en termes de sécurité mais plus en termes de formation et d'emploi.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires